Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2017

Derrida : "J'ai senti qu'au fond j'appartenais à cette solitude"

DERRIDA.jpg"J'ai senti qu'au fond j'appartenais à cette solitude"

Jacques Derrida et son refus du communautarisme,  dans le même esprit qu'Amine Maalouf ou Amartya Sen... Même quand la communauté est un refuge, car subissant des attaques, même quand (natifs déplacés) on n'a de région qu'une terre mentale, trouver un équilibre entre le "dedans" de ses appartenances et de ses langages singuliers, et le "dehors" de l'identité commune. Juste humains. Même si cela fait traverser des zones obscures et solitaires. Lumineuses,  au bout du compte.

France Culture, 2O-01-2016... https://www.franceculture.fr/2016-01-20-une-enfance-doulo...

01/05/2017

Attention, élections. Ne pas ouvrir la porte au fascisme... VOTER !!!

mms_img142482101.jpgS'ABSTENIR est un choix dangereux, que je pense même irresponsable.                                                                                  C'est objectivement donner des voix au FN fasciste.               

mms_img1450971062.jpgJuger Macron sur les gens qui déclarent le soutenir n'a pas de sens (même si certains sont très honorables et vrais soutiens). Voir plutôt son programme et son équipe de travail. Plutôt que des personnalités qui se mettent en avant voir des collectifs ou des experts qui s'engagent. Il a le soutien concret de juges du terrorisme,  de syndicats policiers.                                                     

En face (FN, Le Pen) ce sont des xénophobes, des négationnistes, alliés à des néonazis, des Identitaires.                    Des menteurs.                                                                                      

A ce sujet l'histoire autour de l'UOIF est intéressante à examiner. Le Pen met ça en avant. Évidemment qu'ils appellent contre le FN : quelle que soit l'idéologie de ce groupe (que je combats)  il a fait comme tous les groupes qui représentent des minorités religieuses, ou communautés de croyants (ou prétendent les représenter...). Mais il peut y avoir aussi, de la part de l'UOIF, une volonté perverse de servir le FN d'une autre manière que l'abstention prônée par Ramadan (en jetant l'opprobre sur un faux allié, pas sur le vrai allié objectif).                                                Le CRIF (représentation de la communauté juive et veille contre l'antisémitisme)  appelle à voter Macron : c'est logique, rien de choquant en cela, rien de pervers (l'antisémitisme dans l'ADN du FN, le CRIF le connaît. Mais appellent aussi à ce vote contre le FN les protestants et de nombreuses associations chrétiennes (pas l'Église de France, qui soigne sa relation avec les intégristes de Sens commun,  soutiens du FN).                

L'UOIF, Macron et En Marche ne l'ont jamais sollicité ni rencontré. Le FN, oui,  par des responsables FN qui ont organisé des conférences communes avec l'UOIF (les traces sont sur la Toile, il suffit de chercher). De plus Daech a déjà affirmé publiquement plusieurs fois son désir de voir le FN arriver au pouvoir... ! Et il faut savoir que le médiateur français qui a fait le lien entre Lafarge et Daech est un responsable du FN. (Lafarge a payé Daech, donc financé le terrorisme,  pour continuer à travailler en paix, sans heurts avec Daech, et ceci par l'intermédiaire d'une personnalité du Front national... !). Enfin savez-vous que Tariq Ramadan,  l'islamiste soft, (mais très dangereux) fait campagne intensive contre Macron,  et qu'il appelle tous les musulmans à s'abstenir. (Pas, évidemment, la majorité des musulmans qui vivent leur croyance dans un cadre républicain, respectueux de la loi laïque de 1905. NON, ceux qui le suivent,  islamistes plus ou moins masqués.) S'abstenir c'est obéir à la stratégie de Tariq Ramadan  !!! Si vous en doutez regardez ses vidéos en mettant en recherche sur Google son nom et celui de Macron.                                                             

NON,  je ne voterai pas comme les islamistes qui suivent Tariq Ramadan...  ! (Drôle de façon, que ce serait, de lutter contre l'islamisme...!). Je ne vote pas comme ceux que je combats. Je vais voter pour la démocratie,  pour l'intelligence pragmatique,  les valeurs,  la fraternité.  Contre la vulgarité crasse et les héritiers des fascistes, alliés des néonazis.                                            

De plus je constate que L'INTERNATIONALE D'EXTRÊME DROITE ne cesse de fabriquer des désinformations qu'elle fournit au FN (jusqu'à la création d'un faux diffusé abondamment par les militants FN et les sites complotistes, et que Le Pen a évoqué au débat en insinuant un soupçon sur un compte : plainte est déposée pour usage de faux, une enquête se fera).                                                                                                    

Ainsi la presse RUSSE a publié un entretien de SORAL (voir doc sur mon mur), ce complotiste antisémite et négationniste,  pour lui demander son expertise (!) sur Macron (expertise reprise avec des variantes et attribuée à des psychiatres inventés, parfois italiens, parfois américains... !!!).                                                                               

Le Pen a le soutien officiel, plusieurs fois réaffirmé,  du KKK raciste américain,  groupe violent suprémaciste blanc qui a des assassinats multiples dans son histoire.                                                  

Voilà certains des alliés du parti qu'on prend le risque de laisser prendre le pouvoir en s'abstenant. Ou dont on laisserait monter le score, donc dont on légitimerait l'idéologie.                                        

Qui donc appelle à l'ABSTENTION ?                                              

L'islamiste Tariq Ramadan, donc, ET l'ultragauche de Mélenchon (son parti si peu critique de l'islamisme quand ce n'est pas en accord sur certains discours...).                                    

Je ne veux pas plus faire le même choix que l'ultragauche.  Je vote comme seuls les démocrates peuvent le faire, pour Macron.                                                                                                        

N'étant pas la télé j'ai le droit (simple citoyenne) de le dire, d'informer, discuter, dénoncer, mais pas de lancer un appel pour un des deux candidats... (nuance). Et je ne fais pas l'erreur de me croire accusée de crimes, moi ou mes parents, ou ancêtres espagnols, au sujet de l'Algérie, car même si la formule de Macron était erronée ou maladroite, suivant les analyses qu'on peut en faire, elle ne visait aucunement les Pieds-Noirs, et certainement pas les descendants d'immigrés qui n'étaient même pas Français au moment de la guerre de colonisation, mais elle désignait les responsabilités de l'État, donc de la France... métropolitaine. (N'y en a-t-il pas?).                                                

L'enjeu actuel étant grave il ne faut en aucun cas avoir un réflexe communautaire. Il faut penser à nos vies dans le présent de ce pays, à  la sécurité et à  la lutte contre le terrorisme (lutte pensée avec rigueur par Macron,  quand Le Pen a dit - débat - la confier... aux... douaniers, qui arrêteraient les terroristes aux frontières !!!). Il faut se déterminer aussi pour les enfants, qu'il ne faut pas mettre en situation de devoir nous reprocher de les avoir jetés dans l'enfer que décrit la femme polonaise qui lance un cri SOS pour la France. Car elle a fait, elle, comme d'autres polonais, l'erreur de l'abstention.  Et l'enfer de l'extrême droite au pouvoir elle le vit...! (Son appel est sur mon mur Facebook). Nous sommes devant une responsabilité historique,  et nous serons jugés pour cela...                                                                     

Je serai, pour ma part, en accord avec ma conscience. Et je pourrai regarder les jeunes de ma famille (aux noms divers... suivant les mariages, familles biologiques ou de coeur, recomposées ou pas) en sachant que je ne les aurai pas trahis, ni eux, ni leurs ancêtres exilés plusieurs fois. Pas trahi nos migrations, pas trahi nos métissages.                                                                             

Enfin, quand je vois qu'on affuble Macron du titre d'ultra-libéral... ! Libéral? Oui. Assumé.

Mais que signifie "libéral" ?      Cela ne veut pas dire favorable à un pouvoir destructeur de "machines financières" fantasmées par ceux qui en font des mythes empruntés à de troubles projections héritées des années 30. (Penser à d'immondes caricatures dignes des nazis qui ont circulé...!).                                                                                      

Cela veut dire deux choses.                                                           

D'ABORD une orientation idéologique et politique qui privilégie la LIBERTÉ individuelle. (Et donc le respect des individus, de leurs choix de vie, de leur liberté de conscience, de leur droit à l'éducation - et non celui d'être programmés pour une orientation professionnelle précoce sans espoir d'évolution, comme le FN le prévoit, en sacrifiant d'avance les enfants de ces milieux populaires qu'il prétend défendre...! En voulant revenir à des principes rétrogrades en matière de pédagogie). LIBERTÉ d'information et d'expression. (Et non la mise au pas de la presse, les pressions et menaces, comme on le voit déjà dans les villes tenues par le FN, et comme on a pu le voir pour CNews écartant Audrey Pulvar, ou au sujet du débat, avec le refus d'une personnalité que Le Pen craignait). LIBERTÉ de création, et non budget culturel limité et art condamné parce que non conforme aux perceptions rigides ou xénophobes du FN et ses aberrantes conceptions de ce qu'est la culture française de repli.                                                                                    

Donc LIBERTÉ en cohérence avec la tradition des Lumières.  Liberté, et DROITS (des femmes notamment, bien menacés par les projets FN).                                                                    

ENSUITE... LIBERTÉ d'entreprendre, donc de créer des entreprises et de les faire fonctionner dans un pays ouvert aux échanges commerciaux dans l'Europe (une Europe à repenser pour l'améliorer) et dans le monde, pas avec des frontières fermées aux exportations. LIBERTÉ de faire de la recherche. (Pas un retour, par exemple, au créationnisme que les intégristes confondent avec la raison, ou à d'autres errances similaires...). COMMUNAUTARISME, dans la pensée d'Emmanuel Macron? Certainement pas vrai pour le lecteur d'Amartya Sen qu'il est... ! Ne pas confondre communautarisme et fraternité respectueuse de la diversité des êtres qui constituent notre pays. Cette confusion est entretenue par le FN qui n'en est pas à un mensonge près. (En jouant justement sur des communutarismes... ).                                                                                        

La France est devant la possibilité d'une chance historique. D'une transformation sans violence. Chance dont les observateurs étrangers prennent la mesure (ceux qui ne sont pas les alliés d'extrême droite du FN, bien sûr...).                     

