Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2015

Revue A L'Index, dernier numéro paru, et numéros en préparation...

 « Cela remonte de sous le sol / la terre parle la terre chante / des mélopées calcaires avec des raucités archaïques / lourdes comme les pierres des temps anciens / qui sonnent des peurs emprisonnées / contre les parois des igues » (...) «En ces temps mutilés /où l'on ne pense qu'à crédit  / il est des jours des nuits aussi / comme des livres ouverts / il suffit juste d'oser déchiffrer / l'alphabet du passé de la terre / pour savoir d'où et quand viendra l'orage»

Jacques Nuñes-Teodoro (Un jour sur la Terre II, A L’Index n° 27)

Lire la poésie c'est surtout relire. Feuilletant de nouveau le numéro 27 de la revue je redécouvre les poèmes de Jacques Nuñes-Teodoro comme si je ne les avais jamais lus. Citer c'est rendre hommage au texte, mais le trahir un peu : il faut le lire intégralement pour le saisir dans sa démarche entière (ou le tenter). Manque le vers "le braiement de suie cri absolu" et peut-être la clé pour comprendre le sens des puits posés ici (igues, mot dialectal que je ne connaissais pas...). Lisant, je pense au puits du personnage de Murakami, "l'oiseau à ressort" plongeant vraiment dans la profondeur de la terre (voyage réel et onirique) en même temps qu'il fouille en lui-même, pour tenter de se retrouver, comme dans une étrange traversée des miroirs... Là aussi il y a une sorte de "cri absolu", là aussi des "oiseaux fous". Manquent les vers "des yeux brûlés par la lave de la nuit" et "des sueurs des noyés" et on ne saura pas l'insomnie et ses causes. Et les "livres ouverts"... "des jours et des nuits" ne seront pas déchiffrés complètement... Et pourtant, si de l'écrit se prête à la citation, à la mise en exergue (que j'apprécie tant), c'est bien la poésie. Car des éclats de sens se suffisent. Et tant pis s'ils s'inventent un peu, changés par l'espace des mots qui aurait donné une autre lecture. Magnifiques, ces textes qui couvrent plusieurs pages (52 à 65). A relire, à mettre en mémoire, pour se les réciter intimement. J'espère avoir donné envie d'aller voir de plus près. Dans une note précédente (lien ci-dessous) je citais d'autres auteurs, aussi.    

Cela c'est le numéro paru. En préparation, je vois sur le site le sommaire du suivant, que je reprends (précisions sur le site de l'éditeur). A L’Index n° 28 : http://lelivreadire.blogspot.fr/2015/02/a-lindex-n28-en-cours.html

TABLE DES MATIÈRES

Au doigt & à l’œil par Jean- Claude Tardif

Dossier : Une amitié - Anne Sexton/Sylvia Plath - traduction Christine Rimoldy -

portrait d'Anne Sexton par Jacques Basse

Le pilier de bar devrait chanter par Anne Sexton

portrait de Sylvia Plath par Jacques Basse

La Mort de Sylvia – poème - d'Anne Sexton

Elle se mit à exhumer amoureusement &autres textes de Frédéric Miquel

Mars Attack – poème – de Guy Girard

Jeu de Paumes - Petite anthologie portative -

François Cani - Éric Chassefière – André Duprat - François Ibanez – Michel Lamart - Nora Thermes

Parole donnée à François Sannier

Visages, Nuages, Mirages. Jean Chatard/Claudine Goux

Une et toutes douleurs – poème – par Marie-Claude San Juan

Bonjour Monsieur Boulanger - Sans levain surtout suivi de De Maronne à Bargetal par Olivier Cousin

Marelle -séquence - de Jean-Claude Tardif

Essais d’autobiographie suivi de Écrire le matin de Claire Dumay

Le microscope & autres poèmes de Françoise Canter

Prémonitoires – poèmes – de Anne-Marie Marcelli

Nos paysages (& autres poèmes) par Anne Marie Bruch

Bracciante, raccoglitore di stracci de Ferruccio Brugnaro traduction Jean-Luc.Lamouille -

Entre lyrisme et modernité : les figures de l’«albanité» dans la poésie d’Ali Podrimjapar Alexandre Zotos

Sur l'arête du vide (à Nicolas de Staël) par Isabelle Rebreyend

La part des ombres de Claire Lajus

Montrés du doigt par Jean ChatardGérard Paris

cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc

Au sujet d’Anne Sexton (dossier dans le numéro 28 à venir), voir les précisions sur le blog lelivreadire, sous le sommaire. Importance de ce dossier, sachant que l’œuvre n’est pas disponible en français.

cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc

A L’Index n°29, en préparation, sera consacré à Gabriel Okoundji, poète né au Congo (BioBiblio : http://fr.wikipedia.org/wiki/Gabriel_Okoundji  et http://www.africultures.com/php/?nav=personne&no=5222 Poèmes, site Recours au poème : http://www.recoursaupoeme.fr/gabriel-okoundji/parl%C3%A9-po%C3%A8me ). Voir le sommaire sur le blog de l’éditeur de la revue, Le livre à dire : http://lelivreadire.blogspot.fr/2015/02/a-lindex-n29-n-empreinte-consacre.html  Voir aussi le blog des notes de Jean-Claude Tardif, poesiealindex : http://poesiealindex.blogspot.fr/2015/02/nouvelles-de-fevrier-2015.html

Dernier numéro paru, A L’Index n° 27. Note Trames nomades : http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2014/12/23/a-l-index-n-27-revue-espace-d-ecrits-poesie-fiction-ecritur-5519182.html

Des exemplaires de la revue A L’Index sont aussi disponibles à la librairie Compagnie, Paris : http://blog.librairie-compagnie.fr/wordpress/

..................

tramesnomades (at) gmail.com

Les commentaires sont fermés.