Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2011

A poèmes ouverts. Parcours d’un livre. Choix de citations…

POEMES.jpg

A poèmes ouverts. Anthologie. 50 poètes français présentés par Jean-Pierre Siméon pour Le Printemps des Poètes. Ed. Points, 2008 http://www.lecerclepoints.com/livre-poemes-ouverts-collec...

Ma lecture, pour un choix très subjectif : mes fragments préférés(mais, d’abord, les absences que je repère…).

Jean-Pierre Siméon dit proposer un  « échantillon de voix ». Et, dit-il, de la poésie, «… C’est ça la poésie, d’abord et surtout, une questionneuse enragée. Moins il y a de réponses, plus elle interroge… ». Puis : « … Si vous vous dites : ‘C’est bien ma langue mais je n’ai jamais vu ma langue dans cet état’, probable que vous êtes en face d’un poème. »

 (Mais…  il y a de grands absents, cependant, dans cette  intéressante anthologie. Ainsi, Bonnefoy, Clot, Xuereb… Je mets trois liens ci-dessous pour compenser ce manque.)

Yves BONNEFOY : http://fr.wikipedia.org/wiki/Yves_Bonnefoy

René-Jean CLOT : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9-Jean_Clot

Jean-Claude XUEREB  :  http://xuereb-p oesie.pagesperso-orange.fr/  ]

.............................

Parcours. CITATIONS :

Dans cette ville où tout se vend je suis le vent / je suis la marge. / (…)  / Comprenez-vous que dans mon chant ce qui chante /  c’est le silence ? / Je n’existe pas à plein temps. Je suis avec ce qui commence.  Marc ALYN, Avec ce qui commence                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Celui qui marche d’un pas lent dans la rue de l’exil  / C’est toi  / C’est moi  / Regarde-le bien, ce n’est qu’un homme / Qu’importe le temps, la ressemblance, le sourire au bout des larmes l’étranger a toujours un ciel froissé au fond des yeux   Tahar BEN JELLOUN, Eloge de l’autre

Lutteur il souffle sur des tisons /  son visage mal géré par la nuit  Aimé CESAIRE, Mort à l’aube

La gare pickpocket déleste de leur passé ceux qui la traversent / Sans savoir vers où le verrou du soleil va s’ouvrir / Et quelle liberté en secret peut cicatriser notre vie.  Charles DOBZYNSKI, Gare de l’Est                                                                                                               

on ne dort pas / on trie on écrit on pétrit on assemble (…) le poème aussi est / façon de voir venir / du fond du sombre / les mots comme un ciel d’aube   Antoine EMAZ, Sous les étoiles exactement                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

peut-être que l’espoir / n’est qu’une entaille dans la chair / une étincelle sans futur / dans la mémoire   Claude ESTEBAN

Marcheur à Paris tu te cognes aux blessures / ouvertes au trépan chaque jour pour travaux     Ludovic JANVIER                     

et pourquoi naguère n’ai-je pas été là / pour empêcher que survienne / l’épreuve qui t’a laissé cette fêlure (…) et pourtant tu es ma blessure / c’est toi qui me fais grandir   Charles JULIET, Ton regard ta voix                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

Tu descends le chemin de mon sang / comme un caravanier / la route de la soie / Lorsque tu tomberas de mes hanches / mille ans auront passé   Anise KOLTZ

Cela dit / c’est de persister qu’il s’agit / Ne pas oublier (…)Protéger de ses poèmes nus / la flamme de la petite bougie    Abdellatif LAABI, La flamme de la petite bougie

J’ai laissé sur le sol mes armes / de chasseur / et tout mon silence durci sur le feu / nu contre le sol / je cherche à être la terre / le support de l’étoile du matin   Luis MIZON

Khayâm, je crois te lire  en Bonnefoy / La poésie dure comme sortilège   Azadée NICHAPOUR, Quatre quatrains pour Omar Khayâm

ce qui restera caché / cette chose est devant nous / qu’est-ce qu’un visage / le couvercle d’un secret  Bernard NOEL, Lumière du noir

Ce qui existe, / c’est depuis hier. / Le reste c’est du blanc.   Virgile NOVARINA, Ecrits de nuit pour noctiluque                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

Dans une valise idéale /  on peut ranger tout l’univers / la troupe engloutie des étoiles / une seule fourmi  / un seul amour   Serge PEY

 Il y a le bleu des brèches et des horizons pâles / Il y a que je pense à un figuier comme / A la perfection du sommeil  Lionel RAY, L’icône espérance

Peut-on imaginer le visage d’un arbre, d’un nuage ou / d’une flaque ? / Oui, en fermant les yeux. / Pour connaître celui des hommes, c’est pareil, il faut fermer les yeux et écouter la voix de celui qui parle…    Dominique SAMPIERO, Portrait sensible

Ces ombres qui rasent le mur /  Et passent, sont-ce mes souvenirs… ?   Léopold SEDAR SENGHOR, Brouillard

L’homme est fait de la matière de l’arc-en-ciel  /  Il est couleur (…)D’autres couleurs existent que je ne connais pas / Qui sont à l’intérieur dans les cœurs et les âmes (…)Et l’invisible aussi / Que l’homme voit si même il dit ne pas le voir / Cela qui fait de nous l’humanité / Tissage et métissage   Salah STETIE, Le Bleu de la question               

Ô cette rumeur de l’inconnu /  au coin des rues de la terre   André VELTER, Courir le monde

seul évolue l’esprit solitaire / dans les lieux déserts / aux heures vides / au fond de nuits méditatives / face à des aurores lumineuses    Kenneth WHITE, Mont-Saint-Michel, XIè siècle

28/11/2011

Joan MIRO. "Ce que je cherche, c'est le mouvement immobile..."

« Ce que je cherche, c'est le mouvement immobile, quelque chose qui soit l'équivalence de l'éloquence du silence. »
Joan MIRO

Citation choisie par Passion Estampes, galerie d’art : http://www.passion-estampes.com/bio/mirobiographie.html

Sur le site, biographie de Joan MIRO et reproductions.

…………………………………….

"Il faut toujours revisiter les peintres qu'on croit connaître", Danielle Attali, à propos de Miró, JDD, 2011  http://www.lejdd.fr/Culture/Expo/Actualite/Miro-s-invite-...

"Je n'invente rien, tout est là."  (cité par Danielle Attali)

..............

Voir aussi la note du 21-04-2016« Miró. Saisir l’être en soi, et peindre. »…  http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2016/04/21/mi...

26/11/2011

ENFANTS. 26 novembre, Journée des enfants des RUES

Femmes (le 25), enfants, (le 26)… Journées qui marquent un bref moment de conscience : brièveté, mais occasion de faire connaître, mobiliser, éviter l’oubli. Le reste de l’année des associations travaillent de manière permanente pour aider les enfants dans la détresse. Tant d’enfants à la rue, partout, c’est un symptôme (scandaleux) des graves manques de nos sociétés, des failles tragiques qui font un triste portrait du monde…

Enfants des rues. Infos ( et LIENS) sur wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Enfant_des_rues

Journée des enfants des RUES , sur  journee-mondiale.com : http://www.journee-mondiale.com/214/26_novembre-enfant_rues.htm  (« Pour célébrer le 20e anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant. (Elle a été signée en 1989 !), l'UNESCO organise la journée des enfants des rues. » (…) « De nombreuses associations luttent en faveur des enfants des rues, que ce soit en Amérique Latine ou en Asie, qu'elles soient ou non confessionnelles. Leur action de terrain permet de réaliser un véritable travail de fourmi en faveur des enfants, de leur éducation, de leur sécurité, allant parfois jusqu'à une véritable renaissance des liens sociaux et familiaux. »)

RFI, article de juin 2011, dit les actions de l’UNICEF pour aider les enfants des rues (villes d’Afrique) : http://www.rfi.fr/afrique/20110615-unicef-mobilise-faveur-enfants-rues-villes-africaines

TDH, Terre des hommes, se consacre à l’aide à l’enfance, dans plus de 30 pays : http://tdh.ch/fr/about-us

La VOIX de l'enfant fédère plusieurs associations. Répondre à la détresse des enfants, où qu'ils soient http://www.lavoixdelenfant.org

VIOLENCES contre les FEMMES. Infos sur la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. 25 novembre…

Le site journee-mondiale.com  Rappel historique, et sens de cette journée : http://www.journee-mondiale.com/132/25_novembre-internationale_elimination_violences_femmes.htm  (« Si l'on demandait à un citoyen pris au hasard ce que signifie pour lui le 25 novembre, nul doute que cela ne lui évoquerait pas grande chose sauf peut-être la Sainte Catherine s'il a gardé en mémoire de vieilles traditions... C'est pourtant la date choisie par les Nations Unies pour célébrer la Journée Internationale pour l'Elimination de la Violence contre les Femmes.  / Son origine remonte à 1960, lorsqu'en République Dominicaine les sœurs Mirabal furent assassinées parce qu'elles militaient pour leurs droits. Elles devinrent alors les symboles du combat pour éradiquer ce fléau qu'est la violence à l'égard des femmes. »)

 Fiche Wikipedia, infos aussi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Journ%C3%A9e_internationale_pour_l'%C3%A9limination_de_la_violence_%C3%A0_l'%C3%A9gard_des_femmes

 Ne pas réduire la violence à la question de la violence physique (celle qui aboutit à un meurtre tous les deux jours, presque, en France, et doit donc être prise au sérieux).  En allant chercher à la source dans les rapports sociaux, notamment dans des formes subtiles, aussi, de ce qui dépend de rapports de force entre le féminin et le masculin. Domination des petits chefs (ou prétendus chefs…) qui se croient autorisés à mépriser, dans les relations hors de la sphère privée (travail, engagements). C’est observable.

Le dénigrement, dit-on, est le premier signe de la violence en gestation. Langage qui peut dériver vers la simple impolitesse évidente, dans l’affrontement d’idées, ou même l’incorrection vulgaire. Conviction qu’on peut se permettre (certains hommes) l’affirmation d’une sorte d’autorité native, d’espèce sans doute. Dérive qui apparaît notamment quand la femme n’est pas séduite (y compris sur un plan intellectuel, quand la séduction amoureuse n’est pas le sujet) chez des hommes qui se croient investis d’un pouvoir (par le fait de connaissances qu’ils croient maîtriser plus que d’autres, par le fait de rôles sociaux dont ils pensent que cela leur donne une supériorité sociale). Hommes  qui sont habitués à être estimés, admirés même parfois, ou qui le croient. Entre l’agression verbale vulgaire du dénigrement affirmé et le jeu de supériorité sournois qui prend des formes légères, glissements peu visibles et peu repérés, il y a des degrés nombreux. On observe cela dans les jeux sociaux.

Il faut interroger aussi la notion de virilité (qui échappe au seul plan physique), et qui dépend de schémas mentaux dont les effets sont aussi négatifs sur les relations de pouvoir et d’autorité entre les hommes eux-mêmes. Violence des rivalités.

Mais on peut se questionner au sujet de l’éducation reçue par des hommes dont les mères ont omis de faire passer un certain nombre de messages dès l’enfance. On peut s’interroger au sujet du comportement des femmes dans la vie quotidienne et sociale. La « servitude volontaire » a aussi des formes féminines, quand la complaisance complice légitime des comportements illégitimes. Coresponsabilité, dans certains cas. (Evidente quand on voit le  spectacle donné par certaines émissions télévisuelles).  

Ce qui n’empêche pas de criminaliser ce qui doit l’être. Violence physique, menaces et viols. Ces crimes ne sont pas encore suffisamment pris en compte. Et si nous améliorons le statut des femmes ici, le respect, la sécurité, nous serons plus efficaces et plus audibles quand nous protesterons contre l'horreur des lapidations de femmes, ailleurs.

Une interrogation, en marge de ces questions relatives à la violence et aux crimes, concerne l’appellation « demoiselle », « mademoiselle », qui désigne des femmes qui ne se sont jamais mariées (ce qui ne veut pas dire qu’elles n’aient pas eu de vie amoureuse et sexuelle, et même qu’elles n’aient pas choisi pour autant de mettre des enfants au monde). Des féministes demandent la suppression de ces termes qui marquent une différence de traitement du célibat (différence de regard sur une situation). Cette revendication ne semble pas être comprise. Pourtant on ne dit pas damoiseau (ou "demoiseau"…). Demoiselle connote une sorte de virginité (au départ c’est bien le sens qu’on entend). Mais plus encore une valeur « femme » (adulte) qui ne serait donnée que par le mariage. Comme si la femme restait dans une enfance non mature tant que la marque du nom d’un homme ne lui donnait pas le statut d’individu majeur. Le langage a des effets qui ne devraient pas être négligés. Quand la femme sera reconnue, dans les mots qui nomment, femme majeure en tant que telle, sujet autonome par son existence et rien d’autre (et pouvant être pensée ainsi, pas seulement comme être mineur auquel on ne reconnaissait pas le droit de voter il n’y a pas si longtemps…) peut-être que des hommes auront moins tendance à la penser comme objet, et conscience à bas prix.

Lire... Terrafemina.com : http://www.terrafemina.com/societe/solidarites-engagement/articles/9037--novembre--journee-internationale-contre-les-violences-faites-aux-femmes.html

Alliance des Femmes pour la Démocratie (informations intéressantes, dont celle concernant un point de vue d’E.Badinter, publié sur le site du  Monde - avec des infos erronées -  et un article de réponse qui ne l’est toujours pas : http://www.alliancedesfemmes.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=19&Itemid=52

Femmes solidaires : http://femmes-solidaires.org/spip.php?rubrique9

23/11/2011

Le capitalisme hors la loi, de Marc Roche. Finances, économie : comprendre les raisons d’une crise…

CAPITALISME  BANQUE.jpg

LIVRE. "Le capitalisme hors la loi", de Marc Roche (correspondant du Monde à Londres), éd. Albin Michel, 2011 

Fiche EDITEUR : http://www.albin-michel.fr/-EAN=9782226230553  (« Un capitalisme opaque et spéculatif s'oppose désormais au capitalisme réglementé. Ce système retient en otage Etats et consommateurs, sans parler des salariés et des petits actionnaires.
Mais ce capitalisme-là s'est émancipé : entre contournement massif des règles par le « hors-bilan » et paradis fiscaux, les interdits ont explosé. Est-on impuissant face à ce pouvoir occulte que la classe politique n'ose pas affronter? »)

Le LIVRE lu par Alternatives économiques :  http://www.alternatives-economiques.fr/le-capitalisme-hors-la-loi_fr_art_1102_55239.html  (le but… « nous faire entrevoir les " coulisses du casino " financier mondial »)

Articles de Marc Roche, Le Point  http://www.lepoint.fr/journalistes-du-point/marc-roche  

Autre livre, "La banque"http://www.albin-michel.fr/La-Banque-EAN=9782226206268

22/11/2011

La Ruelle bleue, blog littéraire. En exergue, Kafka…

RUELLE.png

« Un livre doit être la hache qui fend la mer gelée en nous »

                              Kafka 

La Ruelle bleue, blog littéraire : http://www.laruellebleue.com (celui d’une lectrice, pas d’une critique, c’est ainsi qu’elle le définit, même si sa profession est en rapport avec les livres).

L’exergue est une phrase de Kafka que j’apprécie particulièrement. Comme c’est juste… Bonne idée que mettre cette pensée en exergue d’un blog qui dit l’amour de la  lecture. Oui, si un livre n’est que de la confiture tiède, peu importe qu’on le lise ou pas : il ne changera rien, ne donnera ni force ni courage ni lucidité ni joie ni rien. Secouer, bousculer, questionner, heurter, voilà ce que doit faire un livre.

