Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2020

Écrivains prisonniers, écrivains en danger. Actions du Pen Club...

LOGO PEN CLUB.pngOn écrit, on lit, librement.
(Même si certains, qui hystérisent la question de l’expression pour des raisons politiciennes aiment à se dire soumis à dictature, ici...). 
Pendant ce temps, comme le titrait une émission de France Culture, sur des cas de répression, "Les tyrans lisent les poètes" (lien sur ce blog, dans la liste Focus, marge gauche, haut). Les dictateurs ont peur des poètes, des auteurs de romans, des journalistes et des blogueurs. Ils les préfèrent morts ou prisonniers, réduits au silence, oubliés. On arrive à les sauver (pas toujours mais souvent, au moins du pire) en agissant. C’est ce que font des associations des droits humains, diverses (qui interviennent et parfois font appel à signer des pétitions), ce que font notamment RSF, Cyber@cteurs, Amnesty, HWRights, et ce que fait le Pen Club. 
C’est important de consulter ce site, pour savoir quels sont les écrivains ou blogueurs en danger dont on n’aurait pas vu la trace ailleurs. (Ainsi qui a entendu parler du poète de 81 ans prisonnier en Inde ?).   
Même un Prix Nobel peut mourir en prison. C’est arrivé deux fois. Sous Hitler et en Chine (ce qui donne des clés sur ce qu’est ce régime, se moquant, comme Hitler, de l’indignation internationale).
Dans la lettre d’information du Pen Club, de juin 2020, dix cas sont présentés et cités.
Sur le site on accède facilement aux lettres précédentes, lisibles intégralement, pdf.

Lire la suite

10/03/2020

Femmes, les droits avant et après le 8 mars…

femmes,féminisme,8 mars,droits humains,laïcité,universalisme,égalité,associations,femmes contre les intégrismes,les vigilantes,regards de femmes,sisyphe.org,manifeste pour en finir avec les intégrismes,livres,bibliographies,chèvre-feuille étoilée,éditions des femmes,yael deckelbaum,souad labbizeLa journée du 8 mars est l’occasion d’un rappel, le moment d’une expression des femmes dans le monde. 
 
En marchant ou en prenant la parole, des messages sont portés, plus difficilement dans certains pays que dans d’autres. Femmes féministes ou simplement femmes qui, sans être engagées dans telle ou telle association, sont conscientes des problèmes qui demeurent, de l’inégalité des droits dans la société à l’inégalité des salaires, en passant par la 'charge mentale’ des responsabilités privées, et sans oublier la question des violences (agressions, harcèlement, féminicides). 

Lire la suite

07/06/2019

LIU XIAOBO, ombre et lumière de la Chine

HASKI LIVRE .jpgPourquoi ce titre ? Liu Xiaobo, ombre et lumière de la Chine... 
Ombre, oui, car une tache sur l’histoire de la Chine, tache retentissante autant que le massacre de la Place Tiananmen, ou la persécution des Ouïghours et des adeptes du Falun gong.
Lumière, car honneur d’une culture formidable, celle des lettrés chinois ouverts à la culture du monde tout autant que maîtres de leur culture séculaire.
Et c’est bien ma double perception du pays, ombre et lumière. D’un côté une culture que j’apprécie au plus haut point, étant nourrie de textes des grands penseurs chinois, et passionnée par les pratiques associées au taoïsme qui est une racine fondamentale de cette culture. De l’autre un régime qui me fait être signataire de pétitions encore et encore, tant il y a de problèmes…
 
CHINE PHILO.jpgJe reviens sur la Chine pour avoir lu un article qui m’a donné envie de repréciser un certain nombre de points.
CHINE VERITE .jpg
 
C’est l’excellente chronique d’Alain Frachon dans Le Monde du 7 juin. Titre papier : "Histoire d’un grand chinois". Très juste.
 
 
 
 
Liu Xiaobo, c’est exactement cela, une immense conscience. 

Lire la suite

06/06/2019

TIAN'ANMEN 30 ans après. Mémoire pour la Chine... (Et, juin 2019, Hong Kong + répression Chine)

CHINE.jpgLa Chine est à la fois un pays de grande culture, une économie développée, et un régime qui allie capitalisme et dictature du parti communiste. La répression concerne tout positionnement critique du parti au pouvoir, et toute minorité « dérangeante » ou mouvement réclamant la démocratie.
 
Dans la note de Global Voices des informations sur la réalité de la répression en Chine. Et sur l’occultation du massacre du 4 juin 1989, Place TianAnmen.
 
CITATIONS... 
"Le Parti communiste chinois n'a jamais reconnu publiquement ces événements ni soumis ses actes à une enquête indépendante."
(...)
"Global Voices couvre ce sujet depuis plus d'une décennie. Cette année, nous commémorons le 30ème anniversaire de ce qui a conduit au massacre du 4 juin, afin de remplir notre devoir de garder vivant le souvenir de ces événements, malgré la persistance de Pékin à nier la vérité historique élémentaire."

Lire la suite

05/06/2019

SOLIDARITÉ. Mohamed Ould Cheikh MKhaïtir, blogueur mauritanien./ Il a enfin été libéré (2019, mise à jour)

mohamed ould mkhaïtir,mkhaïtir,mauritanie,blogueur,liberté de conscience,droits humains,abdoulaye bah,pétitionsMISE À JOUR, 2019. IL A ÉTÉ LIBÉRÉ. EN EXIL, POUR SA SÉCURITÉ.
 
Sur Global Voices, article d’information d’Abdoulaye Bah, avec plusieurs extraits de textes d'associations, blogs, ou sites de presse, et le communiqué d’Amnesty international.
CITATION : "Trente-deux organisations de défense des droits humains ont lancé une campagne mondiale pour exiger la libération et la protection de Mohamed Ould Mkheitir. Cet ingénieur, âgé de 33 ans est toujours détenu au secret alors qu’une cour d’appel a ordonné il y a un an de commuer sa peine de mort en une détention de deux ans d'emprisonnement.  Ayant déjà fait 3 ans de détention préventive, il aurait du être libéré depuis un an."

Lire la suite

28/07/2017

Kamel Daoud, lire et relire...

kamel daoud,mes indépendances,chroniques,chroniqueur,écrivain,livre,littérature,algérie,actes sud,droits humains,engagé,concerné,livres hebdo,prix,prix livre et droits de l’homme de la ville de nancyKamel Daoud est primé pour une reconnaissance de son oeuvre de chroniqueur engagé pour les droits humains. Lui préfère se dire « concerné », et, oui, il l’est. Oeuvre marquée par la publication d’un choix, ample, de ses textes dans « Mes indépendances », livre publié par Actes Sud. Superbe.

 

Que ses chroniques soient lues abondamment, elles qui mettent en scène, en quelque sorte, le balancement subtil entre le total "oui" à la vie et la tension du "non". "Mes indépendances". Magnifique écriture d'un grand chroniqueur (nouvelliste et romancier aussi), mais l'écrivain est complètement présent dans les pages profondes, brillantes, du journaliste.

 

Exercice de lucidité, processus de questionnement permanent.

Lire la suite

24/11/2016

MAURITANIE. Un jeune blogueur risque d'être exécuté.../ Mise à jour (2019). Il a été sauvé, et enfin libéré

mauritanie,blogueur,peine de mort,apostasie,charia,blasphème,obscurantisme,islamistes,intégristes,abolition,droits humains,mohamed ould cheikh ould mkhaitir,mkhaitirMise à jour (2019). Après avoir été sauvé de l'exécution (peine commuée en prison) il a enfin été libéré. En exil pour sa sécurité, car toujours menacé par les fanatiques. Agir est efficace. (Action de ses avocats, bien sûr, de ses soutiens mauritaniens - contre des foules haineuses - et des pétitions et informations des soutiens internationaux.

Décision de la justice attendue, pour le blogueur Mohamed Ould Cheikh Ould Mkhaitir condamné à mort en Mauritanie. On l'accuse d'être un apostat (crime dans ce contexte...), alors qu'il ne l'est pas. Donc, on projette sur lui de fausses accusations pour masquer d'autres raisons. Il serait apostat on devrait le soutenir de même, pour la liberté de conscience... Mais il est important que nous comprenions ce qui se joue là. Ce jeune homme fait partie de la caste des forgerons, méprisés et diffamés (on leur invente même des "crimes" contre le prophète du temps de Mahomet). Des groupes haineux utilisent la religion pour refuser de mettre en question le déclassement perpétuel d'une catégorie de gens qu'on enferme dans un statut dont ils sont prisonniers. Le mot "forgeron" est celui qui se cache derrière le mot "apostat". Ainsi on peut dresser des gens contre lui, pour de mauvaises raisons. Le combat de ce jeune blogueur est un combat pour la justice sociale, au nom de son groupe humain persécuté, les forgerons.