Passer à côté par erreur, frilosité, peur... ce serait inacceptable. Et il serait temps de sortir des attentes immatures d'une gouvernance nous dispensant d'agir en tant que société civile.  Autre argument problématique que les populistes ressortent infiniment (ayant peu de matière à penser...) : la FINANCE...!  Déjà, le FN qui a volé l'EUROPE (8 à 9 millions d'euros, quand même...!!) est mal placé pour se prévaloir d'une éthique à ce sujet... !                                                                                           

Enfin, "la" finance, c'est un mot vide si on ne le met pas au pluriel. Quel rapport entre la spéculation ou l'argent des mafias (voilà "une" finance...) ET le support financier de l'entreprise, du commerce, du mécénat, des services publics? CE sont deux réalités d'un monde économique (et financier) aussi complexe que toute réalité.                                                                                                 

Mais penser la COMPLEXITÉ n'est pas dans les capacités des théoriciens du rejet et du repli, des eurosceptiques enfermés dans les théorisations du vide.                                                            

OUI, je vais VOTER, et VOTER MACRON, pour ce que je pense être digne de la France, et parce que je suis profondément EUROPÉENNE. 

........................................

MESSAGE de POLOGNE, qu’on peut signer comme une pétition, sur WeMove.eu (Oui, je comprends pourquoi elle adresse ce cri qui est un SOS pour la France, car elle constate l'aveuglement irresponsable de beaucoup). Pour ma part, je n'ai pas du tout envie de tomber dans le piège qu'elle dénonce, dans lequel elle est tombée et qui se trouve être un cauchemar. NON. Je vote. Je vote pour la démocratie, l'Europe, l'intelligence pragmatique et les valeurs, la fraternité… https://act.wemove.eu/campaigns/lettre-ouverte?utm_campai... 

Lettre-chronique de Luc Le Vaillant... A JL Mélenchon... ("C'est inexcusable")... http://www.liberation.fr/chroniques/2017/05/01/jean-luc-c... . 

Emmanuel MACRON, ENTRETIEN avec MÉDIAPART (article et vidéos)… https://www.mediapart.fr/journal/france/050517/1-dimanche...

Macron est-il libéral ? Oui, socialement (valeurs, liberté) et économiquement (entreprendre). Slate… http://www.slate.fr/story/144592/macron-liberalisme-scandinave

02/04/2017

« Si le lien des mots à leur référence est coupé… »

FERRARI.jpg« Si le lien des mots à leur référence est coupé, toutes les manipulations sont possibles »

Jérôme Ferrari, entretien, L’Humanité

Acuité des questionnements sur l’actualité, dans cet entretien. L’auteur (qui enseigne la philosophie) publie des chroniques parues dans La Croix (il dit ne pas être croyant mais avoir une sorte d’attirance pour quelque chose qui est de l’ordre de la spiritualité, sans savoir pourquoi). Il a voulu, à travers ces chroniques, ne pas répondre à l’immédiateté vaine, mais prendre le recul de la pensée, appliquer les outils de la philosophie pour poser un regard sur le mouvant des événements, des thèmes de la période. Parce qu’il en percevait la nécessité. L’urgence sans précipitation, en quelque sorte. Et effectivement il met l’accent sur des failles  importantes qui menacent la communication et l’information : les fausses vérités auxquelles des gens vont croire et les réalités factuelles qu’ils refuseront de prendre en compte en croyant faire oeuvre de vigilance, alors qu’ils se laisseront prendre aux pièges du complotisme ou de ces « faits alternatifs » inventés par des manipulateurs. Il repère, pour l’avoir étudié sur lui-même, les modalités de l’enfermement dans des codes conformes (le groupe, le courant, la norme militante qui refuse la complexité, le doute, le retrait et le questionnement dérangeant de l’individu). Il examine le lien entre le social et ce qui fait cadre autrement, pour interroger la crise politique que nous vivons (la présidentielle en est un symptôme…). Et enfin (parmi les éléments que je choisis de citer, parce qu’ils me semblent centraux, il questionne, d’un côté, les pièges identitaires et leur instrumentalisation politique (nation figée, appartenance close et univoque), et, d’un autre côté, le fondamentalisme religieux, particulièrement dans une dérive de l’islam en islamisme (dérive qui est associée à un autre piège identitaire, quand l’identité se mêle à des concepts liés au sacré). 

Citations (entretien) : « En 1951, Hannah Arendt a écrit : « Le citoyen idéal d’un régime totalitaire n’est pas un militant convaincu, c’est quelqu’un pour qui la distinction entre vérité et mensonge n’a plus aucun sens. » Nous y sommes : » (…) « Mon expérience m’a guéri du militantisme. Il conduit, selon moi, à une grégarisation de la pensée. Je parle d’un conformisme social qui imprègne les individus et n’a rien à voir avec leur intelligence. » (…) « Les superstructures ne correspondent plus à la réalité sociale. Peut-être qu’en France l’explosion de la droite et de la gauche, pour des raisons assez symétriques, est le signe de cette crise. Avec des choses inacceptables : être un homme politique, voir les tentations identitaires, le gros danger qui guette, et trouver que c’est une bonne idée d’en jouer, c’est criminel, indigne. » (…) « Avoir vécu dans des pays arabes à majorité musulmane permet de faire l’expérience de la pluralité de l’islam, de constater que, de fait, c’est la version fondamentaliste qui tend à se répandre majoritairement. C’est inquiétant parce que cela tend à valider l’identification qui est faite ici entre islam et fondamentalisme. » 

L’entretien, L’Humanité, 24 mars 2017... http://bit.ly/2nYeSDb 

Deux liens sur le livre qui reprend les chroniques de La Croix : « Il se passe quelque chose », de Jérôme Ferrari, Flammarion… 

La Cause littéraire… http://www.lacauselitteraire.fr/il-se-passe-quelque-chose... 

Fiche Decitre… http://www.decitre.fr/livres/il-se-passe-quelque-chose-97... 

17/03/2017

PASSANTS… « Nous sommes tous des passants », dit Achille Mbembe, historien et philosophe…

Mbembe.jpg« Nous sommes tous des passants »… Alors pourquoi nous emprisonner dans des certitudes identitaires qui nous font nous méfier des autres et causent le racisme? Prenons conscience que nous sommes « tous des passants » et lâchons l’inutile piège identitaire. Passionnant texte d'Achille Mbembe

Tous « passants », prisonniers qui doivent se défaire des pulsions morbides des fausses appartenances. C’est à la fois vrai et incomplet...  Vrai à un niveau de haute sagesse, celle de ceux qui ont fortement la conscience du passant qui se sait éphémère sur cette terre (même si tous se savent mortels...). Cependant on naît quelque part, imprégné de l'esthétique des paysages du lieu,  des parfums de la région, des goûts des recettes.  Et nous pensons d'abord dans une langue (ou bi-langue). C'est à partir de cela que nous trouverons le goût des autres et le goût d'ailleurs... Pas en nous déracinant de notre culture au sens privatif, mais plutôt en nous enracinant dans des liens avec ce qui nous était au départ étranger. La haute sagesse d'une conscience identitaire élargie à la planète (et plus, cf. pensée du tao, par exemple) n'est pas opposée à un ancrage. Je complèterais (et corrigerais) cette profonde réflexion du philosophe par celles qui sont développées dans deux ouvrages. Celui d'Amin Maalouf, "Les identités meurtrières" (il dénonce le danger du communautarisme, mais ne voit pas comme idéale une uniformisation illusoire et pauvre...). Et celui d'Amartya Sen,  "Identité et violence" : il définit le multiculturalisme - où les cultures plurielles se rencontrent et s'enrichissent - qu'il oppose au mono-culturalisme (où les communautés sont refermées sur elles-mêmes, coupées des autres) : la pluralité culturelle traverse d'abord l'individu... Et donc, sage peut-être mais ancré, pluriel lui aussi, l'individu, loin des prisons mentales de communautés figées,  baigne dans la richesse du multiple... Je crois qu'il vaut mieux penser que tout peut se croiser et interférer.

Extrait : « Malheureusement, le propre du moment néolibéral est de libérer toutes sortes de forces obscures et perverses que l’on était plus ou moins parvenu sinon à dompter, du moins à reléguer dans le domaine des tabous dans un passé pas très lointain. Tel est le cas du racisme, mais aussi de toutes les pulsions autoritaires dont il faut  répéter qu’elles n’épargnent pas les démocraties libérales. / On ne l’a pas suffisamment fait ressortir, mais à la racine du racisme propre aux sociétés prises dans les rets du néolibéralisme se trouve la difficulté de jouir. Cela étant, les pulsions racistes sont ­devenues des pulsions de type libidinal. / Pour fonctionner, le racisme a besoin de la fiction selon laquelle il y aurait des corps purs, des cultures pures, du sang pur. Or, il n’existe aucun corps humain qui soit pur, diaphane. En matière de corps, de religion, de culture ou de sang, le blanc n’existe tout simplement pas. Tous les corps sont gris ocre et obscurs. Et c’est ce qui fait d’eux des corps vivants et humains, et à ce titre poreux, ouverts sur ce qui les fait vivre, sur la chair du monde. »

Lien, Le Monde, 24-01-17... http://mobile.lemonde.fr/idees/article/2017/01/24/nuit-de... 

Achille Mbembe a publié un essai sur les nationalismes, et leur lien avec l’évolution autoritaire des pouvoirs, les passions guerrières, la violence. « Politiques de l’inimitié », 2016. Vers un au-delà de l’humanisme. Page de l’éditeur : http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Politi...

10/02/2017

Nous "respirons" la pourriture de la haine raciste...