En accueil, l’image bleue d’une femme qui tend une coupe. Beau symbole : don, offrande, nourriture intellectuelle partagée, curiosité offerte pour enrichir autrui… Le bleu de l'illlustration, le bleu du nom. Bleu? La mer du voyage? Le ciel du rêve? Couleur froide, dit-on, que la symbolique associe à la spiritualité, à la réflexion, au mystère, à l'incertitude... Beau symbole, donc, doublement.  

J’ai découvert ce blog très récemment, en fouinant sur la Toile, pour lire des articles sur le livre d’Arturo Pérez Reverte, Cadix ou la diagonale du fou. Et, parmi d’autres pages, j’avais trouvé celle-ci. J’ai d’abord repéré l’exergue, en ouvrant le lien… 

La page sur cet ouvrage (déjà citée dans la note du 17-11-2011) : http://www.laruellebleue.com/7328/cadix-ou-la-diagonale-du-fou-arturo-perez-reverte-seuil/

L’A propos, en accueil du blog La Ruelle bleue : http://www.laruellebleue.com/4672/a-propos-2/

ENTRETIEN. « Qui se cache derrière La Ruelle bleue ? » (Questions de Stéphanie Joly) : http://www.pariscilaculture.fr/2011/10/qui-se-cache-derriere-www-laruellebleue-com/

Nuage de mots-clefs (ou « tags »), à voir en accueil. J’en relève certains : Actes Sud, adolescence, altérité, coup de cœur, création, détresse sociale, enfance, engagement, politique, Europe, existence, femme, Histoire, intrigue, quête d’identité, quête initiatique, racines…  

Les liens : http://www.netvibes.com/laruellebleue#blogs

cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc

MISE à JOUR... La Ruelle bleue a mentionné (2013) que les publications s'arrêtaient après trois ans d'activité intense... Mais les 280 articles sont toujours lisibles en ligne.

 

20/11/2011

L’Intranquille, de Gérard Garouste. En exergue, Rabbi Nahman de Bratslav

INTRANQUILLE.jpg

« Ne demande jamais ton chemin à celui qui le connaît. Tu risquerais de ne pas t’égarer. »

Rabbi Nahman de Bratslav

« L’Intranquille », sous-titre : « Autoportrait d’un fils, d’un peintre, d’un fou », de Gérard Garouste, avec Judith Perrignon, éd. L’Iconoclaste, 2009, et Livre de Poche, 2011. Livre dédié à sa femme Elisabeth. 

Gérard Garouste, peintre : http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Garouste 

Le LIVRE. Fiche decitre.fr : http://www.decitre.fr/livres/L-Intranquille.aspx/9782253156741  

Olivia de Lamberterie, Elle : « L’Intranquille est un livre triste et admirable » (citée sur la 4ème de couverture)                                      

Paris-Art.com : http://www.paris-art.com/editeur-design/l-intranquille-autoportrait-d-un-fils-d-un-peintre-d-un-fou/garouste-gerard/2510.html  (« L'Intranquille est le premier récit personnel de Gérard Garouste, artiste internationalement reconnu. Ses oeuvres sont exposées dans les plus grands musées du monde. ». Avec une partie du résumé publié sur la 4ème de couverture. Début : « Je suis le fils d'un salopard qui m'aimait. »). Cette phrase, citée là, est une clé bouleversante pour entrer dans ce livre, ce témoignage, cette œuvre : complexité des êtres et de l’affectif. 

Interview de Judith Perrignon (coauteur du livre), sur le site de l’éditeur, L’Iconoclaste : http://www.editions-iconoclaste.fr/spip.php?article1336  

« "L'Intranquille. Autoportrait d'un fils, d'un peintre, d'un fou", de Gérard Garouste : Garouste, l'horreur des origines », par Philippe Dagen, Le Monde des Livres, 07-05-09. (Mise à jour : lien inactif). Citations : « De Gérard Garouste, on sait qu'il est un peintre français né en 1946 et que sa peinture, depuis les années 1980, va si fortement à contre-courant des tendances issues du minimalisme et du conceptuel qu'elle est tenue pour emblématique de ce que l'on nomme tantôt retour à la figuration, tantôt postmodernisme. Aujourd'hui, Garouste peint des scènes fabuleuses et énigmatiques et des portraits » (…) « Aussi la parution de L'Intranquille, sous-titré Autoportrait d'un fils, d'un peintre, d'un fou, sa première prose, surprend-elle. Qu'est-ce que Garouste peut avoir à écrire ? Des histoires d'atelier ? Non. Des réflexions sur la situation actuelle de l'art ? Très peu. La peinture et le dessin ne sont pas absents. Mais ce qui fait la force et l'intérêt exceptionnels de L'Intranquille, c'est ce que Garouste y révèle de son histoire et la clarté résolue et calme avec laquelle il le révèle - sans aucun pathos, sans masochisme non plus. » 

Mohammed Aïssaoui, Le Figaro, 20-10-2011 (Rubrique Les Poches du jour) : http://www.lefigaro.fr/livres/2011/10/20/03005-20111020ARTFIG00823-gerard-garouste-autoportrait-d-un-intranquille.php  (« Peu d'auteurs savent recueillir avec autant de talent et de sensibilité les confidences. Question d'écoute. Judith Perrignon a tendu l'oreille à Gérard Garouste. ») 

Rubrique « Faites-vous des Poches », Le Point, par Marine de Tilly, 10-10-2011 :  http://www.lepoint.fr/livre/l-intranquille-autoportrait-d-un-fils-d-un-peintre-d-un-fou-de-gerard-garouste-avec-judith-perrignon-10-10-2011-1382831_79.php (« Ce petit livre sombre, profond et d'une sincérité désarmante raconte tout cela : l'enfance, l'antisémitisme et la folie, aux trousses d'un immense artiste. ») 

Blog de Vanessa Curton. Livres coups de cœur. Lecture de L’Intranquille. (Mise à jour : lien inactif...). Citation : « Regard sur ce père qui vient de mourir et son antisémitisme effréné. Gérard Garouste s'est construit en rupture, comme un cri, avec cet enfant au creux de lui et cette ferveur de "peindre jusqu'à l'épuisement". En rupture aussi avec ses contemporains. Tandis que ceux de son âge cherchaient à faire des performances, à provoquer, lui, il "cherchait le chaos des poudres" sur une toile préparée à l'ancienne, choisissait l'érudition et trouvait peu à peu son langage. »)

17/11/2011

Arturo Pérez-Reverte (Cadix, ou la diagonale du fou) cité par Xavier Houssin, Le Monde des Livres, et Aurora Intxausti, El Pais Cultura

CADIX.jpgEl ASEDIO.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Méditerranée. « Ma vraie patrie de mémoire et d'étoiles. »

Arturo Pérez-Reverte, écrivain espagnol

Cité par Xavier Houssin, dans son article consacré à la critique du roman « El Asedio », traduit par François Maspero et publié au Seuil (2011), avec le titre français  « Cadix, la diagonale du fou ».

« Dans sa Cadix bouleversée, tout se lit à ciel ouvert. Fantastique roman à tiroirs, semé d'embûches, de filets, de traquenards, où les rues, les quartiers se déplient en un gigantesque échiquier, où les événements, les intrigues sont autant de parties à jouer. », écrit le chroniqueur dans cet article.

……………..

Autres citations de l’auteur, dans le même article :

« Je suis un lecteur qui écrit des romans. »

……………..

 « Je porte ma littérature dans mon expérience. J'ai quitté ma famille à 18 ans avec un sac au dos et j'ai passé mon temps, comme reporter, dans des pays en guerre. Dieu, le respect, la foi en l'homme, tout a été balayé. J'écris avec l'innocence que la vie m'a enlevée. »

……………..

 « Il y a des romanciers qui écrivent avec leur imagination, moi, j'écris avec mes souvenirs. Je n'ai besoin de rien d'autre pour  décrire la violence. Lorsque j'étais à Beyrouth ou à Sarajevo, j'ai vu des choses épouvantables. Mais ce sont les livres qui m'ont permis de supporter. Sans eux, cela aurait été impossible. Et toujours aujourd'hui, lorsque j'ai des doutes, des angoisses, je vais vers Montaigne, je vais vers Homère. C'est une compagnie dont je ne peux me passer. »

………………………………………………………………………………………………………………………..................................................

L’ARTICLE : « Cadix, la diagonale du fou », d'Arturo Pérez-Reverte : Cadix dans tous ses états, Le Monde des Livres, daté 21-10-2011 (papier), par Xavier Houssin : http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/10/20/cadix-la-diagonale-du-fou-d-arturo-perez-reverte_1590692_3260.html  (LECTURE INTEGRALE sur le SITE)

cccccccccccccccc

Le LIVRE « Cadix, la diagonale du fou », sur le site de l’éditeur : http://www.seuil.com/livre-9782021029482.htm « Cadix 1811. Joseph Bonaparte est sur le trône d’Espagne et le pays lutte contre l’occupation des armées napoléoniennes. Mais… « (…) « Cadix, ou la Diagonale du fou », narre la fin d’une époque dans une ville énigmatique et ténébreuse sous l’apparente blancheur de ses murs et de sa lumière océane. »

Sur le BLOG La Ruelle bleue : http://www.laruellebleue.com/7328/cadix-ou-la-diagonale-du-fou-arturo-perez-reverte-seuil/  « … Il revient en Andalousie en 1811 et pose son décor à Cadix, ville blanche ouverte grâce à son port sur le vaste monde, vainement assiégée et bombardée par les Français, ultime bastion de résistance de la péninsule ibérique avec sa voisine dans la baie, l’île de Léon. / Quatre trames sont tissées sur ce fond de guerre.»

REVUE de PRESSE et court extrait sur le site Le choix des libraires : http://lechoixdeslibraires.com/livre-110203-cadix-ou-la-diagonale-du-fou.htm

FICHE decitre.fr : http://www.decitre.fr/livres/Cadix-ou-la-diagonale-du-fou.aspx/9782021029482 (résumé, auteur, autres titres)

Et 2ème fiche decitre.fr pour le livre originel en espagnol, « El Asedio » (et autres titres dans la langue de l’auteur) : http://www.decitre.fr/livres/El-asedio.aspx/9788420405551

cccccccccccccccccccc

SITE officiel de l’écrivain (en espagnol) : http://www.perezreverte.com/

L’auteur cité par Aurora Intxausti, El Pais Cultura, Espagne (Article et LIENS vers d’autres pages) :

http://www.elpais.com/articulo/cultura/Arturo/Perez-Reverte/muestra/lugares/gaditanos/desarrolla/asedio/elpepucul/20100304elpepucul_5/Tes :  « La historia transcurre hace dos siglos en una ciudad en la que se conocía todo el mundo. Es una novela muy poco políticamente correcta. Muy incorrecta. Plantea temas como la tortura, el castigo y el premio y la impunidad. Todo está diluido bajo un trama en la que hay aventuras, peripecias, lances, amoríos y enigmas. »

DIAPORAMA (sur ELPAIS.COM), Cadix : http://www.elpais.com/fotogaleria/Perez/elpgal/20100221elpepucul_1/Zes/1

16/11/2011

HISTOIRE. Culture, sur le site HERODOTE.net… Des dossiers, des LIVRES…des LIENS.

AGE TOTALITAIRE.jpgART ISLAM en Orient.jpgCHRONOLOGIE universelle.jpgDISCOURS  LA BOETIE.jpgECO La prospérité du vice.jpgESCLAVAGE ISLAM.jpgACTION française.jpgENNEMI intime.jpgHISTOIRE.jpgJEAN MONNET  EUROPE.jpgTOTALITARISMES.jpgTRAITES.jpghistoire,historien,historiens,dates,livres,culture,herodote.net,hywell williams,chronologie,chronologie universelle,andré larané,jean monnet,europe,union européenne,henri stierlin,art,islam,orient,le discours de la servitude volontaire,la boétie,malek chebel,esclavage,traites négrières,olivier pétré-grenouilleau,la question postcoloniale,yves lacoste,colonisation,colonialisme,décolonisation,études coloniales,l’ennemi intime,patrick rotman,guerre d’algérie,algeriades.com,un silence d’état,jean-jacques jordi,disparus civils,wikipedia,kabyle.com,bernard bruneteau,totalitarisme,toupie.org,totalitaire,fascisme,léon poliakov,jean-pierre cabestan,xxème siècle,hannah arendt,raymond aron,jacques attali

 

 

 

 

SELECTION de TITRES…

Cela fait longtemps que je suis abonnée à la newsletter d’herodote.net. Je trouve toujours, sur ce site, matière à découvrir, réfléchir, questionner, et regarder (aussi). Là j’ai refait le tour de leurs choix de livres. Parmi les titres qui sont proposés, j’ai fait une sélection personnelle et subjective. Certains livres sont longuement présentés sur le site. Les pages valent lecture, même si on n’a pas forcément envie de lire les ouvrages indiqués. C’est déjà une approche, cela donne des pistes de réflexion. Et on retiendra peut-être certains ouvrages : à lire, eux… (On aura peut-être envie, aussi, d’aller chercher, en plus, d’autres articles, d’autres regards sur les livres ou les thèmes, comme je l’ai fait pour certains thèmes…).

Sur herodote.net  http://www.herodote.net … j’ai lu, et repéré des titres…  Les pages du site ne seront  indiquées ci-dessous  que par la lettre H, sauf pour un dossier  herodote.net.  (Je mets parfois d’autres liens, quand un complément peut être intéressant...). 

 ……………… « Ces journées qui ont changé le monde », d’Hywell Williams, éd. Dunod, 2011, H : http://www.herodote.net/Ces_journees_qui_ont_change_le_monde-bibliographie-308.php

................ « Mémoires », de Jean Monnet, éd. Fayard, 1976 (Une vie : l’idée et la réalisation de l’Europe), H : http://www.herodote.net/histoire/synthese.php?ID=206 

Union européenne, fiche wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Union_europ%C3%A9enne

TEXTES FONDATEURS de l’UE, sur aedh.eu : http://www.aedh.eu/-Textes-fondateurs-de-l-UE-.html

……………… « L’art de l’Islam en Orient », de Henri Stierlin, 2002, éd. Gründ, H : http://www.herodote.net/L_Art_de_l_Islam_en_Orient-bibliographie-115.php

………………  « Le discours de la servitude volontaire », de La Boétie (1549), éd. Payot, 2002, sur classiques.uqac.ca  :  http://classiques.uqac.ca/classiques/la_boetie_etienne_de/discours_de_la_servitude/discours_servitude.html

 ………………   « L’esclavage en terre d’islam », de Malek Chebel, éd. Fayard, 2007, H : http://www.herodote.net/L_esclavage_en_terre_d_islam-bibliographie-15.php

 ……………… « Les traites négrières », d’Olivier Pétré-Grenouilleau, éd. Gallimard (Folio/Histoire), 2006, H : http://www.herodote.net/articles/article.php?ID=291

……………… « La question postcoloniale », d’ Yves Lacoste,  éd. Fayard, 2010 (les failles de la pensée après la décolonisation) :

Note bibliographique, H : http://www.herodote.net/La_question_post_coloniale-bibliographie-14.php

et  article, H : http://www.herodote.net/articles/article.php?ID=1107  

Revue en ligne, blog etudescoloniales.canalblog :   http://etudescoloniales.canalblog.com

Sur une polémique linguistique (et méthodologique – un dictionnaire fonctionnant par renvois d’article à articles…) concernant la définition des mots colonisation, coloniser, sur lemonde.fr : http://www.lemonde.fr/societe/article/2006/09/06/polemique-autour-de-la-definition-de-colonisation-et-coloniser-par-le-petit-robert_809909_3224.html

TEXTES sur la colonisation et décolonisation, ‘cliotexte’, sur icp.ge.ch: http://icp.ge.ch/po/cliotexte/xixe-et-xxe-siecle-colonisation-et-imperialisme

