Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2012

Grâce présidentielle pour Philippe El Shennawy...! Appel... / (Additif, mise à jour, 22-01-14)

Comment rester indifférents à ce qui semble une tragédie humaine difficilement compréhensible ? Malaise devant le constat des failles de notre justice, devant l’inhumanité de certaines décisions. Florence Aubenas, dans Le Monde, a écrit un article particulièrement bouleversant : elle y révélait la situation de Philippe El Shennawy. Tant d’années en prison… Et tant d’années encore à ne pas vivre, sauf à obtenir la libération conditionnelle (quand tout paraissait la rendre possible, évidente, toutes les conditions exigées satisfaites, et la réinsertion prévue précisément…). Mais non, refus. Pour cet homme c’est l’équivalent d’une condamnation à mort. Et c’est ce qu’il a tenté de faire : mourir… Son ami Taleb Hadjadj, arrêté avec lui pour le même braquage, s’est suicidé en prison en 1980. Les conditions de leur emprisonnement sont indescriptibles : acharnement qui fait penser à des actes qui relèvent de la torture. (LIRE intégralement l’article du Monde, la chronique du JDD, les textes qui suivent, et d'autres…).

………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Appel du 22-12-12 : la grâce présidentielle, seule solution pour faire libérer Philippe El Shennawy. Appel au Président signable ici (pétition citoyenne lancée sur avaaz.org) : http://www.avaaz.org/fr/petition/Grace_presidentielle_pour_liberer_Philippe_El_Shennawy_qui_na_jamais_tue_personne/

………………………………………………………………………………………………………………………………………………

INFOS, ci-dessous. CITATIONS extraites de quatre articles :

 « Philippe El Shennawy : dernier jour d'un condamné », par Florence Aubenas, Le Monde, 14-12-2012 : http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/12/14/philippe-el-shennawy-dernier-jour-d-un-condamne_1805943_3224.html (CITATIONS : « Il connaît par coeur la manière dont les choses se passent en détention : cela fait trente-sept ans qu'il y vit. Il déteste en parler. Il ne veut raconter que des choses du dehors. Mozart. La Callas. Les ordinateurs, sa passion. Un gin tonic à la terrasse d'un café. Il a mis toutes ses forces dans une procédure compliquée qui va lui permettre - espère-t-il – de sortir bientôt en liberté conditionnelle. Il n'a jamais tué personne. Il a 58 ans. Il pense tenir sa dernière chance d'une vie en liberté. Il a déjà annoncé qu'il se tuerait si ces démarches n'aboutissaient pas, ou duraient trop longtemps. » /// Le 12, dit-elle,  il devait recevoir une réponse, attendue en confiance, tous les éléments étant réunis, toutes les conditions habituellement exigées pour une libération conditionnelle. Et il n’a trouvé que refus. Refus incompréhensible, une sorte de condamnation à mort, car que peut-être la vie sans espoir ? ///(…)  « Ce jour-là, il lui est impossible de ne pas penser à Taleb Hadjadj. »)

……………………………

 « Peine sans fin pour Philippe El Shennawy », par Patricia Tourancheau, Libération, le 13-12-2012 : http://www.liberation.fr/societe/2012/12/13/peine-sans-fin-pour-philippe-el-shennawy_867529  (CITATIONS : « Après trente-sept ans de prison pour braquages et évasions et trois ans de liberté, Philippe El Shennawy, 59 ans, qui ne voit jamais le bout de sa peine, a essayé de mourir, mardi, à la centrale de Poissy. » (…) « L’Egyptien cultivé qui, selon sa femme, Martine, «ne plie jamais» a été «baluchonné» de prison en centrale, en a connu 28, a multiplié les grèves de la faim, a perdu l’espoir et épuisé tous les recours. Sauf la grâce présidentielle, que réclament pour lui Tzvetan Todorov, du CNRS, et d’autres intellectuels, dans une tribune à lire sur Libération »)

……………………………….

TRIBUNE. « L’esprit de justice ». Appel de Tzvetan Todorov, Michel Wieviorka, et Paul Pavlowitch, Libération, 14-12-2012 : http://www.liberation.fr/societe/2012/12/14/l-esprit-de-justice_867421 (CITATIONS : « Philippe El Shennawy est en prison depuis 1975. Ce citoyen français a été condamné à la perpétuité pour des braquages commis quand il avait vingt ans, puis pour une évasion de l’hôpital psychiatrique ou pour le soupçon d’autres cambriolages alors qu’il était en liberté conditionnelle. » (…) « S’en tenir à la lettre de la loi peut trahir l’esprit de la justice. » (…) « La libération éventuelle est prévue pour 2032, après 57 ans de prison. El Shennawy a annoncé son intention de se donner la mort. » (…) « Garder quelqu’un en prison pendant 57 ans, ce n’est pas le corriger, c’est le tuer. »)

………………………………

Chronique (opinion), par Henri Leclerc, avocat et président d’honneur de la Ligue des droits de l’homme, Le JDD, 16-12-2012, « El Shennawy : 37 ans de prison, une peine de mort lente» : http://www.lejdd.fr/Chroniques/Invite-du-JDD/Henri-Leclerc-El-Shennawy-37-ans-de-prison-une-peine-de-mort-lente-581323 (CITATIONS :  « Le détenu Philippe El Shennawy, 58 ans, vient de tenter de mettre fin à ses jours. Cet appel au secours m’interpelle. Cet homme a déjà effectué trente-sept ans de prison, et n’est libérable qu’en 2032. Cela s’apparente à une peine de mort lente. Certes, il a été condamné en 1977 pour des faits graves : un hold-up spectaculaire, avec prise d’otage. Mais il n’a pas une goutte de sang sur les mains. C’est un rebelle. Depuis le départ, il a été révolté par sa condamnation à perpétuité, puis par la mort de son ami Taleb Hadjadj, condamné pour le même braquage, qui s’est suicidé en prison. » (…) « Peut-on porter atteinte à l’un des droits les plus essentiels d’un homme : celui de ne pas être soumis à des traitements inhumains ou dégradants? Le 20 janvier 2011, la France a été condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme pour avoir soumis M. El Shennawy à des fouilles répétées en 2008, sans recours possible. Des hommes cagoulés le faisaient mettre à quatre pattes, jambes écartées, et l’obligeaient à tousser en fouillant de force son intimité. Des actes injustifiés et intolérables. » (…) « Sa tentative de suicide pose la question des longues peines, qui ne font que provoquer révolte ou désespoir. Surtout lorsqu’elles sont appliquées sans concession. »)

..........................

Lire aussi, texte de solidarité sur le blog Contre l'enfermement : http://contrelenfermement.noblogs.org/?p=738 

...................................................................................................................

MISE à JOUR, 22-01-2014. Philippe El Shennawy sort de prison ce vendredi. Liberté conditionnelle avec des conditions très strictes qui ne pourraient pas être tenues longtemps et qu'il faudra forcément revoir. Il retrouve sa femme, a un travail dans le domaine culturel. Les actions du comité de soutien, les pétitions, le travail de ses avocats, la présence persévérante de son épouse, son cheminement, ont fini par obtenir la grâce présidentielle qui a rendu possible cette liberté conditionnelle. Je suis, pour ma part, choquée par l'imposition d'un bracelet électronique : on a l'impression que les institutions sont dérangées par la liberté intérieure de cet être. Lire, article, Libération, 22-01-2014 : http://www.liberation.fr/societe/2014/01/22/philippe-el-s... 

Les commentaires sont fermés.