Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2017

Derrida : "J'ai senti qu'au fond j'appartenais à cette solitude"

DERRIDA.jpg"J'ai senti qu'au fond j'appartenais à cette solitude"

Jacques Derrida et son refus du communautarisme,  dans le même esprit qu'Amine Maalouf ou Amartya Sen...

Oui. Même quand la communauté est un refuge, car subissant des attaques, même quand (natifs déplacés) on n'a de région qu'une terre mentale, trouver un équilibre entre le "dedans" de ses appartenances et de ses langages singuliers, et le "dehors" de l'identité commune. Juste humains. Même si cela fait traverser des zones obscures et solitaires. Lumineuses,  au bout du compte.

France Culture, 2O-01-2016... https://www.franceculture.fr/2016-01-20-une-enfance-doulo...

28/11/2012

« L’appel de l’intelligence », lectures et réflexion…

MODE d'EMPLOI  FESTIVAL.png

Mode d’emploi, festival, LYON. Les mots, les idées, l’intelligence... mobilisée... 

Présentation...

http://www.villagillet.net/portail/mode-demploi/presentat...

……………

En exergue à cette note qui donne lecture d’une parole sur l’intelligence (évoquant la complexité), et en écho à la rencontre introductive du festival Mode d’Emploi (dont on peut lire les interventions sur le courage) s’imposent deux citations d’Henri Michaux…

« Etant multiple, compliqué, complexe, et d’ailleurs fuyant – si tu te montres simple, tu seras un tricheur, un menteur. » (p 28)

« Lâche, tu as du courage. Mais où l’as-tu ? Tu ne le sais pas. / Il est là comme étranger à toi, tu n’as pas idée comment le mettre en fonctionnement. Sois donc plus chercheur, il est là, sot que tu es, endormi à cause de ton incurie, de ton incuriosité et parce que devant de nouveaux commencements tu te dérobes. Trouve-le donc. Trop bête de le laisser puisqu’il est en toi, en attente. Mais ne va pas le prendre là où il n’est pas, où en toi il ne tiendra jamais; il t’en cuirait. Tu n’en sortirais pas vivant. Ça ne plaisante pas, de ce côté. » (p.36)

Henri MICHAUX, Poteaux d’angle (Poésie/Gallimard).

..............................................................................................................................................................................

En conclusion de ma propre réflexion (précédée par des citations de Guy Walter), je mets une citation de Boualem SANSAL, fragment d’une réponse tiré d'un entretien avec  Arezki Metref, paru dans Le Matin en janvier 2012 (Histoire, identité, singularité d'une parole qui dérange). ………………………………………………………………………………...................................................................................... 

« Je pense que la complexité est un bien public. »

« Penser vraiment est toujours une mise en danger. »

« La pensée est toujours agonistique, le conflit d'idées est porteur d'énergie. »

« Je crois profondément en l'appel de l'intelligence. Je pense que tout le monde y répond. »

« Il y a un Eros de la pensée, un plaisir inouï à écouter des gens se parler. » (…) «… Cela crée une jubilation incroyable. »

Guy WALTER (répondant à Aude Lancelin : entretien, « L’appel de l’intelligence », Marianne, 17-11-12)

....................

Ces citations sont tirées d’un long entretien paru dans Marianne. Les passages dont elles sont extraites sont notés après le lien, ci-dessous. Les paragraphes éclairent un peu la pensée, l’article intégral (lisible sur le site) permet d’aller plus loin dans la compréhension de la démarche intellectuelle de Guy Walter, directeur de la Villa Gillet (Lyon) et organisateur de projets ambitieux. Comme ce Festival Mode d’emploi, où il propose au public d’entrer dans la « jubilation », et la profondeur, de la parole réellement dialogique (du 20 nov. au 02 déc. 2012). Exigence, complexité (accepter de prendre le temps d’entrer dans la nuance, le détail, les contradictions ou paradoxes, les questionnements). Prise de risque : secouer les pensées conformes, les paresses et les rejets partisans (quand si souvent on pense entre soi, du même au même, dans les certitudes installées). Mouvement vers l’autre dans la tension, mais pas dans l’anathème… Oser l’intelligence. (Avoir le courage d’oser l’intelligence ? Voir aussi, ci-dessous, la rencontre inaugurale de Mode d'emploi sur ce thème).

 « Guy Walter : l’appel de l’intelligence », Marianne, numéro du 17 au 23 novembre 2012, introduction et entretien, par Aude Lancelin :   http://www.marianne.net/Guy-Walter-l-appel-de-l-intelligence_a224371.html (CITATIONS (réponses de Guy Walter) : « (...) …Les philosophes ne sont plus invités à la télévision aux heures de grande écoute ou dans les radios généralistes. Pourquoi ? On prétend que ça va être trop compliqué, qu'il faut s'adapter à la capacité d'écoute des gens. C'est inouï. J'ai un credo qui me guide dans ce que je fais : je pense que la complexité est un bien public. Mon travail, ce n'est pas de rendre les choses plus simples, mais de les rendre plus complexes justement. Je suis absolument convaincu qu'il y a une ruse idéologique qui consiste à aliéner l'appétit d'intelligence, qui est pourtant évident chez tout le monde. Au fond, personne ne veut prendre le risque de faire entendre ces paroles-là, là où elles pourraient l'être. Il est vrai aussi que trop peu de médiateurs culturels et de journalistes prennent le risque de réfléchir vraiment à leur propre travail. Penser vraiment est toujours une mise en danger. » /// (…) «… (…) Préparant le programme de Mode d'emploi. Un grand nom de la sociologie a refusé catégoriquement de dialoguer avec quelque libéral que ce soit. Et j'ai essuyé d'autres refus du même genre. Pour moi, c'est une faute morale. La pensée est toujours agonistique, le conflit d'idées est porteur d'énergie, c'est ainsi, il faut l'accepter. » /// (...) « Je crois vraiment au plaisir de la pensée et à la force des assemblées. Il y a un Eros de la pensée, un plaisir inouï à écouter des gens se parler. Je garde, à cet égard, un souvenir ébloui du dialogue que nous avions organisé entre le théoricien de l'art Carlo Ginzburg et Paul Holdengräber, l'intervieweur de la New York Public Library. A la fin, le public les a ovationnés debout. Ginzburg a une telle générosité que, soudain, le public a eu le sentiment de pénétrer dans le labyrinthe de sa pensée. Evidemment, cela crée une jubilation incroyable. » /// (…)  « Je suis un mixte assez improbable : j'aime l'aristocratie de l'esprit, mais je suis un dandy démocrate. Je crois profondément en l'appel de l'intelligence. Je pense que tout le monde y répond. »)

Mode d’emploi (Festival des idées, organisé par Guy Walter). Programme et objectif : « Prendre le temps des questions, accepter la confrontation, imaginer des solutions : trouver le Mode d’emploi ». Participent des chercheurs, des écrivains, penseurs, artistes, et des citoyens : http://www.villagillet.net/fileadmin/Contenus_site/Tickets/Actualites/PROGRAMME_MODE_D__EMPLOI_light.pdf 

Le 15 novembre, une rencontre introductive interrogeait le courage (« Le courage : actualité d’une vertu ») : http://www.villagillet.net/portail/mode-demploi/details/article/le-courage-actualite-dune-vertu/  (« Rester ferme devant le danger, résister à l’oppression, affronter la souffrance ou la peur, surmonter la fatigue ou la paresse, trouver la force d’être soi-même... Toutes ces choses en nécessitent une autre : le courage. Désigné comme « première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres » par Aristote, le courage est presque toujours perçu positivement. C’est lui qui permet de faire le saut, de se lancer, de commencer. Lui qui permet, chez Jankélévitch de réaliser les autres vertus : « Sincérité, justice ou modestie, elles commencent toutes par ce seuil de la décision inaugurale. » / Mais le courage n’est-il pas une valeur plus ambiguë que cela ? Est-il réservé aux héros ? Est-il nécessairement utilisé au service de la morale ? Le fanatique, le kamikaze, le terroriste, ne font-ils pas eux aussi preuve de courage ? Peut-on dire, avec Voltaire, qu’il n’est pas une vertu, mais « une qualité commune aux scélérats et aux grands hommes » ? ») 

