Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2019

SOLIDARITÉ. Mohamed Ould Cheikh MKhaïtir, blogueur mauritanien./ Il a enfin été libéré (2019, mise à jour)

mohamed ould mkhaïtir,mkhaïtir,mauritanie,blogueur,liberté de conscience,droits humains,abdoulaye bah,pétitionsSur Global Voices, article d’information d’Abdoulaye Bah, avec plusieurs extraits de textes d'associations, blogs, ou sites de presse, et le communiqué d’Amnesty international.
CITATION : "Trente-deux organisations de défense des droits humains ont lancé une campagne mondiale pour exiger la libération et la protection de Mohamed Ould Mkheitir. Cet ingénieur, âgé de 33 ans est toujours détenu au secret alors qu’une cour d’appel a ordonné il y a un an de commuer sa peine de mort en une détention de deux ans d'emprisonnement.  Ayant déjà fait 3 ans de détention préventive, il aurait du être libéré depuis un an."
…………………………………………
TRIBUNE des avocats de Mohamed Ould Cheikh Mkhaïtir. Le Monde, 31-05-2019.
EXTRAITS….
"Le 22 juin, les Mauritaniens éliront un nouveau président de la République. Cette transition politique offre à l’actuel chef de l’Etat une opportunité sans précédent de clore le dossier du blogueur Mohamed Ould Cheikh Mkhaïtir, en détention depuis cinq ans pour avoir tenu des propos qualifiés de blasphématoires."
(...)
"En décembre 2013, Mkhaïtir avait publié un article en ligne qui dénonçait la justification religieuse apportée au maintien du système de castes en Mauritanie, que certains Mauritaniens légitimeraient – à tort, selon le blogueur – en s’appuyant sur des exemples de la vie du prophète Mohammed. Mkhaïtir appartient lui-même à la caste marginalisée des forgerons. Quelques jours après sa prise de position, le blogueur est arrêté et inculpé d’apostasie.
En décembre 2014, après un an de détention préventive, Mkhaïtir est condamné à mort pour apostasie et outrage au prophète Mohammed."
(...)
En novembre 2017, la cour d’appel de Nouadhibou réduit finalement la peine de Mkhaïtir à deux ans de prison et à une amende, pour mécréance.
(...)
"Mkhaïtir est maintenu en détention de manière arbitraire et injustifiée depuis le 9 novembre 2017, dans un lieu secret."
…………………………………………..
PÉTITION d’AMNESTY… (Mise à jour, 2019. Terminée. Il a été libéré. Infos sur la page d'Amnesty)
Pour demander sa libération et sa protection (car il était, est, menacé par des fanatiques)... https://www.amnesty.org/fr/get-involved/take-action/mauri...
..............................................................................................................................................
NOTES PRÉCÉDENTES...
... 24-11-2016...
... 20-04-2016...

04/12/2017

LAÏCITÉ, islamisme, pensée contre postures. Notes de blog utiles (de Roger Evano). Et chroniques (IPhilo...)...

ISLAMISME.jpgLAÏCITÉ... Edgar Morin répond à Roger Evano (qui l’interrogeait dans une note précédente) mais il montre encore qu'il n'est pas très clair avec le multiculturamisme, donc avec la laïcité, malgré sa mise au point, et quand il parle de ne pas heurter sur la question du sacré il légitime indirectement la notion de blasphème, qui est à refuser car elle interdit toute pensée critique, et n’a pas sa place dans un contexte laïque). Le multiculturalisme (cf. Angleterre) est une organisation sociale qui sépare et enferme les "communautés" dans des ghettos (croyances, règles, valeurs... coupées de la constitution générale et de la circulation plurielle de la culture). Mais c'est analysé, et les autres notes de Roger Evano donnent encore des réponses... Précieux blog. https://blogs.mediapart.fr/roger-evano/blog/011217/la-rep... 

Lire aussi cette note (« Lettre à Mediapart : Oui, vous saviez »). Importante (dans le contexte où l’islamisme a ses soutiens complaisants qui l’aident à tisser sa toile en France), note dont je copie l’introduction et la première phrase : « Il est toujours facile de jouer sur les émotions, il est plus difficile de manipuler les faits. Quelles sont, depuis plusieurs années, les carences de Médiapart, concernant Tariq Ramadan et plus généralement l'islamisme? Ce n'est pas d'avoir couvert les agissements sexuels de Tariq Ramadan, ce dont vous vous défendez, mais c'est de vous être montrés proches politiquement. » /// « La question qui vous est posée est celle de votre complaisance avec les thèses des Frères Musulmans portées par Tariq Ramadan. » https://blogs.mediapart.fr/roger-evano/blog/171117/lettre... 

Et celle-ci, toujours sur la problématique des postures de Médiapart/Plenel… Et une redéfinition de ce qu’est l’islamisme, ses visées totalitairesCITATIONS… « Ceux qui attendaient des réponses à leurs questions en sont pour leurs frais. L'expression longuement réfléchie d'Edwy Plénel est une succession d'esquives et de reculades maquillées en maladresses. » (…) « A la question que chacun d'entre nous peut se poser : pourquoi s'opposer à l'islamisme? je réponds que je me bats pour une société laïque, plus libre, plus égalitaire, plus fraternelle. Or l'islamisme, loin d'être un courant émancipateur, loin de soutenir la cause des opprimés, est tout-à-fait compatible avec l'impérialisme, l'oligarchie, l'exploitation des travailleurs, l'accaparement des richesses, le pillage des ressources, le racisme, les inégalités et les injustices que développent les régimes capitalistes. L'islamisme ne se trouve ni à gauche ni à l'extrême gauche mais à droite par son conservatisme et à l'extrême droite par ses visées totalitaires. Troquer les valeurs de liberté des sociétés démocratiques capitalistes pour un projet de société, tout autant capitaliste, où la liberté est filtrée par le tamis des versets du coran est une régression. » https://blogs.mediapart.fr/roger-evano/blog/251117/le-deb... 

On peut lire le livre de l’auteur :  "La démocratie face au défi de l’islamisme", éditions L’Harmattan... http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogu... 

................

Autre définition de l’islamisme, autre approche, site IPhilo… Par L. Hansen-Love (sur la page un lien vers un article du Courrier international… que je pose aussi, plus bas)… CITATION... « Il faut donc déclarer que l’islamisme radical et terroriste n’est plus une religion. C’est une idéologie, ce qui est bien différent. Et cette idéologie, délirante et paranoïaque, on a le droit de la critiquer ! Cette critique peut passer – entre autres – par la dénonciation de son caractère totalitaire. Totalitaire : qui veut s’emparer de l’homme tout entier et qui veut régir le monde dans sa totalité. Une telle « idéologie » (au sens de H. Arendt) ne capte pas la violence pour la canaliser, l’encadrer, voire l’euphémiser. Tout au contraire, elle la prône pour asseoir sa puissance séculière, mais aussi pour justifier la guerre totale, éliminer l’Autre et précipiter l’Apocalypse. Elle est totalitaire car elle présente l’ extermination de l’ ennemi comme la condition du possibilité du Salut. Elle est totalitaire car elle ne dissocie pas politique et religion mais prétend – à l’opposé – dériver un dessein « politique » de la religion. Elle est totalitaire car elle divise la planète entre amis et ennemis, tout comme le préconisait l’idéologie nazie. Elle est totalitaire car elle déclare la guerre à la civilisation en tant que telle. Elle est totalitaire car elle nie l’unité de l’humanité, dès lors qu’elle en scinde l’humanité en trois groupes (les croyants, les infidèles, et les égarés). Elle est totalitaire car elle sacralise la mort, désacralise la vie et déshumanise l’ennemi. » http://iphilo.fr/2015/11/25/islam-religion-totalitarisme-... 

roger evano,edgar morin,laïcité,islamisme,obscurantisme,tariq ramadan,edwy plenel,multiculturalisme,sacré,blasphème,croyances,médiapart,la démocratie face au défi de l’islamisme,livres,blogs,démocratie,i.philo,l.hansen-love,courrier internationalAutre CITATION, de Philippe Granarolo (auteur notamment d’un essai « Le manifeste des esprits libres »)… Entretien IPhilo… "Nous sommes tombés dans le piège du terrorisme" (Piège sécuritaire, d’après lui, et illusoire, avec une fiction au sujet du religieux) : "Quelles que soient les convictions religieuses qu’une minorité de nos concitoyens partage, c’est dans l’absence du divin, dans la mise entre parenthèses du religieux, que nous avons appris depuis bien longtemps à faire société. Ne renversons pas l’ordre des choses : ce n’est pas l’absence du divin qui menace notre société, c’est la barbarie des intégristes religieux."... http://iphilo.fr/2017/11/24/les-esprits-libres/

Article du Courrier international. Éclairant aussi… « Que veut vraiment l’Ei ? »… https://www.courrierinternational.com/article/enquete-ce-...

