Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2017

Sur une manifestation… et des questions.

Samedi, une manifestation a eu lieu, censée être un soutien aux Palestiniens, mais révélatrice d'autres motifs idéologiques. L'appel était signé notamment par le racialiste PIR et une liste d'associations pro-palestiniennes (mais surtout hostiles à Israël et aux Juifs : pas vraiment pour la paix et deux États...). Un des slogans pour relayer l'appel était "Séparation du CRIF et de l'État", ce qui signifie qu'étaient reprises les thèses complotistes sur le soi-disant pouvoir des Juifs. La récente manifestation contre les violences policières avait été largement l'occasion de crier des slogans antisémites (et le sujet n'avait rien à voir pourtant avec Israël et la communauté juive...). Que ce genre de manifestation soit autorisé par la préfecture est scandaleux. Des personnalités étaient intervenues pour qu'elle soit interdite (dont la maire de Paris, signalant un risque de trouble à l'ordre public). Lire la note de blog d'Hebib Meyer (ample et documentée), qui fait quelques rappels nécessaires... http://www.huffingtonpost.fr/meyer-habib/manifestation-bo...

Attiser les tensions est très dangereux. Et de tels appels sont très loin des positions de ceux qui soutiennent des projets de paix (et donc sont capables de critiquer ceux qui s'y opposent, sans oublier que ces freins sont largement aussi chez les Palestiniens : le Hamas n'étant pas un modèle d'humanisme et de démocratie, sa charte en est un signe, entre autres).

Les liens ci-dessous donnent des informations complémentaires : analyse de Laurent Joffrin sur les dessous du mouvement BDS, chronique de Libération sur les réseaux antisémites, lien vers le site de LPM (La Paix Maintenant, qui milite pour la paix entre les deux peuples en informant largement), lien vers la page des communiqués du CCLJ (Centre Communautaire Laïc Juif belge), qui a le souci de l'intégrité d'Israël comme pays et de la sécurité du peuple, mais n'hésite pas à critiquer le gouvernement israélien pour dénoncer des atteintes aux droits des Palestiniens : tout le contraire d'un positionnement identitaire (le piège dans lequel d'autres tombent, cette manifestation en étant une preuve : le piège identitaire crée la haine...). Voir aussi l'analyse du MPCT (Mouvement contre le terrorisme).

Les positions univoques ne mènent pas à la paix. Comme le demandaient les deux mères (israélienne et palestinienne) témoignant dans le livre "Nos larmes ont la même couleur", à l'étranger ne pas entrer dans le conflit, dans la guerre, mais soutenir les initiatives de paix. (Ainsi, pour ne donner qu'un exemple, les associations pro-palestiniennes qui manifestaient ont-elles parlé quelque part de la grande marche pour la paix de femmes très nombreuses avançant ensemble, Israéliennes et Palestiniennes? Non.). A noter, parmi les signataires, Mgr Gaillot (!) et quelqu'un pour l'Acat (chrétiens contre la torture...). Décidément, relents inquiétants. Il y a aussi quelqu’un d’Ensemble... Et un groupe de La France insoumise (Douai), mais la virgule entre le nom du mouvement et le groupe peut faire croire que L.F.I. signe en tant que mouvement.

Aucune autre association de droits de l'homme ne s'est compromise, en dehors d'Acat...

LIENS... 

"BDS, dessous d’un boycott", chronique de Laurent Joffrin, Libération (2015, mais toujours valable…)… http://www.liberation.fr/planete/2015/08/14/bds-dessous-d...

Autour des manifs pro-palestiniennes, "Antisémitisme, les réseaux de la haine", chronique, Libération (2014, toujours valable)... http://www.liberation.fr/societe/2014/07/22/antisemitisme...