Sur le site villagillet.net, les textes des intervenants sont disponibles : Kwame Anthony Appiah  (USA. Travaux sur le cosmopolitisme, l’ethnicité et l’identité/Le Code d’honneur), Caroline Fourest  (ProChoix/ Laïcité, Droits de l’homme/ Courage),  Pierre Zaoui  (Philosophie. Recherches sur Spinoza et Deleuze).……………………………………………………………………………………………………………………………………………

En tant que citoyen(ne)s nous sommes constamment devant ce choix de l’acceptation de la complexité, qui, pour être vécue dans la pensée, demande du temps, de la présence, une lutte contre les fatigues de la paresse, des questionnements permanents, beaucoup de lecture, beaucoup de doute, de patience (avec soi-même…). Complexité qui exige un travail intérieur - regard  sur le regard qu’on porte sur les êtres, les choses  et les faits; qui exige du silence, des périodes de retrait et d’autres de parole, d’écriture. Mais quand la complexité opère, l’autre choix à faire est celui du courage, car aucun dogme ne pourra nous récupérer (et en cela d’autres verront facilement dogme inverse au leur…). Courage qui est évident quand la pensée s’affirme contre des oppressions dans des contextes dictatoriaux, ou quand il faut lutter contre les extrémismes – y compris ceux qui s’expriment dans les marges (ou les failles) de nos démocraties. Mais courage, aussi, quand la pensée crée un espace de désaccord dans un lieu de partage, par refus de toute globalité simplificatrice. De cet espace il faut protéger les frontières, contre les autres et contre soi-même, contre la tentation du refuge dans l’appartenance. Nous sommes enrichis par (et à la fois empêtrés dans) des réseaux de liens, intimes et plus lointains. Nous sommes faits singuliers,  d’une communauté humaine, forcément (un corps né quelque part, nommé, un esprit nourri de croyances ou d’incroyances). Mais nous sommes aussi faits multiples, par le hasard des rencontres, du métier, des goûts, du lieu de vie, et même des voyages (immobiles ou errants) : nos diverses communautés humaines. Déchirés, si l’espace de liberté est douleur de la séparation, s’il se mêle à la peur de « déranger ». Paisibles, au contraire, s’il n’est que la conscience de la cohérence intérieure, d’une force qui sait que penser ne peut se faire sans déranger : d’abord soi-même.

« Le premier réflexe de toute communauté est de rejeter celui qui vient lui dire des choses qui la dérangent dans ses certitudes ou dans son sommeil. » (« Boualem Sansal : “L’histoire de l’Algérie a toujours été écrite par les autres“ », entretien avec Arezki Metref, Le Matin, 19-01-2012, lematindz.net :  http://www.lematindz.net/news/7072-boualem-sansal-lhistoire-de-lalgerie-a-toujours-ete-ecrite-par-les-autres.html  )

04/12/2010

Trames nomades... Orientation de ce blog, description...

TRAMES NOMADES... tramesnomades(@)gmail.com   

Pourquoi « trames » ? Et pourquoi « nomades » ?  

Trames ? Borges et Joubert le disent bien (voir les exergues, colonne de droite, haut)) : tout est trame, fils tissés, fragiles fils tissés.  Mais libres fils, de ces métaphores à réinventer pour s'ancrer autrement dans notre réalité, et dans ce rapport avec autrui, avec nous-mêmes...                                                                                                                                                                                                                            Nomades ? Mais nous le sommes tous, d'une manière ou d'une autre...  Dans un devenir de jour en jour, qui nous transforme, nous fait traverser des frontières réelles et symboliques, internes et externes. Sauf à se figer dans la peur, nous venons d'exils, de voyages, de métissages, de rencontres...  

La thématique de ce blog tient en trois mots : implications, culture, questionnements.  

PRESENTATION, le BLOG, en RESUME   : CULTURE DIALOGIQUE pour un HUMANISME fondé sur la PENSEE.

AXES : Droits humains / Frères de Rive…S / Culture / Ecriture...

