Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2019

ÉLECTIONS EUROPÉENNES. Ou la nécessité de voter.

EUROPE.jpgParcours d’analyses importantes. Ou savoir les raisons d’un vote.
DOSSIER à consulter dans Le Un... https://le1hebdo.fr
 
 
 
Et parcours d'autres journaux, ci-dessous.
...............
 
 
La mort de la politique ? (Voir éditorial du Courrier international, au sujet des Gilets jaunes, refus des partis, ou refus de la politique ?).Or nous avons un choix "politique" à faire dimanche. Au sens de "conscience politique", conscience des enjeux.
 

Lire la suite

04/03/2019

ALGÉRIE. Refus, élans, inquiétudes, et ESPOIR...

ESPOIR... 
ALGÉRIE… Comment ne pas suivre ? Un tel élan... Enthousiasmant, respectable, admirable, même, par la manière dont il est vécu et pensé. Pacifique, joyeux et triste à la fois. Joyeux, car, comme le dit Kamel Daoud, la peur a été cassée. Plus de peur d’affronter le régime. Plus de peur de provoquer des affrontements entre adversaires et soutiens du système (ou peur maîtrisée). Joyeux, l’élan, comme celui  de la danseuse au drapeau qui fait des pointes dans la manifestation, belle photographie, riche en symboles. Elle marquera l’Histoire, sa photographie. (Mais je ne l'ai d'abord trouvée que sur Facebook, sur une page, celle du livre "Alger sans Mozart", de Michel Canési et Jamil Rahman, Folio. Portrait de femme, aussi…). Imaginez une jeune femme élancée qui danse, cheveux au vent. On pourrait la penser Parisienne ou Madrilène. Une femme moderne, libre, d’évidence. Symbole de ce que peut être une Algérie libérée de la pression d’un clan dictatorial. Et, signe de ce qui est déjà en germe dans le pays, qui connaît, malgré le pouvoir, de multiples initiatives pour changer le quotidien (sociales, culturelles, environnementales, etc.). Avec, bien sûr, les archaïsmes qui tentent d’imposer obscurantisme et croyances aberrantes, les islamistes, moins agressifs (pas toujours) qui guettent, le complotisme, nourri, comme en France par la lecture de Russia Today, la voix du Kremlin… . Pays de fractures (mais on peut en dire autant, sur ce plan, de la France et de beaucoup d’autres, en ces temps de populismes et de nationalismes - au pluriel). Triste, l’élan, car portant l’inquiétude des risques de dérives et récupérations, et celle du manque d’alternatives. Mais les voix des intellectuels (universitaires, chroniqueurs, écrivains) portent à la vigilance.

Lire la suite

01/08/2015

"Les événements, les faits, les circonstances". Réflexion sur trois pointes de l'angle (penser-agir, créer, devenir)

albert camus,la crise de l’homme,citations,culture,langage,société,actualité,idéologie,terrorisme,politique,dominique eddé,marc saghié,atiq rahimi,soufisme,shams,régis debray,thomas clerc,jérôme ferrari,quantique"Ma conviction est que nous devrons toujours refuser de nous incliner devant les événements, les faits, les circonstances, la richesse et le pouvoir, l’histoire comme elle procède, le monde comme il va. Nous voulons voir la condition humaine telle qu’elle est. Et nous la connaissons désormais en profondeur. C’est l’horrible condition qui exige des charretées de cadavres et des siècles d’histoire pour provoquer une modification infime dans le destin de l’homme." (…) "Combien  de Socrate ont été assassinés en Europe, ces dernières années ? C’est un signe. Le signe que seul un esprit socratique d’indulgence envers les autres et de rigueur envers nous-mêmes peut constituer une réelle menace pour une civilisation fondée sur le meurtre. Un signe, donc, que seul cet esprit peut rénover le monde. Toute action, fût-elle la plus admirable, qui aurait pour finalité d’asseoir la domination et le pouvoir, ne peut que mutiler l’homme encore plus atrocement."

Albert Camus, La crise de l’homme, conférence prononcée en 1946 aux Etats-Unis, à la Colombia University. Texte publié par la NRF en janvier 1996.

Lire la suite

04/04/2015

La RUE... Fin de la trêve hivernale... Regards (deux films, une exposition).

