Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2020

TRADUIRE. Un ENTRETIEN avec Sana Darghmouni, universitaire et traductrice

VOILE tissé.jpgTRADUIRE. De soi au monde, une subversion...

 

Bilinguisme et métissage linguistique pour le dialogue des cultures.      Seize questions à Sana Darghmouni, universitaire, traductrice, et revuiste (avec une équipe d’intellectuels italiens de Bologne) : site de littérature du monde La macchina sognante)

 

Avant-propos

 

                            La langue qu’on écrit fréquente toutes les autres.

                                              Édouard Glissant, entretien, Le Monde, 2011

 

Interroger une traductrice, c’est passer de l’autre côté de la page traduite, et au-delà de l’acte de traduire, entrer, un peu, par des questions, dans la généalogie de ce qui fait que quelqu’un se voue à la transmission de textes d’une langue dans une autre. On accède, ainsi, aux moments qui précèdent la production, et d’abord à ceux qui précèdent même le travail. C’est-à-dire tout ce qui a prédéterminé la démarche de traduire, le contexte du rapport aux langues, les éléments personnels qui ont motivé le processus intérieur. Or la traduction étant une création elle n’appartient pas uniquement au domaine intellectuel. C’est lié à un espace intime de la pensée, à la voix, même pour rendre compte de la voix d’un autre (ou d’une autre). J’allais écrire au corps de la voix et cherchais comment soutenir cette idée d’ancrage physique qui, peut-être, peut sembler une formulation excessive. Et loin de ce texte, dans un autre temps de lecture, j’ai trouvé ce qu’en disait Jacques Ancet, immense traducteur autant que poète. Il notait ceci, dans L’amitié des voix, essai sur la traduction (publie.net) : « La traduction est un exercice d’incarnation : un corps pour un autre, une voix pour une autre ». Oui, et cela se situe aussi dans le cadre du rapport au monde, ce lieu de la rencontre de l’intime et du social.

Lire la suite

15/08/2020

Ashraf Fayad, POÈTE toujours prisonnier en Arabie saoudite…

ASHRAF FAYAD.jpgC’est une tragédie, comme l’Arabie saoudite en crée régulièrement, n’acceptant aucune pensée dissidente, ni même des ébauches de questionnements (pouvoir emprisonnant et exécutant aussi des adolescents et des femmes). Démocrates (hommes et femmes). Intellectuels voulant revendiquer la liberté de conscience et d'expression, ou simplement la vivre. Adolescents suivant une marche pour plus de liberté. Femmes refusant l’oppression des femmes (les réformes apparentes ne doivent pas faire illusion…). Tous sont réprimés. Jusqu’à la mort. Nombreuses exécutions…

Lire la suite

09/07/2020

Écrivains prisonniers, écrivains en danger. Actions du Pen Club...

LOGO PEN CLUB.pngOn écrit, on lit, librement.
(Même si certains, qui hystérisent la question de l’expression pour des raisons politiciennes aiment à se dire soumis à dictature, ici...). 
Pendant ce temps, comme le titrait une émission de France Culture, sur des cas de répression, "Les tyrans lisent les poètes" (lien sur ce blog, dans la liste Focus, marge gauche, haut). Les dictateurs ont peur des poètes, des auteurs de romans, des journalistes et des blogueurs. Ils les préfèrent morts ou prisonniers, réduits au silence, oubliés. On arrive à les sauver (pas toujours mais souvent, au moins du pire) en agissant. C’est ce que font des associations des droits humains, diverses (qui interviennent et parfois font appel à signer des pétitions), ce que font notamment RSF, Cyber@cteurs, Amnesty, HWRights, et ce que fait le Pen Club. 
C’est important de consulter ce site, pour savoir quels sont les écrivains ou blogueurs en danger dont on n’aurait pas vu la trace ailleurs. (Ainsi qui a entendu parler du poète de 81 ans prisonnier en Inde ?).   
Même un Prix Nobel peut mourir en prison. C’est arrivé deux fois. Sous Hitler et en Chine (ce qui donne des clés sur ce qu’est ce régime, se moquant, comme Hitler, de l’indignation internationale).
Dans la lettre d’information du Pen Club, de juin 2020, dix cas sont présentés et cités.
Sur le site on accède facilement aux lettres précédentes, lisibles intégralement, pdf.

Lire la suite

09/05/2020

Deux poésies sur La macchina sognante, site italien de littérature du monde...

-1070359074.jpegLa macchina sognante est un site italien, une revue en ligne de littérature du monde, dont deux coeurs actifs sont Pina Piccolo et Sana Darghmouni, avec toute une équipe (liste dans la présentation du site, "Chi siamo"). Je viens d'y être traduite, dans le numéro 18, pour deux textes, par Sana Darghmouni, universitaire et traductrice à Bologne. Un poème et des fragments accompagnés de deux autoportraits et d’une brève bio-biblio. Publication bilingue. Après avoir lu cette page ouvrir les autres, pour un grand voyage littéraire. C'est émouvant, ce partage avec l'Italie, alors qu'on vit des épreuves communes… Et c’est une expérience particulière que la lecture des textes en deux langues… 

Le poème est « Arrêtez »  (publié d’abord dans la revue À L’Index), précédé de deux exergues, citations d’Ahmed Azeggah et de René-Jean Clot. Les fragments sont le début d’un recueil de 2018, publié chez pré#carré éditeur (et épuisé), en exergue une citation de Jean-Claude Tardif.