La Paix maintenant s'engage pour la paix entre les deux peuples dans la perspective de deux États… http://www.lapaixmaintenant.org 

CCLJ. Centre Communautaire Laïc Juif. Les communiqués n’hésitent pas à critiquer des actions du gouvernement israélien, mais la charte (lisible dans la rubrique « Qui sommes-nous? ») affirme le souci de l’intégrité d’Israël et la lutte contre l’antisémitisme... http://www.cclj.be/tags/communiqués 

Note (au sujet de cette manifestation) sur le site du MPCT Résistance au Terrorisme... http://www.mpctasso.org/spip.php?article1654

16/02/2016

KAMEL DAOUD, voix essentielle, grande conscience. Polémiques destructrices causées par des censeurs...

kamel daoud,daoud,pensée,idéologie,polémiques,religion,islam,islamisme,intégrisme,islamophobie,censure,censeurs,bien-pensance,bien-pensants,sexualité,misère sexuelle,monde arabe,occident,tabous,guerre du silence,soraya addi,blog,journaldunebougnouleeclaireeVoix essentielle... Kamel Daoud.

Que ce soit dans Le Quotidien d'Oran (cf. illustration), ou que ce soit sur d'autres supports, on lit... pour plus de lucidité, pour un miroir qui nous renvoie des questions souvent douloureuses. Pour plus d'être. Voir ici ses chroniques reprises sur djazairess.com : http://www.djazairess.com/fr/author/Kamel+Daoud

 .

Choquée en lisant dans Le Monde une tribune hostile (agressive, violente, fermée), et attristée en lisant sa réaction, car on y lisait la lassitude de l’auteur devant l’incompréhension malveillante, j’ai posé un commentaire au post publié, m’adressant à lui, comme d’autres internautes, lecteurs. Puis j’ai repris ce commentaire, tel que, en le modifiant à peine, juste en l’adaptant aux destinataires. (mediateur@lemonde.fr et courrier-des-lecteurs@lemonde.fr). Faire passer le message au journal. J’ai précisé que j’en faisais une copie sur mon blog. 

Et c’est ceci : « Tristesse, immense, en lisant la tribune contre Kamel Daoud (sans aucun commentaire du Monde, qui n’aurait pas dû publier cela…). Et tristesse immense en lisant la chronique de Kamel Daoud, où la lassitude est telle devant toutes ces attaques que celui qui a été primé meilleur journaliste (mais est aussi la cible d’une menace de mort)  serait prêt à tout arrêter. On a tous besoin de grandes consciences. Et il en est une, majeure. Il est un des grands esprits algériens, qui fait honneur à la fois à ce pays, à la francophonie, et à l'humanité libre de penser. Ceux qui ont signé cette abjecte tribune (qui se disent intellectuels, affichant leurs titres, mais qui apparemment ne savent pas lire puisqu'ils n'ont rien compris) sont les complices objectifs des intégristes. (Et le Monde avec eux, en leu donnant cet espace). C’est grave d’'avoir accepté de publier cette infamie signée à plusieurs. Nous sommes dans une période où les aveugles et les complaisants règnent. Nous devons tous nous dresser, chacun comme il le peut, contre l'obscurantisme (et tous ses visages) : écrivains, blogueurs, poètes, artistes. En signant. ll y a bien plus de gens qui le lisent et le soutiennent que de gens comme ces auteurs d'une lâche tribune, ces infirmes de la pensée. Ils ont fait une faute grave. "Toute l'eau de la mer ne suffirait pas à laver une tâche de sang intellectuelle" a écrit Lautréamont. La leur ne sera lavée par rien, sauf par l'aveu de leur ignorance et de leur faillite idéologique. Et celle du Monde? »

….

