Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2015

Lecture de Charlie, numéro 1178 : irrévérence, questions, tristesse, rire ...

CHARLIE MERCREDI.jpgLIBERATION du 15 janvier.jpgCANARD.png

 J’ai lu, aujourd’hui, intégralement, Charlie Hebdo... Digne de la Une, à laquelle je disais déjà hier que j’adhérais complètement (et ravie de trouver dans Libération, ce jeudi, une analyse qui rejoint ma lecture : résumé et citations dans la mise à jour de la note du 14-01...). Celle de Soufiane Zitouni, qui enseigne la philosophie au lycée Averroès.

Dans Charlie, l’éditorial de Gérard Biard, « L’Apéro », pose la question des « Oui, mais »... (Dessins et critiques de Charlie, oui, mais, quand même...). Crainte du retour aux frilosités critiques antérieures. (A juste titre : j’entends, infos, que le Pape catholique a protesté contre ce qui, pour lui, est atteinte au sacré des uns ou des autres. Veut-il, le Pape, remettre au goût du jour la question du blasphème, et être suivi par les Français qui partagent sa foi ?). Colère, dans l'édito, contre les manœuvres des complotistes, actifs dès le 7... Et insistance sur la notion de laïcité : « pas la laïcité-je-ne-sais-quoi, la laïcité point final. »

Jean-Yves Camus, dans sa chronique, « Les charognards du complot », décrypte ce phénomène inquiétant. Citation : « Si on laisse de côté les indécrottables tarés de l’ultradroite antisémite, pour qui tout est « sioniste » et « juif », il ne faut pas se leurrer : ce complotisme est un problème de la gauche radicale et de la sous-culture islamo-gauchiste qui sévit sur les forums. ».

Laurent Léger, lui, interroge les « trous dans le filet » du renseignement..

Le reste : émotion, réflexions, dessins, humour et humour sur larmes... c’est dans le journal. « Charlie » 1178 est  en vente plusieurs jours encore (plus d’exemplaires le matin dans les boutiques importantes, qui ont plus de place que les petits kiosques...). 

LAÏCITE... Au début de l’éditorial, il y a l’affirmation du refus de l’expression « laïcard intégriste », que Gérard Biard aimerait voir « disparaître  du vocabulaire intellectuel et politique ». Sauf que pour cela il faudrait que cela disparaisse de la réalité. Or les « laïcards intégristes » cela existe  : conception erronée de la laïcité, qui n’est plus, chez certains, séparation des églises et de l’Etat ("laïcité point final"), mais volonté d’imposer une vision, et mépris de tous ceux qui oseraient affirmer une foi quelconque – sans pour autant s’abstraire d’une société laïque. (Ce n'est pas une laïcité qu'on réduirait, à laquelle on enlèverait quelque chose, mais une laïcité à laquelle on ajoute quelque chose : on la colore, vision "laïcarde", d'une obligation de. croyance, athéisme imposé comme norme d'une pensée qui se voudrait laïque). Certains croient à une transcendance, d’autres pas. Point. Ils ne sont pas plus « crétins » les uns que les autres (vocabulaire qui pourtant désigne plus facilement les uns que les autres dans la parole des athées convaincus que sont souvent les laïcards, pas forcément les laïques, même militants, et vocabulaire qu'on retrouve parfois dans les expressions "des" Charlie).  

Crainte du retour des « oui, mais »... Oui, l’irrévérence et le droit au blasphème ne doivent pas se heurter aux « oui, mais » qui peuvent vite rejoindre l’appel à la contrainte ou à la censure. Oui, irrévérence et droit au blasphème "point final" aussi, cf. G. Biard... Cependant, malgré le massacre, on ne doit pas non plus sacraliser Charlie au point de refuser la critique. C’était, c’est, et cela reste un journal : ce serait une erreur d’en faire un emblème intouchable. Justement, dans Charlie, la critique féroce des religions, des pouvoirs,  et des postures idéologiques ou politiques qui ont leur ridicule, cela doit continuer. Mais il ne faudrait pas oublier une autre posture qui s’apparente au religieux : l’athéisme militant, bardé de certitudes qui ne sont pas plus fondées que celles sur le dieu (Dieu...) ou les dieux des autres. D’ailleurs ce mot de « dieu » ne recouvre pas forcément dans l’esprit de croyants un personnage de conte pour enfant : ce peut être simplement la croyance en une transcendance, quelque chose qu’on suppose, hors ou dans l’être humain, dépasser le petit personnage que nous sommes tous, piégé dans une pauvre identité limitée et en partie illusoire.  

(Et ce « dieu » dans l’esprit des agnostiques c’est seulement un point d’interrogation, pour ces êtres qui disent « je ne sais pas », donc les moins « religieux » qui soient... et peut-être les plus authentiquement laïques... Car comment prendre une posture totalitaire avec un « je ne sais pas » ?).

Critère du « je ne sais pas », donc, tant pour lire Charlie que pour interroger ses propres éventuelles « croyances ». Pour que la laïcité (mal comprise) ne devienne pas le mot clé du risque d’un autre obscurantisme. (Après tout des régimes totalitaires ont fait du refus du religieux une matière de la répression... de la liberté d’expression : les églises ne régentaient plus l’Etat, certes, mais l’Etat, lui, régentait un vide spirituel pour mieux opprimer). Sauf à tomber dans le piège dans lequel semble être tombé Amnesty international (2010), qui voit de la discrimination dans un outil de la laïcité (« la laïcité point final », comme le dit Gérard Biard. L'erreur d' Amnesty... donc.  Alors, oui, même si j’aime bien ajouter des « mais » aux « oui », pour quoi que ce soit (comment, autrement, penser les nuances et la complexité ?), devant de telles dérives associatives, on attend avec impatience la caricature qui pourra s’en inspirer... Amnesty et les « curés » fondamentalistes d’un islam dévoyé... Décidément, la dérision est nécessaire... (Mais je continuerai à signer des pétitions d'Amnesty : autres...).

Et, j'y reviens, le regard critique sur toute lecture...Voir, dans Charlie à venir, ce qui manquerait (en fonction de l'actualité). Voir ce qui est en trop (une chronique acceptée, il y a des années, par erreur, sur un brûlot, choix corrigé ensuite). Regard attentif, et critique s'il le faut. Cela aussi c'est respecter. 

[Mise à jour, 16-01-15. Obsèques émouvantes... Mais... je ressens un malaise, en entendant (infos) Mélenchon se lancer dans un discours tremblant d’émotion, lui qui, là, représenterait une figure critique libre du soutien de Charlie, lui, l’ami de Chavez, le soutien du pouvoir répressif de Cuba. Présence qui a été préférée à celle de Jeannette Bougrab, qui semble avoir dérangé. Les raisons de cet éloignement ne sont pas connues : ce peut être du fait de ses appartenances politiques ou pour d'autres résistances qui, dans tous les cas, choquent dans le contexte (il semble qu'elle ait décidé de ne pas venir ou qu'elle ne l'ai pu), malgré sa douleur évidente. Si c'est un rejet motivé par des préjugés idéologiques, c'est blessant, si la cause est émotionnelle (rivalité de proximité dans le deuil) c'est troublant. En tout cas, d'elle, on ne peut que saluer l'immense courage, prouvé par les risques pris afin de réaliser un documentaire, bien digne du courage de Charb. (Qu’importe qu’une relation soit officielle ou pas, discrète ou pas : si on est peiné on doit être invité à vivre sa peine...). Autre chose, triste signe des errances idéologiques dans la mouvance PCF, bien avant le massacre de Charlie Hebdo, à la fête de L’Humanité, où Charb vint (il votait PC, dit-on), un rappeur, Médine, était invité. (Lui qui crie « Crucifions les laïcards » dans un clip (« Don’t Laïk », je crois) pour ne relever qu’un exemple de ce qui n’est pas loin de l’appel au meurtre... et quoi qu'il puisse dire, depuis : les mots sont plus que des sons). Le mot "laïcards" signifie "laïques", là...  Triste coïncidence : « Médine, l’étrange invité à la fête de l’Humanité », Marianne, 27-09-2014 : http://www.marianne.net/Medine-l-etrange-invite-de-la-Fete-de-l-Humanite_a241577.html