Je note le début du poème (les exergues et le texte entier sont sur le site), et je reprends un des fragments de l’ensemble « 36 traversées d’aubes crépusculaires », le 6. Exergue et autres fragments sur le site. 

En italien et français. 

.........................................................................

Lire la suite

26/01/2019

Gérard Dubois, "regard artistique sur la peine de mort"

e.c.p.m,ensemble contre la peine de mort,abolition,peine de mort,congrès mondial contre la peine de mort,gérard dubois,asia bibi,pakistan,mohamed mkhaïtir,mauritanie,serge atlaoui,indonésie,ashraf fayad,arabie saouditeLe titre peut surprendre quand on sait de quoi on parle. D'horreur, de terreur, de haine, de barbarie. 
La peine de mort.
Mais justement, cette persistance archaïque des modalités de traitement des crimes, concerne par son horreur même les artistes, et eux en premier lieu.
Car comment pouvoir créer de la beauté par les mots, la musique, ou les images, si on reste indifférent au sort d'humains qui, pendant qu'on écrit, pendant qu'on crée, souffrent la torture dans un couloir de la mort ? Car cette attente de la mort ou de la grâce est une torture, un martyre. 
Aucun crime ne justifie que nous devenions collectivement nous aussi, par délégation, criminels. Car si on accepte cela on partage la condamnation et la mise à mort. 

Lire la suite

14/01/2016

SOLIDARITÉ avec AHSRAF FAYAD, poète palestinien condamné en Arabie saoudite pour apostasie supposée (et écrits d’une pensée libre)

ashraf fayad,solidarité,poète palestinien,arabie saoudite,liberté d’expression,droits humains,poésie,liberté de conscience,liberté de création,citations,abdellatif laâbi,scriptorium,dominique sorrente
 
 
MISE à JOUR 
Arrêté pour ses poèmes en 2014 Ashraf FAYAD avait été condamné à mort en 2015 par la justice d’Arabie saoudite. Le soutien international a fait plier la dictature, et la peine de mort a été commuée en 2016 en prison (huit ans) et fouet (800 coups !!!).. Ou torture, car c’en est une. La publication de son recueil en plusieurs langues en 2015 avait été un soutien important, et celle d’un 2ème recueil, aussi. Le poète est toujours en prison, il faut donc continuer à informer et agir  (voir la pétition, liste de liens à son nom, marge gauche).

Lire la suite

16/12/2015

Ashraf FAYAD, POÈTE condamné en Arabie saoudite…

ashraf fayad,poète palestinien,arabie saoudite,abdellatif laâbi,citations,instructions à l’intérieur,poésie,dissidenceMISE à JOUR 
Arrêté pour ses poèmes en 2014 Ashraf FAYAD avait été condamné à mort en 2015 par la justice d’Arabie saoudite. Le soutien international a fait plier la dictature, et la peine de mort a été commuée en 2016 en prison (huit ans) et fouet (800 coups !!!).. Ou torture, car c’en est une. La publication de son recueil en plusieurs langues en 2015 avait été un soutien important, et celle d’un 2ème recueil, aussi. Le poète est toujours en prison, il faut donc continuer à informer et agir  
(voir la pétition, liste de liens à son nom, marge gauche).

………………………………………………………………………………………………….

« Le vent est un être invisible

même quand il danse

avec les arbres »  (Logique)

« La terre

cet enfer apprêté pour… les réfugiés »  (Amnistie)

« La perte de l'âme exige un temps qui ne suffira pas

Pour consoler tes yeux effrayés de ce qu’ils ont coulé comme pétrole »  (Du mérite du pétrole sur le sang)

« Dieu sur son trône

Et tu essaies maintenant

de réparer tes ailes »  (Corbeau volant sur deux bâtons)

Ahsraf Fayad / Instructions à l'intérieur (recueil, 2007, éd. Dar al Farabi, Beyrouth/Liban). Poèmes traduits par Abdellatif Laâbi (Plusieurs poèmes sont sur le site du Marché de la Poésie, ou sur celui du Printemps des poètes http://www.printempsdespoetes.com ). 

Lire la suite

14/12/2015

SOLIDARITÉ. ASHRAF FAYAD, poète palestinien condamné à mort en Arabie saoudite./ Peine commuée (prison,fouet), voir la mise à jour.

ashraf fayad,poète palestinien,arabie saoudite,apostasie,instructions à l’intérieur,poésie,dissidence
 
 
 
MISE à JOUR 
Arrêté pour ses poèmes en 2014 Ashraf FAYAD avait été condamné à mort en 2015 par la justice d’Arabie saoudite. Le soutien international a fait plier la dictature, et la peine de mort a été commuée en 2016 en prison (huit ans) et fouet (800 coups !!!).. Ou torture, car c’en est une. La publication de son recueil en plusieurs langues en 2015 avait été un soutien important, et celle d’un 2ème recueil, aussi. Le poète est toujours en prison, il faut donc continuer à informer et agir  (voir la pétition, liste de liens à son nom, marge gauche).
 

Lire la suite

08/05/2015

Place Igor Stravinsky, Paris, 7 mai 2015. Des voix et des images pour les dissidents d’Arabie saoudite. MAIS (voir fin de note)

Photographies... Manière de prolonger ces moments solidaires, de faire trace. Seuls visages visibles, militants qui ont donné leur accord ou qui ont posé volontairement (ceux qui ont prêté leur voix un instant  à chacun des prisonniers...). Je photographie les messages, dans le contexte du lieu, aidée pour certaines images par des mains tenant des papiers : symboles forts, ces mains tissant ces fils tendus vers d’autres, pour ne pas les oublier...  

Lire la suite