Donc, je reprends ici les textes de Kamel Daoud. Et deux réactions (de deux femmes) qui s’opposent aux censeurs « bien-pensants »… 

La chronique de Kamel Daoud, suite aux attaques ignobles (tribune parue dans Le Monde, après la sienne, et déformant le sens de ce qu’il disait). « Lettre à un ami étranger » : http://www.lequotidien-oran.com/?news=5224963  

CITATION : « J'ai longtemps écrit avec le même esprit qui ne s'encombre pas des avis d'autrui quand ils sont dominants. Cela m'a donné une liberté de ton, un style peut-être mais aussi une liberté qui était insolence et irresponsabilité ou audace. Ou même naïveté. Certains aimaient cela, d'autres ne pouvaient l'accepter. J'ai taquiné les radicalités et j'ai essayé de défendre ma liberté face aux clichés dont j'avais horreur. J'ai essayé aussi de penser. Par l'article de presse ou la littérature. Pas seulement parce que je voulais réussir mais aussi parce que j'avais la terreur de vivre une vie sans sens. Le journalisme en Algérie, durant les années dures, m'avait assuré de vivre la métaphore de l'écrit, le mythe de l'expérience. J'ai donc écrit souvent, trop, avec fureur, colère et amusement. J'ai dit ce que je pensais du sort de la femme dans mon pays, de la liberté, de la religion et d'autres grandes questions qui peuvent nous mener à la conscience ou à l'abdication et l'intégrisme. Selon nos buts dans la vie. /  Sauf qu'aujourd'hui, avec le succès médiatique, j'ai fini par comprendre deux ou trois choses. / D'abord que nous vivons désormais une époque de sommations. » Suite sur la page du journal…

La chronique précédente qui a déclenché les foudres des censeurs autosatisfaits. Kamel Daoud montrait le double jeu de renvois fantasmatiques, pour démonter les pièges idéologiques, tout en affrontant les questions, refusant le déni de réalité  (des uns) et les projections racistes (des autres). « Cologne, lieu de fantasmes », Le Monde, 31-01-16  http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/31/cologne-li... 

Il a publié aussi une réflexion sur la sexualité et le rapport aux femmes, NYTimes, 14-02-16, « La misère sexuelle du monde arabe ». (Refuser les tabous, regarder en face les situations, causes et conséquences). Texte en français : http://www.nytimes.com/2016/02/14/opinion/sunday/la-miser... 

Un autre texte de Kamel Daoud me semble important, dans ce débat. Car c’est bien la question du sujet de la conscience qui est en jeu ici. On veut enfermer l’auteur dans des silences exigés par le « nous », la communauté, l’appartenance figée, et lui interdire la pensée du « je ». (Alors que, comme l’inscrit la blogueuse en exergue, nous sommes pluriels, et que comme l’analysent Amin Maalouf et Amartya Sen dans leurs livres, nos identités ramenées à des singularités obligatoires sont des prisons.)

Ce texte est celui-ci, "Le procès permanent du 'je' par le 'nous'" : http://www.lequotidien-oran.com/?news=5224664 (Citations : « Le crime est celui d'avoir donné de l'encre à la voix ou d'avoir écrit ce que chacun dit. Le crime est la dénonciation de l'entre-nous, la transgression du murmure clandestin de sa propre culture. Le crime est la voix et le porte-voix. /  Et cela vous use. /Sous l'inquisition d'un Occident en pleine errance d'âme, qui essaye de trouver en vous le chamane de ses angoisses, le témoin de ses convictions peureuses et la preuve de ses théories sur l'Autre. / Sous l'inquisition des siens qui vous lapident pour votre singularité, ne comprennent pas le ‘je’  dans l'étable du ‘nous’ dominant, ne s'expliquent pas votre vision sauf sous l'angle de l'alimentaire, ne peuvent voir plus loin que la théorie du complot et la salive de l'âge d'or mort et enterré. / Piégé, sommé, obligé, repoussé, brûlé, incompris et soupçonné ou trop coloré et aromatisé comme un exotisme trop convenant. / Texte tarifé ou sommation du groupe. » (…) « C'est alors que l'épuisement guette la clairvoyance. ».

Et j'ajoute ce lien, sa réflexion sur les fascismes, entretien, dans Le Devoir  http://www.ledevoir.com/culture/livres/456378/tous-les-fa... 

...

