Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2020

Didier Raoult, des critiques... et des réponses aux critiques

Difficile de réfléchir au contexte de l’épidémie (et à nos propres choix préventifs et solidaires) en écartant la controverse autour de Marseille. Et, une fois qu’on y entre en s’informant, cela devient passionnant. Car on apprend beaucoup, sur les enjeux et les conditions des décisions (traitements, recherche), mais aussi sur nos institutions, et sur les clivages entre des univers professionnels qui ne parlent pas le même langage. Et pendant qu’on fait cela on voit notre liberté critique s’exercer autrement. Plus libre, justement. Parce que comprenant mieux, et ne laissant pas tout pouvoir de dire à des "experts", dont on voit qu’ils ont des désaccords entre eux, hésitent (et pour certains savent le reconnaître, découvrant jour après jour ce qu’est ce virus et cette pandémie, et les limites de ce qu’on sait). La "vérité" des faits n’est pas saisissable par des certitudes. La vérité porte en elle incertitudes et doutes, et des apparences plurielles, d’un lieu à l’autre, d’un pays à l’autre. Ces pays dont on suit l’actualité en espérant que les espoirs de solutions débouchent sur des réalités positives ici et ailleurs. Comme simple citoyen, ni médecin ni chercheur, il n'est pas question de prendre une position sur ce qui échappe à notre compétence. Mais on peut avoir un avis sur ce qu'on repère des oppositions idéologiques ou des jeux d'égos. Pas question de pétitionner pour prendre un parti quelconque. Mais il n'est pas interdit de préférer certains positionnements qui n'ont rien d'absolu de toute façon, puisque l'erreur est possible dans tout choix, puisque choisir c'est risquer. Et on peut aussi reconnaitre justes les raisons contradictoires de ceux qui décident en fonction de leur éthique (d'abord sauver, ou d'abord ne pas nuire, d'une part, et d'abord soigner en tentant un pari ou d'abord chercher et être sûr, d'autre part). La réalité est complexe, même en temps de catastrophe.


Cependant en temps de catastrophe, de guerre ou crise grave, de questions de vie ou de mort,
suivant ce qu'on choisit de faire, l'attente de "certitudes" peut être un confort mental finalement criminel,
si on doit passer par l'administration d'un placebo à des patients que cela peut condamner. Le Pr. Raoult,
qui teste, le résume par la formule suivante : "l'éthique du traitement ou l'éthique de la recherche".
La recherche a le temps, pas le patient en danger, pas ceux qu'il contaminerait, et pas la société confinée 
qui met en danger les précaires et bien d'autres, et l'économie entière du pays.
 
La position du Pr Raoult. "L’éthique du traitement contre l’éthique de la recherche".
Tribune du Pr. Raoult dans Le quotidien du médecin, 02-04-20.
Lisible intégralement en ligne. Il explique très clairement sa démarche
et la nature des controverses méthodologiques....
 
Marseille, donc. Mais ailleurs aussi certains rejoignent Didier Raoult et appliquent son protocole.
On peut citer ainsi le bilan très positif d'un praticien lorrain qui prescrit la chloroquine (précisément la formule
de Marseille, le dérivé associé à autre chose...)..
Un exemple parmi d'autres (dont certains à l'étranger)… Républicain lorrain, 06-04-20
 
Demeurent les questions des scientifiques sur les bilans de Marseille, avec l’exigence du groupe témoin, qui aurait du placebo ou rien. (Mais le Pr. Raoult, lui, ne veut pas faire des patients des objets d’enquête dans un contexte d’urgence, il préfère l’observation, et le traitement). S'affrontent de réelles interrogations méthodologiques et des démarches antinomiques... L'article est critique mais cite les publications de l'IHU marseillais.
"Que vaut la nouvelle étude du pr. Raoult ?", FranceTVinfo 
Cependant ce que sont les institutions nationales ou 
internationales,
comme l'OMS, risque d'avoir un rôle
problématique dans les prises de
position. L'article
de Contrepoints montre les limites inquiétantes
de
cet organisme scientifique qui est peut-être plus
une bureaucratie
politique. Questionnement qui
rejaillit forcément sur nos propres
institutions,
et donc sur leurs avis et ceux de leurs membres.

Chronique de Contrepoints, 10-04-20…
"L'OMS organisme scientifique

ou bureaucratie politique comme les autres ?"
https://miniurl.be/r-2y7b
Parmi les attaques les plus dures contre Didier Raoult, l'enquête de Médiapart, qui est violemment à charge, exclusivement à charge. Avec l'intention évidente de disqualifier ses interventions, traitements, et recherches. Il est évident que se révèle là beaucoup d'ignorance des réalités de la recherche, et une déontologie douteuse ("témoignages" hostiles anonymes dont on devine les rancoeurs pour des échecs mal digérés). 
Médiapart, 07-04-20
 
Cette enquête entraîne des critiques, dont je retiens deux notes de blogs hébergés par le site Médiapart... 
 
Réponse informée, de Guy Leboutte, à une enquête "nauséabonde"
(je le cite, mais je dirais la même chose)... 
 
