Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2019

Carte d'identité... littéraire. Ou ce que veut dire "créer", pour moi.

DUBOIS 3 CAPITAL .jpgMais à quoi sert l’écrit s’il ne dénonce ? Le verbe s’il ne hurle ?
      Jean-Marie Blas de Roblès, Hautes lassitudes
Qu’est-ce que tu es, nuit sombre au-dedans d’une pierre ? 
                Henri Michaux, Poteaux d'angle
 
Identité littéraire, oui. Mais pour une écriture qui se fait avec deux « stylos ».
L’un, qui est un crayon, mine HB, préalable au clavier. Pour des traces sur post it, nappe de café, note de courses, avant la feuille (parfois la feuille). J’aime cet aspect matériel, l’écriture avec argile et graphite. Lien avec la terre, la pierre.
L’autre qui est « el rectángulo en la mano », pour emprunter l’expression de Sergio Larrain, photographe de mon Panthéon personnel. L’appareil photographique. Dans « photographique » il y a « graphique » : le regard écrit.
 
J’ai été invitée à publier (poésie et photographie) sur la revue en ligne « Le Capital des mots », créée et animée par Éric Dubois, poète. (J’ai attendu d’avoir lu le maximum de pages des poètes qui sont là, connus déjà par moi, ou pas). J’ai alors choisi deux de mes poèmes qui correspondaient aux deux axes que je définis dans mon texte de présentation. Et un autoportrait d’ombre - d’une série qui en a plusieurs : car c’est un exercice intéressant que l’autoportrait, pour des raisons techniques et esthétiques. Pour la pensée que cela induit, photographiquement. Et l'ombre, c'est infini...
 
Je note ici les titres des poèmes, lisibles en ligne (lien ci-dessous).
. Le marcheur indifférent
. Feu
 
Ce qu’est écrire, créer (un paragraphe, pour l’essentiel). Citation : «  Quand je veux caractériser ce qu’est la création pour moi (écriture ou photographie) je reprends le concept du duende, feu créatif pensé par l’Andalousie gitane et (magnifiquement) par Lorca. Mais écrire est aussi…» (suite sur la page en ligne...)   
(…) /// D’un côté cette question de Jean-Marie Blas de Roblès : « Mais à quoi sert l’écrit s’il ne dénonce ? / Le verbe s’il ne hurle ? ». /// De l’autre celle-ci, d’Henri Michaux : « Qu’est-ce que tu es, nuit sombre au-dedans d’une pierre ? »
 
Bio-Biblio - en un paragraphe (Blog. Formations et parcours. Publications).
 
En une page en ligne, est défini tout ce qui compte.
Cette page mène à de très nombreuses autres pages. Il suffit de mettre un nom de poète en 'recherche' et les textes viennent… J’ai été émue, en posant mon nom, non par moi mais parce que le début (Marie-Cl…) fait venir Marie-Claire Bancquart, décédée récemment (février 2019), juste après la parution (fin janvier 2019), en Poésie/Gallimard, de « Terre énergumène ».  Voisinage syllabique... 
Sur ces parcours de pages de la revue en ligne je reviendrai plus tard… (en automne).
 
MC San Juan
 

04/02/2018

"Possibles", revue en ligne, note sur "Texture". Et digressions, pour lectures évoquées...

TEXTURE.jpgA lire, sur "Texture" de Michel Baglin, la note au sujet de la revue en ligne,
"Possibles" numéro 23, de Pierre Perrin. Je vais prendre le temps de la relire et d'aller voyager sur les pages en question, et aussi d'autres de Texture. Mais déjà, faire suivre...

texture,michel baglin,possibles,pierre perrin,à l’index,patricia castex menier,jean-claude tardif,wislawa szymborska,jean-marie blas de roblès,lire,poésie,relire

(En ce moment je lis, avec un peu de retard, le dernier numéro de la revue À L'Index, dossier consacré à Patricia Castex Menier, que je connais peu - sauf par quelques textes lus dans À L'Index, déjà (n*25). J'en suis à l'entretien, par Jean-Claude Tardif, questions qui creusent profond. En le détournant un peu - car il est précisément destiné à celle qu'il donne à lire - on pourrait en faire un questionnaire de Proust pour poètes, en tout cas se l'appliquer à soi-même, pour s'interroger en miroir).