La chronique sur Cologne a donc déclenché l’hostilité de gens se déclarant anthropologues, historiens, sociologues (cela ne donne pas une bonne idée de ce que peuvent être ces sciences humaines dans les mains de tels signataires…). Leur texte : http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/02/11/les-fantas... (MISE à JOUR, 23-02-16. Mais QUI sont-ils vraiment? Lire cette note sur l'identité idéologique des signataires en question... http://www.huffingtonpost.fr/serenade-chafik/kamel-daoud-... Citation : « Je me suis interrogée sur l'identité des signataires, et en consultant les profils de chacun, il a été aisé de constater qu'ils partageaient presque tous la même préoccupation. La plupart d'entre eux ont des publications qui les placent dans le courant racialiste qui dénonce la politique "postcoloniale" de l’Occident. ») 

Voici une réaction à cette tribune hostile à Kamel Daoud. Par une juriste, Soraya Addi, qui insiste aussi sur le ridicule d’un chroniqueur condescendant qui s’exprime dans Algérie-Focus, pour défendre, en fait, la loi du silence et critiquer Kamel Daoud). Nouvel Obs, LePlus: http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1482058-kamel-da...  (CITATION / « Que l'on soit d'accord ou non avec les articles "Cologne : lieu de fantasmes" et "La misère sexuelle du monde arabe", on ne peut nier que Kamel Daoud a permis, dans un éclat international, d'ouvrir le débat sur un sujet enfermé dans un silence de plomb et qui ne pouvait être abordé qu'à l’extérieur du monde musulman mais qui, grâce à sa traduction en arabe par le "New York Times", atteindra le premier public concerné. Car il est nécessaire que les sociétés musulmanes modérées prennent conscience du profond malaise que génère le tabou du sexe afin de combattre les clichés dévastateurs propagés par les islamistes. Et ni la peur de l’islamophobie occidentale, ni la honte du regard extérieur posé sur les souffrances du monde arabe ne devraient être des obstacles à ce combat. ») 

Une autre réaction, une femme encore, une blogueuse qui met en exergue de son blog ses identités plurielles : « La dangereuse guerre du silence faite à Kamel Daoud sur la terre de la liberté d’expression » : https://journaldunebougnouleeclairee.wordpress.com/2016/0...  (CITATIONS :  « Chers Mesdames et Messieurs les anthropologues, historiens et sociologues bien-pensants, permettez-moi tout d’abord de vous dire que vous avez tort. En tant que femme, musulmane, française de naissance, algérienne ayant vécu une décennie en Algérie, permettez-moi de vous dire que vous avez tort. L’islamophobie que vous devriez combattre n’est pas celle de Kamel Daoud mais la vôtre. En effet dans son premier texte, comme dans le second publié par le New York Times « The sexual misery of the Arab World », M. Daoud ne blâme pas l’Islam pour le rapport malsain des musulmans au sexe, mais l’Islamisme. Or dans votre lecture hâtive vous avez fini par assimiler ces deux très différentes notions, et c’est cela l’Islamophobie. » (…) « La France est un pays qui n’aime pas les tabous, et pourtant ici comme ailleurs, il y a culturellement des choses qui se ne disent pas. Or dire que le monde musulman a un rapport malsain au sexe n’a rien de choquant, certaines femmes sont cachées sous des draps sombres, il n’y a pas de preuve plus criante que cela. C’est un appel nécessaire qui aspire à un changement aujourd’hui vital. »)

18/03/2012

Pataouète, sur hautetfort.com. Le blogueur n’est plus là…

Pataouète : http://patawet.hautetfort.com  (Sous-titre : Le blog de Bab-El-Oued).

