Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2020

Le temps du sable...

sable,char,rimbaud,camus,unamuno,photographie,temps,trace,marie-claude san juanC'est de ressemblance que vit le sable ; c'est de son vide diapré qu'il meurt.

Edmond Jabès, Le petit livre de la subversion hors de soupçon

 

Sable, sables… Je rêve de sable. Marcher pieds nus sur la plage, marcher longtemps, jusqu’à atteindre un autre lieu, s’arrêter et méditer devant la mer, Méditerranée évidemment. J’ai des tas de souvenirs de sable, celui des plages, celui du désert, celui d’un vent de sable, enfance, celui d’un livre magnifique ("La femme des sables", d’Abe Kôbô), celui (ceux) de René Char préfaçant Rimbaud, pour dire le parti du poète qui "empêche les sables mortels de s’épandre sur l’aire de notre coeur". (Et c’est d’actualité, à condition que le poète de 2020, en temps d’épidémie, ne soit pas enfermé dans une contemplation fascinée, regard porté sur ses propres textes et son auto-promotion lassante, avec le poème du jour, qui n'a pas subi l'épreuve du tiroir - mais, c'est autre chose, j'apprécie d'avoir des informations sur les publications abouties). 


 
mms_img-708906139.jpg
Et je me souviens du sable métaphorique de la philosophie espagnole, capable de penser la mort et la peur de la mort, "El sentimiento tragico de la vida" (Miguel de Unamuno). Ce qui est présent aussi dans le génie du flamenco andalou. Car regarder lucidement les réalités n’est pas tomber dans le piège des anxiétés toxiques, au contraire. On regarde, et on lâche, pour agir. Ensuite il reste toute l’énergie pour danser, et pour "recoudre ce qui est déchiré" dans notre société (Camus, à l’âme espagnole, maître en solidarités).
mms_img-1046738337.jpg
Sable, le temps du sable, c'est une série de photographies, pour le goût de la trace, et le goût du sable, matière et symbole, rêve du sablier. J'en pose sept.
 
sable,char,rimbaud,camus,unamuno,photographie,temps,trace,marie-claude san juanLe sable ? C’est aussi image de l’éternel et de l’éphémère. Traces qui s’effacent, poussière qui glisse entre nos doigts, nous précède et demeure au-delà de nous, réalité toujours présente quand nous ne serons même plus poussière.
 
 
 
 
sable,char,rimbaud,camus,unamuno,photographie,temps,trace,marie-claude san juanTant que la planète
 
 
 
 
sable,char,rimbaud,camus,unamuno,photographie,temps,trace,marie-claude san juan
 
 
 
sera
 
 
 
 
 
 
    sable,char,rimbaud,camus,unamuno,photographie,temps,trace,marie-claude san juanplanète… 
 
 
 
 
 
 
 
 
Photographies et texte © MC San Juan

Écrire un commentaire