Et, sur Ramadan, retour sur un décryptage paru en ... 2003, et toujours valable, sur "L'entrisme de Tariq Ramadan"... Libération, article de Cynthia Fleury et Emmanuel Lemieux... http://www.liberation.fr/tribune/2003/11/19/l-entrisme-de...

24/11/2016

MAURITANIE. Un jeune blogueur risque d'être exécuté.../ Mise à jour (2019). Il a été sauvé, et enfin libéré

ECPM.jpgDécision de la justice attendue, pour le blogueur Mohamed Ould Cheikh Ould Mkhaitir condamné à mort en Mauritanie. On l'accuse d'être un apostat (crime dans ce contexte...), alors qu'il ne l'est pas. Donc, on projette sur lui de fausses accusations pour masquer d'autres raisons. Il serait apostat on devrait le soutenir de même, pour la liberté de conscience... Mais il est important que nous comprenions ce qui se joue là. Ce jeune homme fait partie de la caste des forgerons, méprisés et diffamés (on leur invente même des "crimes" contre le prophète du temps de Mahomet). Des groupes haineux utilisent la religion pour refuser de mettre en question le déclassement perpétuel d'une catégorie de gens qu'on enferme dans un statut dont ils sont prisonniers. Le mot "forgeron" est celui qui se cache derrière le mot "apostat". Ainsi on peut dresser des gens contre lui, pour de mauvaises raisons. Le combat de ce jeune blogueur est un combat pour la justice sociale, au nom de son groupe humain persécuté, les forgerons.

D’abord, je reprends cet article d’avril, qui permet de situer le contexte (les débats impossibles, le contexte hostile) avant de citer des textes plus récents… La décision de la justice doit être prise le 20-12 (confirmation de la sentence de mort ou annulation). Décision qui se prendra dans un contexte de fureur haineuse et hystérique de la rue... Les foules haineuses disent parler au nom de leur dieu, de leur prophète, et se réfèrent à leur livre sacré. Sauf que dans le Coran il est écrit : "Celui qui tue un être humain tue toute l'humanité. Celui qui sauve un être humain sauve toute l'humanité". Mais ils vont chercher des textes produits par des idéologues ivres de pouvoir, et, sur des mensonges, ils désirent la barbarie de la mise à mort.

Il a écrit récemment encore une lettre, pour expliquer sa position (publiée sur Facebook pour information par des gens qui le soutiennent). Et il s'adresse autant à ses détracteurs qu' "à mes frères opprimés" (voir lettre...). (( CITATIONS : « Ceux qui osent inventer de faux hadiths et les attribuent au prophète (paix et salut d’Allah sur lui), aucune morale ni religion ne peut l’empêcher d’interpréter à leur guise un article écrit par un simple jeune, novice de surcroît. Ils ne ménageront aucun effort afin de mobiliser la passion du musulman commun au service de leurs intérêts. C’est ainsi qu’ils ont prétendu que les forgerons ont Blasphémé à l’encontre du prophète (paix et salut d’Allah sur lui) à travers un article écrit par un des leurs, tout comme ils avaient prétendu que celui qui avait fait tomber les dents du prophète lors de la bataille du mont Ouhoud était un forgeron. » (…) « Tous les faits et récits que j’ai cité dans mon précédent article revêtent un caractère historique et véridique. Ces récits ont naturellement leurs interprétations littérales et superficielles et leurs sens visés et profonds. » (…)« A tous mes frères opprimés. / Nous devons être totalement conscients du fait que le destin nous a conduits à être les citoyens de cette terre. Nous devons par conséquent défendre notre droit à une citoyenneté pleine et à une vie descente. Ces droits ne nous seront jamais donnés, ils ne seront obtenus que par nos combats dont l’unification et le moyen le plus rapide pour accéder à nos droits. »

« Un blogueur mauritanien condamné à mort pour blasphème. », article MondArique, 25-04-2016. (Sauf que le blasphème est une accusation fabriquée.) / « La journaliste Mariem Mint Derwich dénonce avec courage un verdict indigne.»... Citations : L’introduction de MondAfrique :« Un jeune blogueur mauritanien de 33 ans, Mohamed Cheikh Ould M’Kheitir, avait été arrêté début 2014 pour avoir publié sur internet des propos jugés blasphématoires à l’encontre du prophète Mahomet. Des manifestations demandant à ce que des sanctions soient prises contre Mohamed Cheikh Ould M’Kheitir avaient alors éclaté dans le pays. Plusieurs ONG dont Amnesty international avaient dénoncé cette arrestation et demandé l’annulation de la condamnation à mort. La Cour Suprême doit désormais statuer sur le repentir du jeune homme »... Le début du texte de Mariem Mint Derwich, poète, journaliste, et blogueuse : « « Ce soir je pense à Mkheïtir qui vient de voir sa peine de mort confirmée / Je pense à ces juges qui sont rentrés chez eux retrouver leurs familles, sans que leur décision ne les dérange et les empêche de manger le repas du soir et de continuer à vivre comme si….! / Je pense à tous ces salopards qui se réjouissent que le sang soit demandé pour un crime de pensée! » (…) « Je pense à Mkheïtir et je pleure avec lui devant tant de haine…. »...  http://mondafrique.com/blogueur-mauritanien-condamne-a-mo... 

L’article se réfère aussi aux posts de Mariem Mint Derwich, poète, sur son journal Facebook. Très suivie elle échange avec de nombreux correspondants et lutte contre les idées obscurantistes de fondamentalistes qui croient appliquer une juste loi divine en voulant mettre à mort un jeune, sous prétexte qu’il a osé penser librement. Mais ceci est présenté comme un blasphème, un crime pour les intégristes qui ne pensent qu’en fonction de ce qu’ils croient être la seule vérité. Quand on lit les posts et commentaires des interlocuteurs à ce sujet on constate que le débat se fait principalement en fonction d’interprétations religieuses. C’est le terrain d’intervention possible. Les arguments rationnels, au nom du respect de la liberté de conscience ou contre la peine de mort, ne sont pas entendus. Et là, ce sont des discussions d’intellectuels. La foule, elle, ne discute pas et demande la mort (mais sans doute manipulée pour qu’elle réagisse ainsi). Le jeune blogueur a des avocats courageux qui se dressent contre une majorité de décideurs de la mort. J’ai lu les explications, aussi, d’un doctorant, spécialiste de la charia, qui cherche à utiliser sa connaissance du juridique religieux pour montrer que, même en s’y référant, la mort devrait être refusée. Les partisans de l’abandon de cette condamnation sont obligés de se situer sur ce terrain. Rien d’autre n’est compris autrement.  

…………….

ARTICLES RÉCENTS, Jeune Afrique, 13-11-2016. Fanatisme. Appel des chefs religieux pour la mort…  http://www.jeuneafrique.com/373557/societe/mauritanie-che... 

360.ma (Le360afrique.com / Mauritanie). Dossier sur le jeune mauritanien. Un article et des liens vers plusieurs autres sur le même sujet. Intervention d’imams mauritaniens pour demander la mort ….http://afrique.le360.ma/mauritanie/societe/2016/11/14/752... 