J’avais découvert ce blog par hasard, en regardant les sites mis à jour sur hautetfort.com. (Les noms, les titres, me suffisent pour aller voir ou pas). Et, évidemment, ce nom, alors, m’a retenue. Un compatriote de naissance, toujours un lien… Mais on peut se rejoindre ou pas, suivant le regard qu’on porte sur la mémoire, l’Histoire, l’actualité, la culture, le partage. J’ai donc été voir : l’Algérie, présente, une identité, assumée dans la fraternité, un souci de la justice. Puis j’y suis retournée de temps en temps (il était depuis dans une liste sur mon blog). Bien sûr, dans les choix, les perceptions, des différences, des nuances, et de possibles désaccords, peut-être... Mais j’aimais bien, globalement, ce positionnement. Puis en fin d’été, j’ai vu que s’étaient prolongées les pauses associées à une hospitalisation, et le « à bientôt » qui s’éloignait de plus en plus. En août il y avait eu deux notes (rien d’effrayant si la maladie n’était pas évoquée, on se doit des pauses, des lenteurs, des silences : mais le sens en devenait autre). Puis rien (dans ses projets d’éventuel retour au blog il disait vouloir reparler de l’Algérie…). Et ensuite un message annonçant son décès, et des notes d’affection et d’hommage, en octobre : compagne, amis, famille… J’ai été attristée. Pourtant je ne savais pas même son prénom (Yves), lu ensuite là…  J’ai repensé aussi à Chounet, de Bains Romains, mort en 2006 (http://www.bainsromains.com/). Même ouverture du cœur… Mais lui je le connaissais un peu plus. (Là aussi le blog perdure...). Mais que deviendront  cette mémoire sur la Toile, ces pensées, ces souvenirs, quand même les amis ne pourront pas maintenir ces traces ? Il y a un manque, là…

Des messages d’octobre je retiens celui qui présente l’orientation du blog, et un poème émouvant:

Extrait de la lettre de Rosa : « Ce blog était donc dédié à l’Algérie, le pays de son enfance. Même s’il était né dans une famille anti-colonialiste, Yves portait en lui la blessure commune à tous les Français ayant dû quitter brutalement l’Algérie.

Son blog était donc voulu comme une réparation et surtout le souci de révéler la vérité de l’Algérie, en particulier des aspects inconnus de notre histoire coloniale, pourtant si proche mais tellement méconnue. Parmi les billets les plus marquants je citerai celui sur les Juifs-berbères mais aussi sur le camp de LODI. À lire absolument. » Rosa, 06-10-2011 http://patawet.hautetfort.com/archive/2011/10/05/adieu-capitaine-pataouete.html  (Page complète…)

Le poème « Un rêve », signé Robert Puig, est introduit ainsi : «Qui, désormais, me fera voyager dans ce pays qui t'a vu naître ? / Ce poème, oeuvre d'un déraciné, tu aurais pu l'écrire… »

Extrait :

« J'ai fait un rêve, couleur soleil…
Tout à coup, comme par magie,
Prisonnier de mon profond sommeil,
J'ai cru retrouver mon Pays… »

Texte complet : http://patawet.hautetfort.com/archive/2011/10/15/a-toi-yves-mon-guide-mon-ami.html

...............................................................................................................................................

Pataouète, blog… Lien permanent dans la liste « Frères de Rive…s » (colonne de gauche, tout en bas).

.....................................................................................................

J'ai ajouté récemment un double paragraphe pour le blog Pataouète, dans ma note "Deuil de blogs" (sur ceux qui disparaissent en le disant - autres choix - et ceux qui se taisent sans rien dire, ou ceux qui disparaissent, eux). Comme Yves, de Pataouète... Ce que j'y note correspond au ressenti de maintenant, plusieurs années après, et espérant que le blog perdure... http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2016/06/07/deuil-de-blogs-5812353.html

22/11/2011

La Ruelle bleue, blog littéraire. En exergue, Kafka…/ (Blog né en 2010, fermé en 2013, voir la note mise à jour)

RUELLE.png

« Un livre doit être la hache qui fend la mer gelée en nous »

                              Kafka 

Ce blog a été fermé en 2013, après trois ans d'activité, et à la place on trouve maintenant une offre de vente de l'espace. Mais je ne supprime pas cette note. (J'ai fait une mise à jour en relisant et supprimé les liens devenus inutiles) car c'est en même temps une information sur la vie des blogs. Reste l'exergue, des traces ici, et un entretien intéressant (ci-dessous, lien toujours actif) qui permet une réflexion sur ce qu'est bloguer (et surtout en sachant que le blog n'existe plus).

