Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/08/2020

La patience du feu. Poème dédié...

 

La patience du feu

 

 

Je lis un poème d'Erri De Luca,

dédié à un prisonnier.

Et, comme s'il regardait par la fenêtre dans sa cellule,

hors jours et lieux réels,

il le voit toucher un bout de bois,

de l'ongle et du temps.


Aucune fenêtre ouverte ne permettrait de voir

Ashraf Fayad 

grattant peut-être un mur

de l’ongle et du temps.

Non. 

Mais je l’imagine

luttant contre la fatigue des tristesses

avec des bribes de poèmes dans la tête,

ou des lettres

pesant le fardeau des jours et des jours,

lourdes aussi de distance, d’espace.

 

Je l’imagine entouré d’une foule invisible

de corps prisonniers et de corps libres,

fantômes qui nous hantent aussi,

fantômes que nous sommes aussi.

 

La peau d’un poète prisonnier 

a l’épaisseur de mille mémoires,

en parchemin indestructible.

Ses yeux la profondeur des aveugles voyants,

éternels comme Rimbaud.

Ses yeux sont un miroir où la dictature se noie

et

se noiera.

Les mains se heurtent à la pierre des cellules,

l’esprit

NON.

 

Nos mots sont bouteilles à la mer.

Mais aussi pluie acide 

décapant l’infamie

à force.

Nos mots, télépathiques gouttes de douceur,

traversent les frontières.

Nous errons dans l’écho de cris silencieux

mais nous sommes 

le bruit

rempart.

Et nous marchons avec des paumes pleines de phrases

à jeter

au front des dictateurs.

 

Même en prison ton âme danse, Ashraf Fayad,

car les poèmes, avec ou sans dieux

(et peu m’importe)

valent chorégraphie d’être.

Ton âme danse 

et je tutoie les âmes qui dansent, 

avec ou sans le dieu des autres.

Car peu devrait importer à quiconque 

qu’une pensée libre soit parole contraire

(dirait Erri De Luca)

et qu’elle ait la lucidité 

de qui voit le sang du pétrole.

 

Et nous, foule autour de toi,

connus inconnus,

fantômes présents-absents,

non résignés,

non paralysés.

N’oubliant pas, 

même les jours d’été au soleil.

N’oubliant pas.

Ni toi, Ashraf Fayad,

ni les autres emmurés du monde

victimes des tyrannies aux idéologies factices,

ces totalitarismes à peine masqués

qui se cachent parfois derrière un faux dieu sans transcendance.

 

Nous, 

concernés,

impliqués.

Abasourdis par la cruauté du théâtre humain,

mais écrivant une autre pièce

dans l’urgence des mains tendues.

 

Nos murmures ont la patience du feu

contre toute puissance mortifère.

.........

Et le poème en lecture bilingue sur La macchina sognante... N°19... http://www.lamacchinasognante.com/la-pazienza-del-fuoco-d...

poème © Marie-Claude San Juan / Traduction © Sana Darghmouni

Écrire un commentaire