Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2020

Didier Raoult, des critiques... et des réponses aux critiques

Difficile de réfléchir au contexte de l’épidémie (et à nos propres choix préventifs et solidaires) en écartant la controverse autour de Marseille. Et, une fois qu’on y entre en s’informant, cela devient passionnant. Car on apprend beaucoup, sur les enjeux et les conditions des décisions (traitements, recherche), mais aussi sur nos institutions, et sur les clivages entre des univers professionnels qui ne parlent pas le même langage. Et pendant qu’on fait cela on voit notre liberté critique s’exercer autrement. Plus libre, justement. Parce que comprenant mieux, et ne laissant pas tout pouvoir de dire à des "experts", dont on voit qu’ils ont des désaccords entre eux, hésitent (et pour certains savent le reconnaître, découvrant jour après jour ce qu’est ce virus et cette pandémie, et les limites de ce qu’on sait). La "vérité" des faits n’est pas saisissable par des certitudes. La vérité porte en elle incertitudes et doutes, et des apparences plurielles, d’un lieu à l’autre, d’un pays à l’autre. Ces pays dont on suit l’actualité en espérant que les espoirs de solutions débouchent sur des réalités positives ici et ailleurs. Comme simple citoyen, ni médecin ni chercheur, il n'est pas question de prendre une position sur ce qui échappe à notre compétence. Mais on peut avoir un avis sur ce qu'on repère des oppositions idéologiques ou des jeux d'égos. Pas question de pétitionner pour prendre un parti quelconque. Mais il n'est pas interdit de préférer certains positionnements qui n'ont rien d'absolu de toute façon, puisque l'erreur est possible dans tout choix, puisque choisir c'est risquer. Et on peut aussi reconnaitre justes les raisons contradictoires de ceux qui décident en fonction de leur éthique (d'abord sauver, ou d'abord ne pas nuire, d'une part, et d'abord soigner en tentant un pari ou d'abord chercher et être sûr, d'autre part). La réalité est complexe, même en temps de catastrophe.

Lire la suite

19/01/2016

Agression antisémite à Marseille. Réfléchir...

On apprend les agressions, comme celle de Marseille, effrayante par la haine affirmée, aussi radicale que celle qui a causé les assassinats précédents (Toulouse, Bruxelles, Paris, etc.). On lit des commentaires divers, qui ne tiennent pas toujours compte de tous les éléments en jeu, notamment les confusions avec l’alibi de la défense des Palestiniens, défense qui diabolise Israël bien au-delà des critiques légitimes qu’on peut faire du gouvernement et des extrémistes hostiles à la paix. Oubli des initiatives de paix, des efforts dialogiques d'associations. Effacement de tout regard critique sur le Hamas et la réalité des déclarations et des choix des pouvoirs locaux. Volonté de boycott de ce pays (colonies et au-delà, jusqu’à manifester pour refuser des danseurs), et de ce seul pays, comme si les atrocités des exécutions et des atteintes aux droits humains dans des pays autres, comme l’Arabie saoudite, le Qatar ou l’Iran, étaient singulièrement occultées. Et envahissement de la pensée conspirationniste, très présente dans les réseaux sociaux et certains forums, en association fréquente avec l’antisémitisme, plus ou moins masqué derrière un antisionisme peu référencé. Concordance entre pro-palestiniens des courants extrêmes (gauche ou droite) qui, sur ce sujet, sont d’accord. Comme on le voit dans les articles du Parisien du 19 janvier, faisant une double page sur les relations sulfureuses de Marine Le Pen avec des anciens du GUD, reconvertis dans l’antisionisme militant, pour donner forme à leur antisémitisme.    

« Agression antisémite à Marseille : cette plus longue haine », par Joseph Macé-Scaron, 15-01-16, Marianne : http://www.marianne.net/agression-antisemite-marseille-ce... 

Mais je complèterai par un document sur un spécialiste des théories du complot, qui révèle (encore) les liens entre ces courants et la Russie (Soral, liens avec le FN et voyages en Russie). Alain Soral, qui a fondé le site d’extrême droite « Egalité et Réconciliation » avec Philippe Péninque (tous deux reconvertis dans l’antisionisme militant). Street Press : http://www.streetpress.com/sujet/1453121203-exclu-documen... 

Sur le conspirationnisme, sité dédié : http://www.conspiracywatch.info/F-A-Q_r11.html 

Et, pour conclure, il faut noter que les agressions antisémites ont augmenté, comme les agressions contre les musulmans. Le refus d’un racisme ne peut faire tolérer un autre racisme…