La Ruelle bleue était un blog littéraire :  (celui d’une lectrice, pas d’une critique, c’est ainsi qu’elle le définit, même si la profession qu'elle veut faire est en rapport avec les livres).

L’exergue était cette phrase de Kafka que j’apprécie particulièrement. Comme c’est juste… Bonne idée que mettre cette pensée en exergue d’un blog qui dit l’amour de la  lecture. Oui, si un livre n’est que de la confiture tiède, peu importe qu’on le lise ou pas : il ne changera rien, ne donnera ni force ni courage ni lucidité ni joie ni rien. Secouer, bousculer, questionner, heurter, voilà ce que doit faire un livre.

En accueil il y avait l’image bleue d’une femme qui tend une coupe. Beau symbole : don, offrande, nourriture intellectuelle partagée, curiosité offerte pour enrichir autrui… Le bleu de l'illlustration, le bleu du nom. Bleu? La mer du voyage? Le ciel du rêve? Couleur froide, dit-on, que la symbolique associe à la spiritualité, à la réflexion, au mystère, à l'incertitude... Beau symbole, donc, doublement.  

J’avais découvert ce blog en fouinant sur la Toile, pour lire des articles sur le livre d’Arturo Pérez Reverte, Cadix ou la diagonale du fou. Et, parmi d’autres pages, j’avais trouvé celle-ci. J’ai d’abord repéré l’exergue, en ouvrant le lien… Nuage de mots-clefs (ou « tags »), en accueil (comme sur tous les blogs, et cela fait toujours sens). J’en avais relevé certains : Actes Sud, adolescence, altérité, coup de cœur, création, détresse sociale, enfance, engagement, politique, Europe, existence, femme, Histoire, intrigue, quête d’identité, quête initiatique, racines…

ENTRETIEN. « Qui se cache derrière La Ruelle bleue ? ». Par Stéphanie Joly, sur pariscilaculture.fr

Stéphanie Joly avait questionné la blogueuse. Dans les réponses données on voit les raisons qui lui feront effectivement arrêter le blog.
Blog littéraire mené de manière presque professionnelle dans une période de transition (elle dit que ce fut sa motivation première, structurer son temps libre, ensuite seulement est venu le goût du partage (dont elle dit qu’il se fait plus en coulisses que par des commentaires : oui, c’est souvent le cas). 170 notes rédigées en un an, essentiellement sur des livres lus (le blog existait depuis 2010). C’est un rythme impossible à tenir si on a une activité autre. Il faut au contraire laisser du temps vide, n’écrire que lorsque cela est senti comme une exigence. 
Elle parle ensuite des contacts, des opportunités nés de cela, et à la question "Envisagez-vous d’arrêter un jour ?" elle répond que oui. Car "La gestion d’un blogue est très chronophage." (C'est vrai, il faut donc faire des pauses et ne faire des notes que choisies très consciemment). Mais elle parle aussi de doutes au sujet de sa légitimité critique (car c’était l’axe unique de son blog). Pour le reste c'est lisible sur le site... Cet entretien est toujours en ligne (vérifié encore début février 2020...). http://www.pariscilaculture.fr/2011/10/qui-se-cache-derriere-www-laruellebleue-com/

On trouve la trace (liens et textes) de titres de notes de 2010, et de quelques lignes (de décembre à août) sur un blog qu’elle devait tenir sur Médiapart. Même nom (et l’image bleue, profil-signature, se devine). Une vingtaine de notes dont une sur la rétrospective du photographe André Kertesz  (majeur, pour moi), une sur Jack Kerouac, et enfin une page  sur un thriller de David Peace, Tokyo ville occupée. Cependant le renvoi vers un blog inactif ne permet pas une lecture complète, ou donne une page vide.

cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc

MISE à JOUR... La Ruelle bleue a mentionné (2013) que les publications s'arrêtaient après trois ans d'activité intense... Les 280 articles sont restés lisibles un certain temps. Mais c'est terminé.