Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2015

Jours sombres. Résister...

LIBE RESISTER.jpg

 

La mort, encore. Assassinats. Encore la haine... Résister... Résister à la peur, à la haine, aux divisions...

 

 

 

 

Attentat antisémite porte de Vincennes, Libération, 09-01-15. « Quatre otages sont morts » : http://www.liberation.fr/societe/2015/01/09/prise-d-otages-dans-une-epicerie-casher-a-la-sortie-de-paris_1176953

Communiqué de la LICRA, 09-01-15 : Hommage rendu à toutes les victimes : « Les premiers ont été exécutés parce qu'ils étaient libres, les seconds parce qu'ils étaient juifs, les troisièmes parce qu'ils étaient les symboles de la République, mais c'est le même fanatisme qui les a frappés. »

« Comment résister à l’intimidation ? »Kaoutar Harchi,romancière et anthropologue, intervenant  ce 9 janvier à l’émission « Ce soir ou jamais », posait de manière fort intéressante la question de l’expression des musulmans, considérant qu’il fallait trouver un juste positionnement en évitant des pièges contraires. Refuser le positionnement victimaire de ceux qui s’investissent dans un militantisme axé sur la thématique de la lutte contre l’islamophobie. Mais refuser aussi de répondre à une sorte d’injonction à devoir s’exprimer comme musulman ou musulman supposé pour cause d’origine (quand on peut être athée ou agnostique, et même être musulman croyant mais de manière privée, intime, intérieure). Car un musulman ayant d’abord une existence sociale, de citoyen ancré dans une profession, n’a pas à mettre en scène une visibilité particulière : il s’exprime en citoyen, simplement. Elle définissait ainsi une pensée et expression inscrite dans une sorte de tension (en disant qu’il fallait que la foi musulmane se réfléchisse, au sens du regard dans un miroir où on peut se voir se reflétant, donc se penser) : tension nécessaire pour toute appartenance religieuse. Donc ni victimisation, ni réponse de justification particulière pour se « démarquer » des terroristes qui instrumentalisent la religion : http://www.france2.fr/emissions/ce-soir-ou-jamais/diffusions/09-01-2015_289187

Cette réflexion est évidemment au cœur des questionnements associés à la lutte contre la radicalisation de candidats au Jihad...  Si ce langage était compris par tous il n’y aurait pas d’individu prêt à mourir pour des causes fantasmées. Mais d’autres intervenants invités parfois (ou souvent) à la même émission, ont fait passer des messages contraires, comme la porte-parole des « Indigènes de la République », eux qui accusaient les dessinateurs de Charlie Hebdo d’être racistes et qui ont donc nourri les haines vengeresses des criminels. On commence à tuer avec les mots. Confondre la dérision et le racisme est un signe de grande rigidité, de pensée aveugle.

De même ceux qui instrumentalisent le conflit israélo-palestinien, ayant une passion obsessionnelle pour le soutien des Palestiniens (Hamas compris, tel que), et vouant une critique totale destinée à Israël parfois exclusivement, ceux-là donnent des armes mentales à l’antisémitisme meurtrier. (Boycott d’Israël seul, présenté comme action prioritaire et absolue, alors que rien de tel n’est jamais proposé pour lutter contre les pires dictatures, qui ne dérangent pas les mêmes...). Alors qu’une critique (légitime...) d’un pouvoir n’aurait pas les mêmes effets désastreux si elle n’excluait pas la critique des pouvoirs adverses, et si elle s’accompagnait d’actions favorisant le dialogue entre les peuples, d’informations sur les initiatives de paix entreprises par des Israéliens et des Palestiniens (certaines ensemble, comme l’expérience de « Nevé Shalom- Wahat as-Salam »-« Oasis de Paix », pour ne donner ici qu’un exemple  - mais il y en a bien d’autres : http://wasns.org/-oasis-de-paix- ). Et si elle soutenait parallèlement la lutte contre l’antisémitisme. Donc des questions doivent se poser, des consciences s’interroger... car les crimes ont des racines complexes et les responsabilités sont diluées. (Comme nous pouvons tous nous interroger, d’ailleurs, sur la solidarité insuffisante quand Charlie manquait d’argent, dans cette période d’avant l’attentat, dans un silence assez général, heureusement corrigé par l’immense élan maintenant. Avons-nous su voir l’importance de leur rôle et de leur courage ? Pas à temps...).

Si l’horreur des attaques de ces derniers jours favorisait ces questionnements, on pourrait espérer... Espérer résister...

Cependant, évidemment, la lutte contre le terrorisme ne se situe pas seulement et principalement sur notre territoire et elle n’est pas qu’idéologique (mais cela ne dispense pas des analyses sur l’ici maintenant). Cette lutte est aussi militaire, policière, politique. 

Robert Badinter, réaction recueillie par Laure Bretton, Libération, 07-01-15, après l’attentat de Charlie Hebdo. « Les terroristes nous tendent un piège politique » : http://www.liberation.fr/societe/2015/01/07/robert-badinter-les-terroristes-nous-tendent-un-piege-politique_1175717 («Enfin, pensons aussi en cette heure d’épreuve au piège politique que nous tendent les terroristes. Ceux qui crient "allahou akbar" au moment de tuer d’autres hommes, ceux-là trahissent par fanatisme l’idéal religieux dont ils se réclament. Ils espèrent aussi que la colère et l’indignation qui emportent la nation trouvera chez certains son expression dans un rejet et une hostilité à l’égard de tous les musulmans de France. Ainsi se creuserait le fossé qu’ils rêvent d’ouvrir entre les musulmans et les autres citoyens. Allumer la haine entre les Français, susciter par le crime la violence intercommunautaire, voilà leur dessein, au-delà de la pulsion de mort qui entraîne ces fanatiques qui tuent en invoquant Dieu. Refusons ce qui serait leur victoire. Et gardons-nous des amalgames injustes et des passions fratricides.»)

« Les Français sont là, debout, unis ». Entretien avec Max Gallo, Le Parisien, 09-01-15. Propos recueillis par Frédéric Gerschel :  http://bit.ly/1ADmqeB

(« Quand on tire sur des policiers et des journalistes avec des armes aussi puissantes en plein Paris, il y a la volonté affichée de créer un climat de guerre. »)... Il considère que parler du 11 septembre en référence à l’attaque contre Charlie Hebdo, c’est un anachronisme qui occulte une réelle analyse des faits. Il met en garde contre l’amalgame musulmans / terroristes : « Il faut faire en sorte que chacun ne reste pas dans son particularisme. Il faut une ouverture plus franche vers le monde musulman » (...) « Nous devons considérer les membres de la communauté musulmane comme des Français à part entière, les intégrer comme on l’a fait dans le passé avec les Italiens ou d’autres Français d’origines différentes. Cela suppose aussi des efforts de leur part. »

.............................

Page d'ENAR (réseau européen antiraciste) : http://enar-eu.org/ENAR-condemns-anti-Semitic-killing 

Les commentaires sont fermés.