Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2016

Miró. Saisir l’être en soi, et peindre…

ENTRETIENS.jpg« Le tableau doit être fécond, faire naître un monde… Plus que le tableau lui-même, ce qui compte, c’est ce qu’il jette en l’air… Des semences d’où naissent d’autres choses. »

Joan Miró

(Cité par Jean-Clarence lambert, dans « Poétique de Miró", revue « Opus international », parue il y a très très longtemps : articles, et poèmes associés aux peintures, comme ceux de Jacques Dupin, qui réalisa une monographie…). 

MIRO de Walter ERBEN TASCHEN éd.jpgL’immobile, le silence… Saisir l’être par le trait. Ou… saisir l’être en soi et tracer. (Exactement ce que doit être créer, images ou mots…).

J’ai relu une note sur Joan Miró, brève, écrite le 28-11-11 (lien ci-dessous), au sujet d’une présentation sur un site de galerie, et d’une exposition de sculptures. J’avais choisi des citations, et rien mis d’autres que des fragments et deux liens. Parfois cela suffit. Relisant j’ai eu envie de revenir sur ma passion Miró… (Et le hasard fait que c'est presque son jour de naissance, 20 avril... 1893, même si je ne l'ai réalisé qu'après avoir commencé d'écrire, le 21...).

Quand les peintres parlent de création, les mots sont rares et justes, le plus souvent. Ils tombent pile au creux de « faire », simplement. Et les phrases de Miró correspondent complètement à ce que l’on sait de sa démarche en regardant, juste en regardant. Une maîtrise de l’instant, un tir à l’arc du geste de tracer, au sens du tir à l’arc zen : ce qui advient à force de densité transcendée. Cette peinture me fascine depuis toujours, sans que je sache dire forcément pourquoi. Coup de foudre de l’évidence. « L’immobile », « le silence » (voir note de 2011). Saisir de l’être à partir des marges du rien, quand on fait le vide, se dépouillant de toutes les charges qui encombreraient le regard. Et alors, dit-il, rien à inventer : « Tout est là ». C’est cela. Connexion totale avec ce qui est là :  alors créer coule, fluide, sans que le mental décide et parasite la captation de ce qui est. 

CATA.jpgGalerie Lelong... Des catalogues, pour le plaisir des couvertures… mais pas seulement (les catalogues raisonnés sont chers, mais pas vraiment, pour ce genre d’oeuvre - et il y a des ouvrages autres, au prix de livres ordinaires, comme les entretiens ou l’ouvrage de Jacques Dupin). 

Galerie Lelong, livres et estampes : http://www.galerie-lelong.com/fr/livres-joan-mir-4-p1.html  

DUPIN.jpg« Miró, De l’assassinat de la peinture », de Jacques Dupin : http://www.galerie-lelong.com/fr/artiste-joan-miro/livre-... 

 

 

La page sur Joan Miró, éd. Taschen (« Ainsi font les rêveurs »). Et le livre de Janis Mink (Petite Collection Art,) : https://www.taschen.com/pages/fr/catalogue/art/all/49251/... 

Page, Taschen, mentionnant l’ouvrage que publia Walter Erben, une étude longuement préparée par des dialogues avec Miró : https://www.taschen.com/pages/fr/catalogue/art/all/01586/... 

Estampes de Joan Miró : http://www.galerie-lelong.com/fr/estampes-joan-mir-4.html 

.....

La note du 28-11-11 (avec les citations mentionnées ci-dessus) : http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2011/11/28/jo... 

...

NOTE © MC San Juan (Trames nomades) 

Posée aussi… page Facebook : https://www.facebook.com/TramesNomades

07/11/2015

FRED DEUX… « Faire vivre l’obscur »

« Dire ce que tu es. Ce qui revient à parler de ce qui vient vers toi et comment tu vas vers l’autre »

Fred Deux 

« Eloigné des modes, le travail de Fred Deux - et de Cécile Reims -, par sa puissance évocatrice, son univers obsessionnel et viscéral, bouleverse le confort de nos certitudes esthétiques. »

Carlos Pardo 

Bel article dense, de Carlos Pardo (et beau titre, « Faire vivre l’obscur »), sur cet artiste double (écriture et peinture) créateur de « livres uniques », né en 24 et mort en septembre 2015. Artiste relié au courant du biomorphisme. Evocation, dans ce texte, aussi, de sa compagne de vie et d’art, Cécile Reims, graveur : http://www.monde-diplomatique.fr/2015/11/PARDO/54163

FRED DEUX.jpgExprimer « la flamme à l’intérieur du bide », « racler au fond de la boue de la vie ». Carlos Pardo choisit de citer ces deux formules de Fred Deux, qui, toutes deux, parlent de profondeur, d’humus originel. Processus de création, chez Fred Deux, où brûler et déchirer c’est le même geste de plongée en soi et dans le creux de ce qui est à la source des passions et douleurs. La boue ce n’est pas le sale et putride seulement, c’est la matière vivante, terre et eau. Le ventre, pas la tête, et le feu, pas l’excrément. Passion, intensité, mais aussi, écho d’une intuition profonde, qui rejoint la parole des chamans taoïstes : feu source, centre. 

Double création… Difficile à assumer dans un contexte formaliste où on devrait n’être qu’une partie de sa voix. Au point qu’il fut, lui, obligé de prendre un pseudonyme d’écriture (qu’il finit par lâcher). C’est significatif. Etre regard ou tracer des mots. Devoir choisir alors que l’écriture est regard et que l’art visuel est hanté par le langage. Que l’un porte l’autre. Importance de cet itinéraire qui fait repère… 

« Faire vivre l’obscur »... Lui fouille dans les hantises de souffrances originelles et interroge une réalité enfouie autant dans le corps que dans la conscience.

De ce qui peut être lu, je choisis « Le For intérieur », éd. Les Cahiers dessinés. Et « Dessins bruissants, pensées murmurées », éd. Alain Margaron. Mais il y a toute une bibliographie à découvrir. Voir la fiche wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fred_Deux

Autre éclairage, article, Le Monde, 14-09-15, par Philippe Dagen, qui insiste sur le mystère d’une œuvre et d’une vie où l’introspection est si présente : http://www.lemonde.fr/arts/article/2015/09/14/l-artiste-et-ecrivain-fred-deux-est-mort_4756490_1655012.html  

« Le For intérieur », Les Cahiers dessinés : http://www.lescahiersdessines.fr/le-for-interieur-fred-deux-9791090875333 

Reproductions, voir, galerie Alain Margaron (qui annonce une rétrospective à Lyon en 2016 : http://galerieamargaron.com/artistes/fred-deux-2/

28/11/2011

Joan MIRO. "Ce que je cherche, c'est le mouvement immobile..."

« Ce que je cherche, c'est le mouvement immobile, quelque chose qui soit l'équivalence de l'éloquence du silence. »
Joan MIRO

Citation choisie par Passion Estampes, galerie d’art : http://www.passion-estampes.com/bio/mirobiographie.html

Sur le site, biographie de Joan MIRO et reproductions.

…………………………………….

"Il faut toujours revisiter les peintres qu'on croit connaître", Danielle Attali, à propos de Miró, JDD, 2011  http://www.lejdd.fr/Culture/Expo/Actualite/Miro-s-invite-...

"Je n'invente rien, tout est là."  (cité par Danielle Attali)

..............

Voir aussi la note du 21-04-2016« Miró. Saisir l’être en soi, et peindre. »…  http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2016/04/21/mi...