MISE à JOUR 18-01-2015 (obsèques, suite...). ARTICLE : « La double peine de Jeannette Bougrab », Le Parisien, 18-01-2015 http://bit.ly/1xlT3aD (« Il manquait quelqu'un vendredi aux obsèques de Charb, à Pontoise. Jeannette Bougrab, qui, la semaine dernière, avait de façon forte et émouvante crié sa douleur sur les plateaux de télévision, révélant qu'elle était la compagne du dessinateur, n'aura pas pu lui rendre un dernier hommage et assister à ses funérailles. » / «... hospitalisée au Val-de-Grâce à Paris depuis plusieurs jours, n'est rentrée chez elle qu'hier. »

Mise à jour 24-01-15. Déclaration de l’avocat de Jeannette Bougrab. Le Point, 23-01-15 :  http://mobile.lepoint.fr/people/mise-en-cause-de-sa-relation-avec-charb-jeannette-bougrab-prete-a-aller-en-justice-23-01-2015-1898972_2116.php

Mise à jour, 02-02-15. Lecture de cette page : "Le 'oui-mais' est une formule assassine", Le Huffingtonpost, par Pauline Bebe, 1ère femme rabbin, 19-01-15 : http://huff.to/163pAeA

Mise à jour, 02-02-15. Réactions (pays) au numéro du 14 janvier. Huffingtonpost, 14-01-15 : http://huff.to/1Dvh5nx 

La lecture  de Charlie (à entendre lecture de ce numéro, et lecture du journal en général), cette lecture ne serait pas complète sans proposer la réflexion de Nicolas Bedos, sur le courage de l’humour (l’estime qu’il exprime pour les caricaturistes de Charlie, et l’affirmation de sa propre démarche, courageuse et engagée). Son admiration pour les journalistes assassinés ne l’empêche pas de soumettre un questionnement d'humoriste, questions à lui-même aussi), tout en rappelant le refus de l’autocensure : « Nicolas Bedos : ‘ Laissez-nous l’ouvrir et risquer notre peau ’ », Le Monde, 10-01-2015. Entretien : « Pleurer la bande Charlie n’empêche pas de rappeler son combat offensif, quasi hebdomadaire, à l’encontre des symboles islamiques. Non, Charlie n’était pas un repaire de déconneurs bon enfants. Et alors ? J’étais de tout cœur avec eux. Mais nier l’obsession satirique de Charb concernant l’Islam serait une provocation à l’égard des jeunes musulmans - ceux-là même qui, jamais, n’ont souhaité une telle barbarie. Charlie avait le droit - et le devoir – de concentrer son vitriol sur l’Islam radical mais on ne peut pas dire qu’il était un journal satirique classique. C’est faire de l’angélisme, du politiquement correct, et ça risque d’attiser le sentiment d’exclusion des jeunes musulmans. Qui pourraient se dire : ‘S’ils ne reconnaissent pas que certains dessins étaient extrêmement véhéments, alors j’emmerde Charlie et la France’ ». Article complet : http://www.lemonde.fr/culture/article/2015/01/10/nicolas-bedos-laissez-nous-l-ouvrir-et-risquer-notre-peau_4553347_3246.html

...... Echo de plusieurs questions évoquées ici, dans « Le canard enchaîné » : complotisme (article « Complètement complot » (etc.)......

...... Site de Charlie Hebdo : http://www.charliehebdo.fr/

........ Site du Canard enchaîné http://lecanardenchaine.fr/

13/01/2015

MÊME PAS PEUR !!! 11 JANVIER 2015, MARCHE HISTORIQUE...

Le MONDE couv  11 janvier.jpgLe PARISIEN LIBERTE MARCHE.jpgLIBERATION PEUPLE  2.jpgL'Humanité.jpgLA CROIX DEBOUT.jpg

 

 

 

 

Revue de presse... Quelques traces en images, titres, articles... d’un fait immense...  Des citations...   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/12/le-message-du-11-janvier_4554379_3224.html (« Le message du 11 janvier », éditorial, Le Monde du 12-01, daté 13-01-2015. Citations : « Les Français, ces jours derniers, ont adressé un message puissant au monde et aux auteurs des odieux attentats terroristes de la semaine dernière. Un message de rassemblement, un message de détermination, et surtout un message d’attachement aux valeurs qui ont été attaquées : la liberté, la tolérance, le pluralisme. Ils l’ont fait dans le calme et avec une dignité admirable. / Une fois l’émotion retombée, des questions vont se poser sur la meilleure manière de nous protéger. Comment éviter que de tels actes se reproduisent ? Comment écarter la menace ? Comment mettre les terroristes potentiels hors d’état de nuire, alors que nous savons désormais qu’ils vivent parmi nous, au sein même de notre société ? » / (...) « Il faut, bien sûr, réagir avec la plus grande fermeté. Il faut procéder à un examen sans concession des failles de notre dispositif, notamment dans le domaine du renseignement (...) » / « Mais il faut aussi éviter le piège du 11-Septembre aux Etats-Unis : celui de la « guerre mondiale contre la terreur » du président George W. Bush et d’un arsenal de répression et de surveillance sans précédent (...) » ///  Le reste de l’éditorial évoque notamment les moyens de lutte dont dispose déjà la France, la lutte contre la radicalisation, et l’Europe : « Le terrorisme islamiste doit être combattu à l’échelle européenne. ». Texte complet réservé en lecture abonnés ou sur journal papier...) 

« Le pire n'est pas toujours sûr », chronique de Gérard Courtois, Le Monde  du 12, daté 13-01-2015 : http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/01/12/le-pire-n-est-pas-toujours-sur_4554462_823448.html (Citations : « Mais dès aujourd’hui sauront-ils les uns et les autres rester à la hauteur ? Au-delà de l’émotion, gouvernement, majorité et opposition républicaine sauront-ils engager le débat aussi urgent qu’indispensable sur les remèdes à apporter au traumatisme subi par le pays ? C’est leur responsabilité. Elle reste à démontrer. » / (...) « Une nouvelle fois se posera la question de l’équilibre entre le respect des libertés démocratiques et l’efficacité de la réponse policière, à l’échelle de la France et à celle de l’Europe. » : (...) « Au-delà, une question plus large et plus lourde encore est posée : comment la France a-t-elle pu en arriver là ? » (...) « Pourquoi la République se laisse-t-elle gagner par un racisme latent et un antisémitisme odieux ? Comment empêcher que toute la communauté des musulmans de France ne soit prise en otage par les djihadistes qui ont armé le bras des assassins parisiens ? » Texte complet réservé en lecture abonnés ou sur journal papier...)