………………  « L’ennemi intime », le livre de Patrick Rotman, éd. du Seuil, 2001, sur evene.fr : http://www.evene.fr/livres/livre/patrick-rotman-l-ennemi-intime-13238.php

Dossier historique sur herodote.net  : http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19620319 (Guerre d’Algérie, cessez-le-feu du 19 mars 62, transition sanglante…)

La guerre d’Algérie. Très ample fiche, utile, sur wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_d'Alg%C3%A9rie  [ Avec une double bibliographie, fiction et essais (G-M. Benamou,  M. Harbi, J-J- Jordi, D. Lefeuvre, G. Pervillé, B. Stora. Et, dans les notes, J. Monneret) et une filmographie (assez bonne, mais incomplète : ajouter, par exemple, l’importante trilogie de J-P. Lledo, et, notamment, « Algérie mes fantômes »,  « Algérie, histoires à  ne pas dire ». Voir ALBUM « Films », ici)]

[ A consulter, album « Livres », de Jean-Jacques Jordi, « Un silence d’Etat »(les disparus civils européens) : http://tramesnomades.hautetfort.com/album/des-livres/2715790029.html

Et, de Jean Monneret, les ouvrages sur le 26 mars et le 5 juillet 1962  http://tramesnomades.hautetfort.com/album/des-livres/1115354297.html  et http://tramesnomades.hautetfort.com/album/des-livres/2183355376.html  (album « Livres » aussi)]

.......……………… « L’âge totalitaire », de Bernard Bruneteau, éd. Le Cavalier bleu, 2011 :

Présentation du livre (H): http://www.herodote.net/L_age_totalitaire-bibliographie-277.php

Site de l’éditeur présentation et sommaire détaillé (plus dossier complémentaire sur le TOTALITARISME), lecavalierbleu.com : http://www.lecavalierbleu.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=312

Totalitarisme. Sur wikipedia : définition, références, BIBLIOGRAPHIES (fiction, essais), et LIENS : http://fr.wikipedia.org/wiki/Totalitarisme

Définition Larousse encyclopédie (approfondie), sur larousse.fr : http://www.larousse.fr/encyclopedie/nom-commun-nom/totalitarisme/97872

……………… « Les totalitarismes du XXè siècle », de Léon Poliakov et Jean-Pierre Cabestan, éd. Fayard, 1987 

Présentation du livre (H): http://www.herodote.net/Les_totalitarismes_du_XXe_siecle-bibliographie-87.php

Sur Léon Poliakov, fiche wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9on_Poliakov

Totalitarisme,  une définition, sur toupie.org : http://www.toupie.org/Dictionnaire/Totalitarisme.htm

Et… CITATIONS, choix de toupie.org  : http://www.toupie.org/Citations/Totalitarisme.htm

Réflexion personnelle d’un prof de philo article, blog, lescrutateur.com, Guadeloupe : http://www.lescrutateur.com/article-25057101.html  (Texte et bibliographie : totalitarisme et fascisme, de quelqu’un qui a une pensée complexe, parfois très loin de moi pour certains thèmes, mais dont les analyses peuvent être pertinentes, questionnantes)

……………… «  L’Action française », de François Huguenin, éd. Perrin/Tempus, 1998 (parcours intellectuel et politique de l’idéologie d’extrême droite, analyse des constituants de ces dérives de la pensée et de l’action). H : http://www.herodote.net/L_Action_francaise-bibliographie-286.php

Voir aussi… Document audio n° 9, daté 22 août 2011 (descendre un peu sur la page), Université populaire UFAL.  Conférence, « L’extrême droite en France : ses ressorts et sa structure », par Nicolas Lebourg, historien, université de Perpignan. Sur ufal.info : http://www.ufal.info/portail/retranscriptions-audio-des-conferences-de-lupl-2011/5057

BLOG. Décryptage des idéologies d’extrême droite, droites-extremes.blog : http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/

……………… « La prospérité du vice. Une introduction (inquiète) à l’économie ». De Daniel CohenLivre de Poche,2009, H : http://www.herodote.net/La_prosperite_du_vice-bibliographie-247.php

....................................................................................................................................................................................

.LIVRES, plusieurs RUBRIQUES, sur Hérodote (ne pas confondre avec la revue du même nom : c’est indépendant) :

‘Coups de cœur’, ‘Nouveautés’, ‘Sélection’…  et…

Les classiques’ : http://www.herodote.net/documents_integraux.php

Bibliothèque idéale’ : http://www.herodote.net/Boutique/fond.php

On peut suggérer un titre…

(Newsletter hebdomadaire intéressante)

Le site herodote.net propose bien plus que des références de livres : dossiers historiques, biographies, documents, iconographie (galerie d’images : http://www.herodote.net/texteimages.php), dictionnaire de l’histoire (des centaines de définitions : http://www.herodote.net/encyclopedie/dico.php ), des éditoriaux sur des thèmes divers (actualité, dates), un agenda, des LIENS (http://www.herodote.net/web/web.php?select=20  ).

On peut lire de très nombreuses pages sur le site. Mais il est proposé d’accéder à plus d’espace en ligne en adhérant à l’association, pour soutenir ce travail (Amis d’Hérodote) : http://www.herodote.net/Boutique/amis.php

PRESENTATION du SITE : http://www.herodote.net/contact.php 

ccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc

14/11/2011

« Avec les chrétiens d’Orient », hors-série du journal La Croix

HS CROIX ORIENT.jpg

 

 

 

 « Avec les chrétiens d’Orient », le hors-série présenté sur le site de La Croix https://librairie.la-croix.com/avec-les-chretiens-d-orien... 

 

 

 

Et sur le site de L'Oeuvre d'Orient  http://www.oeuvre-orient.fr/page-la-croix-hors-serie-avec-les-chretiens-d-orient-326.html?PHPSESSID=f718d4d815fd9e048c003bfb886d4fe7

« Qui sont les chrétiens d'Orient aujourd'hui ? / Cibles d'attentats organisés par des groupes terroristes, vivant dans une région très instable, leur avenir semble incertain. Beaucoup, pourtant, s'accrochent. / Comment comprendre les épreuves qu'ils traversent? Quels sont leurs rêves, leurs attentes, leurs espoirs ? »  (…) «… reportages, analyses et portraits… témoignages »

.................................................

Voir aussi :

La page du PORTAIL wikipedia, Chrétiens d’Orient : http://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Chr%C3%A9tiens_d'Orient

« La mosaïque des chrétiens d’Orient », slate.fr, 07-01-2011 : http://www.slate.fr/story/32509/la-mosaique-des-chretiens-dorient

« Le douloureux exode des chrétiens d’Orient », Libération , 26-03-2010 : http://www.liberation.fr/monde/01012327834-le-douloureux-exode-des-chretiens-d-orient 

« Les Chrétiens d’orient broyés par l’histoire », Le Point, 02-11-2010 : http://www.lepoint.fr/monde/ou-va-le-monde-pierre-beylau/les-chretiens-d-orient-broyes-par-l-histoire-02-11-2010-1257328_231.php

« Chrétiens d’Orient, impuissance et lâcheté » (occidentale), blog/Le Figaro d’Yves Thréard : http://blog.lefigaro.fr/threard/2011/01/chretiens-dorient-impuissance.html

DOSSIER . La Croix, Les chrétiens d’Orient : http://www.la-croix.com/Religion/S-informer/Actualite/Les-chretiens-d-Orient-_NG_-2011-05-06-575736

 

Soufi mon amour, d’Elif Shafak. (En exergue, Shams de Tabriz)

soufi mon amour,elif shafak,turquie,rûmi,poésie,philosophie,littérature,citations,exergue,roman,spiritualité,amour,soufisme,islam,musulmans,ponts,sagesse,universel,shams de tabriz,dominique letellier,wodka.over-blog,ouverture du coeursoufi mon amour,elif shafak,turquie,rûmi,poésie,philosophie,littérature,citations,exergue,roman,spiritualité,amour,soufisme,islam,musulmans,ponts,sagesse,universel,shams de tabriz,dominique letellier,wodka.over-blog,ouverture du coeur

 

 

 

 « Quand j’étais enfant, / je voyais Dieu, / je voyais les anges ; / je regardais les mystères des mondes d’en haut et d’en bas. / Je croyais que tous les hommes voyaient la même chose. / J’ai fini par comprendre qu’ils ne voyaient pas… »

Shams  de  Tabriz

………………………….