El Pais... .jpgUn peu d'espagnol... "No somos racistas", El Pais semanal, 05-02-16. Chronique d'un écrivain, Manuel Rivas (poète et essayiste) sur le racisme dans l'univers du football, au sujet du départ probable d'un homme (Carlos Arturo Sánchez Roja) qui ne supporte plus d'entendre des insultes racistes. Car "nous respirons les insultes racistes", ce qui signifie que nous sommes atteints psychologiquement et physiquement, que cela pourrit notre réalité, que nous soyons visés ou témoins. Ainsi, ici, à travers le témoignage du jeune agressé à Aulnay, nous respirons la pourriture de la haine raciste. Et nous ne pouvons qu'ériger le mur de notre refus, comme l'auteur dans son article, et comme celui dont il dit le choix…

El Pais semanal, « Nous ne sommes pas racistes »… http://elpaissemanal.elpais.com/columna/manuel-rivas-no-s... 

 

23/11/2016

"Habiter poétiquement le monde", Poesis.

HABITER-LE-MONDE-POETIQUEMENT-COUV-300dpi2-668x1024.gif« Riche en mérites, mais poétiquement toujours, / Sur terre habite l’homme. »

                           Friedrich Hölderlin

(Exergue de l’anthologie-manifeste réalisée par Frédéric Brun, et dont le titre s’inspire de cette pensée d’Hölderlin. Formule, non, bien plus. Fragment d’un poème, « En bleu adorable », et vision-programme.)

...

« …Il faut, sans innocence et naïveté, certes, dépasser ses doutes pour s’offrir un chemin de résistance. » 

                                          Frédéric Brun

(Avant-propos de l’anthologie, « chemin de résistance », car il n’est pas évident de suivre avec optimisme la formule d’Hölderlin. Le manifeste que veut être cette anthologie tient compte des difficultés d’un monde traversé par des laideurs qui peuvent masquer sa beauté, sa possible beauté. Résister par un acte de lucidité, un retour sur soi, une volonté de métamorphose. Pour créer un monde plus juste il faut d’abord se mettre en situation de refus. Résistance contre ce qui doit être refusé, et résistance contre la part amnésique de soi, oublieuse de son essence. Ensuite, alors, créer et agir.)... http://www.poesis-editions.fr/habiter-poetiquement-le-mon... 

...

Cette anthologie, très ample (pas loin de quatre cent pages, 367 exactement) ne donne pas à lire des poèmes (sauf fragments de citations), mais des textes « sur » la poésie. Principalement des écrits de poètes sur leur art, mais pas uniquement : penseurs qui sont proches de la poésie, pour en être lecteurs attentifs, ou pour avoir une conception de leur écriture qui s’en rapproche, et personnalités qui, par leur vision et leur action, tentent de définir ce que peut être « habiter poétiquement le monde ». Ainsi Pierre Rabhi est présent, au même titre que Gaston Bachelard ou Hubert Reeves. 

Des poètes présents dans cet ouvrage je retrouve beaucoup de mes propres références. Ainsi, dès l’avant-propos, et dans la table des matières, je vois mentionnés des noms qui sont aussi sur les rayons de ma bibliothèque (mais je ne les citerai pas tous…). Voici : Joubert (celui des « Pensées »), Baudelaire, Dickinson, Rimbaud, Mallarmé, Rilke, Valéry, Tagore, Pessoa, Tsvetaeva, Artaud, Michaux, Paz, Chedid, Borges, Neruda, Bonnefoy, Aleixandre, Juarroz, White, Glissant, Adonis, Sedakova, Deguy, Cheng, Midal (dont j’apprécie les textes dans la revue « Ultreïa »), Bobin (que je retiens à la mesure des résistances que certains lui opposent au nom d’une fausse rationalité confondue avec l’aveuglement arrogant), Bianu, Velter, Siméon… et d’autres. 

J’aurais ajouté certains noms (Nerval...?!), comme celui de Jabès, par exemple…! Camus manque aussi, et Lorca (son texte sur El duende…!). De même Levis Mano, poète et éditeur génial… Et Maria Zambrano, philosophe espagnole, qui a écrit des pages magnifiques sur la poésie…? Et Anna Akhmatova? J’aurais trouvé le moyen de placer Antonio Porchia… Les « trous » dans mon abécédaire idéal peuvent être dus à une volonté de cohérence intérieure, autre que celle que je projette…

(Mais ce n’est pas mon anthologie… et elle est d’une telle richesse que je reviens à mon objectif : picorer, dans l’ordre, des citations, pour me faire, en feuilleton, notes après notes, comme cela viendra, une anthologie miniature… de l’anthologie. Ainsi, partager un plaisir de lecture, en donnant des bribes, pour mener vers la lecture du livre entier ceux qui auront été séduits par l’entreprise - ce considérable travail de lecture et recherche qui a été produit par Frédéric Brun… Mais l’objectif complémentaire, mais pas secondaire, est d’être passeur de ces messages qui ont un sens politique, bien au-dessus des batailles des égos politiciens. Comme le dit Pierre Rabhi, une façon aussi de faire ma part, ce qui est à la source de la raison d’être de ce blog, et de tout ce que je peux écrire, là ou ailleurs…). 

Pour l’instant je ne vais citer, ci-dessous, que l’avant-propos. Puisque « habiter poétiquement le monde » définit tout autant une conception de la manière de choisir de vivre sur cette planète pour le temps qui nous est réservé que de la manière de concevoir le rôle de la poésie, cette écriture spécifique qui manie les mots mais vient d’un regard particulier d’êtres qui engagent une éthique de vie. Regard, âme, spiritualité, conscience… sont des termes qui peuvent aider à traduire ce qu’est l’expérience poétique, ses liens avec le quotidien banal et la hauteur d’une perception de ce qu’est « être », pas seulement exister. En fait, la mystique (que plusieurs assument en tant que telle pour exprimer ce qu’est leur itinéraire entre ciel et terre) rejoint l’écologie et la politique. Non la politique partisane, mais l’engagement d’un Hugo. Non l’écologie comme une mode sans remise en question profonde, mais une écologie qui est tout autant écologie de soi-même - comme l’affirme Michel Deguy, transformation intime, pas vers autre chose (lire Pierre Rabhi..)…

L’autre nom majeur, ici, fondateur, en dehors d’Hölderlin, est celui de Kenneth White, car si éthique il y a, c’est bien dans la pensée de ce très grand poète, dont l’ambition n’est pas, pourtant, d’être cela (un « grand poète » reconnu, ou simplement connu) mais d’impulser une pensée du monde, dans le monde, solidaire, une « géopoétique » d’êtres incarnés, soucieux de leur planète, et conscients de leur place dans le cosmos. 

Consulter ce site : http://www.kennethwhite.org/geopoetique/   

Et celui-ci : http://www.oeuvresouvertes.net/autres_espaces/white.html 

Pour Kenneth White, « la poésie commence par un refus radical du monde », le monde tel qu’il est, fait par les hommes, pour l’injustice, la violence et la haine (ou l’ennui). Monde mobile, inachevé, il est là pour qu’on le crée et qu’on se crée en même temps, et ainsi qu’on crée les liens avec les autres humains, à la mesure de notre connexion cosmique, puisque nous sommes part du cosmos et devons nous en souvenir, pour devenir qui nous sommes… 

De Kenneth White j’ai envie de copier un poème du recueil « La résidence de la solitude et de la lumière » (William Blake and co, 1978). Car il dit une intention principale, sur quels refus se fonde sa démarche essentielle, et donc sur quelle création fondamentale et fondatrice : 

« Travaillant et retravaillant

   les mêmes textes

   jour après jour

   perdant tout sens

   de ‘production’ et de ‘publication’

   toute idée d’une ‘réputation’ à forger

   engagé plutôt dans quelque chose

   — loin de toute littérature —

  que l’on pourrait pertinemment nommer

  un yoga poétique » 

(Sagesse humble, humble du vrai orgueil d’être, qui devrait être méditée par pas mal de gens qui jettent en pâture des écrits trop imprégnés d’une ambition qui suinte entre les mots et les pages, et nous fait remporter  certains livres achetés par erreur, vers des circuits moins exigeants… Car alors l’âme est désertée, il ne reste que le vide un peu trop « littéraire », au très mauvais sens du terme  ).

Je reviens donc à l’avant-propos de Frédéric Brun (une dizaine de pages).

Après avoir cité de nouveau Hölderlin : « Et pourquoi des poètes en temps de détresse? », il rappelle que « l’habitat poétique exige une éthique », pour laquelle l’homme doit cesser de mettre l’économique en première place, et donc changer de priorités « pour retrouver l’essence de son existence ». Pour cela, notamment, se nourrir de beauté, regarder (« s’en inondant l’âme et les yeux »). Et il conclut : « Cette attitude poétique pourrait, si nous étions plus nombreux à l’adopter ou au moins à en prendre conscience, devenir également un acte politique et écologique qui participerait au changement du monde. » 