Magnificence des lumières de la ville et terrible froideur. Corps épuisés, êtres dans l’errance. Pas celle de la recherche de soi vers le projet d’autre lieu extérieur et intérieur. L’errance dans la perte et le vide. Des yeux qui appellent au secours, ou qui n’appellent plus. C’est la rue, ici, partout, en France. Nuit : quelqu’un de très âgé étend une sorte de matelas et du plastique au-dessus de lui pour se protéger de l’humidité. Jour : deux enfants sourient aux passants, assis sur une toile avec leur mère, bout de trottoir froid. Scènes de tous les jours. Quai de métro : odeurs d’alcool et de cigarettes, hommes groupés, d’un côté, homme seul, ailleurs, qui lit : il ne veut rien des aides qui le feraient cohabiter avec ces voisins si différents. L’un d’eux, pourtant, cherche à parler aux inconnus : un peu de parole et de regard. Couloir de métro : quelqu’un aborde les gens en dansant, élégant, presque, rire des yeux, c’est l’autre solitude d’un être qu’on voit partout à des heures différentes. La rue est cet espace où se croisent ceux qui n’ont qu’elle comme lieu, et ceux qui n’ont qu’elle comme rencontre.

Lire la suite

21/03/2012

LE RACISME TUE (2). Idéologie, théories fumeuses, terrorisme : les mots, la haine, les meurtres...

On sait maintenant que le meurtrier (Montauban et Toulouse), Mohammed Merah, se présente comme djihadiste, ce qu’il est, et revendique une appartenance à Al-Qaida (ce que l'enquête précisera): La Dépêche, 21-03-2012 : http://www.ladepeche.fr/article/2012/03/21/1311586-le-suspect-est-un-djihadiste-francais-de-24-ans.html , Le Figaro : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/03/21/01016-20120321ARTFIG00355-toulouse-le-suspect-est-un-djihadiste-francais-de-24-ans.php  Et les informations tournent en boucle, radio, télé, pendant que ce personnage est cerné. (Ce qui n’est pas sans poser problème, comme l’analysait ce soir sur la 16, Anne Giudicelli, spécialiste du terrorisme, agence TERRORISC : le meurtrier a sa stratégie, et retarder sa reddition lui donne la possibilité d’utiliser la situation à son profit, faisant passer indirectement des messages d’appel à la haine, à travers les médias. Mais c’est le Raid, expert en ce domaine, qui a la maîtrise d’une opération très difficile, avec un individu à la dangerosité particulièrement monstrueuse - et son but n’est pas de lui donner une tribune, mais de le remettre vivant à la justice, autant que possible). Son avocat, interrogé par les journalistes, parle  d’un itinéraire de délinquant, pas vraiment encore radicalisé  (mais qui était allé en Afghanistan... ce qui semble pourtant un signe… ), et ayant même eu le désir, à une période de rentrer dans l’armée, ce qu’il ne pouvait certainement pas faire avec un tel passé (?).  Ce à quoi Jean-Pierre Bouchard, criminologue, répond qu’une telle évolution ne se fait pas brusquement, que c’est un lent processus (toujours sur la 16). Sur la 5, C dans l'air, débat d’experts : "La dérive islamiste des frères Merah". Des livres sont évoqués, comme celui de Mathieu Guidère (« Les nouveaux terroristes », sur ces solitaires « formés sur Internet » : http://www.rfi.fr/emission/20101106-nouveaux-terroristes-mathieu-guidere ). Aziz Sahri intervient pour dénoncer l’alibi que se donnent des terroristes en affirmant soutenir les Palestiniens… Non, dit-il, les Palestiniens n’ont pas besoin de ce genre d’aide, qui leur nuit, il faut sortir de la volonté de guerre concernant le Moyen-Orient, des fausses solidarités.  Xavier Raufer, criminologue, intervient aussi...

Le 19, la police disait orienter son enquête vers deux cibles : islamistes radicaux, d’une part, et ultra droite, d’autre part. Deux extrémismes fascisants qui se ressemblent par la haine théorisée et le choix de la violence et des actes barbares. Du premier on dit « fascisme vert », et c’est celui qui est finalement en jeu là.

