Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2016

Nimrod, poète… Sur les berges du Chari

NIMROD.jpgLe sous-titre est « district nord de la beauté ». Beauté, mais aussi violence et mort. Solidarité...

En exergue :

« Je n’ai de cri qu’en cette trace où fut le sel. »

Edouard Glissant

Le livre se met sous le superbe chiffre littéraire d’Edouard Glissant. Ainsi on sait que la parole née de la terre d’exil va rejoindre un regard-monde. C’est pour cela que Bruno Doucey peut noter partager avec le poète le « fleuve de la fraternité ».

J’ai associé ce vers (ici inscrit comme un programme poétique et éthique) à une expression d’Emmanuel Levinas : la « luisance de la trace », notion qu’évoque Jean-Paul Kauffmann au sujet de sa recherche des « fantômes » de la bataille d’Eylau (son dernier livre, « Outre-terre »). Il dit « Il n’y a rien, et donc c’est là que ça se trouve. » Evocation en parenté avec la démarche du photographe Yan Morvan (« Champs de bataille / Photosynthèses »). C’est en conclusion d’un long entretien croisé, passionnant, paru dans Marianne, 22/28 avril 2016. Hasard, ces lectures qui se rencontrent, où la trace est une clé. Et plus : batailles, aussi, dans le recueil, notamment dans des poèmes d’hommage (mineurs sud-africains fusillés, étudiants tchadiens réprimés). 

Mais, exergues, il y en a aussi pour introduire des parties du recueil, ou des poèmes : citations de Franck Venaille, de Paul Verlaine, de Benjamin Fondane (fragment magnifique et terrible, qui se termine justement sur la répétition du mot « fantômes », suivi d’un point d’exclamation, apostrophe qui interpelle ainsi ceux qui avaient « cru à l’homme / et aux beaux yeux de la bonté / mais que la route avale comme / un fleuve immense et éhonté »). Quand les exergues sont bien choisis ils valent tous les commentaires ou manifestes. Et, choix du poète, comme une signature, pour un des derniers textes du recueil, un poème encadré de citations d’Amadou Hampâté Bâ, l’immense… 

(« Je suis souverain dans les choses pastorales » 

et 

« Entrez, sortants… Sortants, entrez… »)

Lecture en cours, ce recueil de Nimrod… Qui fait écho, pour moi, au cri murmuré d’Anise Koltz (« Je renaîtrai »).

Page éditeur (éds Bruno Doucey, coll. l’autre langue) : http://www.editions-brunodoucey.com/sur-les-berges-du-cha...

Autres liens : 

Eds Obsidiane, plusieurs recueils de poésiehttp://perso.numericable.com/editions-obsidiane/Auteurs/B... 

BioBiblio, Africultureshttp://www.africultures.com/php/?nav=personne&no=4979 

Un poème, sur le blog de L’Ardent pays (entre autres pages): http://ardentpays12.over-blog.com/2016/04/nimrod-envol.html 

...

 MC San Juan

Posée aussi… page Facebook : https://www.facebook.com/TramesNomades

11/05/2015

Edouard Glissant. Retour sur une œuvre majeure...

Le Sel noir.jpgSOLEIL de la conscience.jpg

« L’écrivain est l’ethnologue de soi-même » 

Edouard Glissant cité par René de Ceccaty, Le Monde (papier), 4-2-11

Au soir tardif du 10 mai, je relis une de mes notes de 2011, sur cet auteur, un hommage juste après sa mort. Quand on se souvient des drames que les pièges identitaires (forcément inégalitaires et vouant les êtres au racisme) ont causé dans l’histoire, relire un penseur-poète qui nous propose une éthique du nomadisme, une dynamique des interférences, ne peut que nous aider à traverser ces pièges. De ma note (très longue, par les très nombreux liens) je ne reprends ici qu’un fragment, nécessaire, et des citations (en ajoutant une), peu de liens (mais j’en ajoute trois)...  Ci-dessous...

Dénonçant  l’enfermement dans une identité limitative qui resterait figée, il opposait notamment les notions de créolité et de créolisation, ce dernier concept se posant dans la dynamique d’un monde moderne exigeant de l’individu l’acceptation d’une réflexion sur son identité, pas pour la renier, mais pour prendre conscience de sa nécessaire transformation du fait des interférences culturelles, des échanges. L’éthique entre les peuples devant être celle de la relation, pas de la domination. Le lisant, on peut comprendre la « poésie » comme genre, mais aussi comme modalité du regard sur le monde, esthétique de l’éthique des interférences. Penser « l’envers lumineux de l’histoire »...

......................