« Un élan magnifique », éditorial, par Laurent Joffrin, Libération, 12-01-2015 : http://www.liberation.fr/societe/2015/01/11/un-elan-magnifique_1178617 : (Citations : «  L’espoir, avec le chagrin, marchait en tête du cortège. Dévastée, en pleurs, fatiguée du tumulte, mais chavirée par une solidarité grande comme la mer, l’équipe de Charlie a marché dans Paris, suivie par plus d’un million et demi de personnes, c’est-à-dire par la République. » (...) « La plus grande manifestation depuis la Libération ! Quelque chose d’inouï s’est passé dimanche dans les rues de France. Contre la violence, contre l’obscurantisme, contre la division des communautés, le pays de Voltaire et de Cabu s’est soulevé dans un immense élan civique. La République a été frappée au cœur. Deux jours plus tard, la République est debout. » (...) « Chacun a ressenti, au plus profond de lui-même, que tout ce qui le protège, tout ce qui lui assure une vie adulte et responsable, tout ce à quoi il croit a été attaqué par les fanatiques. Marcher pour dire non. Marcher pour être libre. » (...) « Les fractures ne sont pas seulement dans la réalité, dans la société. Elles sont dans les esprits. La bataille se joue dans les têtes. Eh bien cette mobilisation restera dans les mémoires comme une borne, un amer, un sémaphore démocratique ! Comment la faire fructifier ? C’est tout simple : combattre, tous les jours, ici et maintenant, demain et plus tard, avec force, avec patience, la peste identitaire. Chacun a droit à sa patrie, à sa religion, à sa tradition, à ses racines. » Texte complet à lire sur le site du journal.)

« Marche républicaine à Paris : une ampleur sans précédent », Libération, 11-01-2015 : http://www.liberation.fr/societe/2015/01/11/en-direct-la-place-de-la-republique-noire-de-monde_1178277

« Charlie, hebdo antirécup », Libération, 12-01-2015 :   http://www.liberation.fr/societe/2015/01/11/charlie-hebdo-antirecup_1178666 (Sur les risques de récupération de la manif, réponse de chroniqueurs et dessinateurs de Charlie)

« Des réponses vraies et justes », Le Parisien, éditorial du 12-01-2015 : http://www.leparisien.fr/espace-premium/fait-du-jour/des-reponses-vraies-et-justes-12-01-2015-4438705.php (Citation : « Les immenses défilés de ces deux derniers jours sont aussi un réveil, une prise de conscience face aux erreurs ou aux errements de notre société qui ont abouti à ce que des criminels fanatiques osent venir insulter nos valeurs et chercher à saper les fondements de notre république. »)  

« Vivre libre », éditorial, par Guillaume Goubert, La Croix, 12-01-2015  (Citations : « Bravant la peur et la haine, des foules immenses d’hommes et de femmes, jeunes et moins jeunes, de toute opinion, de toute religion, de toute condition et de toute nationalité, ont marché ensemble hier à Paris et dans toute la France pour affronter la barbarie qui a tué les collaborateurs d’un journal satirique, des policiers, des clients d’un supermarché casher. Dix-sept personnes qui, comme les manifestants, étaient différentes par leurs origines, leurs convictions, leurs religions – ou leur non-religion. Et c’est bien cela qui, profondément, réunissait les manifestants, la volonté de vivre dans une société ouverte, où l’on peut librement exprimer ses opinions et pratiquer sans crainte sa religion, que l’on soit juif, chrétien ou musulman. » (...) « Ce sentiment d’unité est bien sûr terriblement fragile. Peu de chose suffira pour que les querelles et l’acrimonie reprennent le dessus. Mais il est permis d’espérer. Cela relève de chacun d’entre nous. Il faut chaque jour, partout, préférer la concorde à la division, choisir la bienveillance plutôt que la méfiance. C’est ainsi que nous serons fidèles à ceux qui sont tombés. C’est ainsi que nous vaincrons la peur et la haine. » Texte complet à lire sur le site du journal.)

11/01/2015

MARCHER CONTRE LA TERREUR

MONDE MARCHE.jpg

Le dire en quelques citations...

« Ils ont tiré sur des clowns. / Ils ont tiré sur l’humour. / Ils ont tiré sur des poètes. / Ils ont tiré sur la beauté. / (...) Ils ont tiré sur des Juifs. / Ils ont tiré sur la fraternité. /Ils ont tiré au nom de l’islam. / Ils ont tiré sur l’islam. / (...) ... mais aucune balle ne peut tuer la lumière. »

 Caroline Fourest, Le Monde, 11/12-01-2015

(Oui. Mais, si on prend le temps du lent silence, en soi, un peu à l’écart de ce qui se veut analyse politique et idéologique et de l’émotionnel de peine et de colère – un peu à l’écart seulement car cela demeure présent -  ces « ils », qui sont-ils pour tous les « je » que nous sommes ? Eux qui « ont tué » et ont choisi de se faire tuer, volontairement en affrontant, ajoutant leur mort aux morts, qui sont-ils ? C’est-à-dire de quelle écume du réel produit par la masse de nos « nous » émergent-ils ? Que faudra-t-il faire pour que cessent les chaînes mortifères de haine, de racisme, de fascisme ? Quelles failles faudra-t-il interroger ? Complexité des causalités, ici et ailleurs... Comment penser les actes impensables sans tomber dans la haine en miroir des haines.... Et comment penser les êtres qui commettent ces actes impensables... Comment ne pas laisser gagner le terrorisme qui veut nous entraîner dans ses dérives mortifères, et nous transformer aussi en porteurs de mort - en actes ou en mots... puisque les mots tuent aussi, préparant les gestes qu'ils justifient par avance, ou créant dans les esprits la place du possible de l'horreur.)

« Je rêve que 2015 nous délivre de la peur. De l’alerte, de l’alarme (...). « Peur du voisin, peur du lointain. Peur de la vie, peur de la mort. En plus de la peur de la guerre, la guerre des peurs. Et pour finir, la peur de la peur. (...) «... Je décrète : 2015, même pas peur ! »

Irène Frain, Le Un, 07-01-2015

« ... Rêvons que chacun, sur cette terre, autant qu’il en aura le temps, dans la portion de cette année qu’il lui sera donné de vivre, puisse et ose s’arracher à la routine, à la servitude, pour se tenir debout face aux barbaries, pour les faire reculer d’un sourire, pour réaliser au moins en partie ce qu’il porte d’unique en lui... »

Jacques Attali, Le Un, 07-01-2015 

(C’est bien « barbaries », qu’il écrit, pas « barbares ». Barbarie du terrorisme, des terrorismes, violence aveugle, constructions aberrantes de pensées justifiant l’horreur absolue, l’assassinat sans affect, les actes monstrueux. Criminels aux doubles visages, où les voisins ou familiers ne reconnaissent pas les meurtriers brutaux que révèlent les médias. Comment bascule-t-on ainsi ? Question que pose sans cesse Latifa Ibn Ziaten, elle dont le fils fut tué par Mohamed Merah, elle qui rencontra des jeunes du quartier de Merah et qui, effarée par leur ignorance et leur discours, décida de vouer sa vie au dialogue avec ces êtres capables d’être un jour d’autres semeurs de terreur, et pour cela, pour la prévention, créa une association au nom de ce fils aimé, Imad : http://association-imad.fr/ )

.........................................................................................

« Lorsque tu es dans la solitude ou l’obscurité, j’aimerais tellement pouvoir te montrer la stupéfiante lumière de ton être profond. »

Hafiz. Exergue, cité par Jeff Foster, dans son livre « L’acceptation profonde », éd. Almora : http://www.almora.fr/livre/jeff-foster/335-l-acceptation-... 

« Et sans aucune raison, / Je commence à sautiller comme un enfant. / Et sans aucune raison je deviens une feuille / Qui est emportée si haut / J’embrasse la bouche du soleil / Et fonds. « 

Hafiz. Exergue, cité par Jeff Foster, dans son livre « Une absence extraordinaire », éd. Almora : http://www.almora.fr/livre/jeff-foster/338-une-absence-ex... 

............................................................................................................................................................