Je lis, donc, tout en relisant Wislawa Szymborska. "De la mort sans exagérer". Et "Hautes lassitudes" de Jean-Marie Blas de Roblès. Eux, et quelques autres, relire, c'est tout le temps.

LIENS... 

Texture, la notehttp://revue-texture.fr/mes-lectures-de-2018.html#possibles 

Possibles n° 23http://longueroye.free.fr/pos23.php 

Possibles, divers numéroshttp://longueroye.free.fr/index.php

Le site de Pierre Perrinhttp://perrin.chassagne.free.fr/indebis.php

13/06/2015

La solution du compas... Poésie, art, le centre et les cercles...

MARCHE.jpgSOUFI.png

« Elle est rebelle au fond, / La civière du temps. »

(...)

« Rien ne demeure / Qui ne résiste et qui ne sache. »

Jean-Marie Blas de Roblès, Hautes lassitudes (éd. Dumerchez, pp.33 et 36)

 « Des artistes oeuvrent avec goût. / Des esthètes jugent en connaisseurs. / Et des hommes crèvent en mordant leurs poings dans toutes les nuits du monde. »

Roger Gilbert-Lecomte, La Vie l’Amour la Mort le Vide et le Vent (et autres textes), Poésie/Gallimard, p.144.

 ...

En ce moment, c’est le Marché de la Poésie, et j’y vais...

En 2011, se catapultaient la catastrophe nucléaire au Japon, qui transformait les paysages en cauchemars, et le Printemps des Poètes qui avait pour thème « Infinis paysages ». J’avais vu là une obligation de questionnement, évidemment...(Etrange coïncidence, ces lectures parlant de terre, de vent, de fleuves et de mer, de feuillages, de forêts, de pays regardés ou fantasmés, quand la nature se rappelle à nous, par séismes et tsunamis, et quand, en Libye, un dictateur métamorphose son pays en lieu de mort, sans que les pays, autour, prennent les moyens de mettre fin à l’horreur. La poésie. Quand même… ou encore plus ?). Cela je l’écrivais en 2011. Maintenant, « mettre fin à l’horreur » pose question tout autant quand on voit les conséquences de certaines interventions.

Mais ce n’est pas le sujet, aujourd’hui. La question centrale reste celle de l’écriture : « La poésie. Quand même… ou encore plus ? » L’actualité est autre (migrants qui meurent, intégristes qui tuent, près et loin), le déchirement perdure.  Quand même... ce serait frôler encore cette tentation du renoncement, le sentiment de l’impuissance du langage et de la beauté, le refuge dans les seuls engagements, ou même la fuite dans l’univers politique. Ce serait l’illusion d’un sens de machine. Encore plus... ce pourrait être un autre piège, si les poèmes deviennent des tracts, ou, si, voulant échapper au tract ils s’enferment dans un « je » loin de l’universalité. Encore plus... oui, si c’est plus de lecture en profondeur, plus d’écriture au secret d’un rivage « encore plus ». Plus beau, plus dérangeant, plus autre. Donc plus largement humain.

Grand écart. Ni cela ni cela. Ou la solution du compas. Celle dont parle Elif Shafak, auteur du superbe roman multiple « Soufi, mon amour » (Texte sur Istanbul, Libération Next, page 98, Juin 2015). Elle en fait une réponse nomade, pour vivre entre deux lieux, se référant à Rûmi : « Le poète mystique persan parle de ‘vivre comme un compas’. L’une des jambes du compas est statique, fixée à un endroit, tandis que l’autre dessine un cercle autour de ce point, tournant, cherchant, toujours à l’affût. » On peut appliquer cela à tout. Ecriture, création, engagement et retrait, spiritualité. Ancrage statique dans la part solitaire et l’exigence du regard, cercle et cercles de la rencontre du monde, merveilles et horreurs, paroles pour et paroles contre. Puis retour au centre silencieux, créatif.

Marché de la poésie : http://poesie.evous.fr/

© MC San Juan (TramesNomades)

06/06/2015

Exergues, encore. Fil tissé, lentement et longtemps...

VOILE TRAME.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai rajouté cinq citations... à la note du 2 mai (qui, déjà, reprenait l’ancienne note en l’amplifiant). De phrase en phrases...

Exergues, c’était le cas, en créant le blog en 2010. Citations qui font manifeste... Mais, cinq ans après, page infinie où je vois les absences, ce que je pose est toujours exergue, confirmation de la permanence d’un regard, d’une démarche, et recommencement de jour en jour des questionnements. Certitude des incertitudes. Âmes... frères, car... (frères : neutre des consciences...).

