Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2013

SILENCE… jeûne de blog, fin. Pensées et bribes… silencieuses

Parfois, communiquer devient la nécessité impulsive de jour en jour, au-delà du temps qu’il faudrait… Les faits sont là, le besoin de faire écran à la violence, à la bêtise : désir d’être solidaire, de changer la conscience collective, d’être part de l’écriture d’un autre paradigme planétaire. Infime part, infime tant qu’on peut se dire que l’énergie se perd à lutter contre des murs. Pourtant, si les dictatures n’aiment pas la masse des libres écritures infimes perdues sur la Toile c’est bien qu’elles en mesurent la puissance collective. Alors notre tissage, métissage de consciences, sert bien à quelque chose. ..

Cependant, quand on s’intéresse au monde large, donc, la vague des informations est telle, et les émotions qu’elle procure si fortes, que cela enfouit notre silence intérieur dans un bruit sourd qui, peut-être, est néfaste.

Se taire… Et dans le silence rester à l’écoute. Le bruit du monde redevient extérieur, et laisse la place aux visages qui sont derrière les faits. Ces visages, aujourd’hui, sont ceux des ouvriers qui, au Qatar, sont exploités et sacrifiés pour construire le décor des projets sportifs du régime. Perversité politique, masques. Hier, c’était celui du vendeur de rue chinois exécuté. Demain ce seront leurs visages et tant d’autres, comme ceux des Roms qui dorment en bas de chez moi, et disent bonsoir en voisins... ou ceux des chrétiens d'Orient agressés et menacés. L’écoute dans le silence laisse place au regard – même à distance, celui qui permet les mots…

Silence ?

Le hasard de ma bibliothèque m’a offert des bribes de silence… Lectures. CITATIONS :

« Lorsque je trouve / dans mon silence / une parole / elle est creusée dans ma vie / comme un abîme. » Congé, Vie d’un homme, Giuseppe Ungaretti 

« D’autres ont cherché par de violents combats, des éclats, des tumultes de pinceaux, des éclaboussements d’encre à simuler le plus grand bruit. Ceci ne montre que le silence. – C’est une femme, les yeux fixes, sans éclat, les yeux muets ; un visage tremblant et délicat mais immobile ; -- une lèvre sans paroles… (…) « Rien ne bouge ; rien ne crie, rien ne gémit… (…) » Du silence, Peintures, Victor Ségalen

« Derrière la trame visible de l’univers, au-delà du mirage des molécules – la maya (illusion) de l’apparence physique -, se trouve une matrice intrinsèquement invisible et homogène remplie de vide. Ce vide orchestre en silence (…). » Les clés spirituelles de la richesse, Deepak Chopra 

(Ne pas entendre, dans ce titre, richesse au sens matériel du terme : ce serait réducteur inutilement…)

Les commentaires sont fermés.