« En état de choc les Français se rassemblent », Le Parisien, 08-01-2015 : http://www.leparisien.fr/informations/en-etat-de-choc-les-francais-se-rassemblent-08-01-2015-4427749.php

« Libres, debout, ensemble », éditorial, Le Monde, 09-01-2015 : http://www.lemonde.fr/attaque-contre-charlie-hebdo/article/2015/01/08/libres-debout-ensemble_4551628_4550668.html [« C’est la meilleure réponse que nous puissions adresser aux auteurs de cet acte de guerre contre la France et les Français. Nous le devons aux victimes, nos amis. »]

............................................................................................................................

Mise à jour, 12-01-15. Extraordinaire réussite de cette marche : près de 2 millions à Paris (compte difficile tant la foule était nombreuse), près de 4 millions pour le pays... Evénement historique, communion fraternelle magnifique......  

09/01/2015

Charlie Hebdo. Hommage de la presse...

Le PARISIEN.jpgLE MONDE.jpgLibération.jpgLIBE.png

charlie hebdo,liberté,satire,dérision,humour,expression,critique,pensée,dessin,dessinateurs,presse,attentat,terrorismecharlie hebdo,liberté,satire,dérision,humour,expression,critique,pensée,dessin,dessinateurs,presse,attentat,terrorismecharlie hebdo,liberté,satire,dérision,humour,expression,critique,pensée,dessin,dessinateurs,presse,attentat,terrorisme 

 

 

 

 

 

 

Des... couvertures, des sites, des liens... Charlie en UNE, partout... Quelques exemples...

 

 

 

 

Le Monde, 08-01-2015. « Ce que l’on sait de l’attentat contre Charlie Hebdo http://bit.ly/1Y1Nr5Y

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Libération, 07-01-2015. « ‘’Charlie’’, satire dans tous les sens » : http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2015/01/07/charlie-satire-dans-tous-les-sens_1175870

Les UNES de la presse étrangère, Courrier international : http://www.courrierinternational.com/article/2015/01/08/attentat-contre-charlie-les-unes-de-la-presse-etrangere 

Algérie-Focus. Rédaction de Charlie cible d’une attaque, Algérie solidaire : http://bit.ly/1Dx1xzW

 

Rue 89. Onde de choc mondiale, nombreux gestes de soutien : http://bit.ly/1TWEXv9

19/12/2014

Kamel Daoud menacé. Une liberté agissante, qui dérange...

MEURSAULT LIVRE K DAOUD.jpg

Petite revue de presse, puis réflexion personnelle... et liens vers pages de Kamel Daoud.

« Un salafiste algérien émet une "fatwa" contre Kamel Daoud », Le Monde ,18-12-2014, par Amir Akef (Alger, correspondance) : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/12/17/un-salafiste-algerien-emet-une-fatwa-contre-kamel-daoud_4541882_3212.html (Extrait : « Un imam salafiste, Abdelfatah Hamadache, chef du parti non autorisé du Front de la Sahwa islamique salafiste algérienne, a émis mardi 16 décembre 2014, sur sa page Facebook une « fatwa » contre l’écrivain et chroniqueur Kamel Daoud, qualifié d’ennemi de l’islam et de la langue arabe, d’écrivain « sionisé » qui insulterait Allah et le Coran. »)

............

« Menacé de mort, Kamel Daoud porte plainte contre son pourfendeur », France24, 17/18-12-2014: http://www.france24.com/fr/20141217-menace-mort-ecrivain-kamel-daoud-porte-plainte-dirigeant-salafiste-algerie-islamisme/  (CITATIONS : « Le journaliste et écrivain algérien Kamel Daoud a porté plainte en Algérie, mercredi 17 décembre, contre le dirigeant salafiste qui a demandé sa condamnation à mort sur Facebook. » /// « Kamel Daoud dérange et ce n’est pas nouveau. Connu pour ses prises de position très virulentes contre la religion ou ses chroniques sans complaisances à l’égard du président Abdelaziz Bouteflika, le romancier et journaliste algérien est régulièrement la cible d’insultes et de critiques. Cette fois, le  finaliste du  Goncourt est menacé de mort. Le dirigeant salafiste Abdelfatah Hamadache a lancé mardi 16 décembre une fatwa contre l’auteur de "Meursault, contre-enquête". » /// « "Je trouve ça dramatique [ce type de menace] dans un pays qui a beaucoup souffert, mais il ne faut pas y accorder plus d’importance que cela", confie Kamel Daoud à France 24. "Abdelfatah Hamadache est un simple clown islamiste. C’est un homme médiatique qui a un sens de la comédie très poussé. Mais j’ai toujours pensé à haute voix et je ne vais pas m’arrêter parce qu’il a émis une menace de mort", poursuit l’auteur. / Plus tôt dans la journée, Kamel Daoud avait publié sur son mur Facebook : "Fatwa pour me tuer émise par le mouvement salafiste algérien. Signé par le Abd El Fettah Hamdache. Voilà où mène le sentiment d'impunité chez ces gens là."  Il précise sa pensée : "Depuis quelques mois, il y a une poussée des islamistes en Algérie et il n’y a pas de ligne rouge. Pas de réaction politique", regrette l’écrivain. » /// « Vague d’indignation en Algérie : La menace de mort d’Abdelfatah Hamadache a soulevé une vague d'indignation sur les réseaux sociaux. »)

............

 

Soutien des journalistes algériens : communiqué, déclarations, articles, réactions sur les réseaux sociaux, pétition...

Analyse, « Hamadache, ce terroriste protégé par le régime algérien », par Abdou Semmar, 17-12-2014, Algérie-Focus : http://www.algerie-focus.com/blog/2014/12/hamadache-ce-terroriste-protege-par-le-regime-algerien-par-abdou-semmar/  (CITATIONS : « ‘’Le fanatisme est un monstre qui ose se dire le fils de la religion’’, avait dit un jour le regretté Voltaire. Abdelfatah Hamadache, cet imam salafiste algérien qui veut «réislamiser» à sa manière la société algérienne, incarne parfaitement ce monstre dont parle si bien le bon vieux Voltaire.  // Un monstre de terrorisme intellectuel qui a franchi hier mercredi toutes les lignes rouges en appelant au «meurtre» de l’écrivain, certes d’expression francophone mais Algérien avant tout, Kamel Daoud. » // (...) « Les règles du jeu sont claires : le terrorisme idéologique de Hamadache est toléré, pour ne pas dire soutenu, dans la mesure où il ne vise que ces opposants honnis par le régime. Un terrorisme accepté s’il ne s’en prend qu’aux homosexuels, couples amoureux, femmes émancipées ou jeunes algériens en quête de liberté sexuelle. Un terrorisme idéologique protégé même puisqu’il est instrumentalisé par un régime soucieux de préserver le statu-quo. Dieu merci, tous les Algériens ne sont pas dupes… »). (Article intégral sur le site...)

Malheureusement, en cherchant des infos supplémentaires sur la Toile, on tombe aussi, ici, sur les tentatives haineuses des spécialistes de l’obsessionnelle hantise de l’islam : amalgame islam/islamisme donné comme allant de soi. Abdelwahab Meddeb parlait du « mépris ignare » de certains intellectuels par rapport aux musulmans (voir la note précédente). Oui, cela existe, mais là, c’est encore un cran au-dessous : ces gens ne méritent pas le titre d’intellectuels, car ils n’élaborent aucune pensée, mais naviguent dans un brouillard idéologique constitué de constructions fantasmatiques. Ils  déforment la pensée de Kamel Daoud (que sans doute ils n’ont pas lu, ou pas vraiment) pour instrumentaliser le fait de cette fatwa, en essayant de faire entrer cela dans leur système idéologique qui fantasme des foules hystériques appelant en chœur au meurtre dans le sillage du salafiste clownesque. Les réactions algériennes, massives, d’indignation et de soutien à Kamel Daoud ? Evidemment ils n’en parlent pas : cela ne cadre pas avec leur volonté de produire de la peur, de nourrir les préventions contre les musulmans en général. Extrême droite aux visages politiques divers, sites d’incitation à la haine (quand je vois sur une page d’accueil  carrément la revendication de « l’islamophobie » comme « opinion », avec un appel à participer à une campagne islamophobe...). On apprend, en fouinant, que Christine Tasin (Riposte laïque...) a été relaxée en appel (procès de Belfort)  pour des termes injurieux à l’égard de l’islam (... !!!). Si on détournait le dessin humoristique reproduit sur la page de Reporters.Dz on pourrait poser la question : « De quoi ces faiseurs d’agitation sont-ils le nom ? » Et répondre : « 50 nuances de haine », ou (variante) « 50 nuances de FN » (appartenance ou pas, d’ailleurs : le FN a ses marges...).