REFUS du RACISME sous toutes ses formes. Celui, évident, que tout le monde peut repérer... Mais aussi... celui qui met des masques idéologiques, trouve des alibis : un certain antisémitisme militant et ses dérives complotistes (ou, autre dérive, des choix d'abord communautaires, jusqu'à l'aveuglement), celui qui se fonde sur des préjugés...  Ceux qui désignent LES Pieds-Noirs, par exemple, comme une entité politique malfaisante et malpensante, qui est censée porter sur elle les péchés de l’histoire coloniale française, la responsabilité de décisions étatiques. Quand les ancêtres de beaucoup n’étaient même pas français lors de ces décisions, mais espagnols, maltais, italiens, etc. Ou comment des immigrés devenus français sont instrumentalisés dans l’effacement de mémoires métropolitaines nationales… Et dans l'oubli des classes sociales. Racisme conforme... Ceux qui désignent LES Musulmans (même globalisation mensongère) comme co-responsables des dérives de l'islam politique : celui de courants qui ont des stratégies totalitaires, destructrices, meurtrières. Peur et ignorance de la culture d'une communauté de croyants. Erreur de regard sur des réalités plurielles, quand on qualifie de "musulmans" des gens qui peuvent très bien être des agnostiques, des athées, ou des chrétiens. (Sous prétexte d'origine culturelle censée être appartenance : alors que les êtres sont divers, échappent aux enfermements communautaires). Ceux qui, reprenant des clichés ancestraux, ou des projections faussement légitimées par l'importation du conflit israélo-palestinien, construisent leurs fantasmagories haineuses et désignent LES Juifs comme les acteurs des malheurs du monde. Indigence de la pensée, complaisance avec sa propre bêtise paresseuse... et, encore, racisme... Antisémitisme maléfique.

NON. SOLIDARITE : Roms, Tsiganes, Maghrébins, Juifs, Musulmans, Français natifs d'autres rives (Algérie, Maghreb [et exilés de 1962], Afrique, îles...), Immigrés, Etrangers... 

REFUS du COMMUNAUTARISME, qui, à l’inverse, chez les uns ou les autres de ces groupes humains présents dans ce pays, fait penser à l’intérieur d’une frontière mentale close, projetant ses douleurs en haine et diabolisation de l’autre, dans une lecture obsessionnelle, faussée, des faits sociaux, culturels, spirituels. Le souci de la laïcité, par exemple, exige de n’être ni naïf (faille pour les manipulations) ni menteur (prétexte pour le rejet). Et l’écriture des mémoires du ‘soi’ collectif ne peut être effacement de la vérité d’un ’toi’ collectif (et réciproquement). Mais... respect des communautés humaines nées de l’Histoire, de la langue, de la culture et des croyances communes : lieux de l’appartenance qui donne corps à l’identité, elles sont aussi lieux de  rencontres de l’altérité, de différences conflictuelles, d’étrangères proximités… 

REFUS des AMALGAMES. Et notamment celui qu'utilise abondamment l'extrême droite (et de sinistres amateurs de vin saucissonné), attisant les peurs : confusion entre islam et islamisme, précisément. Dans l'ignorance des cultures, des pratiques, des êtres... Car, même si l'islam a besoin d'une relecture critique des textes fondateurs (comme toutes les religions), il n'est pas possible d'ignorer ce qui en fait aussi partie, c'est-à-dire une culture spirituelle qui peut atteindre la beauté de la démarche soufie (celle qui est authentique, rejoignant la sagesse de voies hautes). Cependant il ne faut pas, non plus, que ce terme, "amalgame", devienne prétexte au refus de toute rationalité critique et soit un masque qui protège le pire fondamentalisme rigide et l'intégrisme. Penser dans la tension juste entre deux refus.

DEMARCHE A partir de l'actualité sociale, culturelle, spirituelle, LIRE et donner à lire, pour contribuer à déjouer les pièges idéologiques qui font se dresser les murs de l'ignorance et de la haine... ici et ailleurs. Ouvrir des portes… Littérature, poésie, aphorismes, mais aussi… presse, beaucoup, et pages de blogs et sites. Donner à voir. Goût des CITATIONS (posts, notes, et listes).  Blogs : accent mis sur des pages dans la liste "Pages tissées. Sites à... feuilleter", et, même, invitation à relire certaines de mes notes, qui ont, pour moi, une importance réactivée... pour une raison ou une autre ("Trames nomades. Relire..."). Goût des CITATIONS.     

MOTS CLES : Droits humains, lectures, spiritualités, laïcité, solidarités. Les catégories et les tags précisent ces thématiques, de manière dynamique…   

Critère : le PLURIEL. Visages, identités, cultures, spiritualités, lieux, frontières…. Voyage... et ancrage… Le pluriel qui ancre, paradoxalement.