CITATIONS :

 « Toute parole est une terre / Il est de fouiller son sous-sol / Où un espace meuble est gardé / Brûlant, pour ce que l'arbre dit ». Plus… sur : http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/glissant_champ.html 

« Le nomadisme m’a permis d’échapper à tous les enfermements. Mais en voyageant, on transporte toujours ‘‘ses’’ lieux avec soi, ses lieux communs .Chaque lieu est incontournable. On ne peut le remplacer ni en faire le tour.» (...) « Au plus fort de mon activité politique dans les années 60, j’écrivais des poèmes résolument opaques. L’obscur est le renoncement aux fausses vérités des transparences. Je réclame pour tous le droit à l’opacité.» (Édouard Glissant cité dans l’article de Gilles Anquetil, Le Nouvel Observateur) http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20110203.OBS7408/hommage-le-cyclone-glissant.html

.....................

LIENS :

Le site officiel : http://www.edouardglissant.fr/  (En exergue, ceci : « Le poète achemine la connaissance du monde dans son épaisseur et sa durée, l’envers lumineux de l’histoire qui a l’homme pour seul témoin. »)

Une page sur Recours au poème, « Les Fruits de l’Archipel », par Marc-Williams DeBono : http://www.recoursaupoeme.fr/essais/les-fruits-de-l%E2%80%99archipel/marc-williams-debono

Un sommaire (articles sur l’auteur), remue.net : http://remue.net/spip.php?mot119

Et... la note (liens, dont papalagi...) sur Trames nomades, en 2011... Edouard Glissant, le poète, le penseur du Tout-Monde, de la "créolisation" du monde. Hommage : http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2011/02/05/edouard-glissant-le-poete-le-penseur-du-tout-monde-de-la-cre.html

16/03/2011

Japon... nouvelles du monde. Et nous, impuissants…

« Les nouvelles du monde à l’infini ont frappé la pierre » , Edouard Glissant, L’œil dérobé (« Pays rêvé, pays réel »), Poésie/Gallimard. Relisant ce vers je trouve qu’il traduit tout à fait l’impression que nous pouvons avoir, en en déplaçant un peu le sens. Le sol, autour de nous, frappé, ou nous, pétrifiés…

Retenir, aujourd’hui, deux éditoriaux du même journal. Ethique d’un regard sur le monde, dehors…

Japon…

« Une leçon de dignité dans un malheur immense » : http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/03/14/une-lecon-de-dignite-dans-un-malheur-immense_1492760_3232.html  Le Monde, 14-03-11

Citation : « Et, pourtant, des récits, des images, des témoignages qui nous parviennent, de ce que disent nos correspondants, on retiendra ceci : la démonstration de sang-froid ; le calme, une manière d'être solidaires qui semble aller de soi. Il y a cet immense malheur, bien sûr. Et puis il y a la dignité des Japonais. »

VOIR la NOTE du 16-04-2011, sur la solidarité http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2011/04/16/ja... 

05/02/2011

Edouard Glissant, le poète, le penseur du Tout-Monde, de la « créolisation » du monde. Hommage

livres,edouard glissant,poésie,institut du tout-monde,identité,relation,créolisation du monde,cultures du monde,interférences,éthique,l'universel,métissage,citations,littérature,culture,glissant,papalagi,christian tortel,présence africaine,or des îles« Toute parole est une terre
Il est de fouiller son sous-sol
Où un espace meuble est gardé
Brûlant, pour ce que l'arbre dit » 

(Plus… sur : http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/glissant_champ.html )

« Au plus fort de mon activité politique dans les années 60, j’écrivais des poèmes résolument opaques. L’obscur est le renoncement aux fausses vérités des transparences. Je réclame pour tous le droit à l’opacité.» (Cité dans l’article de Gilles Anquetil, Le Nouvel Observateur) http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20110203.OBS7408/hommage-le-cyclone-glissant.html

« L’écrivain est l’ethnologue de soi-même », cité par René de Ceccaty, Le Monde (papier), 4-2-11.

……………………………………………………………………………………………….

INSTITUT du Tout-Monde, fondé en 2006 par Edouard Glissant : http://www.tout-monde.com/

………………………………………………………………………………………………..

Un grand écrivain vient de mourir, le 3 février 2011, à 82 ans. Parmi les essais, « Soleil de la conscience », et « Traité du Tout-Monde » (Poétique I et IV), éd. Gallimard. Poèmes, diverses éditions, et en collection de poche (Poésie/Gallimard), dont un volume préfacé par Jacques Berque. Ce penseur est surtout un poète, mais de ses romans, on peut noter, déjà, le premier, « La Lézarde », 1958. Dans un entretien télévisuel, qui vient d’être cité en partie sur France 2, il dit écrire enraciné dans les cultures du monde, les identités, les spiritualités, les malheurs du monde. Ne pas oublier ces deux ouvrages, écrits avec Patrick Chamoiseau, « Quand les murs tombent », et « L’intraitable beauté du monde » (éds. Galaade).

Dénonçant  l’enfermement dans une identité limitative qui resterait figée, il opposait notamment les notions de créolité et de créolisation, ce dernier concept se posant dans la dynamique d’un monde moderne exigeant de l’individu l’acceptation d’une réflexion sur son identité, pas pour la renier, mais pour prendre conscience de sa nécessaire transformation du fait des interférences culturelles, des échanges. L’éthique entre les peuples devant être celle de la relation, pas de la domination.

Important, donc, est ce livre d’Edouard Glissant, choix de textes, dans l’esprit de cette ouverture aux cultures d’un monde pluriel : « La terre, le Feu, l’Eau et les Vents, Une anthologie de la poésie du Tout-Monde », éd. Galaade,  2010 . Une sélection qui intègre des genres autres, comme l’essai ou le roman (on peut donc comprendre « poésie » comme genre mais aussi comme modalité du regard sur le monde, esthétique de l’éthique des interférences).

Lire (note blog de Christian Tortel, papalagi) ...http://papalagi.blog.lemonde.fr/2010/03/16/attendue-une-a...  ...Et tout le blog est une illustration de l'éthique culturelle du "tout-monde". On y trouve une pensée traversée par le goût de l'ailleurs mêlé d'ici et inversement, une identité qui se tisse avec les mots et l'art du lointain. L'auteur passe d'un article sur l'actualité (avec des humeurs, parfois - qui peuvent se traduire aussi en poème) à l'évocation d'une oeuvre littéraire (en prenant soin de citer) ou artistique. Et se glissent là, discrètement, comme des pauses en marge, des haïkus, des fragments poétiques qui sont la photographie des jours (les siens au regard du monde, yeux vers l'horizon questionné). 

Voir la page de l'édition Galaadehttp://www.galaade.com/oeuvre/la-terre-le-feu-l-eau-et-le...

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

BIO-BIBLIOGRAPHIE et nombreux LIENShttp://ile-en-ile.org/glissant/ « l'un des plus grands écrivains contemporains de l'universel » (Jacques Cellard, Le Monde) », cité sur cette page. 

RADIO. Emissions sur France Culture, dossier radiophonique consacré à l’écrivain le 4 février. On peut aussi réécouter le très riche entretien du 6 juin 2010, avec Alain Veinstein (émission « Du jour au lendemain ») : http://www.franceculture.com/2011-02-03-disparition-d-edo...   

TELEVISION. Emissions sur France Ô et Outre-mer, dont celles des 5 et 9 février : http://www.newstele.com/article-france-o-et-outre-mer-ren...

VIDEOS :  « L’intraitable beauté du monde ». Edouard Glissant et Patrick Chamoiseau  (Entretien sur la beauté du monde, dans la relation entre les êtres, les paysages, les pays, dans la diversité) : http://www.dailymotion.com/video/x81q9n_edouard-glissant_... et « le Tout-Monde contre l’identité nationale » : http://www.dailymotion.com/video/x5lnuj_glissant-le-tout-...

......................................................................................................................................................

CITATION:

« La littérature telle que je la conçois et la pratique a pour fonction d’exprimer ce métissage, avec toutes ses joies, mais aussi ses dérélictions, ses massacres, ses génocides, ses contradictions ou ses banalisations. » (…) « Les « emmêlements » à l’œuvre ont rendu le monde complexe. Nous devons nous habituer désormais à l’idée que nous pouvons vivre le monde sans avoir l’ambition de le prévoir ou de le régenter. Nous devons aussi nous accoutumer à l’idée que notre identité va changer profondément au contact de l’Autre comme la sienne à notre contact, sans que pour autant l’un et l’autre ne se dénaturent ni ne se diluent dans un magma multiculturel. Ce sont des notions difficiles à concevoir et encore plus difficiles à mettre en pratique. Cela donne la mesure de ce que j’appelle le chaos-monde. »

HOMMAGES en LIGNE :

africultures.com : http://www.africultures.com/php/index.php?nav=murmure&... « Considéré comme l'un des fils spirituels d'Aimé Césaire, il voulait souligner l'importance de la diversité, et de la spécificité des cultures, non dans un monde "universalisé", mais dans un "tout-monde" fait de partage, de respect et d'alliage des cultures »