Hier on pouvait se demander si les soldats visés l’étaient en tant que soldats seulement (piste islamiste) ou choisis pour leur origine (ultra droite identitaire, qui, héritière du nazisme, confond dans la même haine Arabes et Juifs, et joue avec l’amalgame islam/islamisme)... L’identité des soldats m’avait fait penser auqqi à l'hypothèse "néonazis", racistes et antisémites. Mais, en même temps, je pensais à ce qui rejoint l’antisémitisme dans des positions militantes d’extrême gauche (qui se veulent pro-palestiniennes, critiquent abondamment Israël mais pas le Hamas). Car cela aussi aide la radicalisation des fanatiques, la banalise, la justifie.

J’ai lu aujourd’hui, dans Libération (entretien avec Christophe Forcari), ce que disait François Bayrou que j’avais déjà entendu s’exprimer un peu sur ce sujet. Il  répondait alors en ne sachant pas encore qui était l’auteur des crimes de Montauban et Toulouse, mais cela n’enlève rien à la pertinence de ses remarques, je trouve. « Combattre ceux qui font flamber les passions noires » : http://www.liberation.fr/politiques/01012397284-combattre-ceux-qui-font-flamber-les-passions-noires (« Je mets en cause une dérive générale de notre société, dérive lourde de conséquences, et dans laquelle la politique a sa part » (…) ‘Pour moi la crise morale du pays n’est pas un thème accessoire : c’est un thème central. »)

J'ai lu aussi l'éditorial du Monde, "L'hypothèse Al-Qaida, une menace permanente". J'en retiendrai surtout le dernier paragraphe. "Que veulent ces djihadistes? Précisément empêcher la France d'être la France et l'Europe d'être l'Europe, dans leur diversité et leur tradition de tolérance." (...) "La pire erreur aujourd'hui (...) serait de céder à cette pression, dans la douleur et sous la menace." C'est à rapprocher d'un article, titré "Al-Qaida prend en otage les musulmans". Où Jean-Pierre Filiu, répondant aux questions du Monde, dit que le but de ces groupes (que le tueur soit réellement relié à eux ou pas, car ces meurtres peuvent être utilisés par eux) cherchent à "déchaîner un cycle de violence raciste" (contre les musulmans, pour les "retrancher de la communauté nationale") : http://www.lemonde.fr/international/article/2012/03/21/je...

Stratégie de guerre civile. En fait les islamistes peuvent attendre des réactions comme celles, après le 19, de Marine le Pen, instrumentalisant déjà la triple tragédie (tout en s'en défendant) et ils peuvent désirer des ripostes d'ultras (guerre des mots sur Internet, malveillances, agressions, crimes).

Je pense effectivement que l'extrême droite, avec toutes ses mouvances, est un instrument pour les islamistes. Comme ils en sont un pour l'extrême droite. C'est pourquoi les attentats et les meurtres racistes (ou ciblant des symboles), qu'ils proviennent des uns ou des autres, se situent sur le même terreau idéologique, sur fond de même crise de repères, nés des mêmes échecs de notre part à construire une société fraternelle et juste, nationalement et internationalement... Extrêmes pensées... L'extrême gauche, elle, banalise des excès d'un autre genre, et elle sert aussi ces radicalismes...

.............................................................................................

Juste au moment où nous étions bouleversés par de tels monstrueux actes de terrorisme, la télévision (FR.3) passait le film "Pour Djamila". Evocation du terrorisme, sans la moindre condamnation, ni dans l'interprétation, ni dans le débat. 

.........................................................................................................................................

Certaines informations posent question (diffusées  aujourd'hui sur France Info).

Plainte, triple,  contre lui, d’une mère en 2010 : pour avoir tenté d’embrigader son fils, l’avoir séquestré dans son appartement (en le forçant à regarder des vidéos violentes), et être venu ensuite les agresser et les menacer bruyamment dans leur quartier pour se venger de la plainte précédente. Plaintes restées sans suite. Prises plus au sérieux, auraient-elles suffi à arrêter la spirale infernale de cet itinéraire meurtrier et suicidaire? Ce n'est pas certain...  (Mais les tentatives d'embrigadement ne devraient-elles pas être un délit?).

