Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2014

Cure de silence... Ecume des faits...

Cure de silence...

J'ai ajouté quelques liens, pour compléter des listes (et supprimé des titres...).

Ecume des faits. Le monde bouge (et demeure, paradoxes...) : guerres, tensions, répressions, pollution, climat, politique. Inquiétudes et agacements, en écoutant ou lisant ce qui émerge de disputes vaines, agressivité inutile et stérile, négativité. 

Je ne me sens pas entrer dans les cadres d'analyses que je lis ou entends, souvent : manque de complexité. 

Poussière du temps... 

Poussière... ces faits lus dans la presse, suivis à la télévision. Car quand on ne reprend pas (pendant de longues semaines) ces réalités pour les commenter ou les lister, on voit, ensuite, que cela a été recouvert par le sable d'autres faits, d'autres analyses, et que ce qui paraissait incontournable est effacé par le temps. Ne demeure que l'essentiel, et quelques visages qui surnagent. Comme Jérôme Kerviel marchant. Car, quoi qu'on puisse penser de ses erreurs, la condamnation financière ressemble (ressemblait puisque cela est cassé) à une sorte de mise à mort (dette invraisemblable pour un seul homme, sans perspective de réinsertion dans une vie normale avec des projets et des rêves, pour une culpabilité qui, dans l'excès du jugement antérieur, donne l'impression de couvrir un énorme mensonge bancaire : celui des pouvoirs de l'argent cynique, cause première de la catastrophe).  

Les commentaires sont fermés.