03/10/2016

Ni avancer, ni reculer. Avancer et reculer…

poesis,être présence,zen,tsai chih chung,tao,sagesses,spiritualité,alep,syrie,b.d.,bande dessinée,vipassana,goenka,joie,douleur,violenceJ’ai lu (diffusée par Etre Présence, sur Facebook) une page de BD. Tsai Chih Chung, reprend une sorte de koan zen d’un maître nommé ici Fayun… qui dit qu’il  ne faut ni avancer ni reculer, mais avancer ET reculer. Avancer, est-il écrit, c’est perdre le Tao, reculer perdre la manifestation, la vie, ne rien faire c’est être comme la pierre… 

poesis,être présence,zen,tsai chih chung,tao,sagesses,spiritualité,alep,syrie,b.d.,bande dessinée,vipassana,goenka,joie,douleur,violenceCe paradoxal enseignement de sagesse en bande dessinée (non dénué d'humour...) correspond à mon état d'esprit, en ce moment en tout cas. En fin d'après-midi, alors, je lisais (pause café en terrasse, comme j'aime). Et, sur ma table, les journaux avec un fatras d'horreurs et, quand même, des faits plus souriants. Mais la pensée de la Syrie, Alep, en arrière-plan de toutes les phrases. Après les journaux, plongée dans deux livres (relecture). Dans l'anthologie de Poesis, "Habiter poétiquement le monde", un texte d'Hölderlin, pages 23-24, et dans ce texte une phrase, dont je note la première partie : "C'est par la joie que tu t'efforceras de comprendre le pur en général, les hommes et tous les êtres...". La joie. Le message de toutes les sagesses. Et si loin des émotions liées à l'actualité. L'autre livre, de Goenka sur la méditation Vipassana (qui ne demande qu'être là, respirer, et, surtout, observer ce qui est ressenti : je résume...). page 129 (poche, Points Sagesses), il est écrit ceci, à propos des pensées qui viennent, interrogations, doutes, etc. : "Tout cela est le travail de la surface de l'esprit, mais la partie la plus profonde de l'esprit n'a rien à voir avec tout cela". (Et il relie la profondeur aux sensations perçues puis dissoutes, car la souffrance est notre propre création...). Et, dans cette BD, ce message : ni avancer, ni reculer, avancer ET reculer. La joie à l'horizon, dans ces trois lectures. A l'horizon de la poésie, si elle échappe aux rumeurs médiocres ressassées par l'esprit (et ce n'est malheureusement pas toujours le cas...). A l'horizon de la méditation. A l'horizon des espoirs de paix, du regard solidaire, contre la haine. Sauf que, rappelle la science (cf. article du Monde daté 30-09, signé par Nathaniel Herzberg) "La violence humaine s'enracine dans l'arbre de l'évolution". (Bien sûr, mais nous avons aussi en nous un autre centre, qui refuse de se limiter à cet enracinement...). Donc, malgré tout, croire en la joie. Et tenter l'harmonie... (J'hésite entre point d'interrogation et points de suspension...). Donc : ...???  Comment traduire cela pour penser l'actualité sans se perdre, c'est cela qui importe, et il y a matière...

Les bandes dessinées de Tsai Chih Chung qu'on peut trouver à la FNAC (par exemple) : http://recherche.fnac.com/ia312443/Tsai-Chih-Chung

Poesis éditions : http://www.poesis-editions.fr

05/04/2016

"Dieu par la face Nord"...

DIEU.gifL’article (Le Monde, lecture, par Emmanuel Carrère) n’est pas lisible intégralement en ligne… Dommage. La réflexion rejoint celle d’Abdennour Bidar, je trouve, par cette recherche d’une rationalité dans un au-delà de la religion et de l’athéisme. Emmanuel Carrère parle avec enthousiasme d’un livre qu’il dit avoir lu trois fois et vouloir relire, tant il est enrichissant. Livre… sur Dieu, de quelqu’un, Hervé Clerc, qui n’est croyant d’aucune religion (mais peut avoir le « goût » de certaines, par attrait pour ce qu’elles expriment de sens ou recherche de sens, de ce mystère des questionnements humains, de l’intériorité humaine). Ni croyant, ni athée, agnostique, mais pas de ceux qui sont indifférents à ce qui participe de l’interrogation métaphysique : « Qu’est-ce que je fais là? Et c’est quoi "je"? Et c’est quoi "là"?». La face Sud de Dieu ce serait l’image populaire transmise par les religions, le personnage mythique et simple qui ne répond pas aux questions essentielles. La face Nord ce serait l’intangible qui n’a plus de visage, qui n’est plus rien de ce que les religions veulent nommer. Peut-être plus proche de ce que les mystiques fréquentent et dont les agnostiques ne se moquent pas car l’humilité du non-savoir ne se satisfait pas de la dérision… Cette pensée rejoint une sagesse questionnante, fascinante quand elle repense nos crises comme une sorte de marche vers une modernité qui dépasse le « Dieu est mort » de Nietzsche pour nous faire accéder à un autre devenir du sens. Notre pensée collective inconsciente est peut-être en train de construire une autre approche de l’ontologie fondamentale. Notre réalité, malgré toutes les horreurs qui submergent émotionnellement, est peut être moins sombre que ce que l’on croit. Je relève un passage de cette ample (et passionnante) recension : « Je pense que c’est un livre essentiel, qui pressent quelque chose qui est en train d’advenir et qui est tellement grand qu’on ne peut pas le voir : ce qui se lève et grandit au crépuscule de Dieu, la face nord. » En tout cas, moi, demain, je vais chez mon libraire… http://www.lemonde.fr/livres/article/2016/03/23/l-ascensi... 

Document de l’éditeur, éd. Albin Michel. Citations : « Le mot dieu est ambivalent. Il a un adret et un ubac. Une face sud et une face nord. » (…) « Dans une démarche et un style uniques en leur genre, Hervé Clerc nous invite à un voyage ascendant vers une réalité ineffable et cachée, qui a peu de chose à voir avec le « Dieu » que l’on nie ou confesse habituellement. »... http://www.albin-michel.fr/multimedia/Documents/espace_jo...

ROY.jpgDeuxième passage de cette chronique, qui donnera envie de lire deux autres ouvrages. Celui d’Emmanuel Carrère, qu’il mentionne, pour son rapport avec la « conversation » menée à deux (recherches et écritures tissées par l’amitié).  Celui d’Hervé Clerc, essai sur le bouddhisme de quelqu'un qui n’est pas bouddhiste. Parcours qui peuvent se faire en marge, parallèlement (pour ceux qui aiment croiser leurs lectures), ou pour préparer la fréquentation de la pensée d’Hervé Clerc (dont j’avais aimé « Les choses comme elles sont »). 

CITATION : « Dans mon livre, Le Royaume (POL, 2014), j’ai essayé de tracer son portrait et de faire entendre l’écho de la conversation que nous poursuivons depuis vingt-cinq ans, tout en marchant sur les sentiers de montagne du Valais. Dans cette conversation, je tiens le rôle de l’agnostique, et lui – du « croyant » ? Vous n’y êtes pas. Vous n’y êtes pas plus que cette personne à qui je recommandais son livre sur le bouddhisme, Les Choses comme elles sont (Folio, « Essais », 2011), et qui me disait : « Mais alors, il est bouddhiste, ton ami ? » Non, il n’est pas bouddhiste. Il n’est pas davantage hindouiste ni musulman, bien que son nouveau livre poursuive l’enquête à partir des noms de Dieu dans l’hindouisme et l’islam. »

CHOSES .jpgVoir aussi, sur le livre d’Hervé Clerc, « Les choses comme elles sont », la page de l’éditeur: http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio-e... 

… Et cette lecture, riche recension, de Sébastien Barbara : http://www.actu-philosophia.com/spip.php?article417 

Sur « Le Royaume », voir la critique d’un blog hébergé par l’Express (« Les 8 plumes »), rappel sur le fait que ce livre qui parle de religion est écrit par quelqu’un qui est sorti de la religion, mais dit être « troublé » par le fait d’avoir cru (et donc avoir envie de questionner la croyance et ce qui fait sa matière) : http://blogs.lexpress.fr/les-8-plumes/2014/10/30/21725/ 

© MC San Juan (TramesNomades)

16/02/2016

KAMEL DAOUD, voix essentielle, grande conscience. Polémiques destructrices causées par des censeurs...

kamel daoud,daoud,pensée,idéologie,polémiques,religion,islam,islamisme,intégrisme,islamophobie,censure,censeurs,bien-pensance,bien-pensants,sexualité,misère sexuelle,monde arabe,occident,tabous,guerre du silence,soraya addi,blog,journaldunebougnouleeclaireeVoix essentielle... Kamel Daoud.

Que ce soit dans Le Quotidien d'Oran (cf. illustration), ou que ce soit sur d'autres supports, on lit... pour plus de lucidité, pour un miroir qui nous renvoie des questions souvent douloureuses. Pour plus d'être. Voir ici ses chroniques reprises sur djazairess.com : http://www.djazairess.com/fr/author/Kamel+Daoud

 .

Choquée en lisant dans Le Monde une tribune hostile (agressive, violente, fermée), et attristée en lisant sa réaction, car on y lisait la lassitude de l’auteur devant l’incompréhension malveillante, j’ai posé un commentaire au post publié, m’adressant à lui, comme d’autres internautes, lecteurs. Puis j’ai repris ce commentaire, tel que, en le modifiant à peine, juste en l’adaptant aux destinataires. (mediateur@lemonde.fr et courrier-des-lecteurs@lemonde.fr). Faire passer le message au journal. J’ai précisé que j’en faisais une copie sur mon blog. 

Et c’est ceci : « Tristesse, immense, en lisant la tribune contre Kamel Daoud (sans aucun commentaire du Monde, qui n’aurait pas dû publier cela…). Et tristesse immense en lisant la chronique de Kamel Daoud, où la lassitude est telle devant toutes ces attaques que celui qui a été primé meilleur journaliste (mais est aussi la cible d’une menace de mort)  serait prêt à tout arrêter. On a tous besoin de grandes consciences. Et il en est une, majeure. Il est un des grands esprits algériens, qui fait honneur à la fois à ce pays, à la francophonie, et à l'humanité libre de penser. Ceux qui ont signé cette abjecte tribune (qui se disent intellectuels, affichant leurs titres, mais qui apparemment ne savent pas lire puisqu'ils n'ont rien compris) sont les complices objectifs des intégristes. (Et le Monde avec eux, en leu donnant cet espace). C’est grave d’'avoir accepté de publier cette infamie signée à plusieurs. Nous sommes dans une période où les aveugles et les complaisants règnent. Nous devons tous nous dresser, chacun comme il le peut, contre l'obscurantisme (et tous ses visages) : écrivains, blogueurs, poètes, artistes. En signant. ll y a bien plus de gens qui le lisent et le soutiennent que de gens comme ces auteurs d'une lâche tribune, ces infirmes de la pensée. Ils ont fait une faute grave. "Toute l'eau de la mer ne suffirait pas à laver une tâche de sang intellectuelle" a écrit Lautréamont. La leur ne sera lavée par rien, sauf par l'aveu de leur ignorance et de leur faillite idéologique. Et celle du Monde? »

….

