Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2020

Deux poésies sur La macchina sognante, site italien de littérature du monde...

-1070359074.jpegLa macchina sognante est un site italien, une revue en ligne de littérature du monde, dont deux coeurs actifs sont Pina Piccolo et Sana Darghmouni, avec toute une équipe (liste dans la présentation du site, "Chi siamo"). Je viens d'y être traduite, dans le numéro 18, pour deux textes, par Sana Darghmouni, universitaire et traductrice à Bologne. Un poème et des fragments accompagnés de deux autoportraits et d’une brève bio-biblio. Publication bilingue. Après avoir lu cette page ouvrir les autres, pour un grand voyage littéraire. C'est émouvant, ce partage avec l'Italie, alors qu'on vit des épreuves communes… Et c’est une expérience particulière que la lecture des textes en deux langues… 

Le poème est « Arrêtez »  (publié d’abord dans la revue À L’Index), précédé de deux exergues, citations d’Ahmed Azeggah et de René-Jean Clot. Les fragments sont le début d’un recueil de 2018, publié chez pré#carré éditeur (et épuisé), en exergue une citation de Jean-Claude Tardif.

Je note le début du poème (les exergues et le texte entier sont sur le site), et je reprends un des fragments de l’ensemble « 36 traversées d’aubes crépusculaires », le 6. Exergue et autres fragments sur le site. 

En italien et français. 

.........................................................................


Arrêtez

On pourrait inventer un mensonge 

rond comme un cristal de citron

acide 

sur les plaies des bourreaux.

Car dans la terreur des rires le sang inscrit l’alphabet négatif

de l’imaginaire Yggdrasil.

Ni racines humaines, ni fleuves stellaires,

le silence.

(…)

…………...

Fragment 6

Imaginer une pluie qui lave des emprunts fictifs, des apparences, de l’être qu’on n’est pas.

Atteindre l’os.  

Faire le vide, laisser les objets se détacher de moi, comme une poussière qu’un souffle projette.

(…)

Le lien vers la pageDue poesie di Marie-Claude San Juan (trad. a cura di Sana Darghmouni)...   http://www.lamacchinasognante.com/due-poesie-di-marie-cla...

Dans le même numéro, ample, un poème de Valentina Meloni dédié au poète palestinien Ashraf Fayad, prisonnier en Arabie saoudite… (Poète présent sur mon blog, notes et liste de liens en marge, plus vignette, en marge aussi)... http://www.lamacchinasognante.com/poesie-dedicate-ad-ashr...

Commentaires

merci pour cette article et ce partage

Écrit par : dedier | 19/05/2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire