Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2011

Printemps des Poètes 2011, « Infinis paysages ». Poésie, malgré tout...

Etrange coïncidence, ces lectures parlant de terre, de vent, de fleuves et de mer, de feuillages, de forêts, de pays regardés ou fantasmés, quand la nature se rappelle à nous, par séismes et tsunamis,  quand une catastrophe nucléaire transforme, Japon, des paysages en cauchemars, et quand des dictateurs métamorphosent, ailleurs, leurs pays en lieux de mort, sans que quiconque, autour, ne sache prendre les moyens de mettre fin à l’horreur sans rajouter d'horreur. La poésie. Quand même… ou encore plus ?

Le Printemps des Poètes 2011 était introduit par Juliette Binoche et Jean-Pierre Siméon. Un thème, les paysages, et des événements divers (rencontres, lectures, parutions).

Parmi les initiatives, l’exposition à la station  de métro St-Germain...  Et, métro, encore, des poèmes lus à Auber le 7 mars : Ibn Arabi, Edouard Glissant, Rimbaud, René Depestre, Aimé Césaire, etc. Mais aussi, textes de Michel Butor, René Depestre, André Velter et Kenneth White le 13 mars, Musée du Quai Branly…  Exemples parmi beaucoup d'autres moments : riches possibilités de lectures et rencontres, à Paris et ailleurs.

Poèmes à lire sur le site, voir à Poéthèquehttp://www.printempsdespoetes.com

CITATION : « Je croyais le voir devant moi mais / il était en moi, ce paysage, ermite / errant comme un rivage cherchant la mer en lui »

Jacques Lacarrière

(« A l’orée du pays fertile », Seghers)

Les commentaires sont fermés.