Cette citation est mise en exergue en tête de l’ouvrage d’Elif Shafak, romancière turque, « Soufi mon amour », 2010 (éd. 10/18 2011). Traduction, de l’anglais, par Dominique Letellier.

Fille de diplomate Elif Shafak est née à Strasbourg, a vécu en Espagne, puis en Turquie, a enseigné aux Etats-Unis. Elle vit à Istanbul.

Site officiel (en anglais), Elif Shafak : http://www.elifshafak.com/index.php

BioBibliographie, fiche wikipedia, Elif Shafak : « Féministe engagée, cosmopolite, humaniste et profondément imprégnée par le soufisme et la culture ottomane, Şhafak défie ainsi par son écriture toute forme de bigoterie et de xénophobie. » (…) « Le soufisme a toujours joué un rôle central dans l'écriture de Şhafak mais ce n'est qu'avec son dernier roman en date, « Soufi, Mon amour », qu'elle aborde pleinement le sujet. » https://fr.wikipedia.org/wiki/Elif_Shafak

Ce roman tisse des histoires croisées. D’une part, Ella, américaine de culture juive, et Aziz, européen converti à l’islam, photographe, écrivain et voyageur passionné, soufi (et qui semble avoir ainsi retrouvé là une identité d’âme bien plus ancienne…), des êtres de notre temps, qui vont s’aimer et bousculer leur vie pour être fidèles à eux-mêmes. Et, d’autre part, le grand Rûmi, érudit, mystique, et poète, et son maître Shams de Tabriz, le derviche errant, dans un temps bien plus lointain( le XIIIè siècle), et dans un monde peuplé d’êtres très divers qui seront tous marqués d’une manière ou d’une autre par la rencontre déstabilisante de Shams, l’accoucheur d’âmes. Un roman dans le roman ("Doux blasphème"), des pensées de sagesse dans le roman : c’est là un livre dont la lecture est infinie et qu’on se remet à parcourir pour y puiser du sens bien après avoir refermé à regret la dernière page. L’ouvrage met l’amour au centre de toute réalisation de soi, et le soufisme y est présenté comme une clé  possible, une voie vers ce centre intérieur . Voilà des pages qui permettent d’entrer dans la compréhension de cette haute spiritualité musulmane qu’Elif Shafak connaît si bien. Histoire, sagesse, mystique, éthique et questionnements simplement humains… voilà des pages qui donnent matière à réflexion et méditation (et qu’il faudrait donner à lire à tous les faiseurs d’amalgames). « Je crois que la visée de l’art, et en particulier de l’art du récit, est de construire des ponts. », dit l’auteur dans un entretien de qualité, publié sur son site.  (Elle y donne des références pour dire ses lectures sur le thème du soufisme).

cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc

CITATIONS :

« Pour moi, le soufisme est une tapisserie où s’entrelacent couleurs et motifs. Dans mon roman, je ne présente pas le soufisme comme une notion abstraite ou un enseignement théorique, mais comme une énergie vitale, chaude, apaisante. Je m’intéresse à ce que le soufisme représente dans notre monde moderne. Je souhaite montrer la portée de la philosophie de Rûmi aujourd’hui, alors même que nous avons l’impression d’être à des lieues et à des siècles de celle-ci. »

« De l'ouverture du cœur dépend celle de l'esprit. Point n'est besoin de tout abandonner ni de se faire pauvre hère pour tenter d'approcher cette sagesse universelle. Elif Shafak invite chacun, croyant, agnostique ou athée, à ce travail sur lui-même : accepter de se changer pour que change sa vie. »

....

Page éditeur, Phébus (BioBiblio. Cliquer sur les couvertures des livres, dont celui-ci, pour lire les présentations): http://www.editionsphebus.fr/fiche-auteur2577/elif-shafak 

Et sur 10/18 (BioBiblio): http://www.10-18.fr/site/elif_shafak_&181&28786.h... 

Critiques du livre… 

La lecture d’Hervé Bonnet : http://blogs.lexpress.fr/les-8-plumes/2012/11/01/elif-sha... 

Et celle de Sabine Mustakim : http://publikart.net/soufi-mon-amour-un-livre-de-elif-sha...

Critique (élogieuse) du livre d’Elif Shafak. Par Kate, sur wodka-over.blog : http://wodka.over-blog.com/article-elif-shafak-soufi-mon-amour-56420106.html

 

11/11/2011

11 novembre 1918. Histoire, commémorations, musée de la grande guerre...

Voir un dossier sur le site d’Hérodote (collectif d’historiens) : http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19181111

Des archives, sur le site de L’Assemblée nationale :  http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/armistice.asp  (et vidéo INA)

« La fin de la première guerre mondiale », sur L’internaute- Histoire : http://www.linternaute.com/histoire/jour/evenement/11/11/1/a/48289/fin_de_la_premiere_guerre_mondiale.shtml

Cette page est écrite en hommage à mon grand-père jamais connu, Francisco, mort en Algérie, poumons brûlés, des suites de cette guerre, de ce désastre historique de tranchées et de gaz… Lui qui ne connaissait pas la France et dut y vivre l’horreur.

Le 4 mai dernier le dernier Poilu connu est mort. Mais pas les traces des souffrances de cette génération dans les mémoires actuelles des familles, qui, si elles ne sont pas forcément dites, sont transmises par les corps et l’inconscient.

11 novembre 1918, fiche wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Armistice_de_1918 :

CITATIONS : (Derniers morts au combat et causes…) : « Le dernier jour de guerre a fait près de 11 000 tués, blessés ou disparus, soit plus que lors d'une opération majeure comme le Jour J en 1944. Certains soldats ont perdu la vie lors d'actions militaires décidées par des généraux qui savaient que l'armistice avait déjà été signé. Par exemple le général Wright de la 89e division américaine prit la décision d'attaquer le village de Stenay afin que ses troupes puissent prendre un bain, ce qui engendra la perte de 300 hommes. / À 10 h 45 du matin, soit 15 minutes avant l'heure du cessez-le-feu, Augustin Trébuchon a été le dernier soldat français tué, estafette de la 9e compagnie du 415e régiment de la163e division d’infanterie, il est tué d'une balle dans la tête alors qu'il porte un message à son capitaine. Le dernier britannique, George Edwin Ellison a été tué à 9 h 30 alors qu'il faisait une reconnaissance non loin de Mons en Belgique. Le dernier soldat canadien a été George Lawrence Price, deux minutes avant l'armistice. Il a d'abord été enterré à Havré  avant d'être transféré à Saint-Symphorien (Belgique), au cimetière militaire. Sa pierre tombale d'Havré est exposée au Musée d’Histoire militaire de Mons. Enfin l'Américain Henry Gunther est généralement considéré comme le dernier soldat tué lors de la Première Guerre mondiale, 60 secondes avant l'heure d'armistice, alors qu'il chargeait des troupes allemandes étonnées parce qu'elles savaient le cessez-le-feu imminent. / La date de décès des morts français du 11 novembre a été antidatée au 10 novembre par les autorités militaires pour qui il n'était pas possible ou trop honteux de mourir le jour de la victoire. » / (…) Un assassinat par un groupe d’extrême droite allemand qui refuse l’Armistice de : « Matthias Erzberger, signataire civil plénipotentiaire pour les Allemands et député ayant fait voter, après un séjour auprès du pape Benoît XV, une motion pour la paix  dès juillet 1917, est assassiné le 26 août 1921 par des nationalistes d'extrême droite appartenant à l'Organisation Consul. »

......................