                                                                                                                                                       Les notes posées permettent de DIRE... évidemment. (Et ce qui est du domaine d’une autre forme de l’ECRITURE, autre degré : voir « Pages données au vent… », « Identité, écriture » -colonne de droite, sous les exergues). Créer, par le regard photographique, aussi : bribes posées en relation avec des textes, des poèmes.

Mais on DIT aussi beaucoup, sur un blog, avec les LIENS.  Ceux qui sont posés dans ce blog, nombreux, finissent par constituer une sorte de PORTAIL. Liens des liens des liens… Cela aussi est TRAME, celle de la Toile...).   

Pour les ranger, des LISTES , des vignettes, des albums(dont l'ordre change de temps en temps, et qui ne sont pas toutes évoquées ici). Les vignettes en marge complètent les listes de liens (on clique, une page s’ouvre), les albums en regroupent.

Accent mis sur des textes, des blogs et sites ("PAGES TISSÉES","BLOGS", Portails), des associations ("AGIR"), des urgences ("PÉTITIONS"), des lectures diverses ("Poésie", "Aphorismes", "Photographie", "Livres"), des thèmes ("Laïcité", "Spiritualité", "Éveil", "Humour", ETC.), des identités fraternelles ("Frères de Rive...s", écho à ‘frères de terre’ du site algérien oasisfle). Listes longues : il faut fouiner…  Et certaines se créent ou changent, d'autres disparaissent...

Les catégories valent aussi un sommaire, un peu... (marge gauche, descendre un peu).

SPIRITUALITE... ? Spiritualités. Un pluriel dispersé. Lectures, titres phares, bribes de notes, liens. Démarche intérieure qui pose son énergie diversement, marque l'exigence éthique, tisse une part solitaire, cherche et trouve la beauté, et cet espoir en l'être humain qui fonde l'humanisme. Pas plus de drapeau pour cela que pour ce qui précède. Nulle appartenance dans ce domaine...  

.......................................................................................................................................................

(Les photographies et tous les textes des notes, vignettes, albums, sont copyright Marie-Claude San Juan/tramesnomades. Poèmes MC SJuan, copyright de même, notamment le poème "Litanie pour juillet plusieurs fois" :"Pages données au vent", marge droite, au début). Citations possibles, bien sûr, en indiquant la source. Autres textes, bribes citées, lisibles en revues.

..........................................................................................................................................................

Note du 4-12-2010 mise à jour le 04-03-16...  

……………………………………………………………………………………………………

 Voir aussi à  : catégorie "EXERGUES TRAMES NOMADES" (citations qui valent.. manifeste)

Trames nomades... EXERGUES. "Vent tissé", seuils et pas...

Comme manifeste personnel... ces citations...
 
EXERGUES...
 ...........................................................
 
La seconde métaphore est la trame.                       
                                                                                 
  Jorge Luis Borges,
  Treize poèmes.
..........................................................
 
Notre vie est du vent tissé.   
 
  Joseph Joubert,
   Pensées.   
.........................................

Cela qui fait de nous l’humanité

Tissage et métissage

Salah STETIE, Le Bleu de la question (ds A poèmes ouverts, Anthologie, choix de JP Siméon, éd. Points)

................................................... 

-- Et cela pourriez-vous le décrire?
Et je répondis :
-- Oui, je le peux.


        Anna Akhmatova
          Requiem
...................
Dans de la colle durcie,
Ce pas. Oh, que d'efforts
Pour repousser pour rebrousser la route
De l'opinion commune!
 
      Marina Tsvétaeva
        Le Poème de l'air
.....................................................
 Je suis seuil et je suis chemin.
 Je suis pierre qui dit l'horizon.
 Je suis l'enclos des pas nomades.
 Je suis paume où se lisent les lignes de l'ailleurs.
  Jacques Lacarrière
    A l'Orée du pays fertile
.........................................................

Ce qu'il faudrait, c'est toujours concéder à son prochain qu'il a une parcelle de vérité et non pas de dire que toute la vérité est à moi,          à mon pays, à ma race, à ma religion.  

  Amadou Hampâté Bâ

..................................................

