Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2015

La solution du compas... Poésie, art, le centre et les cercles...

MARCHE.jpgSOUFI.png

« Elle est rebelle au fond, / La civière du temps. »

(...)

« Rien ne demeure / Qui ne résiste et qui ne sache. »

Jean-Marie Blas de Roblès, Hautes lassitudes (éd. Dumerchez, pp.33 et 36)

 « Des artistes oeuvrent avec goût. / Des esthètes jugent en connaisseurs. / Et des hommes crèvent en mordant leurs poings dans toutes les nuits du monde. »

Roger Gilbert-Lecomte, La Vie l’Amour la Mort le Vide et le Vent (et autres textes), Poésie/Gallimard, p.144.

 ...

En ce moment, c’est le Marché de la Poésie, et j’y vais...

En 2011, se catapultaient la catastrophe nucléaire au Japon, qui transformait les paysages en cauchemars, et le Printemps des Poètes qui avait pour thème « Infinis paysages ». J’avais vu là une obligation de questionnement, évidemment...(Etrange coïncidence, ces lectures parlant de terre, de vent, de fleuves et de mer, de feuillages, de forêts, de pays regardés ou fantasmés, quand la nature se rappelle à nous, par séismes et tsunamis, et quand, en Libye, un dictateur métamorphose son pays en lieu de mort, sans que les pays, autour, prennent les moyens de mettre fin à l’horreur. La poésie. Quand même… ou encore plus ?). Cela je l’écrivais en 2011. Maintenant, « mettre fin à l’horreur » pose question tout autant quand on voit les conséquences de certaines interventions.

Mais ce n’est pas le sujet, aujourd’hui. La question centrale reste celle de l’écriture : « La poésie. Quand même… ou encore plus ? » L’actualité est autre (migrants qui meurent, intégristes qui tuent, près et loin), le déchirement perdure.  Quand même... ce serait frôler encore cette tentation du renoncement, le sentiment de l’impuissance du langage et de la beauté, le refuge dans les seuls engagements, ou même la fuite dans l’univers politique. Ce serait l’illusion d’un sens de machine. Encore plus... ce pourrait être un autre piège, si les poèmes deviennent des tracts, ou, si, voulant échapper au tract ils s’enferment dans un « je » loin de l’universalité. Encore plus... oui, si c’est plus de lecture en profondeur, plus d’écriture au secret d’un rivage « encore plus ». Plus beau, plus dérangeant, plus autre. Donc plus largement humain.

Grand écart. Ni cela ni cela. Ou la solution du compas. Celle dont parle Elif Shafak, auteur du superbe roman multiple « Soufi, mon amour » (Texte sur Istanbul, Libération Next, page 98, Juin 2015). Elle en fait une réponse nomade, pour vivre entre deux lieux, se référant à Rûmi : « Le poète mystique persan parle de "vivre comme un compas". L’une des jambes du compas est statique, fixée à un endroit, tandis que l’autre dessine un cercle autour de ce point, tournant, cherchant, toujours à l’affût. » On peut appliquer cela à tout. Ecriture, création, engagement et retrait, spiritualité. Ancrage statique dans la part solitaire et l’exigence du regard, cercle et cercles de la rencontre du monde, merveilles et horreurs, paroles pour et paroles contre. Puis retour au centre silencieux, créatif.

Marché de la poésie : http://poesie.evous.fr/

© MC San Juan (TramesNomades)

14/11/2011

Soufi mon amour, d’Elif Shafak. (En exergue, Shams de Tabriz)

soufi mon amour,elif shafak,turquie,rûmi,poésie,philosophie,littérature,citations,exergue,roman,spiritualité,amour,soufisme,islam,musulmans,ponts,sagesse,universel,shams de tabriz,dominique letellier,wodka.over-blog,ouverture du coeursoufi mon amour,elif shafak,turquie,rûmi,poésie,philosophie,littérature,citations,exergue,roman,spiritualité,amour,soufisme,islam,musulmans,ponts,sagesse,universel,shams de tabriz,dominique letellier,wodka.over-blog,ouverture du coeur

 

 

 

 « Quand j’étais enfant, / je voyais Dieu, / je voyais les anges ; / je regardais les mystères des mondes d’en haut et d’en bas. / Je croyais que tous les hommes voyaient la même chose. / J’ai fini par comprendre qu’ils ne voyaient pas… »

Shams  de  Tabriz

………………………….

