Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2022

À L’Index N°44, revue, poésie…

1182750108.jpgCe numéro est dédié par Jean-Claude Tardif à l’ami Werner Lambersy (1921-2021), décédé en octobre dernier (mais présent dans le numéro 43, cité dans ma note précédente). Il lui consacre d’abord un texte poétique sur la mort et la poésie, mort qui arrête son souffle avec celui qui part, et crée une perte (sue ou pas) pour chacun. Mais, dit-il...  « Un poète a rejoint ses poèmes jusqu’à ne faire qu’un avec eux, n’être plus que son verbe et le grandir encore. » Et il cite un fragment du poète, comme un testament murmuré…

« Quand je serai mort, je serai un poème et vous n’en saurez rien. »

Et de nouveau il parle de lui, dans le texte introductif de ce numéro. Une page sur Werner Lambersy poète. Un hommage à l’écrivain, pour son exigence. Et un éclairage qui met l’accent sur l’éthique et le rapport au monde qu’avait celui qui écrivait, comme en rend compte Jean-Claude Tardif :    "Résister par les mots, les actes ; faire de l’anarchie une bonté.". Créer des livres qui sont « des actes de résistance où la beauté le dispute au sens et à sa profondeur ». Mais, comme il a noté que les écrits de Werner Lambersy étaient pour lui « des textes d’initiation, de fortification » il aborde ensuite l’écriture telle qu’il la vit, prolongement logique de ce qui est dit de l’amitié vécue avec le  poète, un processus de rencontre. « On ne peut pas écrire sans l’autre. » C’est donc un partage qui demande un double mouvement, intérieur et d’ouverture vers autrui. 

 

Je vais suivre l’ordre des pages, cette fois. Je lis des poèmes ou essais, en lecture subjective, gardant mon axe... (toujours peu lectrice de nouvelles…).


Un long poème de Catherine Baptiste, Hamlet ou ne pas être, interroge la poésie (et sans doute la vie) à partir de la question d’Hamlet. « La question du sens ». Et en face l’ombre d’Ophélie. Sans vouloir de réponses et de certitudes….

« et si c’était dans l’entre-deux, dans l’entre-temps

   qu’il faisait bon se tenir »

.........................................

Sous le titre Légers Ressacs, plusieurs poèmes de Myette Ronday, onze précisément. Fusion entre la matière du monde et la conscience de l’être humain, soi. Monde reflet en cet "étang" que peut être l’esprit « ainsi qu’un miroir ». Fusion, au point de se faire « N’ÊTRE qu’une vague comme les autres / venue s’échouer sur le rivage »

Mais avec un désir, « être réelle ». Force de la présence lumineuse du monde, paysage et éléments. Et aussi intuition d’un pouvoir des mots pour dire « l’inexprimé » de la réalité,    « de l’éternellement vivant ». Approche de la part de mystère que la nature révèle à partir du quotidien, et des signes que les objets peuvent transmettre, objets réels ou rêvés peut-être,     « perles roses et bleues » et crayon, « un oracle dans la mine du crayon ». Une robe devient l’objet transférentiel d’un dépouillement de mémoire. Et la nage dans la mer, réelle ou pas peu importe, est la plongée, au moins symbolique, dans « son espace intérieur ». Encore cette identification entre le dehors et le dedans. La nature comme deuxième corps et deuxième conscience, proximité presque chamanique. « Seule et pourtant sans solitude », dehors le vent et les arbres, à l’intérieur l’écriture qui invente ses langues. L’aube est un moment de métamorphose, de traversée vers autre chose…

« juste avec l’immuable nécessaire certitude

   de ne plus faire partie d’un seul et même monde. »

D’un poème à l’autre il y a comme l’histoire d’un itinéraire d’éveil à une autre réalité, une perception qui révèle, en défaisant l’identité apparente.