Le tueur (certains commentateurs parlaient encore aujourd'hui de tueur présumé, alors qu’il est bien certain qu’il est l’auteur des massacres) a été interrogé en novembre par les services de renseignement. Sans que cela ait été plus loin, du fait de son apparente normalité. Mais comme des spécialistes du terrorisme le constatent et nous l'expliquent les actuels djihadistes radicalisés ont changé leur comportement et font tout pour se fondre dans la masse (vêtements, activités, comportements) pour ne pas être facilement repérés. Certains d'entre eux sont peut-être, comme il l'a été dit de M. Merah, atypiques, mais d'autres font ces choix pour porter un masque. Cela rend les surveillances bien plus difficiles.

23/01/2012

Les Identités meurtrières, d’Amin Maalouf. INCIPIT

IDENTITE.jpg

« Depuis que l’ai quitté le Liban en 1976 pour m’installer en France, que de fois m’a-t-on demandé, avec les meilleures intentions du monde, si je me sentais ‘’plutôt français’’ ou ‘’plutôt libanais’’. Je réponds invariablement : ‘’L’un et l’autre !’’. (…) Ce qui fait que je suis moi-même et pas un autre, c’est que je suis ainsi à la lisière de deux pays, de deux ou trois langues, de plusieurs traditions culturelles. C’est précisément cela qui définit mon identité. Serais-je plus authentique si je m’amputais d’une partie de moi-même ? (…) « Moitié français, donc, et moitié libanais ? Pas du tout ! L’identité ne se compartimente pas, elle ne se répartit ni par moitiés, ni par tiers, ni par plages cloisonnées.»

Dans cet ouvrage Amin Maalouf rejette cette idée dangereuse qui serait celle d’une identité unique comme essence de notre être, alors que notre réalité est complexe, plurielle, et cette complexité unique pour chaque être. Dangereuse conception, dit-il (et il le démontre avec des exemples précis) que ce qui « réduit l’identité entière à une seule appartenance, proclamée avec rage ». Car « C’est ainsi que l’on ‘’fabrique ‘’ des massacreurs ». Oui, l’identité peut être un piège, quand l’appartenance enferme dans de fausses fidélités, que l’enfermement vienne des ‘’siens’’ (engagements communautaires, sociaux ou idéologiques) ou du regard des ‘’autres’’ (projections, rejets, fantasmes). Alors que les siens sont aussi ‘’autres’’ et que les autres sont aussi ‘’nôtres’’.

......................................................................................................................................

Fiche wikipedia sur le LIVRE : http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Identit%C3%A9s_meurtri%C3%A8res

Page éditeur, éd. Grassethttp://www.grasset.fr/les-identites-meurtrieres-978224654... 

Livre de poche : http://www.livredepoche.com/les-identites-meurtrieres-ami...

04/12/2011

Akhtar Soomro, photographie...

Ce qui embellit le désert c'est qu'il cache un puits quelque part. 

Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince

De Saint-Exupéry, cette phrase célèbre est lue autrement ici, car choisie par le journal La Croix comme légende d’une photographie d’Akhtar Soomro : Sabir, 3 ans, « jouant avec un casque dans une décharge de Karachi (Pakistan). Photo prise le 20 novembre, Journée internationale des droits de l’enfant. » 

La Croix24-11-2011 (pas trace de la page sur le site)... http://www.la-croix.com/Culture

Voir le portfolio, Akhtar Soomro, blogs Reuters  (Mais si je n'ai pas vu cette photographie précise, de l'enfant avec un casque, j'ai remarqué l'enfant au pistolet, derrière la toile d'une tente, jouant la guerre avec les objets de la guerre, dans un univers ravagé, et une petite fille terrorisée après des inondations. Photographies qui me font penser à l'art de Sebastiao Salgado, par le regard respectueux des êtres, en témoin humaniste des souffrances et du courage, en témoin traducteur de beauté)  : http://blogs.reuters.com/fullfocus/2010/11/08/portfolio-akhtar-soomro/#a=2