Dont cet article, avec un signe d’espoir (Des entretiens avec le président laisseraient entrevoir une solution apaisante. Mais l’article dit que la décision est influencée par le poids de pressions opposées : les islamistes, d’un côté, et les pays occidentaux, d’un autre, posant des questions sur les droits humains…)… http://afrique.le360.ma/mauritanie/societe/2016/11/19/766... »

L’appel à la mort des religieux musulmans mauritaniens. AfricaNews, 21-11-16...  « Des centaines de manifestants, ainsi que des clercs se sont rassemblés mardi 18 novembre à l’extérieur de la Cour suprême du pays et ont appelé les autorités à exécuter le blogueur Mohamed Ould Cheikh Ould Mkhaitir, condamné à mort en 2014 pour apostasie après avoir écrit un billet sur l’islam et la discrimination raciale » L’article dit que le jeune blogueur a expliqué qu’il avait été mal compris, qu’il s’était repenti. Repentir obligatoire pour espérer être sauvé : repentir qui fait donner comme « faute « , « péché » , « blasphème » le fait d’avoir pensé et de l’avoir écrit… http://fr.africanews.com/2016/11/21/mauritanie-les-religi... 

Autre fait inquiétant. Même un débat sur ce cas devient scandaleux pour les fanatiques… http://www.fr.alakhbar.info/12018-0-Mauritanie-des-manife... 

La justice de la Mauritanie ne semble pas se préoccuper de l’image désastreuse qui est donnée de son pays. Le pouvoir, pas plus. Et désastreuse, l’image, elle l’est. Mais pour eux, l’enjeu est peut-être de développer encore plus la peur, de donner encore plus de pouvoir aux forces les plus réactionnaires, dans le but de verrouiller les esprits, la pensée, de tout faire passer par le filtre de la norme d’une foi obligatoire (et de l’obligation de la définir dans le même cadre sclérosé).

Mais des consciences réagissent autrement, preuve en est cet appel de jeunes mauritaniens et africains qui ont lancé une pétition. Ils se définissent ainsi : « Active Generation, World wide web activists et jeunes africains défenseurs des libertés et de la dignité humaine. » Lettre ouverte (appel à signatures, car ils ajoutent « avec le soutien de défenseurs des droits humains et de la liberté »). Pétition (voir aussi les pétitions dans la note antérieure, en bas de page, ici) : http://talsou.wesign.it/fr 

Je suis revenue sur la pétition, et j’ai tapé un texte de soutien. Mais il n’est pas passé car j’avais déjà signé, il y a sans doute plusieurs mois… Mon message reste valable : « Je trouve cette condamnation scandaleuse et je pense avec tristesse à l'angoisse qui peut être celle de ce jeune blogueur. La Mauritanie donne une image désastreuse d'elle . Et si elle maintient la condamnation cela voudra dire que l'obscurantisme y règne. J'exprime mon estime pour les consciences libres qui défendent la liberté de conscience de ce jeune et refusent la peine de mort, cette infamie. » Oui, estime, car il leur faut du courage… 

……………..

ACTIONS… 

RSF a demandé l’annulation de la peine de mort. Voir la page « Mauritanie » sur le site : https://rsf.org/fr/mauritanie 

Amnesty aussi a agi : https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2016/04/maurtana-m... 

Rapport Amnesty 2015-2016, Mauritanie : https://www.amnesty.org/fr/countries/africa/mauritania/re... 

Sur Facebook, un groupe soutient ce jeune blogueur. Et une page existe, mais la mise à jour n’a pas de dates au-delà d’avril, à ce jour : https://www.facebook.com/NetuezpasOuldMkheitir/ 

Lutte, générale, pour l’abolition de la peine de mort, ECPM : http://www.abolition.fr 

Lutte contre la peine de mort et la torture, générale aussi, Acathttps://www.acatfrance.fr 

………………………………….. 

SYNTHÈSES

Jeune Afrique... http://www.jeuneafrique.com/319194/societe/mauritanie-con... 

Une page wikipedia donne quelques infos (dont le nom d’une militante des droits humains, menacée par une fatwa), mais la fiche n’est pas à jour… https://fr.wikipedia.org/wiki/Mohamed_Ould_Cheikh_M%27Khe...

Dans cette note, antérieure, du 20-04-2016 (et mise à jour), j’avais mis des infos et des liens vers des pétitions… http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2016/04/20/ap...

 

07/06/2016

Deuil de blogs... Certains s'arrêtent et c'est annoncé, certains disparaissent en silence. Et parfois c'est la mort....

mms_img-2058331286.jpg

 

 

 

 

MUSIQUE, Andalousie, fraternité. Il y avait un blog au nom héritier de l’Andalousie et de la pensée de Lorca. Une page sur "El Gusto", et le mot qui rejoint, en sens algérois, la signification  du duende andalou. La musique, et Enrico Macias, plus comme musicien que chanteur (chanteur aussi mais importance donnée à sa musique, à son orchestre andalou). 

Mais elduende.musicblog.fr ne peut plus être trouvé. La blogueuse l'avait écrit, disant qu'elle pensait arrêter, sans cesser d'aimer ce qu'elle aimait, fidèle à ses passions. Lassitude. Impression d'écrire dans le vent, dans la solitude, sans vraiment beaucoup de retour. Pourtant son blog était consulté. Moi je l'aimais particulièrement. Mais c'est vrai qu'on peut apprécier sans forcément commenter et contacter... Les notes sont des bouteilles à la mer, qui trouvent des échos inconnus souvent. Et puis, le temps… Elle tenait ce blog depuis longtemps, je crois, et voulait passer à autre chose. Mais c'est dur de découvrir que, voilà, c'est fait, le blog n'apparaît plus que par traces où plus rien ne peut se lire, mais où on voit qu'il y eut là des signes, du langage, des émotions, de l'amour... 

Le BLOG El Duende, était sous-titré « Enrico et nos Andalousies ». Mais malheureusement les liens renvoient maintenant à un blog musical qui n'a rien à voir... 

On y trouvait beaucoup de références, de vidéos (souvenirs et actualités). Ainsi « Joselito chante toujours », (celui qu’on nommait autrefois « l’enfant à la voix d’or »). Dans la riche rubrique « Andalousie », il y avait un montage sur la ville de Grenade, en vidéo, avec, en fond musical, « Granada », avc la voix de la blogueuse, musicienne. Pour comprendre cette notion de « duende »  il faut se référer à ce qu'en dit Lorca (un feu créatif intérieur, qui est, ou pas : s'il est il y a art, et sinon, rien). Les thèmes  du blog étaient : l’Andalousie, et Enrico Macias  (passion qu’on retrouve souvent chez des blogueurs soucieux de culture andalouse et d'humanisme). Parmi ses catégories  (nombreuses) : chanteurs, musique maghrébine arabo-andalouse, chanteurs pieds-noirs, Enrico Macias et l'Andalousie (bien sûr). Mais aussi sa région en France (la Charente) et divers coups de coeur et coups de colère, comme celui-ci, notamment, qui va si bien avec les valeurs andalouses, affirmées dans une note ("Nous sommes tous des terriens"), et sur le profil.

...............

BLOG Kdi.musicblog  (« Enrico et moi »). Ce blog aussi a disparu (cela tient peut-être à l'hébergeur, le même que celui d'el duende...). 

Le blogueur « kdi » (Khadi), lui aussi, s'intéressait, dans son blog, à la culture plurielle d'une Algérie fraternelle, diasporique ou pas. (Une vidéo présentait un moment d’interview où est évoquée la ville d’Enrico Macias : Smaïn sur Constantine et Enrico Macias - interviewé par « kdi »). Chez lui aussi beaucoup de notes sur Enrico Macias, dont les dernières informations. Dans ses derniers posts, des infos sur les albums de Macias, et une photographie de la maison d'Enrico Macias à Constantine (lui, Khadi, devant la maison d'Enrico Macias à Constantine). Sur son blog, se mêlent Algériens natifs de diverses origines (Algériens et Pieds-Noirs), mais aussi (êtres et visages, peu importe d'où), d'autres artistes, dont Pierre Perret. Parmi les rubriques, l'Algérie, et sa ville de naissance en France, Thionville (plusieurs notes pour ces deux références). Fraternité... Et, pour des amis, il chante Enrico Macias.

...............

Autre disparition (mais apparemment programmée dès le début...), celle d'un blog littéraire très fourni. "La ruelle bleue". Voici la note (mise à jour, éléments sur les difficultés et enjeux)... http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2011/11/22/la-ruelle-bleue-blog-litteraire-en-exergue-kafka.html

...............