Donc, je reprends ici les textes de Kamel Daoud. Et deux réactions (de deux femmes) qui s’opposent aux censeurs « bien-pensants »… 

La chronique de Kamel Daoud, suite aux attaques ignobles (tribune parue dans Le Monde, après la sienne, et déformant le sens de ce qu’il disait). « Lettre à un ami étranger » : http://www.lequotidien-oran.com/?news=5224963  

CITATION : « J'ai longtemps écrit avec le même esprit qui ne s'encombre pas des avis d'autrui quand ils sont dominants. Cela m'a donné une liberté de ton, un style peut-être mais aussi une liberté qui était insolence et irresponsabilité ou audace. Ou même naïveté. Certains aimaient cela, d'autres ne pouvaient l'accepter. J'ai taquiné les radicalités et j'ai essayé de défendre ma liberté face aux clichés dont j'avais horreur. J'ai essayé aussi de penser. Par l'article de presse ou la littérature. Pas seulement parce que je voulais réussir mais aussi parce que j'avais la terreur de vivre une vie sans sens. Le journalisme en Algérie, durant les années dures, m'avait assuré de vivre la métaphore de l'écrit, le mythe de l'expérience. J'ai donc écrit souvent, trop, avec fureur, colère et amusement. J'ai dit ce que je pensais du sort de la femme dans mon pays, de la liberté, de la religion et d'autres grandes questions qui peuvent nous mener à la conscience ou à l'abdication et l'intégrisme. Selon nos buts dans la vie. /  Sauf qu'aujourd'hui, avec le succès médiatique, j'ai fini par comprendre deux ou trois choses. / D'abord que nous vivons désormais une époque de sommations. » Suite sur la page du journal…

La chronique précédente qui a déclenché les foudres des censeurs autosatisfaits. Kamel Daoud montrait le double jeu de renvois fantasmatiques, pour démonter les pièges idéologiques, tout en affrontant les questions, refusant le déni de réalité  (des uns) et les projections racistes (des autres). « Cologne, lieu de fantasmes », Le Monde, 31-01-16  http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/31/cologne-li... 

Il a publié aussi une réflexion sur la sexualité et le rapport aux femmes, NYTimes, 14-02-16, « La misère sexuelle du monde arabe ». (Refuser les tabous, regarder en face les situations, causes et conséquences). Texte en français : http://www.nytimes.com/2016/02/14/opinion/sunday/la-miser... 

Un autre texte de Kamel Daoud me semble important, dans ce débat. Car c’est bien la question du sujet de la conscience qui est en jeu ici. On veut enfermer l’auteur dans des silences exigés par le « nous », la communauté, l’appartenance figée, et lui interdire la pensée du « je ». (Alors que, comme l’inscrit la blogueuse en exergue, nous sommes pluriels, et que comme l’analysent Amin Maalouf et Amartya Sen dans leurs livres, nos identités ramenées à des singularités obligatoires sont des prisons.)

Ce texte est celui-ci : http://www.lequotidien-oran.com/?news=5224664 (Citations : « Le crime est celui d'avoir donné de l'encre à la voix ou d'avoir écrit ce que chacun dit. Le crime est la dénonciation de l'entre-nous, la transgression du murmure clandestin de sa propre culture. Le crime est la voix et le porte-voix. /  Et cela vous use. /Sous l'inquisition d'un Occident en pleine errance d'âme, qui essaye de trouver en vous le chamane de ses angoisses, le témoin de ses convictions peureuses et la preuve de ses théories sur l'Autre. / Sous l'inquisition des siens qui vous lapident pour votre singularité, ne comprennent pas le ‘je’  dans l'étable du ‘nous’ dominant, ne s'expliquent pas votre vision sauf sous l'angle de l'alimentaire, ne peuvent voir plus loin que la théorie du complot et la salive de l'âge d'or mort et enterré. / Piégé, sommé, obligé, repoussé, brûlé, incompris et soupçonné ou trop coloré et aromatisé comme un exotisme trop convenant. / Texte tarifé ou sommation du groupe. » (…) « C'est alors que l'épuisement guette la clairvoyance. ».

Et j'ajoute ce lien, sa réflexion sur les fascismes, entretien, dans Le Devoir  http://www.ledevoir.com/culture/livres/456378/tous-les-fa... 

...

La chronique sur Cologne a donc déclenché l’hostilité de gens se déclarant anthropologues, historiens, sociologues (cela ne donne pas une bonne idée de ce que peuvent être ces sciences humaines dans les mains de tels signataires…). Leur texte : http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/02/11/les-fantas... (MISE à JOUR, 23-02-16. Mais QUI sont-ils vraiment? Lire cette note qui révèle la véritable identité idéologique des signataires en question. "Dis-moi d'où tu écris" : http://sicsic.blog.lemonde.fr/2016/02/13/dis-moi-dou-tu-e... ...Et celle-ci : http://www.huffingtonpost.fr/serenade-chafik/kamel-daoud-... Citation : « Je me suis interrogée sur l'identité des signataires, et en consultant les profils de chacun, il a été aisé de constater qu'ils partageaient presque tous la même préoccupation. La plupart d'entre eux ont des publications qui les placent dans le courant racialiste qui dénonce la politique "postcoloniale" de l’Occident. ») 

Voici une réaction à cette tribune hostile à Kamel Daoud. Par une juriste, Soraya Addi, qui insiste aussi sur le ridicule d’un chroniqueur condescendant qui s’exprime dans Algérie-Focus, pour défendre, en fait, la loi du silence et critiquer Kamel Daoud). Nouvel Obs, LePlus: http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1482058-kamel-da...  (CITATION / « Que l'on soit d'accord ou non avec les articles "Cologne : lieu de fantasmes" et "La misère sexuelle du monde arabe", on ne peut nier que Kamel Daoud a permis, dans un éclat international, d'ouvrir le débat sur un sujet enfermé dans un silence de plomb et qui ne pouvait être abordé qu'à l’extérieur du monde musulman mais qui, grâce à sa traduction en arabe par le "New York Times", atteindra le premier public concerné. Car il est nécessaire que les sociétés musulmanes modérées prennent conscience du profond malaise que génère le tabou du sexe afin de combattre les clichés dévastateurs propagés par les islamistes. Et ni la peur de l’islamophobie occidentale, ni la honte du regard extérieur posé sur les souffrances du monde arabe ne devraient être des obstacles à ce combat. ») 

Une autre réaction, une femme encore, une blogueuse qui met en exergue de son blog ses identités plurielles : « La dangereuse guerre du silence faite à Kamel Daoud sur la terre de la liberté d’expression » : https://journaldunebougnouleeclairee.wordpress.com/2016/0...  (CITATIONS :  « Chers Mesdames et Messieurs les anthropologues, historiens et sociologues bien-pensants, permettez-moi tout d’abord de vous dire que vous avez tort. En tant que femme, musulmane, française de naissance, algérienne ayant vécu une décennie en Algérie, permettez-moi de vous dire que vous avez tort. L’islamophobie que vous devriez combattre n’est pas celle de Kamel Daoud mais la vôtre. En effet dans son premier texte, comme dans le second publié par le New York Times « The sexual misery of the Arab World », M. Daoud ne blâme pas l’Islam pour le rapport malsain des musulmans au sexe, mais l’Islamisme. Or dans votre lecture hâtive vous avez fini par assimiler ces deux très différentes notions, et c’est cela l’Islamophobie. » (…) « La France est un pays qui n’aime pas les tabous, et pourtant ici comme ailleurs, il y a culturellement des choses qui se ne disent pas. Or dire que le monde musulman a un rapport malsain au sexe n’a rien de choquant, certaines femmes sont cachées sous des draps sombres, il n’y a pas de preuve plus criante que cela. C’est un appel nécessaire qui aspire à un changement aujourd’hui vital. »)

 

19/12/2015

CITATIONS et... TITRES. Lecture... Lecture... Lecture... (pour soi, ou pour offrir...)

« Je crois que je devine pourquoi on écrit les vrais livres. Pas pour se rendre célèbre, mais pour mieux se rendre invisible, tout en réclamant à manger le vrai noyau du monde. »

Kamel Daoud, « Meursault, contre-enquête »

Donc, des livres écrits pour se rendre invisible (que les auteurs le sachent ou pas), des livres pour pénétrer le sens enfoui du réel… (le sachant). Des livres sur mon chemin, en phase avec ce chemin…


GESTE.jpg
POÉSIE. « Le moindre geste », de Michel Bourçon, éd. pré#carré / Hervé Bougel, décembre 2015. Citations : « peut-être que la direction à prendre n’est ni en soi / ni au dehors, que le panneau indicateur se trouve / planté dans la divergence. » (…) « entre soi et les choses / quelque chose / qui ne rejoint rien » Page éditeur : http://precarrediteur.fr/?page_id=1529 

.........

ATTESTE.jpgPOÉSIE. (Et publication Jeunesse). « J’atteste / contre la barbarie », d’Abdellatif Laâbi, éd. Rue du Monde (avec un dossier documentaire d’Alain Serres et des dessins de Zaü). Lecture pour tous les âges. Un poème écrit après la tuerie de janvier 2015, et publié en urgence après les massacres de novembre. Livre essentiel pour affirmer un idéal d’humanité, un refus des monstruosités produites par la haine et la folie idéologique. Page éditeur : http://www.rue-des-livres.com/livre/235504404X/j_atteste....  Librairie en ligne, La Courte échelle : http://lacourteechelle.hautetfort.com/archive/2015/12/07/... 

Le Monde, article, « Parler des attentats aux jeunes lecteurs » : http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/12/15/parler-des... 


Abdellatif Laâbi.jpg

POÉSIE, même auteur, Abdellatif Laâbi, « La saison manquante », Éds. de La Différence : https://www.ladifference.fr/la-saison-manquante-suivi-de-... 

 

 

et Recours au poème, recension : http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/abdellatif-laâbi-l... 

