Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2015

Autoportrait en collage capté...

AUTOPORTRAIT mai 2015.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« à la rencontre du noyau où survit le moi / pour de nouveau cingler au large »

« jubilation que la saisie emporte vers la vision / de ce que l’œil ne voit ni même ne devine »

Abdelwahab Meddeb, Portrait du poète en soufi, éd. Belin (p. 43 et p. 108)

« Mathématique obscure de l’ivresse, mise en abîme de soi-même et qui brise l’eau pure des miroirs. »

Jean-Marie Blas de Roblès, Hautes lassitudes, éd. Dumerchez (p.23)

...... 

Il faisait froid, hors saison. Pull clair enroulé sur les épaules, je cherchais les reflets des lumières sur les vitres, le regard sur la rue, dehors,  et sur les objets, dedans. Mais j’ai capté le collage des chimères vraies d’un instant. Même boire du café rend ivre, et voyant pour soi pour l’autre. Car il faut l’être, ivre, pour regarder dedans dehors et mêler tout dans sa joie d’œil... Baudelaire a raison, et Rimbaud.

© MC San Juan (TramesNomades) / Texte et photographie

Les commentaires sont fermés.