Commémorations en 2011 (96ème  anniversaire de l’Armistice), et projets (vers une journée associant à la commémoration de l’Armistice de 1918 la mémoire des autres guerres et des soldats qui y ont perdu la vie : une proposition de loi sera déposée, et des débats sur cette question ne manqueront pas) : Le Point, 11-11-2011 : http://www.lepoint.fr/societe/sarkozy-revisite-les-ceremonies-du-11-novembre-11-11-2011-1395173_23.php  

« Un 11 novembre en hommage à tous les soldats morts pour la France », Libération (source AFP) : http://www.liberation.fr/societe/01012370935-un-11-novembre-en-hommage-a-tous-les-soldats-morts-pour-la-france  ( « Après la disparition des derniers poilus de la Grande Guerre, les cérémonies du 11 novembre marqueront ce vendredi l’hommage aux soldats «morts pour la France» sur tous les fronts, avant l’inauguration par Nicolas Sarkozy du nouveau musée consacré à 1914-1918, à Meaux. Un hommage particulier sera rendu cette année sous l’Arc de triomphe aux 25 soldats tués au cours des douze derniers mois en Afghanistan. »)

......................

Dossier du Point sur le Musée de la grande guerre à Meaux  réalisé à partir de la collection de Jean-Pierre Verney, un long travail de mémoire - ensemble de 50000 pièces racheté par l’Etat au collectionneur, devenu le conseiller scientifique et historique du musée) : http://www.lepoint.fr/dossiers/culture/14-18-musee-grande-guerre/  Jacques Tardi a réalisé une fresque, « No Man’s Land ».

Sur Jean-Pierre Verney et le musée, Le Point, article et vidéo, 09-11-2011 : http://www.lepoint.fr/culture/le-passeur-de-memoire-09-11-2011-1394492_3.php

Site du Musée de la grande guerre : http://www.museedelagrandeguerre.eu/   (Ouvert ce 11 novembre, et inauguré par le Président de la République). 

09/11/2011

17 octobre 61, suite. « FLN, censure intestine », un article du Monde des livres

Voilà un article (et la postface d’un livre) qui donnent des clés précieuses pour comprendre un moment historique, ses suites, et de complexes réalités politiques…

« FLN, censure intestine », Le Monde des livres, daté 14-10-2011. Par Catherine Simon http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/10/13/fln-censure-intestine_1586849_3260.html#xtor=EPR-32280229-[NL_Titresdujour]-20111014-[player_evenement]  :

"Marcel et Paulette Péju (soutiens inconditionnels  du FLN pendant les années 60…) avaient fini de rédiger leur livre sur le 17 octobre 1961 en 1962. Ils voulaient le publier ( il ne sera publié que maintenant, donc des années après, à l’initiative de l’historien Gilles Manceron, qui l’enrichit d’une postface expliquant l’étrange histoire de cet ouvrage…). Le livre, qui voulait témoigner et dénoncer un crime (celui de Maurice Papon et de l’Etat français) fut censuré… par le FLN (Ordre de Houari Boumédiène et Ahmed Ben Bella...).  Cette censure émanait de la ligne du FLN qui avait pris le pouvoir en éliminant politiquement et physiquement ceux qui ne partageaient pas sa vision de l’Algérie à construire - fondée sur une conception ethnique et religieuse de l’appartenance nationale… (Il ne fallait pas, pour cette ligne du FLN, risquer de mettre en avant un courant qu’on voulait repousser dans l’ombre - et qui avait été l’initiateur de la manifestation du 17 octobre. Plutôt sacrifier la mémoire des victimes."

( Parenthèse Trames nomades)... Habituelle méthode des pouvoirs : la France fait pareil avec les 26 mars et 5 juillet 62, pour ne parler que de deux dates de la même histoire algérienne –auxquelles on peut ajouter l’attentat du Milk Bar à Alger – dont les victimes doivent supporter de voir la télévision française rendre hommage aux terroristes qui posèrent les bombes – cause de morts et d’immenses catastrophes personnelles pour les victimes survivantes, méconnues).

"Le couple Péju obéit à ses maîtres idéologiques, et le livre ne parut pas, silence qui contribua à la chappe de plomb posée sur les morts du 17 octobre 1961. (Jacques Vergès, qui dément, bien sûr, aurait joué un rôle dans cette occultation, d’après Gilles Manceron). Les victimes l’auront été doublement : effacées par les luttes internes du FLN et les « faiblesses » du PCF et des partis politiques français."

cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc

Le LIVRE : "Le 17 octobre des Algériens", de Marcel et Paulette Péju, suivi de "La triple occultation d'un massacre", postface de Gilles Manceron. Ed. La Découverte.

ccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc

A lire : « Pour une reconnaissance, pas une repentance ». Entretien avec Qassa Aïssi, Le Point, 17-10-2011 : http://www.lepoint.fr/monde/france-algerie-17-octobre-1961-pour-une-reconnaissance-pas-une-repentance-17-10-2011-1385700_24.php

Et j’ajoute (mise à jour) un titre suggéré par un internaute : " Les ratonnades d'octobre". Par Michel Levine, Editions Jean-Claude Gawsewitch, 2011. Il est d’ailleurs mentionné dans une liste de titres proposés par El Watan : http://www.djazairess.com/fr/elwatan/343617 

cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc

NOTE antérieure, du 18-10-2011 http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2011/10/18/le... 

08/11/2011

Empreintes, documentaire, France 5 : "Erik Orsenna, éloge de la curiosité", et mention d'autres films de Joël Calmettes

ORSENNA, ORSENNA  CURIOSITE.gifCAMUS DVD.gifMANDELA DVD.gif

Présentation, France 5 : « Joël Calmettes embrasse toutes les facettes de cette personnalité érudite dans un portrait au long cours, de son port d’attache breton à Jaipur, en Inde, en passant par l’Antarctique et l’Afrique. Ce film rend compte de sa quête insatiable de la connaissance, sous toutes les latitudes et sous toutes ses formes. »

Empreintes, France 5 : http://www.france5.fr/et-vous/France-5-et-vous/Les-progra...

Sélection des EXTRAITS choisis par France 5 (autres CITATIONS complètes sur la page de France 5). Paroles d’Erik Orsenna : « Naviguer, c’est inventer sa route, puisqu’il n’y a pas de route ; comme dans les livres, il n’y a pas de route. » (…) « Le monde aujourd’hui est un monde relié. Si on veut le comprendre, il faut être au courant de tous ces liens, donc il faut camper dans toutes sortes de territoires.  » (…) «  J’aime le sérieux, mais j’adore me marrer. J’aime la solitude, mais j’adore les assistances, les publics. […] Si je suis écrivain, c’est parce que je ne supporte pas d’avoir une seule vie. » (…) « Je ne supporte pas la grandiloquence. » (…) « On écrit au moins autant avec les blancs qu’avec les mots. »

……………………………………………

Le DVD, « Erik Orsenna, éloge de la curiosité ». Présentation de l’éditeur : « Erik Orsenna est toujours « ailleurs », là où personne ne l'attend / tour à tour écrivain, économiste, académicien, navigateur, etc. Le film se devait de rendre compte des différentes facettes d’une vie où la curiosité tient une place si centrale qu’elle la structure. Tourné au fil du temps pendant plus d’un an, construit comme une chronique, le film témoigne au plus près de son quotidien de la pluralité des activités d’Erik Orsenna. » (…) « La vie d’Erik Orsenna est aussi faite de rencontres. Dans le film, il croise Jean Audouze (astrophysicien), Abdou Diouf (ancien président de la République du Sénégal), un historien indien à Jaipur, un ouvrier dans une mine d’or au Mali, etc. Eric Orsenna est pudique. Ici pourtant il lève avec délicatesse et profondeur un voile sur les douleurs qui l’ont poussé à écrire. » (…) « Un homme en perpétuel mouvement qui trouve son équilibre, chaque jour (ou plutôt chaque nuit), dans la solitude de l’écriture. »

Chiloé Productions :  http://www.chiloe.fr/1/dvd_erik_orsenna_255066.html

ccccccccccccccccccc

J’ai suivi cette émission passionnante. J’avais lu un bon article dans le journal La Croix du 4-11-11, mais je n’ai pas retrouvé la page sur le site. Jeanne Ferney, titrait sa chronique télé, pour cette émission, « Le ‘’Tintin’’ de la littérature » (en référence à ce qui est dit dans le film de ce surnom donné amicalement à Erik Orsenna en raison de son goût du monde et des autres, de son enthousiasme). Elle relevait le rappel de l’émission de Bernard Pivot, Apostrophes, qui, en 1988, saluait Erik Orsenna pour (note la journaliste) «… le savoir inouï et la soif de connaissance dont débordent ses écrits », en disant, elle le cite, de l’œuvre d’Orsenna « C’est un éloge de la culture générale et presque de la culture inutile. » Culture inutile, répondait Erik Orsenna, oui : car les détails comptent, tout prend sens.  