... 

PEN ANTHOLOGIE.jpg

 

 

 

POÉSIE. PEN club français. « Liberté de créer, liberté de crier », anthologie.

Recension, par Emmanuel Baugue, Recours au poème  http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/pen-club-français-... 

D’Emmanuel Baugue, des chroniques sur Recours au poème, dont celle sur le poète Ashraf Fayad (agir : « A propos… ». Il le dit ‘saoudien’ alors qu’il est palestinien, mais le poète a effectivement représenté l’Arabie saoudite comme poète-artiste, ancré dans le pays où il vit, donc…). Et lire aussi deux textes sur la poésie (« Contre le simulacre » et « De la poésie »). Liste après le paragraphe sur lui : http://www.recoursaupoeme.fr/users/emmanuel-baugue 

Falaises.jpgEt, de lui, un recueil, « Falaises de l’abrupt » : http://www.recoursaupoemeediteurs.com/premiers-poemes/fal...

....... 

TURC.jpgPOÉSIE.« Août 1936. Dernier mois dans le ventre de ma mère », d'Özdemir Ince. Préface de Lionel Ray, poèmes traduits du turc par Claire Lajus, éd. A L’Index (Le livre à dire / Jean-Claude Tardif lelivreadire.blogspot.com / revue.alindex@free.fr ). Citations : « Que je puisse voir à quoi ressemble une forêt de pluie » (…) « J’attends ma naissance depuis l’origine / de l’univers, je m’attends » (…) « Je serai un révolté, si jamais je me décide, / et si je reste là pour toujours » Page sur la revue Aynahttp://revueayna.com/actualites/

NAITRE.jpgPOÉSIE. « Naître si mourir », de Hyam Yared (née à Beyrouth), éds. Mémoire d’encrier (Canada/Québec). Citations (son prologue) : « Naître de toute évidence, puisque mourir est le dernier rêve. » (…) « Car on ne meurt pas, on rejoue une dernière fois sa naissance. » Citations (poèmes) : « L’errance est mon décharnement. Nos regards / — nos déchirés. On court après nos visages. » (…) « Où tu es je suis / visage. Où peut-être / je ne suis. » (…)  « Les morts ont tous droit à l’obscure. » Page éditeur : http://memoiredencrier.com/naitre-si-mourir-hyam-yared/ 

.......

DIAMS.jpgESSAI. « Je ne suis pas Diam’s », de Fawzia Zouari (franco-tunisienne), éd. Stock. Citations : « Je ne suis pas Diam’s. Ni par la naissance, ni par le parcours, ni par la conception de l’islam. J’ai vu le jour en Tunisie, dans un petit village où mon père avait le titre de "cheikh" qui lui conférait une autorité religieuse. Ma mère a passé sa vie enfermée derrière les murs de sa maison et je n’ ai aperçu sa chevelure que sur son lit de mort. Vers douze ans, mes soeurs aînées ont été interdites d’ école et cloîtrées. Je me suis alors promis d’aller jusqu’au bout de mes études et de ne pas me voiler. » Page éditeurhttp://www.editions-stock.fr/je-ne-suis-pas-diams-9782234...  Articles, Jeune Afrique : http://www.jeuneafrique.com/mag/274208/culture/livres-je-...  et Kapitalis (Tunisie) : http://kapitalis.com/tunisie/2015/11/23/je-ne-suis-pas-di... 

........

NUIT.jpgFRAGMENTS (prose poétique, méditation et engagement). « À ce stade de la nuit », De Maylis de Kerangal, éd. Verticales. Comment un nom entendu à la radio (Lampedusa) traverse (est traversé par) des sens divers : mémoire, rêve, et cauchemar réel, enfin. Citations : « à ce stade de la nuit je tourne toujours les pages du journal, je les balaie du regard, je repère les titres, les légendes des photographies » (…) « La nuit avance. Je suis maintenant rivée à l’île de Lampedusa comme on s’obsède d’une poussière sur une feuille vierge. » (…) « Heures nocturnes, lumière qui perle au bout des cils, fatigue extralucide, vitesse de la pensée : l’événement cristallise doucement. » (…) « Etrangement le toponyme insulaire (…) mais ce matin, matin du 3 octobre 2013, il s’est retourné comme un gant, Lampedusa concentrant en lui seul la honte et la révolte, le chagrin, désignant désormais un état du monde, un tout autre récit. » Page éditeur http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Verticales/Mi... 

poésie,poèmes,poètes,créer,écriture,humanisme,humanité,barbarie,valeurs,liberté,droits humains,solidarité,citations,culture,livres,lecture,pen club,poète palestinien,ashraf fayad,lampedusa,réfugiés,liberté de conscience,kamel daoud,michel bourçon,pré#carré,hervé bougel,abdellatif laâbi,alain serres,zaü,rue du monde,j’atteste,emmanuel baugue,recours au poème,özdemir ince,à l’index,j-c tardif,lionel ray,claire lajus,hyam yared,fawzia zouari,maylis de kerangal,eux c’est nous,cimade,marie aubinais,elsa fouquier,anouk rucard,liyahCHARLIE HEBDO. « Tout est pardonné », le livre. 500 dessins (Cabu, Charb, Wolinski, Tignous, Honoré… et aussi Coco, Catherine, Riss, Pétillon, Luz, Willem, Dilem…)

Sur le site de Charlie Hebdo (édition créée par Charlie Hebdo, Les échappés)  https://charliehebdo.fr/editions-les-echappes/ 

Diffusion librairie en ligne, Decitre  http://www.decitre.fr/livres/tout-est-pardonne-9782357661... 

…....

EUX.jpgÉDITION JEUNESSE… « Eux, c’est nous », Les éditeurs Jeunesse avec les réfugiés, éd. Cimade/Gallimard http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD-JEUNESSE/Cima... 

PETITS.jpget « Les questions des tout-petits sur les méchants », de Marie Aubinais (illustrations d’Elsa Fouquier et Anouk Rucard), éd. Bayard Jeunesse. Présentation (illustrée) du livre, blog de Liyahhttp://www.leslecturesdeliyah.com/livre-pour-enfants-ques... 

Page Bayard éducation : http://www.bayardeducation.com/article/donner-aux-enfants... 

16/11/2015

« Fluctuat nec mergitur ». Malgré les larmes et le sang...

« Fluctuat nec mergitur »

…. Locution latine comme devise de Paris….

(Il est battu par les flots mais ne sombre pas) / (Il flotte mais ne coule pas) / (Fluctuat… Il fluctue, est agité, mais…)

Quelle que soit la traduction qu’on retient, la devise, inscrite sur le blason de la ville de Paris, sous le bateau symbolique, a pris un sens très fort pour nous, Parisiens, depuis ce 13 novembre. Et c’est exactement ce qui se passe : résistance, courage, désir de vivre. « Même pas peur ». Juste résister. Et rester unis, « Ne pas finir leur travail en tombant dans les pièges de la division ».  Malgré la tristesse, grande, continuer la joie, des petites choses et des grandes. Des petites d’abord. Lire au café, en dégustant un bon breuvage chaud, et en lisant toute la presse, pour construire notre pensée CONTRE et notre pensée POUR. Contre le terrorisme et ce qui le nourrit. Pour la fraternité entre nous tous, toutes origines, toutes classes sociales, tous âges.

Flotter, ne pas couler. Notre éthique… 

Je ne dis pas « morale » mais « éthique » : nuance...

Regarder la Seine, et ne pas penser au sang des morts et des blessés, respirer.

Mais on ne regarde pas la Seine de la même façon, et on pense au sang.

On avait des chiffres bruts : nombre de morts, 129 (132 maintenant?), et le nombre de blessés, 352, dont un grand nombre en urgence vitale absolue, plus ceux qui viennent consulter pour le choc traumatique.

Maintenant on a des visages et des noms, des prénoms, et on réalise plus. C’est un deuxième choc. Deuil partagé. Je pense à Martin Buber, à Emmanuel Levinas. Visages d’autrui, altérité. Si je reconnais en l’autre un visage, un regard, une conscience, je ne peux le tuer.

Retrouvant une photographie prise cet été, j’en ai fait le support visuel de mon ressenti actuel. (Je cherchais ce qui pouvait le mieux traduire la peine, l’émotion.)

Cela s’est imposé. Jour de pluie, sud méditerranéen, vitre de voiture, gouttes, lumière rouge. Le symbole des larmes et du sang… Je peux même y voir les couleurs de notre drapeau, si je veux (que beaucoup, Français ou pas, solidaires, ont mis en surimpression sur leur profil Facebook). Bleu? Traces bleutées, très subtil reflet, que peut-être j'invente. Blanc? Lumière, en point focal. Rouge? Ce feu qui, maintenant, est sang. Et je préfère penser le sang des morts et des blessés comme un feu qui, en nous, va transformer les paresses et les ignorances en colère active, force de savoir, énergie d’action….

En s’appuyant sur des pensées…

« Le visage me demande et m’ordonne. Sa signification est un ordre signifié. Je précise que si le visage signifie un ordre à mon égard, ce n’est pas de la manière dont un signe quelconque signifie son signifié ; cet ordre est la signifiance même du visage. » (Emmanuel Lévinas, « Ethique et infini », Fayard éd., coll. « L’espace intérieur », 1982)

« C’est le fait totalitaire qui atteste, en la niant, la réalité de la subjectivité du sujet. » (Jean Zacklad, « Pour une éthique », Livre III, « L’Alliance », éd. Textes et travaux, 1985)

« Mais on ne sème pas le mensonge, il prolifère, il occupe l’étendue qu’il doit constituer lui-même peu à peu, ce qui lui est facile quand tous les moyens sont prêts pour cela. Et pendant ce temps, la vérité enterrée germe. » (Maria Zambrano, « Sentiers », éd. des femmes 1992 / éd. Editorial Anthropos del Hombre, Barcelone, 1986 / traduit de l’espagnol par Nelly Lhermillier)

« Penser dans les choses, parmi les choses, c’est justement faire rhizome, et pas racine, faire la ligne, et pas le point. Faire population dans un désert, et pas espèces et genres dans une forêt. Peupler sans jamais spécifier. » (Gilles Deleuze / Claire Parnet, « Dialogues », Flammarion, Champs essais, 1996)Gouttes et sang.jpg

15/11/2015

Note CONTRE et POUR. Et retour sur un billet d’humeur… posé sur mon journal Facebook, le 13 novembre à 19h06, et que je reprends ici.