Cette citation est mise en exergue en tête de l’ouvrage d’Elif Shafak, romancière turque, « Soufi mon amour », 2010 (éd. 10/18 2011). Traduction, de l’anglais, par Dominique Letellier.

Fille de diplomate Elif Shafak est née à Strasbourg, a vécu en Espagne, puis en Turquie, a enseigné aux Etats-Unis. Elle vit à Istanbul.

Site officiel (en anglais), Elif Shafak : http://www.elifshafak.com/index.php

BioBibliographie, fiche wikipedia, Elif Shafak : « Féministe engagée, cosmopolite, humaniste et profondément imprégnée par le soufisme et la culture ottomane, Şhafak défie ainsi par son écriture toute forme de bigoterie et de xénophobie. » (…) « Le soufisme a toujours joué un rôle central dans l'écriture de Şhafak mais ce n'est qu'avec son dernier roman en date, « Soufi, Mon amour », qu'elle aborde pleinement le sujet. » https://fr.wikipedia.org/wiki/Elif_Shafak

Ce roman tisse des histoires croisées. D’une part, Ella, américaine de culture juive, et Aziz, européen converti à l’islam, photographe, écrivain et voyageur passionné, soufi (et qui semble avoir ainsi retrouvé là une identité d’âme bien plus ancienne…), des êtres de notre temps, qui vont s’aimer et bousculer leur vie pour être fidèles à eux-mêmes. Et, d’autre part, le grand Rûmi, érudit, mystique, et poète, et son maître Shams de Tabriz, le derviche errant, dans un temps bien plus lointain( le XIIIè siècle), et dans un monde peuplé d’êtres très divers qui seront tous marqués d’une manière ou d’une autre par la rencontre déstabilisante de Shams, l’accoucheur d’âmes. Un roman dans le roman ("Doux blasphème"), des pensées de sagesse dans le roman : c’est là un livre dont la lecture est infinie et qu’on se remet à parcourir pour y puiser du sens bien après avoir refermé à regret la dernière page. L’ouvrage met l’amour au centre de toute réalisation de soi, et le soufisme y est présenté comme une clé  possible, une voie vers ce centre intérieur . Voilà des pages qui permettent d’entrer dans la compréhension de cette haute spiritualité musulmane qu’Elif Shafak connaît si bien. Histoire, sagesse, mystique, éthique et questionnements simplement humains… voilà des pages qui donnent matière à réflexion et méditation (et qu’il faudrait donner à lire à tous les faiseurs d’amalgames). « Je crois que la visée de l’art, et en particulier de l’art du récit, est de construire des ponts. », dit l’auteur dans un entretien de qualité, publié sur son site.  (Elle y donne des références pour dire ses lectures sur le thème du soufisme).

cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc

CITATIONS :

« Pour moi, le soufisme est une tapisserie où s’entrelacent couleurs et motifs. Dans mon roman, je ne présente pas le soufisme comme une notion abstraite ou un enseignement théorique, mais comme une énergie vitale, chaude, apaisante. Je m’intéresse à ce que le soufisme représente dans notre monde moderne. Je souhaite montrer la portée de la philosophie de Rûmi aujourd’hui, alors même que nous avons l’impression d’être à des lieues et à des siècles de celle-ci. »

« De l'ouverture du cœur dépend celle de l'esprit. Point n'est besoin de tout abandonner ni de se faire pauvre hère pour tenter d'approcher cette sagesse universelle. Elif Shafak invite chacun, croyant, agnostique ou athée, à ce travail sur lui-même : accepter de se changer pour que change sa vie. »

....

Page éditeur, Phébus (BioBiblio. Cliquer sur les couvertures des livres, dont celui-ci, pour lire les présentations): http://www.editionsphebus.fr/fiche-auteur2577/elif-shafak 

Et sur 10/18 (BioBiblio): http://www.10-18.fr/site/elif_shafak_&181&28786.h... 

Critiques du livre… 

La lecture d’Hervé Bonnet : http://blogs.lexpress.fr/les-8-plumes/2012/11/01/elif-sha... 

Et celle de Sabine Mustakim : http://publikart.net/soufi-mon-amour-un-livre-de-elif-sha...

Critique (élogieuse) du livre d’Elif Shafak. Par Kate, sur wodka-over.blog : http://wodka.over-blog.com/article-elif-shafak-soufi-mon-amour-56420106.html