Et cette fois c'est un blog hébergé par hautetfort. qui s'est arrêté.. Dont je voyais l'annonce de ses mises à jour passer parfois...

Les SONGES d'une NUIT. Blog de Pôl Kraly (son pseudo de blogueur). Des notes jusqu’en novembre 2016. Il y a une démarche très personnelle, une recherche. Pages méditées qui cherchent une cohérence entre exigence spirituelle et éthique laïque. Beaucoup de citations, poésie très présente, et des notes sur la spiritualité, ou même l’ésotérisme (ou des approches moins conventionnelles). Puis une
dernière note qui est un adieu, pour dire l’interruption du blog, qui reste cependant disponible, avec toutes ses notes déposées régulièrement, longtemps. Donc, le 29-11-2016, "Clap de fin", pour dire qu’il n’y aura plus de signes : "Une nouvelle aube se lève… et je dis adieu à ce blog tant aimé", car "je dois aller vers d’autres chemins’". C’est signé Franck, qui  ajoute "À bientôt sur d’autres chemins"… Il nous laisse toutes les notes à consulter, les poèmes à lire, les livres mentionnés, et des liens (sites et blogs, où Trames nomades est dans son choix)…  http://lessongesdunenuit.hautetfort.com/archive/2013/12/1...

...............

D'ailleurs cela pose un vrai problème de la mémoire (de la trace) de ces oeuvres qui ont accumulé des connaissances, des références, des pensées... Et qui disparaissent complètement. Deuil à faire d'un lien et de tout un tissu de pages croisées.

...............................................................................................................................................

Emotion triste aussi - c’est autre chose - quand des sites ou blogs sont arrêtés par la mort du blogueur (forcément cela arrive : ainsi « Pataouète », arrêté tout d’un coup). 

Deuil, en 2011, de Pataouète, le blog de Bab-El-Oued, "patawet", celui d’Yves, natif d’Algérie, qui dit l’exil et la fraternité. Blog d’humaniste. Blog de quelqu'un ayant mémoire du passé réel, et coeur ouvert. 
En septembre 2011, le blog s’est tu. Puis des proches ont dit le décès. Et posés des messages. Même au moment de l’assassinat des journalistes de Charlie, pour dire qu’il aurait été Charlie, lui, comme les siens.
Page 1. L’expression du souvenir, 2018, 7 ans déjà… Quelques notes.
Page 2, Plusieurs notes des proches endeuillés, dont une de son frère, brève, pour remercier ceux qui visitent encore le blog, une d’un ami aimant le sport (souvenirs partagés), Claude, et un poème de Daniel Ruig, sur un rêve où il planerait au-dessus d’Alger, dans leur terre natale, une lettre d’une amie peintre, et une de ses neveux… Des adieux. Et le blog est une mémoire..
Page 3. Message de sa femme, et d'elle et sa fille,en commentaires.
Page 4. Ses dernières notes, juillet-août, peu. Émouvantes, l'hôpital.
Pour lire les hommages, il y a une catégorie (liste en marge : "A YVES Hommages’" 
...J’ai regardé les tags (les mots clés, qui disent l’univers d’un blog, ce qui revient le plus. Les siens sont : Algérie, pataouète (la langue),Alger. Et je trouve aussi : hand, Berbères, Camus, Chaouis… Parmi les listes (catégorie, liens), une est consacrée à l’Algérie.
 
...Et la note que j’avais faite, plus tard, ayant su la mort  du blogueur (des silences m’avaient inquiétée) : je ne le connaissais pas, mais son univers m’était familier, et je l’avais découvert par le mot "pataouète", sans doute en faisant des recherches sur ce sujet de la langue populaire de l’autre rive… http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2012/03/18/pataouete-sur-hautetfort-com-le-blogueur-n-est-plus-la.html
 
...J’espère qu’hautetfort va le maintenir en ligne. Car les notes nombreuses peuvent être consultées. Et c’est un espace de cet univers collectif, divers, qui est encore enrichi par les pages qui sont là… 
……………………………...........................................................................................................................

Et tristesse autrement, quand des blogs perdurent, mais silencieux depuis... un an, deux ans, ou plus. Et on ne sait pas pourquoi ce silence : lassitude, maladie, dépression, ou mort ? Et même si en fait c'est le contraire, une vie passée à autre chose, qui prend le temps de s'échapper autrement... même cela est en rapport avec la mort, la fin, la disparition, l'éphémère... J’en connais un, de blog, entre vent et poème, ainsi silencieux. Quand je le consulte (archives riches) je parle en moi à la blogueuse (« Où es-tu, toi? », « Et qui maintient ce blog alors que tu ne parles plus? »), comme à une amie qui manquerait, une inconnue familière qu’on aurait aimé rencontrer…

Leçons de sagesse. Oui, rien n'est éternel, et encore moins dans cet espace virtuel. Et nous, pas plus. Car dans le miroir c'est notre propre finitude qu'on voit, et la sagesse n'est pas toujours au bord des yeux. Cependant il y a un autre questionnement, qui n'est pas personnel, pas pour une peine individuelle. La toile tissée est une oeuvre collective. Pourquoi perdre ces fragments? Pire quand ces fragments sont la seule mémoire de lieux, le seul témoignage de certains vécus collectifs, de certains exils. Le témoin meurt avec sa mémoire, et personne ne pourra tracer à sa place l’identique... Il manque quelque chose dans ce domaine.

Brisure, brisures. Justement, le traduire avec cette photographie, née de la trace d’une violence de rue. Vitre brisée, mais qui tenait encore. Cependant, en me déplaçant, le regard sur un éclat agressif s’est métamorphosé en vision de mandala, rayonnement partant d’un centre pour créer une étoile, métaphore d’un cosmos lumineux… accidenté par les consciences en recherche de sens. Même le hasard des signes nous enseigne. 

20/04/2016

Procès en appel (21-04) du jeune blogueur mauritanien Cheikh Ould Mkheitir. /Mise à jour 2019. Enfin sauvé et libéré

Le procès en appel du jeune blogueur mauritanien Cheikh Ould Mkheitir, 31 ans, condamné à mort pour "apostasie" en 2014, a lieu ce jeudi 21 avril (sans avocat, d’après l’IHEU : voir ci-dessous). On lui a reproché d’avoir publié un texte sur Facebook où il émettait des idées critiques, interrogeant le sectarisme originel dans la religion et la permanence de comportements actuels liés à la religiosité, aux normes transmises. Son texte, en arabe, était intitulé «La religion, la religiosité et les forgerons» (la caste des forgerons étant victime d’humiliations imposées par les religieux traditionnels mauritaniens). Son but était de défendre les forgerons (sa caste), mais le fait qu’il ait lié cela à une réflexion sur les causes idéologiques et religieuses, à l’héritage de normes rigides, a donné matière à l’accusation de blasphème. Cette condamnation à mort pour apostasie est un cas d’exception dans ce pays (dont les règles juridiques sont celles d’une charia rude, mais qui n’a pas exécuté de condamnés depuis trente ans environ : la menace demeure inquiétante).

Communiqué de presse d'AMNESTY, 19 avril 2016 "Il faut annuler la condamnation à la peine capitale": http://www.amnesty.fr/Presse/Communiques-de-presse/Maurit... 

MISE à JOUR 23-04-16. Peine de mort confirmée mais accusation requalifiée en "mécréance" au lieu d'apostasie, ce qui est considéré comme moins grave (...) et pourrait faire obtenir l'abandon de la peine en Cassation. Espoir léger, juridiquement  http://www.rfi.fr/afrique/20160422-mauritanie-peine-mort-...

MISE à JOUR 24-04-16. Mobilisation en Mauritanie... https://www.cath.ch/newsf/mobilisation-mauritanie-sauver-...

A lire :

La note blog d’Hebib Khalil, 20-04-16, chroniqueur au Matin DZ  reprend les infos AFP et pose des liens récents, comme l’article Jeune Afrique du 18-04-16) : http://khalilhebib.over-blog.com/2016/04/mauritanie-conda...