Autre critique, de Michel Pinault. Car Médiapart cible le
Pr. Raoult mais se garde bien d'enquêter sur ses
contradicteurs et leurs motivations, ou sur certaines
déclarations fausses de tel ou tel...
https://miniurl.be/r-2y7e
 
Point de vue du Pr.  Christian Perronne, membre
de l’OMS. Lui regrette qu’on n’écoute pas le
Pr. Raoult, et considère que "les hésitations
du gouvernements et des experts" sont une erreur,
comme pour les masques...
"Les tirs de barrage reçus par Didier Raoult
sont aussi liés à des querelles d’égos",
Marianne, 02-04-20...
https://cutt.ly/gtFIubx

(Mise à jour, 11-04-20)
Importante intervention du Pr. Jacques Marescaux,
aujourd’hui, 11-04, sur LCI, chaîne TNT 26
Jacques Marescaux est président de l’IRCAD (et son
fondateur) et membre de l’Académie de médecine.  Il
est connu pour l’opération Lindberg, ou une révolution
dans la chirurgie. Son intervention a été motivée par
ce qu’il entend dire de faux sur le Pr. Didier Raoult
dont il dit qu’il l’admire totalement, et le considère
comme un géant. Il dit son accord
total avec le choix éthique de Didier Raoult de refuser
de prendre des patients comme groupe témoin, donc non
traités alors que testés positifs (et donc mis en danger).
En disant que les détracteurs se trompent de période.
(Il n’est pas temps de chercher longtemps, il est
temps de guérir et sauver). Il a rappelé que le
pr. Raoult lui-même avait  bien mentionné le
pourcentage de guérisons  sans traitements (sauf,
dit-il, qu'on ne sait pas à l’avance lesquels seront
concernés donc on les traite tous). Et ainsi on sauve
des aggravations graves le pourcentage restant qui
aurait eu des évolutions dangereuses.
IRCAD...
https://www.ircad.fr/fr/linstitut/
...
MISE À JOUR, 12-04-20, l'intervention,
"Le Pr. Jacques Marescaux défend le Pr.Raoult
en preuves et avoue qu'il l'admire :
"Un géant !"" VIDÉO YouTube
https://youtu.be/jrBVdBfLvkw

.......
À lire… Une chronique de Thierry Guinhut,
lien ci-dessous.

C’est une réflexion nécessaire sur les diverses
errances idéologiques
associées à la pandémie,
avec des ouvertures proposées vers des livres pour
penser cela. Un passage du texte rejoint le sujet
de cette note. O
n pense avec des schémas déjà en place.
Sont exposés les travers de divers courants
idéologiques,
militants, religieux, politiques...
Et leurs biais cognitifs.
Je ne suis pas
d’accord avec toutes les affirmations,
mais là n’est
pas l’essentiel. Il l’est dans le constat des dérives

déterminées par des cadres idéologiques figés
antérieurement, par
des adhésions à des formules
de pensée non questionnées.

"De la pandémie des postures idéologiques"… 
http://www.thierry-guinhut-litteratures.com/2020/04/de-la...
....
Mise à jour, 19-04-20.
Article 16-04-20, Slate. Recherche et polémique...
https://urlz.fr/csiw
........
"Surprenant rebondissement dans l'affaire de l'hydroxychloroquine. 
Note de blog, d'Arjuna, 16-04, à partir d'une information de
l'AP-HP...
https://blogs.mediapart.fr/arjuna/blog/160420/surprenant-...
"Covid-19. La piste microbiotique, lien avec des choix thérapeutiques".
Citation : "-Si le covid-19 s’avère être effectivement une infection
mixte, à la fois virale et bactérienne, l’efficacité du traitement du
Dr Raoult serait démontrée, ainsi que celui du Dr Paliard-Franco, qui
préconise une double antibiothérapie."...
https://www.nessma.tv/fr/amp/internationale/actu/le-myste...

Et, conclusion, sans conclure... Des regards...
Deux articles (Suisse) présentent un regard hors des 
polémiques françaises…

"À Marseille le combat singulier du Pr. Raoult contre
le Covid-19
".

Le Temps, 02-04-20... https://cutt.ly/utFI0kZ
Et "La faute antisystème du Pr. Raoult".
"Avec son forcing prochloroquine l’infectiologue
marseillais démontre, en pleine épidémie, que le
corps médical français souffre des mêmes maux
que le reste du pays : esprit de cour
et système figé".

Le Temps,05-04-20...https://cutt.ly/JtFI4xl
Et (bilan ?) quoi qu’il puisse se passer (choix, 
décisions),
cet article très critique de La Tribune
montre les carences, failles,
dysfonctionnements,
révélés par la gestion de la crise en France…

"Face au covid-19, les technocrates français
pris au dépourvu
"…

https://cutt.ly/ktZr8Z9
....
MISE à jour, 14 mai 2020...
Le Pr Raoult pense que l'épidémie se termine sur
Marseille (du fait des tests et traitements). Il
va plus loin en ne croyant pas à la possibilité
d'une deuxième vague en France (d'après ce qu'il
sait du rythme des épidémies). D'autres médecins
en sont moins sûrs, comme le dr. Philippe Juvin
(qui lui reconnaît cependant une connaissance des
coronavirus supérieure à celle de beaucoup d'autres
chercheurs). Des urgentistes craignent que ces
déclarations incitent les gens à moins de prudence,
alors que le virus est toujours là...
https://www.femmeactuelle.fr/actu/news-actu/c-a-vous-le-dr-philippe-juvin-repond-a-didier-raoult-sur-levolution-de-lepidemie-du-coronavirus-2095338

Commentaires

Merci pour cette analyse et son esprit constructif. Je sais que je ne sais rien. Mais cela n'empêche pas de réfléchir et de tenter d'aborder la question sous ses différents aspects.

Écrit par : DanielGm | 11/04/2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire