Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2019

ABÉCÉDAIRE (citations pour penser). De A, comme antisémitisme à V comme valeurs, en passant par M, comme migrants.

 
antisémitisme,économie,haine,indifférence,mafia,migrants,planète,tyrans,valeurs,delphine horvilleur,rachid benzine,viviane forrester,alain minc,antónio guterres,yuval noah harari,roberto saviano,patrick chamoiseau,sylvie brunel,alain frachon,georges lavaudantANTISÉMITISME. "La haine du Juif n’est pas une simple xénophobie ou une haine traditionnelle. (…) L’antisémite reproche au Juif d’être ce qu’il aurait dû être. (…) La figure du Juif ce n’est pas que la figure de l’autre, c’est l’autre qui me ressemble trop. Cela renvoie tout un chacun au fait qu’il y a de l’autre en lui.  (…) Il faut se demander comment on pense la résonance universelle de ce message particulier de la Shoah alors que le récit de la souffrance juive déclenche presque une envie, une jalousie chez certains.  ‘Les antisémites ne nous pardonneront jamais le mal qu’ils nous ont fait.’ Cette phrase de Marceline Loridan-Ivens est assez juste. (…) L’antisémitisme n’est pas le problème des Juifs mais celui des antisémites, de la nation, de ceux qui ferment les yeux et de ceux qui nourrissent l’antisémitisme."
Delphine Horvilleur, rabbin, Le Figaro, 14-02-2019. Entretien au sujet de son livre, Réflexions sur la question antisémite, Grasset, 2019...
antisémitisme,économie,haine,indifférence,mafia,migrants,planète,tyrans,valeurs,delphine horvilleur,rachid benzine,viviane forrester,alain minc,antónio guterres,yuval noah harari,roberto saviano,patrick chamoiseau,sylvie brunel,alain frachon,georges lavaudantEt en 2017, livre, au Seuil, Des mille et une façons d’être juif ou musulman,dialogue avec Rachid Benzine... 
.
ÉCONOMIE et MUTATION de CIVILISATION. "Nous vivons, à mon sens, une rupture radicale, une mutation non seulement de société mais de civilisation. Nous la vivons très mal. (…) Pour la première fois au cours de l’histoire, l’ensemble des humains n’est plus indispensable au petit nombre de ceux qui gèrent l’économie mondiale. L’économie s’investit chaque jour davantage dans la spéculation pure." 
Viviane Forrester. Entretien, Le Courrier de l’Unesco, Juin 1997. Au sujet de son livre, L’horreur économique, Fayard, 1996. 
.
ÉCONOMIE et PROPHÉTIE AUTORÉALISATRICE. "En économie, il n’existe pas deux facteurs de production le capital et le travail -, mais trois : il faut y ajouter la confiance, c’est-à-dire la psychologie collective. (…)   L’économie est, bien plus que la politique, le domaine des ‘prophéties autoréalisatrices’ : penser une chose c’’est contribuer à la réaliser."
Alain Minc, essayiste, DirectSoir, 26-05-2019
.
HAINE. "Les discours de haine embrasent le monde, les réseaux sociaux sont exploités pour véhiculer le sectarisme. Les mouvements néonazis et les idéologies de la suprématie blanche prolifèrent.  (…) Au cours des dernières décennies, les discours de haine ont été annonciateurs des crimes atroces qui les ont suivis, génocides compris. Je crains que le monde ne se trouve à nouveau dans une période critique de la bataille contre le démon de la haine. (…) La haine est un danger pour tous et c’est donc l’affaire de tous que de la combattre." 
António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies, Le JDD, 30-06-2019
.
HUMANITAIRE et droits humains. La catastrophe en SYRIE. TRIBUNE du 12-04-2018 et toujours valable, hélas… DIRE NON à la TERREUR, DIRE NON à la MORT.
Signée par Raphaël Pitti, médecin de guerre et ses collègues de l’UOSSM : Ziad Alissa et Anas Chaker
Extraits :
"Aujourd’hui, nous ne pouvons que continuer de nous indigner et de faire entendre notre voix de médecins, de soignants pour dire stop à la terreur, stop à la mort qui n’en finit pas de s’abattre, que ce soit par la voie d’armes conventionnelles ou d’attaques chimiques. Assez de ces gesticulations, de cette hypocrisie, de ces raisonnements qui visent à préserver des intérêts géopolitiques, géostratégiques ou que sais-je encore ! Mais aussi la lâcheté des autres.(…) Nous ne demandons pas d’intervention militaire, mais le respect du droit humanitaire, la reconnaissance de la catastrophe humanitaire en Syrie." (VOIR aussi la liste "SYRIE", marge gauche du blog. Plusieurs liens).
.
INDIFFÉRENCE. "Les pires crimes de l’histoire ont été pour la plupart commis non par haine mais par indifférence. Ils ont été engendrés par des gens qui auraient pu faire quelque chose mais qui n’ont pas même pris la peine de lever le petit doigt. L’indifférence tue.  Peut-être que votre indifférence ne vous tuera pas, vous, mais il est probable qu’elle tuera quelqu’un d’autre."
Yuval Noah Harari, Le Monde, 24-05-2019. (Auteur de Sapiens : une brève histoire de l’humanité, Albin Michel, 2015, et de 21 leçons pour le XXIème siècle, Albin Michel, 2018.
.
antisémitisme,économie,haine,indifférence,mafia,migrants,planète,tyrans,valeurs,delphine horvilleur,rachid benzine,viviane forrester,alain minc,antónio guterres,yuval noah harari,roberto saviano,patrick chamoiseau,sylvie brunel,alain frachon,georges lavaudantMAFIA. "Là où il n’y a pas d’effusion de sang, mais des investissements, des capitaux et un financement public sans contrôle, il y a là de hautes probabilités de trouver une infiltration de la mafia." 
Roberto SavianoLe JDD, 04-03-2019, encart. 
Et entretien en ligne (Mafia et politiques), 04-03-19 (après l’assassinat du journaliste slovaque Jan Kuciak qui enquêtait sur la corruption avec la Ndrangheta)… https://www.lejdd.fr/International/roberto-saviano-les-re...
 
VOIR aussi LISTE MAFIA (plusieurs liens, marge gauche du blog)
.

antisémitisme,économie,haine,indifférence,mafia,migrants,planète,tyrans,valeurs,delphine horvilleur,rachid benzine,viviane forrester,alain minc,antónio guterres,yuval noah harari,roberto saviano,patrick chamoiseau,sylvie brunel,alain frachon,georges lavaudantMIGRANTS. "Les poètes déclarent que la Méditerranée entière est désormais le Lieu d’un hommage à ceux qui y sont morts, qu’elle soutient de l’assise de ses rives une arche célébrante, ouverte aux vents et ouverte aux plus infimes lumières, épelant pour tous les lettres du mot accueil dans toutes les langues, dans tous les chants, er que ce mot constitue uniment l’éthique du vivre-monde." (fragment 13)... Les poètes déclarent (poème extrait de Frères migrants, livre de Patrick Chamoiseau). Le texte intégral du poème. À lire, ICI… http://tout-monde.com/downloads/fre300res-migrants-chamoi... 

antisémitisme,économie,haine,indifférence,mafia,migrants,planète,tyrans,valeurs,delphine horvilleur,rachid benzine,viviane forrester,alain minc,antónio guterres,yuval noah harari,roberto saviano,patrick chamoiseau,sylvie brunel,alain frachon,georges lavaudantPLANÈTE. Bientôt l’apocalypse ? "Et si nous remettions un peu de sérénité dans nos existences ? Une planète bientôt invivable nous est prédite. Les cris d’alarme répétés jettent les jeunes dans la rue et rendent nos modes de vie anxiogènes. (…) Loin d’être constructif, de tels discours ont un effet démobilisateur, clivant. (…) La géographie, cette science des territoires et des ressources (…) nous invite à traiter les grandes questions de notre époque avec mesure. (…) Certes les atteintes à la planète sont importantes, mais nous avons désormais les moyens de la réparer. Il n’est aucune irréversibilité. (…) Quand la pauvreté diminue la notion de surpeuplement disparaît. (…) La vision d’une trajectoire linéaire d’érosion de la biodiversité globale et universelle repose d’abord sur une méconnaissance de l’état réel de l’ensemble de la faune et de la flore mondiale. (…) Comment… (Pas une idéalisation trompeuse du passé. (…) Pas les menaces démobilisatrices d’une fin du monde annoncée, qui n’incitent qu’à l’aquoibonisme. (…) Il faut… remettre le respect de l’être humain au coeur de nos actions, au lieu de conspuer, exclure, accuser. (…)… Le respect, la confiance en l’avenir…" Sylvie Brunel, géographe, Le Monde, 26-07-2019. LIVRE. Toutes ces idées qui nous gâchent la vieJC Lattès... https://www.editions-jclattes.fr/toutes-ces-idees-qui-nou...

.
TYRANS, qu’on ADMET. "En ces temps de mondialisation avancée, ce qui change, c’est aussi le rapport à la tyrannie. Elle choque moins. On s’y fait et, si on ne la justifie pas, on l’admet - au nom de la lutte contre le djihadisme, de la non-ingérence, de la stabilité dans telle ou telle région ou tout simplement au nom du business." (Tyrans. Il cite… Égypte d’Al-Sissi digne de Pinochet, Arabie saoudite qui assassine et exécute en nombre, Corée du Nord, banalisée par Trump, Chine et contrôle numérique, Russie et ultra-droite…).
Alain Frachon, Chronique, Un temps de tyrans, Le Monde, 22-05-2019.
.
 
VALEURS (ou le PIRE). "À partir du moment où nous ne sommes plus capables de savoir profondément quelles sont nos convictions, quelles sont les valeurs qu’on veut défendre au-delà du résultat à atteindre, on ne peut que se laisser entraîner sur le terrain du pire." 
Georges Lavaudant, metteur en scène. Le Monde, 27-04-2002 

13/07/2018

Patrick Chamoiseau, LES POÈTES DÉCLARENT…

CHAMOISEAU... .jpgPrenez le temps d’écouter, le temps de lire… 

« Les poètes déclarent que dans l’indéfini de l’univers se tient l’énigme de notre monde, que dans cette énigme se tient le mystère du vivant, que dans ce mystère palpite la poésie des hommes : pas un ne saurait se voir dépossédé de l’autre ! »

Fragment 2, sur 16, Les Poètes déclarent,"La Déclaration des Poètes". POÈME (très puissant message) de Patrick Chamoiseau, extrait de Frères Migrants (2017)

À écouter, ICI… Lecture (superbe) par Isabelle Fruleux... https://www.youtube.com/watch?v=v2qCTKVZChw&feature=y... 

NOTE, sur la démarche de l’auteur… http://www.l-etre-en-lettres.fr/actualites/la-declaration... 

Le TEXTE à lire, ICI… http://tout-monde.com/downloads/fre300res-migrants-chamoi...  

Frères migrants, LIVRE, Patrick Chamoiseauéd. du Seuil, page éditeur… http://www.seuil.com/ouvrage/freres-migrants-patrick-cham... 

16/05/2015

Pause café... lectures, nuits, et lumières.

CAFE 9.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Il a mis

 

le café / Dans la tasse / Il a mis le lait / Dans la tasse de café  / Il a mis le sucre / Dans le café au lait / Avec la petite cuiller / Il a tourné / Il a bu le café au lait / Et il a reposé la tasse / Sans me parler »

Déjeuner du matin. « Paroles »

Jacques Prévert CAFE 10.jpg

Le café était déjà dans la CAFE 5.jpgCAFE 2.jpgCAFE 1.jpgtasse... car servi, et ce n'était pas le matin. Je n’ai mis ni lait ni sucre, juste de l’eau chaude, un peu...  Je ne suis pas restée silencieuse (pas trop), mais j’ai lu, beaucoup (pause café, volonté de solitude, fugue...), et regardé, beaucoup (puis photographié, un peu), les lumières, la transparence des vitres, les reflets, les ombres, le passage fugitif de formes. Je ne sais qui pleure à la fin du poème de Prévert : lui, peut-être, ou celui qui regarde et ne peut entrer, pas même pour un café. Ou n’importe qui de solitaire (mais en douleur de l’être dans un instant où il ne le voudrait pas, ou, pire, l’étant toujours, perdu dans la rue et dans sa souffrance, comme il est vrai qu’on croise des êtres dont le visage dit une tristesse comme une hantise). Prévert a cet amour des autres qui rend capable cette empathie qui fait dire je, entrer dans la conscience de l’autre, épouser ce qu’il ne sait pas dire ou ne sait pas même de lui. Dans l’amour qu’on a pour les cafés, ces lieux de concentration, où lire prend une intensité particulière (et où malgré tout des lecteurs se croisent et se parlent...) il y a sans doute une mémoire de poèmes de Prévert (inversant la tristesse en douceur de présence), et d’autres poèmes qui ne parlent pas de café mais de fenêtres ou de visages. Intertextualité de la conscience de l’instant. Précieuses pauses, pour moi, que ces parenthèses que je vole au temps, que je vole aux autres, même, si je peux, ayant un rendez-vous avec moi-même que je ne sacrifie à rien.

Parenthèses si nécessaires, de silence (même s’il y a un fond de musique - que souvent j’apprécie, critère du choix du lieu). Quand le monde fait tous ces jours un bruit de peine de mort (Indonésie, Egypte, Etats-Unis... pour ne citer que les dernières terribles informations). Un bruit de couloir de la mort (lire sur le site d’ECPM l’histoire d’Ahmed, au Maroc, qui avait été condamné à mort pour un slogan, puis gracié au bout de longues années de prison dans ce couloir de terreur, et enfin libéré : un survivant...). Un bruit de détresses en mer (Méditerranée, Asie du Sud-Est). Malgré tout, après le journal, j’ai fini « Et il dit » d’Erri de Luca (de lui je lis tout), et continué à lire Alain Vircondelet sur Marguerite Duras (ce qu’il écrit est plus que précieux, proche, d’une profondeur infinie). Etrange comme, dans nos vies, se mêlent nos joies d’instant en instant, et des désastres partagés. De même, se croisent la lecture des faits bruts, des analyses vives, et l’intime entrée dans des œuvres qui rajoutent de la magie à la réalité. C’est pour cela que j’ai noté au pluriel « lectures, nuits, et lumières ». 

© MC San Juan (TramesNomades) / Texte et photographies

CAFE 8.jpgCAFE 7.jpg