Preuve, tout cela, qu’il est extrêmement important de lire et faire lire les intellectuels de culture musulmane (croyants ou pas, pratiquants ou pas, mystiques ou pas), les musulmans qui veulent inscrire une pensée d’un islam des lumières, les islamologues, les soufis (qui représentent une haute spiritualité, une « sagesse », au-delà même de toute appartenance religieuse)s. Aussi important, cela, que la lutte indispensable contre l’idéologie salafiste, les miasmes jihadistes. L’absence de culture est porteuse d’errance et perte. 

L’intégrisme est « une maladie de l’islam » disait Abdelwahad Meddeb. Oui, mais pas seulement. Car si les horreurs de l’Inquisition catholique furent une maladie du christianisme elles furent aussi une maladie de société, de civilisation, d’époque, un révélateur des impensés du temps, des refoulés d’un inconscient perverti... Et la réalité d’un intégrisme qui fascine ici et ailleurs des gamins perdus autant que des idéologues rendus fous par leurs constructions mentales, cette réalité n’est pas qu’une maladie de l’islam (tout en l’étant évidemment totalement, aussi) : elle est un révélateur des failles contemporaines, locales et mondiales.

Des esprits de la qualité de Kamel Daoud interrogent les confusions identitaires, les illusoires « appartenances», les mensonges idéologiques, les croyances erronées, les instrumentalisations de conflits, les confiscations mémorielles.  Donc heurtent, ces esprits, ceux qui sont dérangés, ainsi, dans leur fanatisme, leur paresse, ou leur folie. C’est ce qu’a fait récemment, autres questions, autres urgences de parole, Harry Roselmack, dans Le Monde du 17-12-2014 (« Halte aux mauvais réflexes identitaires ! », dénonçant notamment des dérives racistes, antisémites précisément, dans la complaisante indulgence de certains devant les formulations haineuses de Dieudonné, sous prétexte d’appartenance communautaire).  

Les racistes hypocrites diront qu’ils désignent des faiblesses de communautés humaines critiquables, et ils feront semblant de croire trouver là arguments pour leur haine. Sauf que c’est l’inverse qui est vrai... Quel miroir est tendu là ? A mon sens celui qui force à se demander en quoi on interroge ses propres failles, en quoi on est capable d’échapper aux diktats communautaires de ses éventuelles appartenances (né quelque part, à tel moment, avec telle ou telle ascendance, telle(s) langue(s), et telle ou telle éducation religieuse ou athée). Comment gère-t-on l’écart nécessaire entre appartenir et savoir traverser les frontières réelles et symboliques ?

Le plus difficile, justement, est le regard critique sur les choix de ceux dont nous partageons une identité, un être là qui nous définit en partie ou beaucoup, suivant les ressentis. La légitime solidarité doit-elle être aveugle ? Celui qui dénonce les dérives prend pour certains la figure du « traître » (comme Camus, celui, surtout, des Chroniques algériennes ou de l’appel à la Trêve, perçu par les ultras comme l’homme à abattre, par exemple). L’intime déchirure sera parfois l’écart d’une lettre entre solidaire de n’importe quoi ou solitaire... Risque pris par ceux qui lancent leur parole au premier plan, risque récompensé par la reconnaissance des « justes », comme cela se voit dans l’élan de nombreux Algériens pour soutenir le chroniqueur et écrivain Kamel Daoud...

Donc tomber dans le piège du regard négatif sur une communauté ou un peuple parce que de l’intérieur des paroles critiques s’élaborent et se publient, c’est un contre-sens absolu. Estimable la communauté humaine, estimable le peuple capable de faire émerger des esprits critiques dans le regard sur soi (soi collectif...).

Sur la Toile, on voit donc l’élan unanime d’un soutien authentique de l’écrivain menacé, sur les deux rives et au-delà. Et on voit aussi, en marge, le faux soutien, ici (et sans doute ailleurs), de menteurs qui font semblant d’adhérer à une pensée qui est leur exact contraire, pour mieux nourrir leur fantasmatique délirante. C’est la stratégie habituelle de l’extrême droite : récupérer des valeurs pour les détourner et les inverser. Ces gens ne valent pas mieux que le salafiste : leur « solidarité » apparente et leur « soutien », affiché, à Kamel Daoud ne sont que le masque (assez transparent) de leurs projections mortifères. 

Peu importe pour lui. L’essentiel est ailleurs, dans l’appui authentique que son intégrité et son intelligence entraînent, massivement. Mais pour ceux qui veulent comprendre ce qui se joue en France autour du seul mot « islam », c’est important de regarder dans les marges problématiques qui s’étalent sur la Toile...

.............................................................................................................................................................

Kamel Daoud 

Sur Decitre, auteur : http://www.decitre.fr/auteur/1565553/Kamel+Daoud/

Kamel Daoud, chroniqueur...  Impact 21, Algérie Focus, etc.

Articles de Kamel Daoud, Le Quotidien d’Oran, regroupés sur djazairess.com : http://www.djazairess.com/fr/author/Kamel+Daoud

11/12/2013

Mandela, « leçons d’une vie » (Le Monde), « héros de notre temps » (Courrier international)

Courrier International.jpg

Lectures…

Dossiers, numéros hors-séries :

« Nelson Mandela l’universel », présentation du hors-série, Le Monde, 09-12-13 : http://bit.ly/1cnAdVt   (« Il suffit de relire le discours que Nelson Mandela prononça en 2006, lorsqu’il reçut le titre d’ambassadeur de conscience d’Amnesty  International, sept années après s’être retiré de la vie publique, pour mesurer l’envergure universelle de cet homme d’exception, mort à 95 ans, jeudi 5 décembre. Ce discours, retranscrit, parmi d’autres, dans le hors-série que Le Monde publie, était intitulé « Je continue ma lutte ». ‘’Tant que l’injustice et l’inégalité perdureront, nul ne pourra prendre de repos ‘’, disait-il. » (…) « Il laisse aussi dans son sillage un espoir terriblement humain, celui qui fait qu’un homme seul, pourvu qu’il soit doté des qualités nécessaires, peut éviter une guerre et changer le sort d’une nation. (…) « Ce hors-série dresse l’inventaire d’une vie »)

Courrier international. Hors-série de mai 2010. « Mandela, un héros de notre temps » : http://bit.ly/1dnGKlh

COURRIER int.jpgHORS SERIE MONDE.jpg

03/10/2013

« Le doux parfum des temps à venir… »

parfum,essence,monde,utopie,espoir,john harvey,lyonel trouillot,roman policier,poésie,culture,citations,liberté,valeurs,bibliothèque« … La poitrine ouverte par une blessure qui recommençait à saigner, l’inconnu ne savait pas du tout vers quoi il courait, seulement à quoi il essayait d’échapper. »

Preuve vivante, John Harvey 

.......................