Depuis la soirée du 13, les terribles attentats, je n’ai pas écrit sur mon blog, mais beaucoup sur Facebook, où l’échange est très riche, et où j’ai des signes de près et de loin, que je n’aurais jamais autrement. Cela m’a paru le lieu le plus adéquat pour réagir. Réagir CONTRE ce terrorisme. Et tenter de le penser, avec d’autres, dans le partage des textes, images, liens. Beaucoup d’amour dans les messages venus, au-delà de Paris, de province, et de plus loin : Algérie, Maroc, Tunisie, Australie, Europe, Etats-Unis, Canada, etc. 

En même temps, et c’est ce que j’ai un peu évoqué pour mes correspondants en donnant des nouvelles, j’étais troublée par ma dernière note, « Nuit, Paris Est, or et ombre » (poème et photographies), création d’un moment, vécue dans un sentiment d’amour pour ce quartier de Paris Est sud (le quartier touché par les attentats est plus haut, sur l'autre rive). Sud, dans cette note, mais Est… Et « barzakh », intermonde, qui serait l’espace entre deux mondes après la mort. Hasard ou prescience. Relisant à l'instant un texte d'Abdennour Bidar, j'y vois un sens supplémentaire. Parlant de lui, pour introduire sa réflexion sur l'islam (réflexion de musulman et d'islamologue) il utilise aussi ce mot, "barzakh", pour désigner cet entre-deux de l'appartenance à deux mondes de références. Et ceci est au coeur des problématiques actuelles, dans notre affrontement du terrorisme, la nécessité de le penser pour agir CONTRE. Car ce sont ceux qui se situent, pour une raison ou pour une autre, dans cet entre-deux des appartenances (qu'ils soient binationaux ou marqués par naissance ou origine par un ailleurs, ou qu'ils aient une religion qui les rattache à une communauté ou une autre, mais les ancre aussi dans la culture plus largement partagée, les posant entre-deux, donc), ce sont eux qui aideront à ce travail de pensée et de tissage des liens entre tous, pour faire éviter les pièges que les idéologies extrêmes tendent, dans le but de séparer les communautés humaines qui constituent le tissu social de la France (but visé par l'Ei/Daech, avec l'alliance objective de l'extrême droite, avec ses amalgames et ses appels à la haine, sous prétexte de lutte contre l'Ei).

Donc, penser, agir, créer CONTRE ce qui est mortifère. Penser, agir, créer POUR la force d'effet du barzakh vital, cette capacité de reconnaître en soi un métissage fondateur comme synergie identitaire puissante, pouvant rayonner.

L’autre élément de mon trouble est ce billet que je vais poser ici (ci-dessous) en décalage de temps, et que j’ai écrit et posé sur Facebook, le 13-11 à 19h06, avec une émotion mêlant colère et sentiment d’urgence. La lecture d’A Nous Paris, récupéré le même jour dans le métro, m’avait scandalisée (lire cela en pensant au poète prisonnier et en pensant à l’horreur du terrorisme...). La suite montre à quel point il faudra réfléchir sur cette question de la complaisance et de l’aveuglement à ce qui nourrit le terrorisme, que ce soient les liens géopolitiques fondés sur le marché et l’argent au lieu de l’être sur nos valeurs, ou que ce soit cette paresse idéologique à penser le fondamentalisme et le complotisme associé, base des radicalisations  (ou à OSER le penser et à OSER le dire, l’inscrire). OSER affronter les questions, même dérangeantes. Mais, aussi, SAVOIR le faire en opposition radicale avec les fausses analyses, les thèses et slogans de l’extrême droite. Oser DIFFUSER les paroles fortes de consciences qui, elles, osent, comme Ghaleb Bencheikh, Abdennour Bidar, ou Mohamed Louizi et d’autres, tous divers et essentiels. Essentiels, comme Abdelwahab Medeb, décédé (mais qu'il faut lire et relire). Essentiels, aussi, comme Kamel Daoud, chroniqueur majeur et écrivain, dont on peut lire les chroniques en ligne. Oser DENONCER les complicités objectives de discours et alliances qui tissent des liens au service des idéologies meurtrières, en couvrant cela de fausses théories. (Une analyse des motivations conscientes ET inconscientes de ces acteurs de la mort - ceux que Mohamed Louizi est un des rares à désigner - serait certainement éclairante.)  Enfin, quand des jeunes meurent parce que leur présence dans un lieu de musique est considérée comme le moyen de tuer à la fois la France plurielle et le goût de la vie, en conformité avec  la détestation des intégristes pour tout ce qui est vie (musique, danse, sexualité, etc.), on doit aussi penser à ces jeunes qu’on entraîne vers la mort en Syrie en leur faisant croire qu’on va répondre à leur demande de spiritualité et de « solidarité ». Comment notre société répond-elle à ces attentes? Comment luttons-nous, tous, contre les idéologies qui récupèrent ces insatisfactions? Comment aidons-nous les associations qui interviennent pour prémunir les radicalisations? 

…………………………………………………………………………………..

La photographie que je pose avec cette note, ci-dessous, est celle que j’ai faite le 12 au soir, en sortant d’une réunion sur le terrorisme, justement (invitée comme blogueuse partenaire par une association). Il y avait des ombres de motos dans la rue (et j’aime les ombres, j’en ai plusieurs séries). Mais quand je la regarde, maintenant, elle devient le symbole des corps à terre, image triste, ombre mais ombre de mort. Elle devient prémonitoire. Le regard transforme le sens de ce qu’il voit suivant le moment et ce qui est vécu par qui regarde.

…………………………………………………………………………………..

Billet d’humeur. Facebook, 13 novembre 2015, 19h06 (journal personnel)

A Nous Paris, anousparis.fr (daté 9 au 15 novembre) préfère la promotion du tourisme à Doha, Qatar, à la pensée un peu informée… 

A Nous Paris préfère insister sur la « stratégie de l’après » … « pétrole et gaz » qui (je cite) « amène le pays à miser beaucoup sur l’éducation de ses enfants » plutôt qu’évoquer (ne serait-ce qu’entre parenthèses) le poète qatari, Mohammed al Ajami, condamné pour un ou deux textes à des années de prison (perpétuité, ramenée à quinze années après la protestation internationale de nombreux auteurs et militants des droits humains). Pour des poèmes…!!! (Mais qui se permettaient de rêver de démocratie, crime s’il en est).

Plus qu’agacée, donc, aujourd’hui, par la lecture du gratuit « A Nous Paris », récupéré ce matin… Bien sûr, je peux apprécier, parfois, certaines rubriques (expos, cinéma), certains entretiens… Quand même, chaque semaine, je suis agacée - un peu - par le « save the date » : pas forcément les choix mais le titre, signe permanent de l’acceptation implicite d’une domination linguistique, de l’oubli des langues plurielles, et snobisme. Mais l’édito, en matière de snobisme, donne déjà le ton chaque semaine. Agacée, aussi - plus qu’un peu - par le goût univoque d’un luxe inabordable pour la majorité des lecteurs : usagers du métro, pas lecteurs en limousine… Mais…

Par contre, là, aujourd’hui, mon agacement devient de la colère. Qu’est-ce que cette faillite générale devant l’argent? Ces sourires d’assentiment envoyés à des dictatures? Cet aveuglement devant les réalités? 

Sur la Coupe du Monde prochaine on se limite à l’emploi de l’adjectif « polémique », façon de renvoyer à d’autres le soin de critiquer l’exploitation de travailleurs étrangers, par exemple.

Education de « ses » enfants, par le Qatar, dit-on (noble souci)… Quand ils seront assez éduqués pour rejoindre les rêves du poète prisonnier, ils ne seront plus « ses » enfants, « ses » citoyens, mais des dissidents à enfermer longtemps.

De cet hebdomadaire on n’attend pas, évidemment, qu’il publie les appels associatifs ou se transforme en revue de débat : il vend du loisir, les plaisirs de l’instant. Mais il y a des limites à ne pas dépasser. J’ai bien écrit : il « vend » car la publicité est effectivement là. Mais sur la page « Qatar » je n’ai pas vu l’indication « Communiqué publicitaire » (?) : elle fait partie d’un lot de suggestions (« quelques pistes et bonnes initiatives »). La bonne initiative serait de proscrire cette destination tant que la répression brutale existe, tant que des « soupçpns » de soutien de groupes terroristes existent.

Sur le POETE, lire (note et liens), vignette permanente en accueil du blog : http://tramesnomades.hautetfort.com/list/qatar-le-poete-p... mms_img-1234181133.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire aussi ceci : « Qatar: comment prendre 15 ans de geôle quand on est poète », par Delfeil de Ton, 2013, NouvelObs: http://bibliobs.nouvelobs.com/.../qatar-comment-prendre...

Sur le QATAR lire : « Comment le Qatar a acheté la France », par Eric Leser, Slate, 2011 : http://www.slate.fr/story/39077/qatar-france

QATAR. Rapport AMNESTY 2014-2015 (dont mention du poète) : https://www.amnesty.org/.../middle.../qatar/report-qatar/

Sur Trames nomades, mon blog, quelques notes (tag Qatar) dont celle-ci, 2012 (Le Qatar et la francophonie + liens) : http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2012/11/11/le... 

08/11/2015

Sagesse de la distanciation...

« C’est toi-même qui doit être la tâche »

Franz Kafka, « Méditations sur le péché, la souffrance, l’espoir et le vrai chemin », « Cahiers posthumes », cité par le rabbin Yann Boissière. 