« Edouard Glissant (1928-2011), un héritage magnifique », par Boniface Mongo-MboussaAfricultures : «  Edouard Glissant est mort, mais il nous laisse ses mots : un héritage magnifique, protéiforme et fertile. » (…) «Edouard Glissant affronte Hegel de manière oblique. A cette vision totalisante, prétendument universelle, Edouard Glissant oppose l'Opacité, le Divers, le Rhizome et surtout la Relation. Ce refus des systèmes sera durant toute sa vie, sa marque de fabrique. De ce point de vue, la pensée Glissantienne, qui est une ode à la fraternité, recoupe, à certains égards, celles de Derrida et Levinas : deux pensées de l'Autre mais aussi deux discours de l'opacité. »  (Ce très beau texte est à lire intégralement sur le site.  Il fait une synthèse très éclairante de l’apport d’Edouard Glissant.  http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=9929 

Page sur Présence africaine : http://www.presenceafricaine.com/237_glissant-edouard

ARTICLES :

Le Nouvel Observateur, article de Gilles Anquetil, et liens, dossier... Hommage ("Le cyclone Glissant").  Le Nouvel Observateur, article de Gilles Anquetil, et liens, dossier « Ce poète chantait l’imaginaire parce qu’il rassemble. Il a honni l’idéologie car elle divise. Le militant du «tout-monde» a toujours refusé toute séparation entre le poète, le romancier, le philosophe, le professeur ou le danseur. » (…) « Ce chantre de la créolisation généralisée du monde a toujours été rétif à tout esprit de système. Ses grands  livres tels «le Discours antillais» (1981) ou «Poétique de la relation» (1990) sont des machines de guerre joyeuse contre les tentations de repli sur des identités uniques »... http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20110203.OBS7408/hommage-le-cyclone-glissant.html 

 Le Monde, 3-2-11 (reprise d’un entretien de 2005 « Pour l’écrivain Edouard Glissant la créolisation du monde est irréversible »). http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2011/02/04/pou...  CITATIONS« Nous vivons dans un bouleversement perpétuel où les civilisations s'entrecroisent, des pans entiers de culture basculent et s'entremêlent, où ceux qui s'effraient du métissage deviennent des extrémistes » (…) «… les vieilles pensées de systèmes ne peuvent comprendre le chaos-monde. » (Seules des pensées « incertaines », « métisses », « créoles » le peuvent, dit-il).  « La créolisation, c'est un métissage d'arts, ou de langages », «…une façon de se transformer de façon continue sans se perdre », « C'est un espace où la dispersion permet de se rassembler, où les chocs de culture, la disharmonie, le désordre, l'interférence deviennent créateurs. » (…) « Les identités fixes deviennent préjudiciables à la sensibilité de l'homme contemporain engagé dans un monde-chaos et vivant dans des sociétés créolisées. L'Identité-relation, ou l'"identité-rhizome" comme l'appelait Gilles Deleuze semble plus adaptée à la situation. C'est difficile à admettre, cela nous remplit de craintes… » (…)  « Mais nous devons changer notre point de vue sur les identités, comme sur notre relation à l'autre. »

Lire aussi ceci (titre et citation), Métro, 03-02-2011  :  « Le métissage perd un de ses grands défenseurs » / « Auteur d'une oeuvre complexe mêlant souvenirs, légendes, images poétiques, propos polémiques et réflexions théoriques…»

…………………………………………………………………………………………………………………………………….

Fiche sur evene.fr : http://www.evene.fr/celebre/biographie/edouard-glissant-3...  (biographie, titres, trois citations – dont exergue – et des liens).

Dans un autre registre... voyage dans la culture antillaise. Site Or des îles : http://www.ordesiles.com

………………………………………………………………………………………………………………………………….

Prolonger la réflexion sur l’identité, en lisant ou relisant « Les identités meurtrières » d’Amin Maalouf et « Mes démons » d’Edgard Morin. Consulter le site de l’INSTITUT du Tout-Monde, en allant au-delà du programme de l’hommage à Edouard Glissant  http://www.tout-monde.com/  ... Visiter le blog de Christian Tortel (Papalagi)http://papalagi.blog.lemonde.fr  Fréquenter les sites qui couvrent l'actualité culturelle des îles et de l'Afrique (histoire littéraire, actualité ou racines diasporiques...) : Présence africaine, Africultures, Or des îles, etc.

.................... MISE à JOUR... Lecture (identité...). Aussi : "Identité et violence" d'Amartya Sen... Pour savoir nos pluralités, celles qui créent la réelle multiculture, qu'il oppose au mono-culturalisme pluriel.