« DEVIENT-ON visionnaire ? N’est-ce pas

   plutôt que jusque-là on était aveugle ? »

Cet itinéraire c’est l’abandon de l’ego comme seul repère (enfermant) et le chemin vers la force du vide, ou pour le vide. (Peut-être celui que François Cheng expliquerait, ce vide médian dont il nous dit être la clé pour comprendre la philosophie du Yin et du Yang, fausse dualité que le vide tisse en vérité ternaire.) Or c’est cela qu’on peut lire dans un poème. Perception de la peur devant le vide, et transformation…

« Jusqu’à avoir la force délibérée

   et l’envergure nécessaire pour que

   ce grand vide emplisse notre être entier,

   comme la matrice de l’espace où la lumière

   se meut éternellement sans jamais s’éteindre. »

Et, en conclusion, dernière page, dernier poème… 

« Il est préférable de se conjuguer au présent. »

.......................................

Mystérieux texte que celui d’Emma Hourcade, Le premier rêve. Texte en prose donné comme un rêve intiatique, ou cauchemar, regard acide sur les femmes et les hommes, peinture de rapports de pouvoir et de soumission, et la peur qui régit la perversité de liens. On peut lire cela comme un poème. 

.......................................

De nouveau un long poème, Le chant/champ de la danse, d’Omer Massem. Le Congo vivant et l’histoire des hommes, force et tragédie. Un peuple qui danse.

« Nous sommes une danse. »

Mais la parole est d’abord chant, « le chant de l’homme en marche ».

Et ce que le poète affirme c’est justement la présence absolue du poème, inscrite dans la culture et l’identité, moyen privilégié d’atteindre le sens par le langage.

« Nous sommes cet espace de corps sans paroles

   prolongé par la seule parole de poésie. »

La mort, le malheur, la peur, le mal. Et « le cœur des veilleurs » (et des poètes, veilleurs par choix… ?).

Si la mémoire est « entre la pierre et la terre », la poésie combat le silence qui tait. 

......................................

Plusieurs poèmes dans l’anthologie du Jeu de paumes. Et de nouveau Claire Légat, quatre textes inédits en quatre pages. Lecture et CITATIONS… 

Des touches subtiles, légères, des vers brefs, parfois un seul mot mis ainsi en relief, appuyant le rythme, la syntaxe. Murmure qui frôle les abords du silence pour entrer intimement dans une recherche de vérité intérieure, comme s’il fallait aborder le centre silencieux de l’être, des mémoires archaïques revenant de loin, en soi.

  «  j’ai charge

 de

 commencements »

(….)

   « dans la filiation

      des

      silences « 

Qui est la part de soi qui choisit ce qui doit être fait et inscrit ? Se transforme-t-elle en visage inconnaissable ? Ou transforme-t-elle le réel au point de devenir difficile à saisir en identité connue ? 

« me reconnaîtrez-vous

   quand j’orchestrerai la poussière

   et

   les

   transes

   jusqu’à la tendresse

   infinitésimale »

 C’est une part présente assez pour pouvoir trouver son centre dans le temps présent…

 « rien

    qui ne soit l’éloge de l’instant »  

(…)

« nous étançonnons

 les

 falaises

 de

 l’éphémère » 

Et même s’il y a « piège » ou « cri » il y a le mot « réconciliations ».

Réconcilier les forces apparemment contraires, intérieures et relationnelles, ou terriennes (« l’arbre / le rocher »)…

« comme pour ceindre malgré elles

   les constellations

   rebelles »  

...........................................

Plusieurs poèmes de Christine Busta (Vienne, 1915-1987)

Bilingues allemand-français. 

Extraits d’un recueil, Der Regenbaum / L’arbre à pluie

CITATIONS….

Der Wanderer / L’Errance d’un homme

« und alle Dinge sind

   so heilig und uralt. »    

« et toutes chose me sont 

   tout aussi sacrées et hors d’âge. » 

 April / Avril

« Von Regen rauscht und rinnt die Nacht » 

« Bruissante de pluie coule la nuit » 

........................................

Suit un texte très érudit de Michel Lamart, sur Jean de Sponde.

Petit itinéraire spondien / en forme d’hommage baroque  Synthèse de l’étude…

Généalogie pour tracer le chemin linguistique. Le français n’est pas la langue maternelle, apprise ensuite. Religion, marques des tensions du siècle (XVIème) entre catholicisme et calvinisme. Formation universitaire poussée, culture et hellénisme. 