Désert réel et symbolique. Enfants dans la guerre, représentés par celui-ci. Désert bruyant des armes et de la mort, désert de la solitude intérieure : inventer des jeux dans le désastre créé par les adultes, et se construire psychiquement quand on ne peut trouver de réponses cohérentes au spectacle du monde qui est donné comme univers à contempler et dans lequel tenter d’être. Casque sur la petite tête : l’imaginaire guerrier comme refuge, casque comme enfermement imposé par l’indifférence collective, et par les marchands d’armes qui ont besoin des guerres et de la haine pour leur marché. Mais que serait le puits? Notant ce questionnement je pense aussitôt à Gérard Garouste, le peintre auteur de L'Intranquille, livre inépuisable. Car il rappelle que dans l'Ancien Testament "souvent, on rencontre les femmes tout près d'un puits" et, partant du mot 'puits', en hébreu, qui "s'apparente par sa racine au verbe 'interpréter', car la connaissance implique le creusement",  il donne une clé pour comprendre le lien entre la femme, le puits, l'interprétation. (p.137, Livre de Poche). Le choix de cette légende évoque ce sens à déchiffrer dans le réel, malgré la guerre, ses traces, son horreur, et ces enfants perdus au milieu de ce désordre. L'enfant peut-être ce puits de connaissance déjà là (son expérience qui pourra être dépassée en résilience) et de connaissance à venir : ce que la souffrance pourra produire de capacité de compassion, d'empathie, de désir de changer la violence en paix. Et c'est aussi, ce puits, le regard du photographe, qui fixe ces enfances et force le regard des autres, la responsabilité. Espoir, quand même... Et pourquoi mettre cela dans le domaine de la spiritualité? Choix judicieux, justement. Spiritualité hors de toute référence religieuse. Accent mis sur la dimension spirituelle de l'art (comme le définit Kandinsky) : le conte de l'écrivain, l'image du reporter artiste. Accent mis sur la dimension sociale de la spiritualité, ancrée dans un engagement pour l'humain, pas séparable d'une ouverture du coeur et de la capacité de créer du sens...  

26/11/2011

ENFANTS. 26 novembre, Journée des enfants des RUES

Femmes (le 25), enfants, (le 26)… Journées qui marquent un bref moment de conscience : brièveté, mais occasion de faire connaître, mobiliser, éviter l’oubli. Le reste de l’année des associations travaillent de manière permanente pour aider les enfants dans la détresse. Tant d’enfants à la rue, partout, c’est un symptôme (scandaleux) des graves manques de nos sociétés, des failles tragiques qui font un triste portrait du monde…

Enfants des rues. Infos ( et LIENS) sur wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Enfant_des_rues

Journée des enfants des RUES , sur  journee-mondiale.com : http://www.journee-mondiale.com/214/26_novembre-enfant_rues.htm  (« Pour célébrer le 20e anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant. (Elle a été signée en 1989 !), l'UNESCO organise la journée des enfants des rues. » (…) « De nombreuses associations luttent en faveur des enfants des rues, que ce soit en Amérique Latine ou en Asie, qu'elles soient ou non confessionnelles. Leur action de terrain permet de réaliser un véritable travail de fourmi en faveur des enfants, de leur éducation, de leur sécurité, allant parfois jusqu'à une véritable renaissance des liens sociaux et familiaux. »)

RFI, article de juin 2011, dit les actions de l’UNICEF pour aider les enfants des rues (villes d’Afrique) : http://www.rfi.fr/afrique/20110615-unicef-mobilise-faveur-enfants-rues-villes-africaines

TDH, Terre des hommes, se consacre à l’aide à l’enfance, dans plus de 30 pays : http://tdh.ch/fr/about-us

La VOIX de l'enfant fédère plusieurs associations. Répondre à la détresse des enfants, où qu'ils soient http://www.lavoixdelenfant.org

........... Et NOTE du 04-04-2015 (La rue, fin de la trêve hivernale). Regards (deux films, une exposition/photographes d'eux-mêmes)...  http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2015/04/04/la-rue-fin-de-la-treve-hivernale-regards-5597223.html

03/10/2011

« Les Faiseuses d’histoire – Que font les femmes à la pensée ? », livre d’Isabelle Stengers et Vinciane Despret (article de Patrice Van Eersel, Clés)

Livre.jpg

En consultant le site de la revue Clés on peut découvrir des rubriques et des pages fort enrichissantes, des pages qui donnent à penser… Et j’ai trouvé celle-ci :

« Retour de flamme féministe », chronique, par Patrice Van Eersel, Clés, rubrique  Itinéraires, à propos d’un ouvrage des philosophes Isabelle Stengers et Vinciane Despret : « Les Faiseuses d’histoire – Que font les femmes à la pensée ? », Les empêcheurs de tourner en rond/La Découverte, 2011 (Lien retiré, car devenu inactif : mise à jour 30-03-16)

Mais dans le commentaire de Clés (occasion de découvrir ce livre) histoire, au sens d'Histoire - celle des historiennes - devient un pluriel, jouant sur l'expression "faire des histoires".  (Jeu sur le sens présent dans le titre du livre évidemment, pour marquer le fait que, souvent, donner sens à l'histoire - la leur et celle de tous - cela demeure un domaine dominé par les hommes. Donc reprendre pouvoir sur cela dérange).