PÉTITION antérieure, elle peut toujours être lue et signée  : http://talsou.wesign.it/fr 

Groupe Facebook de soutien : https://www.facebook.com/groups/312364528953052/

Un article de Mohamed Louizi (16-02-15) sur le silence de la France et des institutions musulmanes en France au sujet de la condamnation à mort du jeune blogueur mauritanien Mohamed Cheikh Ould Mkheitir. Cridem (infos mauritaniennes) : http://cridem.org/C_Info.php?article=665499  ((Je relève un commentaire (mais certains, aussi, sont hostiles au jeune prisonnier) :  « Ce n'est pas ce jeune homme qu'on condamne à mort , mais c'est la liberté de penser et de s'exprimer qu'on veut ôter au peuple mauritanien. Les autorités veulent continuer à museler tout un peuple. »))

Info, 16-04-2016, en anglais, sur le site de l’IHEU, International Humanist and Ethical Union (« We also understand that he has no lawyer for the appeal process ») :http://iheu.org/young-writer-sentenced-to-death-for-apost...

J'ai retrouvé la page d'Amnesty, 2015, qui précisait que son avocat, soumis à des pressions, renonçait, alors, à le défendre (« La pression est telle que le premier avocat d’Ould Mkheitir, Mohameden Ould Icheddou, jette l’éponge. Il renonce à le défendre, après avoir reçu des menaces de mort. ») : http://www.amnesty.fr/Nos-campagnes/Abolition-de-la-peine... 

Page 2015, aussi, sur ACAT, secteur Mauritanie (recherche « s’informer » / pays / Mauritanie / 4ème doc.) : https://www.acatfrance.fr  

Et sur la page « Mauritanie » de RSF, il est fait mention de lui : https://rsf.org/fr/mauritanie?

Les associations comme RSF et ACAT, notamment, agissent (et tout n'est pas forcément en ligne)...

07/03/2015

Raif Badawi, Arabie saoudite. Informations et pétitions (plus intro...)

AMNESTY.jpgRSF.jpgACAT.pngCYBERACTEURS.png

Il  fait beau aujourd’hui à Paris (et ailleurs). Week-end au soleil, courses à faire, amis à voir, films à voir, mails en retard, téléphones en retard, tant de choses en retard... Silence, et pauses pour rien, en retard... Le quotidien est plein de vie, de suggestions de bonheur simple. Mais, en même temps, la liste des pétitions, sur mon blog (et ailleurs) ne cesse de grandir, tant les exactions de pouvoirs sont nombreuses, et les crimes. Pendant qu’il fait soleil (ici et ailleurs), qu’on a envie de respirer, juste de s’arrêter un peu d’agir, et de prendre le temps de ne rien faire (état d’esprit de tant de gens en plus de moi-même : c’est normal...), pendant ce temps des gens sont privés de soleil et d’espoir pour avoir osé penser, et, pire, avoir osé l’écrire, revendiquant ainsi la liberté d'expression, la liberté de conscience... C’est le cas de Raif Badawi, blogueur, écrivain (prison, torture, menace d’un procès d’apostasie – dans son pays, l’Arabie saoudite, on en meurt). Lui vit ce martyre. Ses trois enfants et sa femme, réfugiés au Québec, vivent son absence et l’angoisse permanente.

Pendant ce temps-là, aussi, on apprend aujourd’hui encore un attentat terroriste, au Mali, Bamako, des morts et des blessés, dont un Français de 31 ans. Pour cela les protestations officielles sont faites, et adéquates. Mais, justement, cela rend d’autant plus nécessaire la dénonciation des idées et des actes qui légitiment le terrorisme (et des pays suspects de le financer, voir les articles, liens qui suivent les pétitions ci-dessous...). L’Arabie saoudite décapite et donne ainsi l’exemple à ceux qui en font leurs spectacles de terreur. Elle le fait notamment pour défendre un islam de terreur, car non critiquable, et croyance obligatoire sous peine de mort... Mais ce pays est lié au nôtre par des alliances commerciales et un aveuglement idéologique (le silence sur ce qui devrait être condamné et devrait justifier des ruptures) aveuglement commandé par les lois du marché, une raison d’Etat mal pensée...

Raif Badawi, blogueur emprisonné, torturé, et menacé d’un procès pour apostasie. Page d’Amnesty international, 06-03-15 (mise à jour des informations) : http://bit.ly/1aSQl84 (« La justice saoudienne pourrait rejuger Raif Badawi pour apostasie. Il encourrait alors la peine de mort. » / « Le crime d’apostasie est un crime reproché à une personne qui aurait renoncé à sa religion. En Arabie Saoudite, ce crime est puni par la décapitation en public. » / Incertitude : « Pour l’heure, nous ne sommes pas en mesure de confirmer les recommandations faites par la Cour Suprême, qui pourraient également être en faveur de Raif. »

Jeune Afrique, entretien avec sa femme, Ensaf Haidar, 04-03-15. Par Sabrina Myre :  http://bit.ly/1GaZYZs  (« Ce sont des informations très crédibles et surtout très alarmantes qui me proviennent directement d’Arabie Saoudite. Nous avons appris que le juge qui a déjà condamné mon mari à 1000 coups de fouet a demandé à la Cour d’appel de juger à nouveau Raif... mais cette fois-ci pour apostasie ! C’est très inquiétant… Il risque désormais la peine de mort. Je souhaite vivement que la communauté internationale fasse pression sur l’Arabie Saoudite. Il faut qu'il soit libéré. »)

Le Figaro, informations, et citation de la femme de Raif Badawi, 02-03-15. Par William Plimmer : http://bit.ly/1HcmRN0  («Nous avons des raisons de croire que le même juge a de nouveau demandé au chef de la Cour d'appel de juger Raif Badawi pour apostasie. Nous appelons les citoyens du monde et les gouvernements à ne pas laisser Raif Badawi se faire trainer à mort par ces fanatiques. Et nous renouvelons nos appels à sa Majesté le Roi Salman de pardonner Raif Badawi et lui permettre de quitter le pays», a déclaré Ensaf Haidar, qui vit désormais au Canada avec ses trois enfants. »)

Paris-Match,  26-03-15, « Sa femme raconte son calvaire ». Par Anthony Verdot-Belaval : http://bit.ly/1D2o6vD  

« A Vienne, le dialogue interreligieux brouillé par le rigorisme de l’Arabie saoudite ». Par Joëlle Stolz, Le Monde, 04-03-15 (Le centre interreligieux du Palais Sturany refuse de soutenir le blogueur Raif Badawi)  : http://bit.ly/1zZVsbq  (Palais Sturany, Vienne / « Le palais abrite en effet le centre Roi-Abdallah pour le dialogue interreligieux et culturel (Kaiciid), ouvert en octobre 2012 par l’Autriche et l’Espagne, avec la bénédiction du Saint-Siège et le statut privilégié d’une organisation internationale. Mais dès sa naissance, il a suscité la controverse, en raison du rôle dominant qu’y joue le troisième Etat fondateur, l’Arabie saoudite, connue pour sa conception rigoriste de l’islam. » (...) «Bien sûr, nous sommes pour le dialogue interreligieux’ assure Alev Korun, porte-parole du parti écologiste sur les droits de l’homme. Mais, pour cette parlementaire d’origine turque, l’institution viennoise n’est qu’une « feuille de vigne », destinée à cacher l’absence de liberté religieuse... »)

« Arabie saoudite : 39e décapitation depuis le début de l'année », FranceTV info/AFP, 05-03-15   (« Amnesty International dénonce, jeudi, un rythme d'exécutions "sans précédent" dans ce royaume régi par une version rigoriste de la charia. » ) 

« La peine de mort en pleine progression en Arabie Saoudite » Geopolis. Par Pierre Magnan, 04-03-15 : http://bit.ly/17ZP65v

Prisonniers d’opinion en Arabie saoudite (Infos et liste, dont l’avocat de Raif Badawi), Amnesty international : http://bit.ly/17D2dJJ

Fiche Wikipedia, Raif Badawi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Raif_Badawi

BLOG : https://raifbadawi.wordpress.com/  (Traduction automatique, donc mauvaise, mais pratique, en cherchant le blog sur google et en cliquant sur traduire... : http://bit.ly/1BhOYZa )

ACAT, fiche Arabie saoudite (Monde tortionnaire : répression et torture) : http://www.acatfrance.fr/un-monde-tortionnaire/Arabie-Saoudite

.........................