Image ? Photographie d’un voile dont on devine la trame, trace qui cache, transparence qui révèle. Exactement comme dans l’écriture. Exactement comme dans le choix de citations repères d’affinités.

............  Voici ce qui est maintenant à la fin de la note du 2 :

«  le monde est un tissu d’épiphanies / toute chose visible porte en elle / les traces de l’Invisible »   Abdelwahab Meddeb, Portrait du poète en soufi (Belin)

« Indemne, qui le prétend ? / Mais d’où survient le lien, la ligature du moment ? »  Jean-Marie Blas de Roblès, Hautes lassitudes (Dumerchez)

« L’Orient n’a jamais commis l’erreur de verser dans la poésie individuelle ; tout ce qui a une valeur dans la poésie orientale traite de l’universel. » Antonin Artaud, Préface (élogieuse) au recueil de Roger Gilbert-Lecomte, La Vie l’Amour la Mort le Vide et le Vent  (Poésie/Gallimard)

« Je ne reconnaîtrai jamais le droit d’écrire ou de peindre qu’à des voyants »  Roger Gilbert-Lecomte (à propos de Sima), Puisque peinture il y a... / Œuvres complètes (Gallimard)

« Nous ne voulons pas écrire, nous nous laissons écrire. »  Roger Gilbert-Lecomte, Avant-propos au premier numéro du Grand Jeu (Poésie/Gallimard et Oeuvres complètes, Gallimard)

...............

Note du 02-05-15. De phrase... en phrases lues, relues, danser en esprit. CITATIONS : http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2015/05/02/de-phrase-en-phrases-lues-relues-danser-en-esprit-citations-5614926.html 

28/05/2015

Autoportrait en collage capté...

AUTOPORTRAIT mai 2015.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« à la rencontre du noyau où survit le moi / pour de nouveau cingler au large »

« jubilation que la saisie emporte vers la vision / de ce que l’œil ne voit ni même ne devine »

Abdelwahab Meddeb, Portrait du poète en soufi, éd. Belin (p. 43 et p. 108)

« Mathématique obscure de l’ivresse, mise en abîme de soi-même et qui brise l’eau pure des miroirs. »

Jean-Marie Blas de Roblès, Hautes lassitudes, éd. Dumerchez (p.23)

...... 

Il faisait froid, hors saison. Pull clair enroulé sur les épaules, je cherchais les reflets des lumières sur les vitres, le regard sur la rue, dehors,  et sur les objets, dedans. Mais j’ai capté le collage des chimères vraies d’un instant. Même boire du café rend ivre, et voyant pour soi pour l’autre. Car il faut l’être, ivre, pour regarder dedans dehors et mêler tout dans sa joie d’œil... Baudelaire a raison, et Rimbaud.

© MC San Juan (TramesNomades) / Texte et photographie

07/01/2012

La mémoire de riz, de Jean-Marie Blas de Roblès, citation et liens...

ZULMA.jpg

« Une absolue certitude s’emparait de moi, un sentiment de liberté, de puissance, un éblouissement de l’être qui mettait toute chose, y compris le divin, à sa juste place dans le théâtre du Cosmos. »

Cité par Florent Georgesco, Le Monde, 23-12-2011,  « Le tarot de Blas de Roblès » 

...........

Informations édition (4ème de couverture) : « Né à Sidi-Bel-Abbès, J.-M. B. de R. est l'héritier d'une double ascendance marine et andalouse. Docteur en philosophie (Éléments pour une Critique des fondements de l'esthétique contemporaine), il a également consacré une étude au symbolisme du Tarot... »

Page éditeur, Zulma, 2011 (Livre publié en 1982, réédition 2011) :  http://www.zulma.fr/livre-la-memoire-de-riz-572014.html

SITE personnel (Bio et parutions, dont ouvrages sur l'archéologie) : http://blasderobles.fr 

Fiche Wikipediahttps://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marie_Blas_de_Roblès 

Un entretien au sujet de « La Montagne de Minuit », sorte de conte tibétain écrit par un athée  http://chroniquesdelarentreelitteraire.com/2010/08/archiv... 

« Hautes lassitudes », poèmes : http://blasderobles.fr/?product=hautes-lassitudes