Citations : « Éberluées par ‘’La philosophie, ou l’art de clouer leur bec aux femmes’’ de Frédéric Pagès (Mille et une nuits), les philosophes Isabelle Stengers et Vinciane Despret, de l’Université Libre de Bruxelles, demandent : ‘’Et si on ne jouait plus le jeu ?’’ » (…) « L’expression    ’’faiseuses d’histoires’’  a plusieurs sens, mais le premier est celui-là : Stengers et Despret invitent les femmes à ne pas s’écraser, à ne pas jouer le jeu et à ’’faire des histoires’’, quitte à passer pour d’horribles chiffonnières ! » (…) « …dé-dignez-vous » (…) « Cessez d’accepter dignement ce que l’on vous présente comme inéluctable. Soyez des emmerdeuses. »

……………………..

Je crois que toute femme qui a l’habitude de penser par elle-même, d’analyser la réalité  (actualité, idéologie, politique), d’élaborer ses propres concepts, d’exprimer des désaccords, sera tombée, à un moment ou à un autre, dans un cadre professionnel ou associatif, sur quelques petits maîtres d’autorité, sûrs de leur fait, sûrs de savoir, eux, avec leur intelligence… masculine, persuadés d’avoir compris, mieux, et de s’être informés, forcément mieux… ! Heureusement, dans la vie privée on évacue de son cercle de bonheur de tels énergumènes, mais dans un contexte social élargi, là, c’est parfois plus difficile… D’autant plus qu’effectivement, ce qui est dit à propos de l’attitude de certaines femmes est juste (elles pointent les milieux universitaires, mais c’est vrai ailleurs). Oui, des femmes choisissent un comportement faussement féministe : rassurez-vous, messieurs, disent-elles ainsi (plus ou moins consciemment), nous sommes capables, nous, de fonctionner comme vous, voyez, nous sommes d’accord – à égalité avec vous - correctes, respectueuses… ! Equivalentes. Eh bien, oui, détestées ou pas, il est bon de savoir ne pas jouer le jeu, ne pas se faire piéger par l’illusion d’une mensongère réciprocité. Et alors d’autres interlocuteurs, authentiques, pas machistes, se révèlent. Ailleurs.

Cette analyse me fait penser à un article d’Yves Delahaie sur Caroline Fourest, s'interrogeant sur les raisons de l'agressivité haineuse qu'elle doit affronter souvent.  Car il est certain que la force de son engagement intellectuel doit intervenir dans la manière dont elle est reçue : elle tient tête, elle ose, elle maîtrise, en affrontant des contradicteurs hommes, notamment. Et cela dérange. Peut-être même quand elle démonte les arguments de personnalités qui déplaisent… Du dialogue ou de la démonstration, de manière souterraine, non sue, l’auditeur retient le franchissement du tabou. Il oublie le fondamentaliste ou l’extrémiste raciste, et retient cela, même s’il adhère à la pensée de l’une et abhorre la pensée de l’autre…

………………………………………………………………………………………………………………………………

Lien vers une recension du même ouvrage, lisible en ligne. Par Osi Bouaké : http://osi.bouake.free.fr/?Les-Faiseuses-d-histoire-Que-f...   