Lire la suite

20/04/2016

Procès en appel (21-04) du jeune blogueur mauritanien Cheikh Ould Mkheitir. /Mise à jour 2019. Enfin sauvé et libéré

Mise à jour, 2019. Sauvé d'abord de l'exécution (par les actions de soutiens en Mauritanie, malgré les foules haineuses et les actions internationales de soutien) il a enfin été libéré (exilé pour sa sécurité). Je maintiens les notes et liens pour mémoire.

...........................

Le procès en appel du jeune blogueur mauritanien Cheikh Ould Mkheitir, 31 ans, condamné à mort pour "apostasie" en 2014, a lieu ce jeudi 21 avril 2019 (sans avocat, d’après l’IHEU : voir ci-dessous). On lui a reproché d’avoir publié un texte sur Facebook où il émettait des idées critiques, interrogeant le sectarisme originel dans la religion et la permanence de comportements actuels liés à la religiosité, aux normes transmises. Son texte, en arabe, était intitulé «La religion, la religiosité et les forgerons» (la caste des forgerons étant victime d’humiliations imposées par les religieux traditionnels mauritaniens). Son but était de défendre les forgerons (sa caste), mais le fait qu’il ait lié cela à une réflexion sur les causes idéologiques et religieuses, à l’héritage de normes rigides, a donné matière à l’accusation de blasphème. Cette condamnation à mort pour apostasie est un cas d’exception dans ce pays (dont les règles juridiques sont celles d’une charia rude, mais qui n’a pas exécuté de condamnés depuis trente ans environ : la menace demeure inquiétante).

Lire la suite

14/01/2016

SOLIDARITÉ avec AHSRAF FAYAD, poète palestinien condamné en Arabie saoudite pour apostasie supposée (et écrits d’une pensée libre)

ashraf fayad,solidarité,poète palestinien,arabie saoudite,liberté d’expression,droits humains,poésie,liberté de conscience,liberté de création,citations,abdellatif laâbi,scriptorium,dominique sorrente
 
 
MISE à JOUR 
Arrêté pour ses poèmes en 2014 Ashraf FAYAD avait été condamné à mort en 2015 par la justice d’Arabie saoudite. Le soutien international a fait plier la dictature, et la peine de mort a été commuée en 2016 en prison (huit ans) et fouet (800 coups !!!).. Ou torture, car c’en est une. La publication de son recueil en plusieurs langues en 2015 avait été un soutien important, et celle d’un 2ème recueil, aussi. Le poète est toujours en prison, il faut donc continuer à informer et agir  (voir la pétition, liste de liens à son nom, marge gauche).

Lire la suite

06/01/2016

La philosophie contre la peine de mort. Et tous LIVRES contre...

jacques derrida,derrida,séminaire,albert camus,camus,kant,peine de mort,abolition,victor hugo,hicham-stéphane afeissa,non fiction,essais,livres,philosophie,sacrifice,morale,société,idées,animaux,exécutions,arabie saoudite,iran,u.s.a.,chine,benoît peeters"Derrida déclarait à Elisabeth Roudinesco que 'tant qu’on n’aura pas déconstruit (…) le discours (…) qui prétend justifier la peine de mort de façon principielle, sans référence à la moindre utilité, on s’en tiendra à un discours abolitionniste précaire, limité, conditionné par les données empiriques, et, par essence, provisoire' " Jacques Derrida a donc élaboré, au cours de son séminaire, cette déconstruction systématique d’un discours philosophique favorable à la peine de mort, celui de Kant, pour développer une philosophie abolitionniste (Kant dont Derrida dit que sa pensée de la justice pénale se fonde sur une "morale sacrificielle" : c’est cette "pulsion sacrificielle" qu’il faut donc interroger). 

La chronique de Hicham-Stéphane Afeissa sur Non Fiction donne des clés très intéressantes pour comprendre cette démarche... http://www.nonfiction.fr/article-7875-la_folie_de_la_rais...

Lire la suite

19/12/2015

CITATIONS et... TITRES. Lecture... Lecture... Lecture... (pour soi, ou pour offrir...)

Je crois que je devine pourquoi on écrit les vrais livres. Pas pour se rendre célèbre, mais pour mieux se rendre invisible, tout en réclamant à manger le vrai noyau du monde.