Page Amnesty international sur la liberté d'expression : http://bit.ly/1u2Ggsj

............................

Et pendant ce temps-là, la France s’occupe d’avoir d’excellentes relations diplomatiques, politiques, commerciales, économiques, avec ce pays... (Raison d’Etat et marché... Sans qu’on entende de déclaration sur les droits humains, l’horreur des exécutions, l’emprisonnement de ceux qui veulent simplement penser librement.) Lire, diplomatie .gouv.fr : http://bit.ly/18q6ss0

« Terrorisme : l’Arabie saoudite coupable », Le Point, par Michel Colomès, 26-08-14. Sur l’éditorial d’Ed Husain, chercheur qui avait été influencé par l’islamisme et a réussi à s’en délivrer (maintenant il lutte contre l’extrémisme). L’éditorial avait été publié par Le New York Times : http://bit.ly/1FpViP2  (« Ed Husain, un chercheur de confession musulmane, membre du Council on Foreign Relations américain et associé de la Fondation pour la foi de Tony Blair. Il désigne le responsable, selon lui, de tous les excès dont se rendent coupables non seulement l'État islamique e Irak et en Syrie mais aussi al-Qaida en Afghanistan, au Pakistan et au Mali ou encore Boko Haram au Nigeria. / Tous, écrit Ed Husain, s'inspirent de l'enseignement, des pratiques et du prosélytisme de l'Arabie saoudite. Ou du moins de l'islam salafiste. »  (...) « Le paradoxe est que l'Arabie saoudite, dans une attitude ambivalente (schizophrénie ou comble de l'hypocrisie), vient la semaine dernière encore de doter de 100 millions de dollars l'agence créée par les Nations unies... pour lutter contre le terrorisme. »)

Après Charlie... / « Arrêtons le commerce avec les pays qui financent le terrorisme », Corriere della Sera/Courrier international, par Franco Venturini , 22-01-15 :http://bit.ly/1zZWiVy  (« Si les pays européens veulent lutter efficacement contre le terrorisme, il est essentiel qu'ils repensent leurs relations commerciales avec les pays du Golfe qui financent le terrorisme, prévient cet éditorialiste italien. » (... « Nos alliés commerciaux financent nos ennemis » / « Tout le monde, à commencer par les services de renseignements, sait bien qu'à côté de ces flots d'argent les caisses des différentes formations terroristes sont renflouées par des Etats arabes qui adorent jouer sur plusieurs tableaux, pour des motifs intérieurs ou régionaux : l'Arabie Saoudite, le Qatar, le Koweït, et peut-être d'autres encore. Ces Etats s'avèrent être nos amis, nos alliés, nos fournisseurs, nos partenaires commerciaux. Nous ne voulons pas, pour une question d'intérêts, en faire des ennemis. Mais ne devrions-nous pas réclamer un peu plus de cohérence ? »)

22/11/2013

Transmission pieds-noirs : un site de Paul Souleyre

Blog qui prolonge et développe la démarche entamée avec MémoBlog, site où, en fils de Pieds-Noirs (né en 1969), il cherchait déjà à déchiffrer ce qu’il en est de cette identité, et des traces, en soi, de cette mémoire familiale d’exil :  http://www.memoblog.fr  («… Préciser que la nostalgie n’est pas dans ma nature, que je ne regarde jamais le passé pour le refaire ou le regretter, mais seulement pour mieux comprendre le présent, mon présent. ») (…) «… il s’agit manifestement d’un site d’enfant de pieds-noirs affecté dans son psychisme par l’exode de toute une famille. » (…) « Mais j’ai la certitude d’avoir  perdu une terre. Et là est la vraie surprise de Memoblog.  / Comment est-ce possible, je ne sais pas, mais j’ai perdu une terre. / La terre rouge d’el-Hamri. »)

……………………………

Transmission Pieds-Noirs succède donc à Mémoblog, le complète : http://www.transmission-pieds-noirs.fr/   Dès l'accueil, des visages dans des cercles, visages de ceux qui ont "reçu" ce qui... n'a pas été transmis, ou difficilement, ou raté (comme le dit un père pied-noir, cité dans la page de présentation). Mais la génération des enfants, des jeunes ados, a tout intégré de l'exil et des souffrances. C'est l'inconscient qui trahit, les hasards, les ratages aussi (comme l'explique une des jeunes femmes). Paul Souleyre explore de manière passionnante les signes étranges que tissent le hasard et l'inconscient. Et il sait dire comment on peut flotter dans un vide identitaire (est-ce "identitaire"? je mets ce mot pour traduire) quand l'espace n'a pas accueilli. A travers sa recherche d'Oran (Oran, pas la mémoire de la guerre, pas les histoires de famille : le lieu) il retrouve sa part d'algérianité et aide aussi ceux de sa génération à la retrouver (pour choisir de la savoir, de l'assumer ou de s'en éloigner : l'essentiel étant la prise de conscience de ces dimensions...). La transmission, si elle a sauté une génération, peut se rétablir ensuite. Car le temps est long...

Donc, déjà, lire la page de présentation de sa démarche : http://www.transmission-pieds-noirs.fr/about/ 

CITATIONS : «  L’ambiguïté est la seule valeur qui me tienne vraiment à cœur. » (…) « Je ne crois pas du tout à la vérité, ou plutôt, la vérité, pour moi, a toujours pris la forme d’une contradiction. Donc plus que les vérités univoques qui n’ont jamais réussi à me toucher, je recherche des vérités contradictoires et ambiguës, perturbantes. Des vérités où la personne qui s’exprime se demande d’abord et avant tout si elle n’a pas elle-même raté quelque chose. »

Et voilà comment il commence ce voyage en ambiguïté, en profondeur, dans le regard des tensions et contradictions, en soi et dans le réel : par un très beau texte qui interroge une identité suspendue dans le vide, en quelque sorte. Celle d’exilé sans exil su, d’immigré sans savoir d’où, de citoyen d’un espace de questionnement : http://www.transmission-pieds-noirs.fr/paul-souleyre-1969/

« Ma mère n’aimait pas l’Algérie Française.

Ma mère est née à Oran le 19 novembre 1946, a quitté la ville le 28 juin 1962, et s’est éteinte à Bordeaux le 15 février 2009. Je crois pouvoir dire qu’elle n’a jamais été heureuse nulle part.

Pour l’Algérie, en tout cas, je n’ai aucun doute. »

(...)  « Commencer à percevoir la complexité d’une situation permet de s’éloigner d’affirmations générales et pathologiques du style « tout le monde était bête » pour se réconcilier avec des origines extrêmement diverses, tout en gardant à l’esprit qu’à Oran, cette diversité au sein de la catégorie des Français d’Algérie était en conflit avec elle-même. » (…) « Ce n’est pas très spectaculaire donc personne ne s’en préoccupe, mais j’ai comme la vague intuition que quelques enfants de pieds-noirs flottent gentiment au milieu de nulle part dans la société française actuelle, et se demandent juste par quel miracle ils ont acquis la capacité de se mouvoir dans le vide. » (…)« Il y a déjà un moment que je me considère comme un enfant d’immigrés-exilés. Mais de quel pays ? »

Lisez le texte intégral…Précieuses écritures que celles qui ont pour projet de ne pas se cloîtrer dans les certitudes, les barrières idéologiques (les camps, les pour, les contre, les clichés et les schémas figés, ou les émotions stériles ressassées à l’infini). Là, une distance apparemment paradoxale (car la proximité du regard sur l’autre prochain n’est pas niée, si elle n’est pas exaltée). Ambiguïté, donc complexité… Grande humanité. (Complexité... qui est une clé pour Camus. La réalité n'est pas binaire...)

Comme j’aimerais trouver autant de subtilité et de cœur chez ceux qui écrivent, de l'extérieur, SUR les Pieds-Noirs, en projetant sur eux tous les affects produits par des faits de propagande (lire, pour comprendre cela, « Une Patrie de Sel » de René-Jean Clot, et « Ma mère l’Algérie » de Jean Pélégri (et, ici même, mes notes, catégorie « Pieds-Noirs »)…

... Complément d'informations, sur ce site, sur l'identité, sur le rôle de la rencontre de Luc Demarchi (Site "Vivre à Belcourt"), dans la note sur Olivier Py, sur lequel nous avons tous trois écrit, tant il exprime ce qui nous est commun... une irréalité de terre, peut-être. Olivier Py a trouvé ses racines dans la mer Méditerranée et Paul Soulever explore Oran... Tiens, Vivre à Belcourt : là encore, c'est le lieu qui est le sujet, le lieu et les êtres qui y vivaient et qui y vivent. Plus que le pays, les villes (car les appartenances y sont inter-communautaires dans la traversée des communications actuelles).

Identité(s)? Cartographies qui se déchiffrent et s'inscrivent diversement. Dans la recherche des lieux, d'un espace autre, mer réelle et symbolique qui relie et qui échappe aux enfermements. Dans la recherche des langues (dont le pataouète), l'exploration des êtres, et... la littérature : Camus, Clot, Pélégri, Cardinal, Roy, Roblès, Xuereb, Vircondelet, etc.

Lien vers cette note (où je parle d'Olivier Py, mais aussi de Paul Souleyre et Luc Demarchi..), "Méditerranées,  d'Olivier Py..." http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2013/07/24/me...

...Des clés, en marge du site de Paul Souleyre

Article d’Hubert Ripoll, Le Monde,  05-07-2012, « Le dernier exil des Pieds-Noirs » https://dl.dropboxusercontent.com/u/29077738/Le%20dernier... 

Et son livre, « Mémoire de là-bas / une psychanalyse de l'exil » : https://dl.dropboxusercontent.com/u/29077738/Chapitre%201... 

Mais j’allais oublier… « Pieds-Noirs, identité et culture » : http://editions-gandini.fr/df077-pieds-noirs-identite-et-...   

25/05/2013

Lectures intégratives, et nouveau paradigme… Des liens…

PSY intégrative.jpg

Découverte du blog d'Alain Gourhant...

Lectures intégratives… Des notes, des citations, des choix de lectures suggérées (auteurs, créateurs : art, intériorité, démarches de vie). Présentation et CITATIONS, espace "Création" : http://www.psychotherapie-integrative.com/creation.htm

Propos sur la poésie : http://www.alaingourhant.fr/propos-poesie.htm

Citations (poésie) : http://www.alaingourhant.fr/poesie-des-citations.htm

Notes sur la spiritualité : http://blog.psychotherapie-integrative.com/category/spiritualite/

………

Site découvert par hasard, en cherchant des informations sur je ne sais plus quel auteur... 

18/03/2012

Pataouète, sur hautetfort.com. Le blogueur n’est plus là…

Pataouète : http://patawet.hautetfort.com  (Sous-titre : Le blog de Bab-El-Oued).

J’avais découvert ce blog par hasard, en regardant les sites mis à jour sur hautetfort.com. (Les noms, les titres, me suffisent pour aller voir ou pas). Et, évidemment, ce nom, alors, m’a retenue. Un compatriote de naissance, toujours un lien… Mais on peut se rejoindre ou pas, suivant le regard qu’on porte sur la mémoire, l’Histoire, l’actualité, la culture, le partage. J’ai donc été voir : l’Algérie, présente, une identité, assumée dans la fraternité, un souci de la justice. Puis j’y suis retournée de temps en temps (il était depuis dans une liste sur mon blog). Bien sûr, dans les choix, les perceptions, des différences, des nuances, et de possibles désaccords, peut-être... Mais j’aimais bien, globalement, ce positionnement. Puis en fin d’été, j’ai vu que s’étaient prolongées les pauses associées à une hospitalisation, et le « à bientôt » qui s’éloignait de plus en plus. En août il y avait eu deux notes (rien d’effrayant si la maladie n’était pas évoquée, on se doit des pauses, des lenteurs, des silences : mais le sens en devenait autre). Puis rien (dans ses projets d’éventuel retour au blog il disait vouloir reparler de l’Algérie…). Et ensuite un message annonçant son décès, et des notes d’affection et d’hommage, en octobre : compagne, amis, famille… J’ai été attristée. Pourtant je ne savais pas même son prénom (Yves), lu ensuite là…  J’ai repensé aussi à Chounet, de Bains Romains, mort en 2006 (http://www.bainsromains.com/). Même ouverture du cœur… Mais lui je le connaissais un peu plus. (Là aussi le blog perdure...). Mais que deviendront  cette mémoire sur la Toile, ces pensées, ces souvenirs, quand même les amis ne pourront pas maintenir ces traces ? Il y a un manque, là…

Des messages d’octobre je retiens celui qui présente l’orientation du blog, et un poème émouvant:

Extrait de la lettre de Rosa : « Ce blog était donc dédié à l’Algérie, le pays de son enfance. Même s’il était né dans une famille anti-colonialiste, Yves portait en lui la blessure commune à tous les Français ayant dû quitter brutalement l’Algérie.

Son blog était donc voulu comme une réparation et surtout le souci de révéler la vérité de l’Algérie, en particulier des aspects inconnus de notre histoire coloniale, pourtant si proche mais tellement méconnue. Parmi les billets les plus marquants je citerai celui sur les Juifs-berbères mais aussi sur le camp de LODI. À lire absolument. » Rosa, 06-10-2011 http://patawet.hautetfort.com/archive/2011/10/05/adieu-capitaine-pataouete.html  (Page complète…)

Le poème « Un rêve », signé Robert Puig, est introduit ainsi : «Qui, désormais, me fera voyager dans ce pays qui t'a vu naître ? / Ce poème, oeuvre d'un déraciné, tu aurais pu l'écrire… »

Extrait :

« J'ai fait un rêve, couleur soleil…
Tout à coup, comme par magie,
Prisonnier de mon profond sommeil,
J'ai cru retrouver mon Pays… »

Texte complet : http://patawet.hautetfort.com/archive/2011/10/15/a-toi-yves-mon-guide-mon-ami.html

...............................................................................................................................................

Pataouète, blog… Lien permanent dans la liste « Frères de Rive…s » (colonne de gauche, tout en bas).

.....................................................................................................

J'ai ajouté récemment un double paragraphe pour le blog Pataouète, dans ma note "Deuil de blogs" (sur ceux qui disparaissent en le disant - autres choix - et ceux qui se taisent sans rien dire, ou ceux qui disparaissent, eux). Comme Yves, de Pataouète... Ce que j'y note correspond au ressenti de maintenant, plusieurs années après, et espérant que le blog perdure... http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2016/06/07/deuil-de-blogs-5812353.html

22/11/2011

La Ruelle bleue, blog littéraire. En exergue, Kafka…/ (Blog né en 2010, fermé en 2013, voir la note mise à jour)

RUELLE.png

« Un livre doit être la hache qui fend la mer gelée en nous »

                              Kafka 

Ce blog a été fermé en 2013, après trois ans d'activité, et à la place on trouve maintenant une offre de vente de l'espace. Mais je ne supprime pas cette note. (J'ai fait une mise à jour en relisant et supprimé les liens devenus inutiles) car c'est en même temps une information sur la vie des blogs. Reste l'exergue, des traces ici, et un entretien intéressant (ci-dessous, lien toujours actif) qui permet une réflexion sur ce qu'est bloguer (et surtout en sachant que le blog n'existe plus).

La Ruelle bleue était un blog littéraire :  (celui d’une lectrice, pas d’une critique, c’est ainsi qu’elle le définit, même si la profession qu'elle veut faire est en rapport avec les livres).

L’exergue était cette phrase de Kafka que j’apprécie particulièrement. Comme c’est juste… Bonne idée que mettre cette pensée en exergue d’un blog qui dit l’amour de la  lecture. Oui, si un livre n’est que de la confiture tiède, peu importe qu’on le lise ou pas : il ne changera rien, ne donnera ni force ni courage ni lucidité ni joie ni rien. Secouer, bousculer, questionner, heurter, voilà ce que doit faire un livre.

En accueil il y avait l’image bleue d’une femme qui tend une coupe. Beau symbole : don, offrande, nourriture intellectuelle partagée, curiosité offerte pour enrichir autrui… Le bleu de l'illlustration, le bleu du nom. Bleu? La mer du voyage? Le ciel du rêve? Couleur froide, dit-on, que la symbolique associe à la spiritualité, à la réflexion, au mystère, à l'incertitude... Beau symbole, donc, doublement.  

