Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2011

11 septembre. Mémoire, films, lectures (terrorisme, idéologie, réflexions)

L’anniversaire du 11 septembre a été célébré par de nombreuses émissions sur différentes chaînes. J’ai surtout apprécié trois documentaires. On peut en revoir certains en ligne.

Le documentaire de Gédéon et Jules Naudet, sur le 11 septembre, réactualisé en 2011, dix ans après le premier film (et diffusé sur TF1 le 10-09-2011). On a revu les mêmes images, enrichies de témoignages récents (et on constate que parmi les pompiers « survivants » beaucoup sont morts des suites du 11 septembre, ou sont malades, pour avoir respiré les fumées toxiques). C’était émouvant de revoir le jeune pompier, Tony, et de le savoir présent à Paris pour un hommage au Trocadéro, le 11-09-2011. http://www.rtl.fr/actualites/international/article/11-septembre-10-ans-apres-les-freres-naudet-racontent-7717318899  (article, plus document audio et vidéo).

………………

Lectures…

Article très intéressant, Le Monde, 08-09-2011, par Mehdi Mozaffari, « professeur à l'Université d'Aarhus au Danemark, directeur du Centre de recherche sur l'islamisme et la radicalisation » : « Les nouveaux fanatiques de l’apocalypse »  http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/09/08/les-nouveaux-fanatiques-de-l-apocalypse_1569403_3232.html  « Rarement deux hommes se différencient si brutalement l'un de l'autre, et ressemblent si étrangement l'un à l'autre. L'Egyptien Mohamed Atta, chef de file des auteurs des attentats du 11-Septembre, avait 33 ans lors de son horrible crime. Le Norvégien Anders Behring Breivik, l'auteur du massacre d'Oslo, a 32 ans. Dans leur imaginaire, ils croient être des héros, investis d'une mission que chacun d'eux est appelé à accomplir au nom d'une cause sacrée. » (…)  « Breivik et Atta, ces deux véritables malfaiteurs, appartiennent à deux pays différents, à deux religions différentes et à deux cultures différentes. Cela montre bien que le mal n'est pas propre à une religion, à une civilisation ou à une culture spécifique. ».

Une autre réflexion, sur le site  du MPCT. « Le terrorisme et la perte du sens commun ». Exposé, par Hélène L’Heuillet . Conférence "Aux sources du terrorisme", le 12 mai 2011, Paris, initiative du MPCT. http://www.mpctasso.org/spip.php?article890

CITATIONS : « Le terrorisme ne fait pas seulement violence aux hommes qui meurent sous ses attaques, mais si ses cibles sont aussi les survivants, c’est qu’il s’attaque aux notions politiques et morales qui structurent les sociétés réglées par le droit. » (…) « Si c’est le terrorisme islamiste qui a inventé l’attentat-suicide, rien n’indique qu’il lui est indissolublement attaché. Les tigres tamouls, dont l’idéologie était laïque l’ont pratiqué. Il témoigne d’une transgression de la limite qu’impose en principe la peur de la guerre. Déjà Clausewitz considérait que le peuple en armes rendait possible la montée aux extrêmes. C’est toujours un élément de la rhétorique terroriste que de prétendre incarner les peuples, parler en leur nom et leur faire croire qu’ils n’ont pas d’autre choix, dans un conflit, que d’exprimer toute leur violence. »

Réflexions d’autant plus nécessaires que les divers extrémismes tentent de créer la confusion, jusqu’à « interpréter » l’attentat de Norvège, par exemple, comme s’il y avait terrorisme et terrorisme et que certaines formes puissent se justifier. Ainsi l’extrême droite cherche des raisons à la haine en reprenant ses thèmes obsessionnels. Lire, donc, cette analyse, dans L’Humanité du 04-08-2011, par Lina Sankari.  http://www.humanite.fr/03_08_2011-riposte-la%C3%AFque-la-nouvelle-extr%C3%AAme-droite-en-guerre-des-cultures-477353 « Contrairement à l’extrême droite traditionnelle qui fondait une part de son projet sur un racisme hiérarchisant, il est ici question de défense d’une identité et prétendument d’un modèle social. »