Trame parmi les incidents / Peut lui être augure

(...)

L'arbre (...) ses trames sans trames d'excitation / Lettres   oiseaux    mendiants   livres

Ted Berrigan

Les sonnets 

..................................................................

Mon pays, / C'est toutes parts où des hommes. / Mon pays? / Toutes parts où des soleils.

Gabriel Audisio, poème

Hommes au soleil, 1923

.........................................................

Seul un esprit socratique d'indulgence envers les autres et de rigueur envers nous-mêmes peut constituer une réelle menace pour une civilisation fondée sur le meurtre.       

Albert Camus                                                                                                                                           Conférence, 1946, Columbia University, USA. NRF, janvier 1996, n° 516.

.......................................

Prends et lis! Prends et lis!

Augustin (de Thagaste, 654-430)

.......................................

Si l'homme nouveau n'invente pas un vocabulaire à la mesure de sa conscience / Que s'écroule l'homme nouveau.

Jean Sénac
Citoyens de beauté 

...........................................................

 - exils : et si l'exil avait été de tout temps là, consubstantiel, prégnant, nourricier, impossible à justifier, lourd de silence, de sang, incontournable, aux mille visages

Harwan, mon prochain

Georges Festa

ArmenianTrends

http://armeniantrends.blogspot.fr/2013/03/wajdi-mouawad-s...

............................................

 

Lorsqu'il s'agit d'événements passés, il est vain de louer ou de blâmer; il s'agit de comprendre.

Gandhi, cité par Marc Faigre ( en exergue à un texte consacré à Gabriel Audisio dans un volume de Sud, 1978 ).

......................

On se croit libre de vivre sa vie d’être humain et d’écrivain, ne se reconnaissant d’autres obligations que celles que vous dicte votre conscience d’être humain ordinaire, semblable — et singulier pourtant — à des milliards d’autres êtres humains.

Et on se retrouve face à une foultitude d’individus et d’institutions qui ne rêvent que de vous inclure de gré ou de force dans une division du monde en troupeaux ethniques, évidemment hiérarchisés les uns par rapport aux autres.

 

Anouar Benmalek

De la malédiction d’être arabe

et de quelques moyens, pour un écrivain arabe, d’y échapper

.....................................

 

Vivre ailleurs que là a changé pour moi le sens du mot vivre. Vivre ailleurs est devenu synonyme de besogner ma vie, organiser ma vie, structurer ma vie, prévoir ma vie. Là-bas, vivre c'était vivre, c'était se livrer aux mouvements coutumiers de l'humanité sans en souffrir ; s'en plaindre ou s'en réjouir, mais les acceptant tels qu'ils sont. Depuis que je ne vis plus en Algérie, il n'y a pour moi que labeur, vacances, luttes. Il n'y a plus d'instants où, sans restriction, je suis en parfaite harmonie avec le monde.

Marie Cardinal

Au pays de mes racines

........................................

Nous marchons tous désespérément dans un tunnel, vers la lumière...

Jean Brune

Cette haine qui ressemble à l'amour

.......................................

Dans cette eau mouvante et trouble, il faut retirer la vermine politique. Dépolitiser, cela veut dire décrasser. Au début, j’étais perdu dans mon chagrin, maintenant mon chagrin m’a donné une leçon d’ordre moral. (p.29)

Parlant des Pieds-Noirs, les métropolitains se trompaient de portes, de noms, de dates, de lois et, disons-le, d’Histoire de France. (p.43)

Qu’avons-nous appris ? A vivre sans sombrer dans la haine. (p.49)

 

Nous Pieds-Noirs, nous avons toujours le sentiment d’être pris en otage mais une âme commune nous rassemble comme un manteau de lumière. (p.49)

Pour chaque être, dans la distance, se réconcilier avec ce qui l’a fait souffrir à un moment de sa vie est la vraie porte de la Connaissance, la seule voie pareille à un acte de vertu juste et bon. (p53)

René-Jean Clot

Une Patrie de Sel

....................................

Au départ, comme en toute vie, mes premiers enseignements me vinrent du paysage natal. Car les paysages sont comme les livres : ils nous ouvrent à la vie mais leur sens change selon l’âge et les circonstances. (…) Et, matrice de notre mémoire, ils nous constituent à jamais. / C’est en eux que s’élaborent, jour après jour, notre sensibilité et notre métaphysique du monde.