« Garde tes filtres pour ta route. / Et souviens-toi qu’une femme libre est maîtresse de son parfum. »

Et

« Pour ce qui te concerne / que tu fasses serment de désobéissance à tout obstacle / ou convention / qui t’éloignerait de ton essence. »

Ou

« Danse / cueille / restitue. »

Le doux parfum des temps à venir, Lyonel Trouillot  

........................ 

Deux livres empruntés à la bibliothèque Mouffetard / Mohamed Arkoun...

Cet homme inconnu qui court, blessé, au début de ce roman policier, m’a paru la métaphore de l’état du monde actuel, et c’est pour cette phrase, lue en ouvrant l’ouvrage au hasard, que j’ai choisi de le prendre. Violence, fuite, course qui ne dit pas son sens…

Mais le poème, qui aborde pourtant la violence et la douleur à travers le récit d’une femme à  son enfant, offre un message d’espoir. Le parfum est aussi symbole d’« utopie », aura de signification, trace et promesse d’un monde à construire, pas seulement trace olfactive ou symbolique des traumatismes.  (« Tu leur diras : cherchons ensemble »). Tout n’est pas perdu, car « toute chose vivante n’est pas définitive. »  Magnifique ouvrage…  qui rentrera vite dans ma bibliothèque… (Mise à jour, 10-10-13 : c'est fait...!) Voir, Actes Sud, fiche auteur : http://www.actes-sud.fr/contributeurs/trouillot-lyonel 

Et page (Actes Sud) sur le livre... http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/le-doux-par...

04/11/2012

« HAÏR C'EST ENCORE DEPENDRE ». Réflexion à partir d'un texte de Daniel Maximin citant Césaire (texte à méditer...)

Des récupérations idéologiques et politiques ont cours en ce moment, là ou ailleurs, à propos de la reconnaissance des crimes du 17 octobre 1961 (déguisée par certains - qui y sont hostiles - en « repentance » : ce qui attise les passions, remue les émotions, les colères, les rancoeurs - ce qui, aussi, autorise la mauvaise foi…). Dans ces heurts où les mémoires et souffrances s’opposent (et intimement dans les questionnements personnels identitaires que ces débats réactivent) parfois la haine affleure (ou déborde). Haine et haines d’autant plus dangereuses que, dans un contexte de crise, des groupes politiques (des mouvances, des partis) instrumentalisent mémoire et Histoire pour, dans l’actualité sociale, introduire des thématiques discriminatoires, des divisions entre les communautés qui composent le pays, provoquer la peur (de l’autre, forcément). Et quand, en plus, la commémoration en hommage aux victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie entraîne une lutte de dates qui recouvre un conflit mémoriel plus important... on ne sait plus qui va crier le plus fort.

Il est donc peut-être nécessaire de relire certains textes qui proposent de prendre recul, de faire un peu silence en soi avec ces remuements douloureux sur un passé individuel et collectif. Qu’est-ce qui libère et qu’est-ce qui entrave ? Penser dans la solitude permet de retrouver son autonomie de pensée, de réfléchir autrement, sans influence politicienne ou communautaire (ce qui ne veut pas dire reniement d’appartenances : mais il y a plusieurs manières d’appartenir – en se faisant piéger par un enfermement idéologique et passionnel univoque, ou en acceptant de constater la complexité des regards sur la réalité et la complexité des communautés humaines elles-mêmes).Ce qui ne veut pas dire non plus renoncement à l'expression, ni même aux revendications justes... 

Daniel Maximin, à propos de la commémoration de l’esclavage, se pose les mêmes questions. On remplace « esclavage » par guerre d’Algérie, colonisation, décolonisation, et on a de quoi méditer sur les choix possibles (quels positionnements?) à ce sujet. (« On »  renvoie à des « mondes », divers : Pieds-Noirs et Harkis, oui - personnes, communautés, et associations - mais aussi Algériens sur les deux rives, Franco-Algériens, anciens appelés, métropolitains, pouvoirs, partis, médias… Mais c’est d’abord un appel à la conscience individuelle… exigence qui interfère… (Et c'est valable pour d'autres conflits passés et actuels...).


« La commémoration a un sens si elle n'est pas déviée. Car, plus important que le devoir de mémoire, il y a le droit à l'Histoire. Il faut que toute l'Histoire soit dite: pas seulement celle des douleurs, mais surtout la plus cachée, celle des résistances. La mémoire doit autant privilégier la parole des opprimés que la condamnation du discours de l'oppresseur. Elle doit montrer que l'esclavage a perdu, qu'il n'était pas fait pour fonder des sociétés, des cultures. Donc il ne doit y avoir ni ressentiment, ni resserrement, ni posture victimaire. Césaire disait : "Attention, haïr, c'est encore dépendre." » Evidemment, d'un lecteur du texte à l'autre l'opprimé et l'oppresseur auront des visages différents. Peu importe : ce qui compte surtout c'est la mise en garde... Attention...
 

Le sens du mot  « dépendre » peut être compris diversement. Ceux qui ont dépendu de l’autorité politique des autres, subi des oppressions (colonisation, esclavage), doivent se libérer du lien qui demeurerait avec la colère et la haine, et les maintiendrait dans une sorte de paradoxale dépendance, intérieure surtout, inconsciente. Mais les situations sont parfois plus complexes, autres, l’oppression avoir des formes très diverses, camouflées, les contraintes être de l’ordre de la manipulation (manipulation d’opinion, aussi, comme le montre et le dénonce Jean Pélégri dans son livre « Ma Mère l’Algérie » : comment la métropole – avec ses pouvoirs – a construit une image collective des Pieds-Noirs, en faisant de cette communauté un bouc émissaire). Et cependant, dans tous les cas, prolonger les luttes passées, ne rien remettre en question de ses croyances antérieures, rester dans la douleur des exils, quels qu’ils soient, cela aussi crée dépendance, autrement. Collectivement il faut travailler à une résilience libératrice, en déconstruisant les manipulations passées et présentes, en refusant les injonctions qui font jouer un rôle, créent une fausse identité, piègent dans de fausses valeurs (qu’on croit siennes et qui sont étrangères profondément). Bien sûr, parler de résilience (Algériens, Pieds-Noirs, Harkis, Appelés, Métropolitains) est plus difficile quand on évoque les plus terribles traumatismes (victimes du terrorisme, enfants de disparus ou de victimes d’assassinats ciblés, survivants d’un massacre, témoins de meurtres, de tortures, nés d’un viol, victimes de viol). C’est là que les communautés peuvent avoir un rôle apaisant ou au contraire aggravant (en croyant même parfois accompagner – mais en réactivant les souffrances, les colères, en les figeant dans un éternel passé, quand le présent est déjà assez dur). Attention aux héros qu’on se crée, aux icônes qu’on fabrique : certains masques peuvent être dévastateurs… Le défi est de ne pas choisir ce qui dévaste… Quand ceux qui haïssent ne dépendent pas seulement (encore…) de ceux qui les ont opprimés ou agressés (ou, c’est pareil, rôles inversés, de ceux qu’ils ont opprimés ou méprisés), mais dépendent aussi (et c’est peut-être la pire prison) de la part la plus sombre d’eux-mêmes, de l’ombre intérieure qui les hante et qu’ils projettent sur le monde, pour une vision manichéiste… 

L'entretien complet est à lire sur le site de L’Express. « Haïr, c’est encore dépendre », Daniel Maximin, 07-05-2009 : http://www.lexpress.fr/culture/livre/daniel-maximin-hair-c-est-encore-dependre_823480.html