.......................

J’ai effectivement pu constater que le message que faisait passer Orsenna était, totalement, un très bel éloge de la curiosité. Celle qui nourrit une sorte de fringale insatiable de la rencontre des êtres et des lieux du monde. Celle d’un immense élan dans sa passion pour l’Afrique : car, dit-il « L’Afrique tisse des liens. En Europe je meurs du manque de liens. ». De la curiosité il dit « Celui qui est curieux soigne le monde », en s’appuyant, parlant dans une classe à de jeunes enfants, sur l’étymologie. (Quelle bonne idée ! Bien sûr… ! En latin  ‘’curiosus’’ signifie ‘’qui a soin de’’). Aux enfants il fait chercher des mots qui commencent par ‘’cur’’, les laisse trouver ‘’cure’’, ‘’curatif’’… et, alors, pouvoir entendre - et comprendre - sa conception du regard curieux, de l’être curieux.  La curiosité, pour lui (il le dit ailleurs dans un des moments du documentaire) débouche forcément dans la nécessaire transversalité, dont il fait donc l’éloge aussi. Car comment être vraiment curieux et ouvert si on reste enfermé dans une seule spécialité, un seul rôle, une seule vie ? Ecrivain, parce que… «… je ne supporte pas d’avoir une seule vie ». Publier des livres, dit-il, lui donne aussi (ils se vendent) la liberté matérielle de faire des enquêtes, en prenant tout le temps nécessaire à la « rencontre » de l’autre et d’ailleurs, et de publier ensuite librement les résultats de ses recherches. « Etre écrivain pour cette liberté »

Bel hommage mérité, et très réussi, que ce documentaire…

Mots clés, donc : curiosité, soin, LIENS, monde relié, TISSER, rencontre,culture, connaissance, TRANSVERSALITE, sérieux, rire, solitude, publics, écriture, écrivain, vies (plusieurs en une !), publics, liberté. Clés, oui, pour une éthique du rapport aux autres et au monde.

ccccccccccc

Autres documentaires de Joël Calmettes en DVD :

Albert Camus, la tragédie du bonheur : http://video.fnac.com/a2771535/Albert-Camus-DVD-Zone-2

Mandela, au nom de la liberté : http://video.fnac.com/a2800054/Mandela-au-nom-de-la-liberte-DVD-Zone-2

Autres titres : http://recherche.fnac.com/ia605406/Joel-Calmettes?SID=983798b8-d4d5-f39f-ead0-ae966bf399e6&UID=096F611F0-4A0A-2595-6C23-F0E13E02485E&Origin=fnac_google&OrderInSession=1&TTL=060520122324

ccccccccccccccccccccc

Plus un documentaire qui fut diffusé sur France 5 (et le DVD édité), différents auteurs :

Musulmans de France, série de films, France 5 : http://www.france5.fr/et-vous/France-5-et-vous/Mini-sites/Bonus/Musulmans-de-France/p-9331-La-serie-documentaire.htm

DVD. Présentation de l’éditeur : « Un double DVD de Musulmans de France... Edité par France Télévisions Distribution, ce coffret regroupe les trois épisodes de la série documentaire et propose, en bonus, une interview du réalisateur Karim Miské, un making of de la musique originale et des sous-titres pour sourds et malentendants. »

06/11/2011

Liu Xia (artiste et femme de Liu Xiaobo, prix Nobel de la paix, prisonnier, expose au Musée de Boulogne-Billancourt jusqu’au 9 novembre

EXPO Liu Xia.png 

Liu Xia, qui écrit, peint, photographie (et qui est assignée à résidence par la justice chinoise) a le crâne rasé pour protester contre l’emprisonnement des artistes dissidents. (Liu Xiaobo, son époux, prix Nobel de la paix est en prison depuis 2009).  

« La Force Silencieuse » de Liu Xia au Musée de Boulogne-Billancourt, RSF, 03-11-2011 : (« Peintre, poète et photographe...  Liu Xia... (...)  Aujourd’hui pour la première fois, ses œuvres sont exposées publiquement à Boulogne-Billancourt. Révoltée, l’artiste a souhaité révéler au monde ses photographies »). Mise à jour, avril 2016 : les liens posés pour cette exposition ont été retirés car devenus inactifs...

Précisions sur le site de Boulogne Billancourt :  (« Les Boulonnais auront la primeur de la découverte de l’oeuvre photographique de l’artiste chinoise Liu Xia, épouse de Liu Xiaobo, qui, depuis 30 ans, se bat pour la défense des droits de l’Homme, de la démocratie, de la liberté d’expression. Très jeune, Liu Xia se passionne pour la poésie, la peinture et la photographie. »(…) « Elle n’a plus aucun contact avec l’extérieur et ne reçoit personne à l’exception des membres de sa famille. » (…) « » »Vivre avec ces poupées / Me remplit d’une force silencieuse / Quand le monde se ferme de tous côtés / Nous communiquons avec les gestes’’, écrit-elle dans un poème intitulé La Force silencieuse (1998). Commencée après son mariage (1996), cette série de photos est sa façon de communiquer avec son mari, et de contourner la censure tandis que lettres ou autres textes auraient été confisqués. »)

.....................

MISE à JOUR avril 2016. (Bilan des infos - rares - qu'on a au sujet de Liu Xia et de Liu Xiaobo) :

Peintre, poète et photographe, recluse chez elle (en résidence surveillée depuis le prix Nobel de son mari Liu Xiaobo). Fiche wikipedia  https://fr.wikipedia.org/wiki/Liu_Xia_(artiste) 

2012. Article du Monde sur un bref entretien avec elle, pendant une pause des gardiens (rappel des circonstances, mention d’une pétition de Prix Nobel réclamant la libération de Liu Xiaobo et de sa femme, et d’une lettre d’intellectuels chinois)  : http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2012/12/06/l... 

2013. Article du Monde, qui rend compte du procès fait au frère de Liu Xia, rétorsion en réaction aux visites de militants, pression sur elle. Précisions sur sa situation (coupée de tout, à part des visites extérieures surveillées) : prisonnière sans inculpation motivée : http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/04/23/l... 

2014. Article de La Croix, sur une vidéo clandestine  qui donne des nouvelle d’elle (toujours coupée de tout, déprimée, malade) et cite les fragments d’un poème (« Est-ce un arbre ? C’est moi, toute seule. Est-ce un arbre en hiver ? C’est ainsi, durant toute l’année »). Elle lit deux poèmes (dans le corps de l’article, la vidéo, sous-titrée en anglais, mise en ligne par le PEN club) : http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/L-epouse-du-Nobel... 

2014. Que devient Liu Xiaobo? Et que font les Occidentaux? (Silence de Sarkozy et Hollande devant les officiels chinois...). France Info : http://www.franceinfo.fr/emission/que-devient-le-dissiden... 

Et, NOTES, TAGS Liu Xiaobo... Liu Xia... Chine (et listes ACTU et PÉTITIONS)...