J’avais découvert ce blog en fouinant sur la Toile, pour lire des articles sur le livre d’Arturo Pérez Reverte, Cadix ou la diagonale du fou. Et, parmi d’autres pages, j’avais trouvé celle-ci. J’ai d’abord repéré l’exergue, en ouvrant le lien… Nuage de mots-clefs (ou « tags »), en accueil (comme sur tous les blogs, et cela fait toujours sens). J’en avais relevé certains : Actes Sud, adolescence, altérité, coup de cœur, création, détresse sociale, enfance, engagement, politique, Europe, existence, femme, Histoire, intrigue, quête d’identité, quête initiatique, racines…

ENTRETIEN. « Qui se cache derrière La Ruelle bleue ? ». Par Stéphanie Joly, sur pariscilaculture.fr

Stéphanie Joly avait questionné la blogueuse. Dans les réponses données on voit les raisons qui lui feront effectivement arrêter le blog.
Blog littéraire mené de manière presque professionnelle dans une période de transition (elle dit que ce fut sa motivation première, structurer son temps libre, ensuite seulement est venu le goût du partage (dont elle dit qu’il se fait plus en coulisses que par des commentaires : oui, c’est souvent le cas). 170 notes rédigées en un an, essentiellement sur des livres lus (le blog existait depuis 2010). C’est un rythme impossible à tenir si on a une activité autre. Il faut au contraire laisser du temps vide, n’écrire que lorsque cela est senti comme une exigence. 
Elle parle ensuite des contacts, des opportunités nés de cela, et à la question "Envisagez-vous d’arrêter un jour ?" elle répond que oui. Car "La gestion d’un blogue est très chronophage." (C'est vrai, il faut donc faire des pauses et ne faire des notes que choisies très consciemment). Mais elle parle aussi de doutes au sujet de sa légitimité critique (car c’était l’axe unique de son blog). Pour le reste c'est lisible sur le site... Cet entretien est toujours en ligne (vérifié encore début février 2020...). http://www.pariscilaculture.fr/2011/10/qui-se-cache-derriere-www-laruellebleue-com/

On trouve la trace (liens et textes) de titres de notes de 2010, et de quelques lignes (de décembre à août) sur un blog qu’elle devait tenir sur Médiapart. Même nom (et l’image bleue, profil-signature, se devine). Une vingtaine de notes dont une sur la rétrospective du photographe André Kertesz  (majeur, pour moi), une sur Jack Kerouac, et enfin une page  sur un thriller de David Peace, Tokyo ville occupée. Cependant le renvoi vers un blog inactif ne permet pas une lecture complète, ou donne une page vide.

cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc

MISE à JOUR... La Ruelle bleue a mentionné (2013) que les publications s'arrêtaient après trois ans d'activité intense... Les 280 articles sont restés lisibles un certain temps. Mais c'est terminé.

14/04/2011

Blogueur égyptien exilé aux États-Unis, Maikel Nabil Sanad. De 2011-2012 (poursuites et prison) à l'exil. MISES à JOUR en 2016,2019, 2020.

Jeune (26 ans environ au moment des poursuites, 2011, 2012). Libre, exprimant des idées parfois un peu provocatrices (car hors des codes de son pays, l'Égypte), Maikel Nabil Sanad a dérangé... au point d'être emprisonné... 

(Pour mémoire) : PETITION de soutien : « Protesting the unlawful sentencing of Egyptian blogger Maikel Nabil !» : http://jonamorem.blogspot.com/2011/04/protesting-against-unlawful-sentencing.html?showComment=1302734703170#c7147573140466234027 (posée le 11-04-11) /// (Mise à jour 29-03-16 : la page de la pétition de 2011 demeure lisible, et les infos demeurent intéressantes, mais il n'est plus nécessaire de signer... Le blogueur est maintenant libéré et il publie des articles tout en poursuivant la publication sur son blog.) Mise à jour, 2019. Pétition toujours en ligne (les informations demeurent ainsi disponibles). Par contre son blog n'est plus actif. Exilé aux États-Unis, il s'exprime sur twitter (@Maikel Nabil) et dans la presse. Les poursuites et la prison ne l'ont pas fait renoncer à son combat pour la libre expression et contre toute oppression.

Sur son ancien blog (qui n'est plus lisible) il y avait une page assez graphique qui était un engagement de fraternité ("Coexist")... Son "Coexist"  mentionne l'icône "science" (E=MC2) associée aux symboles religieux : croix, croissant, étoile. Cela était une affirmation signifiante. Son athéisme n'est pas un refus de la communication... 

-------------------------------

MISE à JOUR, 6 février 2020. (J'ai supprimé plusieurs liens inactifs et fait des recherches...)... 

Maikel Nabil Sanad avait donc fini par s’exiler et il vit aux États Unis. Son ancien blog n’est plus actif. Mais il est sur twitter (et a de nombreux abonnés).

Page wikipedia (en anglais). Mais sur google on trouve une présentation traduite en français :
"Maikel Nabil Sanad, militant politique égyptien, blogueur et ancien prisonnier politique. Il est devenu célèbre en 2010 pour avoir refusé de servir dans l'armée égyptienne, puis en 2011 pour son rôle dans la révolution égyptienne. Nabil est le premier blogueur égyptien à être arrêté uniquement pour son opinion."
Cliquant sur "traduire’"on peut lire en français la fiche wikipedia, qui donne beaucoup d’informations. 
On voit qu’il a déplu pour plusieurs raisons relatives à l’exigence de démocratie, à ses valeurs, et à son apostasie (né en famille chrétienne copte  il a décidé de se déclarer athée : les propos de son père sont effrayants à ce sujet, alors qu’il a tout fait pourtant pour faire libérer son fils - de lui il n’acceptait pas l'athéisme). Il milite pour la paix entre Israéliens et Palestiniens, ce qui lui fait affronter un tabou culturel et s’extraire des codes idéologiques d’appartenance dans son pays, l’Égypte… "Nabil a déclaré que 'si les Palestiniens avaient une direction démocratique, tout serait résolu.' "
La fiche rappelle qu’il s’est défini comme "Libéral, laïque, capitaliste, féministe, pro-occidental, pro-paix, athée, matérialiste, réaliste, pro-mondialiste, intactiviste (ce qui signifie qu’il prône le droit à l’intégrité génitale des êtres humains, et lutte contre l’obligation de la circoncision), anti-militariste, pacifiste". 
Ses idées sociales et politiques : "économie de marché libre et démocratie libérale".
Lien vers Wikipedia...
 
LIENS, presse… (beaucoup d’articles en anglais, liens de la fiche wikipedia, mais traduction automatique)...
"Les «crimes» d'un blogueur égyptien", Haaretz (gauche israélienne)…"Pour de nombreux Égyptiens, Sanad est considéré comme un traître, tant pour sa religion que pour son pays. En effet, la rupture des tabous sociaux a été si grave que…". Religion, conflit Israël-Palstine, service militaire, il a refusé toutes les injonctions… Le journal dit qu’il est perçu comme pro-israélien mais que c’est une caricature de ses positions, plus nuancées. Article de 2011 alors qu’il était encore emprisonné… Mais qui reste intéressant… (D’autres liens sont à lire, donnés sur Wikipedia. Ils rappellent sa grève de la faim (en prison) qui avait fait craindre pour sa vie.
 
Un article de lui, de 2012, où il dit que le procureur général égyptien a ouvert une enquête pour "insultes à l’islam" du fait de sa déclaration d’athéisme (refus de la foi copte, précisément)… Malgré le fait que l’Égypte ait signé des traités sur la liberté d’opinion, le code pénal comporte des lois contraires. Il mentionne d’autres personnes accusées pour les mêmes raisons, emprisonnées, et certaines torturées. Il rappelle le fait qu’on emprisonne des gens pour blasphème… Et il élargit l’information sur l’emprisonnement de blogueurs (pour "insulte à la religion") aux divers pays musulmans, où cela se généralise... Et dans certains pays jusqu’à la condamnation à mort…
"Oui, je suis un blasphémateur. Passer à autre chose."... https://foreignpolicy.com/2012/10/19/yes-im-a-blasphemer-...