Autre entretien, éclairant aussi. « Il faut arrêter d’être esclave de l’esclavage », Daniel Maximin, décembre 2006, L’Internaute : http://www.linternaute.com/histoire/magazine/interview/daniel-maximin/retranscription-daniel-maximin.shtml  (CITATIONS :« La volonté d'oppression est constitutive d'une partie de chacun d'entre nous. C'est le désir de mort pour soi ou pour l'autre qui s'oppose en permanence au désir de vie ou de faire vivre. » (…) « Il reste nécessaire de pratiquer "l'auto-surveillance" dont vous parlez (il répond à une question) vis-à-vis de chacun de nous et vis-à-vis des autres. Il n'est pas utopique de penser que la mort et le mal existeront toujours mais que la Résistance à leur empire est aussi permanente dans l'histoire des hommes. »)

C’est une leçon de lucidité.  Ne risquons-nous pas, nous, tous, en effet, d’être esclaves des attachements à la condition d’exilé (par exemple), quand nous ne sommes ici que de passage? (Ce peut être aussi le contraire, avec les pièges de l'ancrage local, ou des visions ethnicistes, à la façon des Identitaires ou des Indigènes de la République...). Ne sommes-nous pas, tous, souvent, dans l’illusion de l’innocence intime, communautaire, ou nationale, quand personne n’a échappé, en réalité, aux choix les plus mortifères. Ne serait-ce que par contagion. Ne serait-ce qu’en se taisant… 

30/03/2012

FAIRE FRANCE ENSEMBLE. Pétition Respect Mag-Nouvel Obs. Le texte (et ma réflexion...)

FAIRE FRANCE ENSEMBLE.png

« Nous intellectuels, responsables ou citoyens musulmans, juifs, chrétiens ou non croyants, voulons manifester notre volonté de préserver l’unité de la nation autour des valeurs de la République dans l’épreuve que traverse le pays après les assassinats des enfants juifs, de leur professeur, et des militaires de Toulouse et de Montauban. L’heure est grave : dans cette période de campagne présidentielle, nous mettons en garde tous les candidats contre la tentation d’instrumentaliser ce drame à des fins partisanes et de diviser les Français sur des critères communautaires que nous récusons. »

SUITE du texte, et signature, sur le site petitions24.net : http://www.petitions24.net/faire_france_ensemble 

L'Appel sur Le Nouvel Observateur : http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120327.OBS4745/faire-france-ensemble-signez-l-appel-du-nouvel-obs-et-respect-mag.html (avec le lien vers deux articles, dont la chronique de Jean Daniel)

Pendant que nous tentons de penser ce qui est si difficilement pensable, mais doit l’être….Et pendant que nous lisons des textes divers de contributeurs ayant des points de vue parfois très contradictoires sur ce que peut la raison devant la folie et le fanatisme meurtrier, pendant ce temps la présidentielle continue. Campagne coupée en deux par l’horreur des faits. Dans cette campagne c’est bien de dire aux candidats ce dont nous ne voulons pas. Ni abjecte instrumentalisation, ni récupérations douteuses. On le dit de plusieurs manières, dont les pétitions sont une part. Notre « je » pour exprimer nos refus, ne laisse que notre nom, perdu parmi d’autres. Il est très possible que, signataires, nous ne donnions pas tout à fait le même sens aux mots de ce texte. Peut-être, même, que nous pourrions être en désaccord total, sur certains points, importants pour nous, avec des « je » qui voisinent le nôtre.

Justement… Je lis et relis des articles, et laisse aussi les textes de côté, prenant le temps de la réflexion. Mais j’ai été, dans ces lectures, particulièrement intéressée par le difficile équilibre à trouver entre les deux marges extrêmes de ce que croit pouvoir l’approche rationnelle, au-delà de l’émotionnel.

D’une part, la volonté de définir les diverses causalités d’une tuerie ignoble,  pour que,  les appréhendant un peu mieux, on tente de voir comment notre pays peut mener la lutte contre le terrorisme (surveillance des extrémistes, lois, police, justice, société, psychiatrie, culture, éducation, idéologie, lutte contre la délinquance et le trafic d’armes, communautés, religions, spiritualité, relations internationales, politique, géopolitique, etc.). Mais, dans cette volonté, le risque d’un glissement vers une « compréhension » qui banalise (comme dans un texte « littéraire » paru dans Le Monde ce jeudi), ou, pire, excuse presque, projetant la culpabilité sur un contexte social qui ne peut certainement pas expliquer à lui seul une si grande folie criminelle (comme le fait Tariq Ramadan dans un entretien que j’ai lu sur un blog - et paru dans Le Monde des Religions : semblable à lui-même). NON! Il ne faut pas déplacer la responsabilité, la culpabilité !!! Il ne faut pas manipuler...

D’autre part, le souci, de combattre. Surtout, combattre (grilles similaires, mais pensées autrement). Avec, cette fois, le piège des projections, des simplifications outrancières. Le risque, aussi, de se rapprocher de ceux qui instrumentalisent (qui font semblant de lutter contre la terreur, mais cachent derrière cela d'autres objectifs réels, haineux : la terreur sert leur propagande, comme leur haine sert la terreur - diabolique complicité).

Le « pourquoi » de tels faits. Et le « comment » de la lutte contre ces faits. Pas de juste milieu confortable, là. Juste un nécessaire aller-retour entre les deux frontières à ne pas dépasser.

Mais, oui : FAIRE France ENSEMBLE... J'ai donc signé.

08/11/2011

Empreintes, documentaire, France 5 : "Erik Orsenna, éloge de la curiosité", et mention d'autres films de Joël Calmettes

ORSENNA, ORSENNA  CURIOSITE.gifCAMUS DVD.gifMANDELA DVD.gif

Présentation, France 5 : « Joël Calmettes embrasse toutes les facettes de cette personnalité érudite dans un portrait au long cours, de son port d’attache breton à Jaipur, en Inde, en passant par l’Antarctique et l’Afrique. Ce film rend compte de sa quête insatiable de la connaissance, sous toutes les latitudes et sous toutes ses formes. »

Empreintes, France 5 : http://www.france5.fr/et-vous/France-5-et-vous/Les-progra...

Sélection des EXTRAITS choisis par France 5 (autres CITATIONS complètes sur la page de France 5). Paroles d’Erik Orsenna : « Naviguer, c’est inventer sa route, puisqu’il n’y a pas de route ; comme dans les livres, il n’y a pas de route. » (…) « Le monde aujourd’hui est un monde relié. Si on veut le comprendre, il faut être au courant de tous ces liens, donc il faut camper dans toutes sortes de territoires.  » (…) «  J’aime le sérieux, mais j’adore me marrer. J’aime la solitude, mais j’adore les assistances, les publics. […] Si je suis écrivain, c’est parce que je ne supporte pas d’avoir une seule vie. » (…) « Je ne supporte pas la grandiloquence. » (…) « On écrit au moins autant avec les blancs qu’avec les mots. »

……………………………………………

Le DVD, « Erik Orsenna, éloge de la curiosité ». Présentation de l’éditeur : « Erik Orsenna est toujours « ailleurs », là où personne ne l'attend / tour à tour écrivain, économiste, académicien, navigateur, etc. Le film se devait de rendre compte des différentes facettes d’une vie où la curiosité tient une place si centrale qu’elle la structure. Tourné au fil du temps pendant plus d’un an, construit comme une chronique, le film témoigne au plus près de son quotidien de la pluralité des activités d’Erik Orsenna. » (…) « La vie d’Erik Orsenna est aussi faite de rencontres. Dans le film, il croise Jean Audouze (astrophysicien), Abdou Diouf (ancien président de la République du Sénégal), un historien indien à Jaipur, un ouvrier dans une mine d’or au Mali, etc. Eric Orsenna est pudique. Ici pourtant il lève avec délicatesse et profondeur un voile sur les douleurs qui l’ont poussé à écrire. » (…) « Un homme en perpétuel mouvement qui trouve son équilibre, chaque jour (ou plutôt chaque nuit), dans la solitude de l’écriture. »

Chiloé Productions :  http://www.chiloe.fr/1/dvd_erik_orsenna_255066.html

ccccccccccccccccccc

J’ai suivi cette émission passionnante. J’avais lu un bon article dans le journal La Croix du 4-11-11, mais je n’ai pas retrouvé la page sur le site. Jeanne Ferney, titrait sa chronique télé, pour cette émission, « Le ‘’Tintin’’ de la littérature » (en référence à ce qui est dit dans le film de ce surnom donné amicalement à Erik Orsenna en raison de son goût du monde et des autres, de son enthousiasme). Elle relevait le rappel de l’émission de Bernard Pivot, Apostrophes, qui, en 1988, saluait Erik Orsenna pour (note la journaliste) «… le savoir inouï et la soif de connaissance dont débordent ses écrits », en disant, elle le cite, de l’œuvre d’Orsenna « C’est un éloge de la culture générale et presque de la culture inutile. » Culture inutile, répondait Erik Orsenna, oui : car les détails comptent, tout prend sens.  