(…) J’ai ainsi découvert (…) qu’on a besoin de celui qui est d’une autre langue et d’une autre foi pour découvrir l’autre côté de la réalité, l’autre nom des choses – pour en savoir davantage sur notre condition d’hommes et pour mettre à jour cet arrière-pays de nous-mêmes qu’on ne peut déchiffrer que par ce détour. C’est la différence qui nous enseigne et nous agrandit, non la simple similitude.

(...) Je pressentais qu’un jour prochain, par commodité simplificatrice, et parce que c’est l’habitude des métropoles, ma communauté, les Pieds-Noirs, ainsi que celle des Harkis, seraient rendues responsables de tout et chargées de tous les péchés d’Algérie. Alors que la colonisation était un fait global et politique qui relevait essentiellement de la France.

 

Jean Pélégri

 Ma mère, l’Algérie

 ............................................ 

 

Stigmatiser c'est blâmer publiquement, dénoncer, condamner avec force. Stigmatiser c'est également , aujourd'hui plus qu'hier , montrer du doigt , désigner tel ou tel comme coupable en faisant des amalgames qui ne reposent sur aucun fondement vérifiable et quantifiable

La stigmatisation qui est une forme manifeste de discrimination doit être combattue aussi énergiquement que le racisme et le "négationnisme". 

Apartheid  social et  stigmatisation. Texte signé Artémis (pseudo), juriste (emotions.20minutes-blogs.fr).

(Aux divers groupes stigmatisés qu’elle nomme il faudrait ajouter les Pieds-Noirs, victimes aussi des amalgames et projections, d’une part, et d’un effacement dans la mémoire collective de certains de leurs plus grands drames, d’autre part : 26 mars 62, 5 juillet 62).

........................................

Un honnête homme, un homme de coeur, ne saurait se taire ni se boucher les oreilles. Toute la question est de savoir pourquoi se battent les patriotes, ce qu'ils veulent , ce qu'on leur refuse, ce qui fait que tombent journellement, par dizaines, des Français innocents, des Arabes innocents, des hommes qui n'ont aucune raison de se haïr ou de s'entre-tuer mais qui se haïssent et s'entre-tuent. Toute la question est de savoir...

Mouloud Feraoun

Journal 1955-1962

.....................................................

Jamais l'Obscur en soi ne fut si parfait / car toutes les haines emmêlées / à la liasse des remords / ont saccagé les derniers relents de la lumière

Umar Timol

(Source : africultures.com / Rubrique POESIE)

...........................................

Il est urgent de réveiller le nomade que chacun porte en soi.

Ultima Thulé

Jean Malaurie

.............................................

On n'est pas originaire d'un lieu mais de plusieurs.

Eric Faye, Somnambule dans Istanbul

(cité par Florence Bouchy, Le Monde du 29-11-2013)

............................................................................................

« Le premier réflexe de toute communauté est de rejeter celui qui vient lui dire des choses qui la dérangent dans ses certitudes ou dans son sommeil.»

Boualem Sansal. Entretien avec Arezki Metref (le Soir d’Algérie), lematin.dz : http://www.lematindz.net/news/7072-boualem-sansal-lhistoire-de-lalgerie-a-toujours-ete-ecrite-par-les-autres.html

..........................................................................................................................................................

Frères se reconnaissent les rêveurs et les passionnés, tous ceux qui, assis parmi les dunes ou adossés à une falaise, scrutent l'insondable mou­vance d'une commune mer intérieure. (…) Salut aux passeurs, aux errants, aux exilés. Jean-Claude Xuereb, Ulysse ou l’ultime épreuve http://xuereb-poesie.pagesperso-orange.fr/ulyssetexte.htm

................................................................................................

Ils construisent des murs et ils détruisent le vent. Jean-Marie Kerwich, poète gitan, cité par Alexandre Romanès, poète et directeur de cirque. (Nomades nous resterons : http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/02/26/nomades-nous-resterons-par-alexandre-romanes_1485448_3232.html )                                    

................................................................................................................................................... 

Note du 04-12-2013. 

Dernière mise à jour, le 03-12-2013 

...........................................................................................