Grande précocité, qui fait de Jean de Sponde, très jeune (il a une vingtaine d’années) le maître d’œuvre de l’édition d’Homère, L’Iliade et L’Odyssée. Texte grec (d’Henri Estienne) et traduction latine (d’Andreas Divus). Mais surtout il commente, en privilégiant les interprétations théologiques. Lisant Homère il relie poésie et célébration de la divinité. Il écrit cependant des poèmes, Amours, qui mêlent flamme amoureuse (« désincarnée ») et élan spirituel. Plus graves textes, Stances de la Mort, avec une sagesse qui peut emprunter à celle de Montaigne. 

.........................................

Deux poèmes bilingues de Dylan Thomas (1914-1953) sont traduits par Philippe Pasquet Radenez, qui ajoute un précieux commentaire au sujet du deuxième poème, pour conseiller d’être attentifs à ce qu’il désigne par mots « à double fond ». Un autre sens est derrière le premier, permettant une lecture plus profonde, voyant une richesse symbolique à dévoiler.

CITATIONS

I dreamed my genesis / Ma genèse, je l’ai rêvée…

« I dreamed my genesis in sweat of sleep, breaking 

  Through the rotating shell, strong »

« En eaux, en mon sommeil, j’ai rêvé ma genèse, perçant

   La vrille démente de l’obus, puissant »

...

The force that through the green fuse drives the flower

La force qui pousse la fleur à travers verte tige   

« And I am dumb to tell a weather’s wind

   How time has ticked a heaven round the stars. »

« Et je suis une tombe pour dire au vent changeant 

   Comment, en s’écoulant, le temps a tendu cieux

  Tout autour des étoiles. »

........................................

Dans les poèmes de Roxana Artal (traduits de l’espagnol, Argentine, par elle) j’ai aimé trouver une dimension particulère où se mêlent des thématiques sociales, philosophiques et peut-être psychanalytiques (intentionnelles ou pas).

CITATIONS

En cage

« La mienne est voix sans nom » 

(…) « Il n’y a pas de présence sans la voix »

(…) « le silence est brûlure

          pure blessure qui ouvre cette bouche

          infranchissable »

Place d’ajustement

« chaque œil est complice

   de ce qu’il regarde »

Exode

« Toute pierre est fragment

    Qui gît silencieux sur la Mère Terre. »

Prière

« toi, langage du pur soufflé,

   crée-moi. »

....................................

Vladimir Claude Fisera a traduit des poètes du Cachemire, une Poésie de Résistance. Car la situation est très dure. Oppression de la population musulmane par le pouvoir local indien. Les tensions intercommunautaires en Inde ont atteint un point extrême. La poésie permet de dire… 

Poètes et CITATIONS…  (Je note les textes en français, traduits de l’anglais, médiation du cachemiri).

« Chaque parole prononcée ici rencontre censure et contrôles

   Hier ceux qui réclamaient de la dignité

   Voient aujourd’hui d’horribles dagues étreindre leur cou. »

Madhosh Balhami (dont la maison fut brûlée, et beaucoup de ses poèmes…) 

« Je vous écris d’un pays éloigné qui est aussi le vôtre.

(…) Chacun porte dans sa poche son adresse

       Pour que son corps au moins rentre à la maison. »

Aghi Shahid Ali (mort en 2001 aux États-Unis)

« Le cœur éploré (…)

   Trouva tant d’éclats de vie,

   tous noyés dans le deuil. »

Zeeshan Jaipuri (26 ans)

« Les chemins menant à mon cœur épuisé

    et qui en sourdent 

    sont scellés avec du fil barbelé. »

Zabirah (elle est connue au Cachemire)

.......................................

Suivent les Cinq soties de Claude Vancour. Poèmes brefs où l’oiseau est messager traducteur de ce que signifient des immobilités ou des silences, ou une absence signe de mort. Oiseau de vie secouant la conscience emmurée en elle-même.

.......................................

Recension © Marie-Claude San Juan (numéros précédents, tags au nom de la revue, sur Trames nomades)

LIEN. Le livre à dire, À L’Index, Jean-Claude Tardif... http://lelivreadire.blogspot.com

Écrire un commentaire