.......................

J’ai effectivement pu constater que le message que faisait passer Orsenna était, totalement, un très bel éloge de la curiosité. Celle qui nourrit une sorte de fringale insatiable de la rencontre des êtres et des lieux du monde. Celle d’un immense élan dans sa passion pour l’Afrique : car, dit-il « L’Afrique tisse des liens. En Europe je meurs du manque de liens. ». De la curiosité il dit « Celui qui est curieux soigne le monde », en s’appuyant, parlant dans une classe à de jeunes enfants, sur l’étymologie. (Quelle bonne idée ! Bien sûr… ! En latin  ‘’curiosus’’ signifie ‘’qui a soin de’’). Aux enfants il fait chercher des mots qui commencent par ‘’cur’’, les laisse trouver ‘’cure’’, ‘’curatif’’… et, alors, pouvoir entendre - et comprendre - sa conception du regard curieux, de l’être curieux.  La curiosité, pour lui (il le dit ailleurs dans un des moments du documentaire) débouche forcément dans la nécessaire transversalité, dont il fait donc l’éloge aussi. Car comment être vraiment curieux et ouvert si on reste enfermé dans une seule spécialité, un seul rôle, une seule vie ? Ecrivain, parce que… «… je ne supporte pas d’avoir une seule vie ». Publier des livres, dit-il, lui donne aussi (ils se vendent) la liberté matérielle de faire des enquêtes, en prenant tout le temps nécessaire à la « rencontre » de l’autre et d’ailleurs, et de publier ensuite librement les résultats de ses recherches. « Etre écrivain pour cette liberté »

Bel hommage mérité, et très réussi, que ce documentaire…

Mots clés, donc : curiosité, soin, LIENS, monde relié, TISSER, rencontre,culture, connaissance, TRANSVERSALITE, sérieux, rire, solitude, publics, écriture, écrivain, vies (plusieurs en une !), publics, liberté. Clés, oui, pour une éthique du rapport aux autres et au monde.

ccccccccccc

Autres documentaires de Joël Calmettes en DVD :

Albert Camus, la tragédie du bonheur : http://video.fnac.com/a2771535/Albert-Camus-DVD-Zone-2

Mandela, au nom de la liberté : http://video.fnac.com/a2800054/Mandela-au-nom-de-la-liberte-DVD-Zone-2

Autres titres : http://recherche.fnac.com/ia605406/Joel-Calmettes?SID=983798b8-d4d5-f39f-ead0-ae966bf399e6&UID=096F611F0-4A0A-2595-6C23-F0E13E02485E&Origin=fnac_google&OrderInSession=1&TTL=060520122324

ccccccccccccccccccccc

Plus un documentaire qui fut diffusé sur France 5 (et le DVD édité), différents auteurs :

Musulmans de France, série de films, France 5 : http://www.france5.fr/et-vous/France-5-et-vous/Mini-sites/Bonus/Musulmans-de-France/p-9331-La-serie-documentaire.htm

DVD. Présentation de l’éditeur : « Un double DVD de Musulmans de France... Edité par France Télévisions Distribution, ce coffret regroupe les trois épisodes de la série documentaire et propose, en bonus, une interview du réalisateur Karim Miské, un making of de la musique originale et des sous-titres pour sourds et malentendants. »

25/09/2011

Elles changent l’Inde… Exposition, et album de RSF

Elles changent l’Inde…

Le Petit Palais expose (du 21 octobre 2011 au 8 janvier 2012) 108 photographies dont le thème est de montrer « comment les femmes contribuent à « changer le monde ». C’est le résultat d’un partenariat avec Reporters sans frontières (Album pour la liberté de la presse) et Magnum Photos.

Le Petit Palais, exposition : http://www.petitpalais.paris.fr/fr/expositions/elles-changent-linde

RSF, le site de l'association qui soutient les journalistes et les blogueurs : http://fr.rsf.org

DIAPORAMA, L’Express : http://www.lexpress.fr/diaporama/diapo-photo/actualite/monde/ces-femmes-qui-changent-l-inde_1030166.html?p=2

………………………………………………………………………………………………………………………………………………..album_inde.jpg

16/12/2010

DISSIDENCE… Guillermo Farinas, Cuba, Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit, autre chaise vide…

« Ne fermez jamais les yeux sur la situation politique à Cuba », a insisté le dissident cubain Guillermo Farinas (entretien recueilli l’avant-veille de la remise du prix, et qui fut publié sur le site du Parlement européen). 

Cuba est encore trop souvent un pays oublié des grands appels à la solidarité. Est-ce un reste du regard illusoire sur les régimes communistes, pour une partie de ceux qui diffusent les idées et font la promotion de certaines luttes ? (Il fut un temps où la propagande du film « Cuba si », 1961 , servait de référence…). Est-ce un effet paradoxal des horreurs adverses commises par le gouvernement Pinochet ? (Effet d’effacement…). Les deux causes doivent se mêler…

Mais le Parlement européen a de nouveau mis le projecteur sur la dissidence cubaine.

 « Pour la 23ème fois, le Parlement européen a remis le Prix Sakharov pour la liberté de l'esprit. Créé en 1988, nommé d'après le nom de l'opposant soviétique et physicien nucléaire Andreï Sakharov, il récompense chaque année un individu ou une organisation qui s'est distingué dans sa lutte contre l'oppression et l'injustice. Le dissident cubain Guillermo Fariñas a succédé, entre autres, à l'association russe Memorial, à la Birmane Aung San Suu Kyi ou encore au chinois Hu Jia. »

« Cinq jours après la cérémonie du prix Nobel de la paix à Oslo, en l'absence de son lauréat Liu Xiaobo, la remise du prix Sakharov du Parlement européen aura lieu sans récipiendaire à Strasbourg. Guillermo “El Coco” Fariñas Hernández, journaliste cubain dissident et prix Cyberliberté de Reporters sans frontières en 2006, n’a pas obtenu l’autorisation de sortir du pays. »

Il fallait regarder la VIDEO, Rsf, publiée le 8 avril 2010, interview où Guillermo Farinas expliquait les enjeux de son action, alors qu’il poursuivait une grève de la faim,  depuis 40 jours, pour la libération des prisonniers, et après la mort de l’un d’entre eux, Orlando Zapata Tamayo, prisonnier d’opinion, gréviste de la faim, considéré par le pouvoir comme un prisonnier de droit commun... 

..... 

Mise à jour…

Guillermo Farinas a reçu son prix en 2013. Euronews... http://fr.euronews.com/2013/07/03/point-leve-guillermo-fa... 

Fiche wikipedia... https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillermo_Fariñas