Prises de position, ou de postures, disputes idéologiques, oppositions communautaires, déplacement des conflits sur le terrain des affrontements passionnels… Instrumentalisation par les uns (ou par les autres), mauvaise foi (ou ignorance), souvent, alibi (ou calcul) pour des glissements parfois nauséabonds et dangereux… Nous sommes enfouis, sous des masses d’informations, de mots, d’images… Et dans ce qui est aussi, donc, une guerre des images, réelles (ou trafiquées). Données à voir, ou métaphoriques.

Pensée et recul, pour rendre possible… « une distanciation percutante, personnelle, sur la réalité de nos existences. Conviction, enfin, que pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même. » (Source : harissa.com)  

Franz Kafka, fiche wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Franz_Kafka

Yann Boissière, Akadem  http://www.akadem.org/conferencier/Boissiere-Yann-229.php

03/11/2015

« Apocalypse Staline », regard sur un documentaire… Et comment cela nous donne à penser, plus loin...

Sur ce documentaire historique de Daniel Costelle et Isabelle Clarke on trouve des critiques diverses, positives complètement, certaines, plus nuancées ou critiques, d’autres. J’en ai choisi quatre, à donner à lire (liens ci-dessous…). Pour ma part je trouve cette réalisation nécessaire et intéressante. On pourra prolonger par des lectures… Occasion de se questionner sur ce qui fait que les êtres humains choisissent d’adhérer à des systèmes totalitaires, destructeurs, meurtriers, fous. La source est toujours dans ce qui précède, dans les souffrances. mais cela ne suffit pas à expliquer la soumission à des êtres au charisme d’ombre, ni la puissance de ces ordres maléfiques qui perdurent longtemps. Comment tant de gens peuvent suivre des injonctions leur ordonnant de surveiller, dénoncer, emprisonner, torturer, tuer, être les rouages de l’infamie. Prisons idéologiques, fascinations d’appartenance, peurs inversées. 

Comment ne pas penser à Etienne de La Boétie, son « Discours de la servitude volontaire » (écrit à dix-huit ans…!). Donc, le relire… 

Ensuite, affronter (…) des lectures historiques qui démasquent la part d’horreur (démasquent, car longtemps occultée), et des liens de chaînes d’influence que des lecteurs n’apprécient pas forcément. (Voir, ci-dessous, des critiques de la somme de Thierry Wolton, "Histoire mondiale du communisme" : comment penser, notamment, l’éventuelle responsabilité de la France, par les aspects les plus sombres de sa Révolution, de la Terreur, quand nos ‘héros’ n’ont pas toujours les mains blanches? Cet examen-là doit-il faire peur?). 

Retour, aussi, sur le regard si lucide d’Albert Camus, vilipendé pour ça, son regard sur les mirages de l’univers stalinien que beaucoup, en France, soutenaient, refusant d’en voir les crimes. Car penser seul, dans l’intimité de ses questionnements, et exprimer clairement ses questions et ses doutes, cela demande du courage. C’est savoir d’avance les rejets de ceux qui, n’ayant pas pris le temps du retrait solitaire, lui préférant le confort de l’appartenance, de l’accord conforme, mépriseront, détesteront. Sur Camus, malgré l’immense reconnaissance internationale, on sent encore les effets pervers de ce rejet : le Pieds-Noirs libertaire - et Algérien de fait, sans papiers - dérange encore. Mais n’est-ce-pas un devoir de libertaire que cela : déranger…? Solitaire et lié. J’ai relevé, notamment, dans des critiques littéraires, récentes, au sujet de l’ouvrage de Kamel Daoud, auteur (et chroniqueur) que j’apprécie, et qui détourne l’Etranger en créant un miroir inversé. Beaucoup de critiques relisent le livre de Camus en oubliant deux choses importantes. L’une est le fait que Camus, dans son livre, n’est pas le personnage mais l’auteur - confusion permanente, étonnante chez des spécialistes de littérature. L’étranger, c’est Meursault, et comment ne pas penser que Camus pose question sur l’identité des natifs algériens de différentes communautés, quand la nationalité n’existe pas encore, du fait que l’indépendance n’est pas alors acquise. C’est Meursault, pas Camus, dans ce sens aussi. Car lui rêve autrement, déchiré. Meursault est étranger par son absence au monde et à l’affect, par son incapacité de nommer l’autre en dehors d’une identité qui l’éloigne, d’où l’absence de prénom (l'auteur entre dans la conscience de son personnage et crée autour de lui un univers de mots qui correspondent à ses failles, non par mépris de l’écrivain qui endosserait une sorte de racisme, mais par la lucidité d’un auteur qui montre une réalité problématique qui fait partie de l’absurde - étape de sa pensée et non finalité de l’oeuvre inachevée : un système qui colonise piège tous les gens dans cette absence de regard, tant sur soi-même que sur l’autre. Peut-on voir plus grande critique? Et, deuxième chose, c’est oublier le Camus des Chroniques algériennes, le Camus intervenant dans l’ombre pour sauver des indépendantistes condamnés (lui qui ne l'était pas et n'était pas non plus le contraire, voulant  inventer autre chose, une fédération peut-être), le Camus des Ecrits libertaires, dans la ligne de la résistance fondatrice, le Camus de la Trêve, haï, cette fois, par l’extrême droite, menacé (et peu aidé par les autres.), le Camus de L’Hôte… Donc, relire Camus… ses Ecrits libertaires, notamment, enfin regroupés en 2008 (Egrégore éds.), réédités en 2013 (Indigène éds.), grâce au fabuleux travail de Lou Marin, chercheur allemand. Voir ci-dessous… 
HIST communisme 1.jpgDiscours.gifCamus LIB.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A LIRE… 

Sur le documentaire, quatre liens, ci-dessous :

 

 

Télé Star 5 bonnes raisons de regarder ce documentaire » : http://www.telestar.fr/2015/photos/apocalypse-staline-fra... 

Et, Nouvel Obs : http://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20151027.OBS8390/... 

Mais, Les Inrocks (la polémique...) : http://www.lesinrocks.com/2015/11/03/actualite/la-polemiq...

Et, Libération (gros sabots...) : http://www.liberation.fr/planete/2015/11/02/staline-gros-...  

Sur l’ouvrage d’Etienne de la Boétie, et sur l’auteur...  Un commentaire sur un blog libertaire (avec un lien vers le texte)... http://libertaire.pagesperso-orange.fr/archive/2000/227-a... 

Ed. Mille et une nuits (avec une belle couverture…), diffusion librairie en ligne, Decitre, 3€ et 1,99 en E-Book ( : http://www.decitre.fr/livres/discours-de-la-servitude-vol... 

Sur le stalinisme (fiche wikipedia, avec une bibliographie partielle, études contemporaines) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Stalinisme 

….

Sur la somme de Thierry Wolton :

Histoire. Une somme. Présentation de l’édition, Grasset : « Histoire mondiale du communisme », en deux tomes (T.1. Les bourreaux, T.2. Les victimes. Ouvrages de Thierry Wolton, éd. Grasset) : http://www.grasset.fr/histoire-mondiale-du-communisme-tom...  et  http://www.grasset.fr/histoire-mondiale-ducommunisme-tome...  Troisième volume, à paraître, Les Complices.

La critique du Nouvel Obs reproche une vision trop anticommuniste (négligeant des apports sociaux ou des implications positives, cf. résistance)  : http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20151022.OBS8142/une-...

Le Figaro apprécie plus (c’est cohérent…), avec un bon titre pour le dossier, « Retour sur une utopie sanguinaire » : http://www.lefigaro.fr/livres/2015/10/21/03005-20151021AR...  (et un bon titre, aussi, pour la recension des livres : « Une tyrannie qui a tant séduit »)  

Philosophie magazine fait une recension sans parti pris : http://www.philomag.com/les-livres/notre-selection/histoi... 

Lien. Albert Camus, Ecrits libertaires, Indigène éditions : http://www.indigene-editions.fr/esprit/albert-camus-ecrit... 

30/10/2015

"Des âmes et des corps"...

NATURE.jpg

 

 

 « Le grand péril de l’humanité, c’est que la nourriture des hommes est entièrement faite d’âmes ». Pierre Michon cite un vieil Inuit, dans sa chronique du Monde du 11-09-15, au début de sa recension d’un livre de Philippe Descola, « Par-delà nature et culture » (Folio/Essais)  http://www.lemonde.fr/livres/article/2015/09/10/on-repren... . Et, continuant son analyse, en profondeur, il note :  « Nous redoublons les formes qui ensachent notre âme commune. / Ainsi parle l’animiste. De ce ‘scandale logique’, dit Philippe Descola, est née l’anthropologie. » Donc, notre pensée clive Culture et Nature, système duel que l’auteur du livre laisse pour étudier ce qui, selon lui, organise vraiment notre réalité et sa perception : le partage entre les âmes et les corps. Les ontologies diverses se définissent suivant leur conception d’une continuité ou discontinuité de cette réalité duelle : animisme, naturalisme, analogie, totémisme. 

La chronique redonne une définition de ces différentes approches du réel, faisant la synthèse de l’étude développée dans l’ouvrage. 

Je n’ai pas encore lu ce livre (une somme de 794 p.) mais le lirai. Déjà les questions font trace… De toute façon, l’animisme, qui accompagne toute lecture anthropologique du monde, est présent dans d’autres espaces où le rencontrer : ainsi, l’univers des pratiques chinoises gestuelles et méditatives est celui d’une ontologie animiste, et, de même, la parole de « sages » se référant à des expériences mystiques ouvrant la conscience à un autre regard sur le monde, les choses, la nature, et les êtres qui y vivent, animaux ou humains. Peut-être que la source de beaucoup de nos drames est là : on se nourrit d’âmes, donc de morts, en ne croyant qu’à des corps inhabités, chosifiés. (Ou, plutôt, on se nourrit de mort au singulier). On inhale la violence et l’aveuglement. Effets sur la planète. Effets sur les peuples. Destructions. Guerres. Sommes-nous en crise pour sortir du clivage…?