Kamel Daoud, Meursault, contre-enquête 

Donc, des livres écrits pour se rendre invisible (que les auteurs le sachent ou pas), des livres pour pénétrer le sens enfoui du réel… (le sachant). Des livres sur mon chemin, en phase avec ce chemin…

Lire la suite

18/12/2015

POÈME POUR DIRE… SOUTIEN, suite. "Litanie pour juillet plusieurs fois, plusieurs fois tous les temps…"

ahsraf ayad,mohammed al ajami,mars,juillet,janvier,novembre,13-11-15,terreur,terrorisme,prison,peine de mort,dictatures,arabie saoudite,qatar,exécutions,massacres,sang,complicité,mémoire,oubli,amnésie,traumatisme,margherita guidacci,edmond jabès,abdellatif laâbi,j’atteste,jacques prévert,litanie pour juillet plusieurs fois,plusieurs fois tous les temps,poésie,poème,photographie,feu,éclair,kamel daoud,algérie,france((SOMMAIRE : photographie (cristal des mots, éclair lucide…), dédicace, exergues, poème))

Dédicace. Aux victimes de la terreur, quelles que soient les formes, le lieu, et le moment. Refus, pour soi, pour eux. Résister c’est dire. Et particulièrement, dédicace offerte à Ahsraf Ayad, condamné en Arabie saoudite, à Mohammed Al Ajami, prisonnier au Qatar, à tous ceux qui souffrent, dans ces deux pays, de nos silences complices. Message, pour les êtres du 13-11-15 à Paris et hors de Paris, les morts et les vivants. Offert, ce poème, écrit d’abord dans la pensée d’autres drames, et repris encore et encore, à chaque blessure rappelée, en écho questionnant. Que faire des plaies du monde? Que faire des noirceurs qui nous tendent ce miroir effrayant de notre humanité?

.......... Et j’ajoute (25 février 2016), aux lignes antérieures, l’offre de cette dédicace à Kamel Daoud, grande plume algérienne, qui subit le lynchage de ceux qui se mettent du côté de la bêtise, par ignorance doublée d’hypocrisie idéologique, avec la complaisance d’esprits paresseux, ou de stratèges aveugles… 

Lire la suite

24/09/2015

Sauver Ali Mohammed Al-Nimr, jeune saoudien condamné à mort. (Note mise à jour, 2020...)

Terrifiant. Plongée directe dans la nécessité de dire… Un jeune, Ali Mohammed Al Nimr, condamné à mort en Arabie saoudite, pour être soupçonné d'avoir participé à une manifestation pour la démocratie, quand il était mineur...

La simple déclaration du président Hollande demandant la clémence en rappelant notre opposition à la peine de mort : nécessaire, mais insuffisante. Il faut un geste plus fort.  

Ci-dessous, des informations, et des actions (certaines pétitions ne sont plus en ligne, la cyberaction l'est toujours).

Lire la suite

03/08/2015

QATAR. LE POETE Mohammed Ibn Al-Dhib Al-Ajami / LIBÉRÉ (info avril 2016)

poésie,poèmes,culture,droits humains,solidarité,poètes,poète qatari,qatar,prison,mohammed ibn al-dhib al-ajami,ibn al-dhib al-ajami,aile,aile éditions,poetas del mundoMise à jour, avril 2016. Après avoir été condamné à la perpétuité (pour ses écrits), puis à 15 ans de prison, il vient enfin d'être libéré de manière anticipée, après quatre années de prison (info Amnesty international). Le soutien a des effets. Cependant les conditions de sa libération (et de sa liberté d'expression) peuvent encore poser question.

 

Page AmnestyFin de calvaire...  http://www.amnesty.be/je-veux-m-informer/actualites/artic... 

Lire la suite

05/06/2015

Rose Lokissim : engagement, courage, mort. L’irrécupérable dans nos vies... et la création, le regard

Libération, le 2 juin, page 24, un hommage à Rose Lokissim, exécutée en 1986 sous la dictature d'Hissène Habré... Par hasard, sur ma table encombrée, à côté de l'ordinateur ouvert, cet article, juste sous les mots "Mémoires et images du sens", pour une exposition (en 2001) de Jean-Bernard Chardel : titre, et apparente légende de l'oeuvre reproduite. Le sens d'être, dans ce que déchiffre la création en même temps que soi, et le sens d'être, pour le courage de dire "non"... L'irrécupérable, dans les deux cas. Grand écart intérieur entre le non multiple à inscrire-dire-écrire, murmure du quotidien, et le oui du regard (avec des mots ou sans). Je ? Dissonante, paradoxale. A la fois complètement dans l’écoute de la radicalité des chocs et douleurs du monde, vus de près et de loin. Et totalement tendue vers le contraire, vers un lieu sans lieu. 

Lire la suite