20/04/2011

Lire Jeremy Rifkin et Amartya Sen. L’empathie humaine, la volonté de justice : l’économie et le monde…

FIN du TRAVAIL J RIFKIN.gifECO.gifACCES J RIFKIN.gif

 

 

 

Jeremy Rifkin. « Une empathie nouvelle gagne l’humanité », Le Monde, 15-04-11 : http://www.lemonde.fr/week-end/article/2011/04/15/jeremy-rifkin-une-empathie-nouvelle-gagne-l-humanite_1507194_1477893.html#xtor=EPR-32280468-[NL_weekend]-20110416« Nous assistons à une extraordinaire vague de solidarité mondiale, comme nous en avions déjà connu pour le tsunami de décembre 2004 ou le séisme d'Haïti en janvier 2010. Un puissant sentiment d'inquiétude et d'altruisme soulève des centaines de millions de personnes autour du monde. Ce sont des exemples très forts de la nouvelle réalité empathique qui gagne l'humanité. » (Il parle des grands changements à l’œuvre dans le monde : industrie, techniques, écologie, réseaux de communication. Pistes pour comprendre l’évolution actuelle de la planète, les choix devant lesquels l’humanité se trouve).

...........................................................................................................................................................................................

 Amartya Sen. « Supprimer l' injustice partout dans le monde », article paru dans Philosophie magazine, novembre 2010 (lien inactif ensuite...). Un itinéraire, une œuvre, une éthique. Cet économiste, prix Nobel, est un philosophe : l’entretien était passionnant…). CITATION : « Il faut rechercher un meilleur mélange des institutions. Le dogmatisme crée de grandes crises. Le socialisme dogmatique a créé l'URSS, et, à la fin de l'Union soviétique, l'économie fonctionnait très mal. Le capitalisme dogmatique a créé la récente crise. Ne soyez pas dogmatiques ou pragmatiques, mais posez-vous la question, qui est une question ouverte : est-ce que je veux cette institution ? »Ethique et éco Amarta SEN.gifINEG A SEN.gifNOUVEAU A SEN.gif

15/04/2011

Jan Patocka, CITATION, et réflexion. « Ce qu’il faut, c’est dire la vérité »…

Platon et l'Europe.jpg

La phrase qui suit a été rédigée par le philosophe Jan Patocka sur son lit d’hôpital, avant de mourir des suites des interrogatoires subis, pour être un des acteurs de la dissidence, et le porte-parole de la Charte 77. Prague… Elle a la force d’une résistance menée au point de mourir. Ce sont de mots comme cela dont on a besoin, parce qu’ils sont marqués au fer rouge de la torture, de la dignité conservée dans les pires conditions. « Ne pas se laisser effrayer et intimider ». Si lui a pu le faire, dans un tel contexte, ceux qui refusent les mots de la haine le pourront, ici et maintenant (dans un contexte différent où les pressions sont idéologiques, mais où il n’est pas toujours facile de savoir dire cette vérité de l’éthique en affrontant la confusion de la pensée qui tente de dominer la raison, avec des certitudes nées des mauvaises peurs).

 «Ce qui est nécessaire, c’est de se conduire en tout temps avec dignité, de ne pas se laisser effrayer et intimider. Ce qu’il faut, c’est dire la vérité.»  Jan Patocka cité par Robert Maggiori, dans l’article de Libération du 31-04-11, "Patocka, Prague à l'âme" : http://www.liberation.fr/livres/01012328899-pato-ka-prague-a-l-ame 

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

Pour situer un peu plus l’auteur :

Jan Patocka, "Platon et l’Europe", éds. Verdier. Site de l'édition... http://www.editions-verdier.fr  Extraits de presse : 

« Ce qui change tout est que ce très bon livre, mais qu’on croirait écrit en 1910 et auprès duquel Habermas serait postmoderne, ne sort pas de la vieille Sorbonne ou d’un Club pour l’arrêt des Horloges, mais de la Prague de 1973, où il a paru en samizdat dans la nuit soviétique. Alors, le cœur serré, on pense en le lisant, à ce qu’en 1943 René Char écrivait de la Madeleine à la veilleuse peinte par Georges de la Tour : « La femme explique, l’emmuré écoute. Merci à Georges de la Tour, qui maîtrisa les ténèbres hitlériennes avec un dialogue d’êtres humains. » (Libération, 1983)

« Qui se souvient encore du rôle de la Charte 77 en Tchécoslovaquie aura peut-être oublié jusqu’au nom de Jan Patocka, l’un de ses principaux porte-parole et inspirateurs,  qui devait mourir le 13 mars 1977 à la suite d’interrogatoires prolongés de la police. » () « Terré dans une cave de Prague où il tenait des séminaires, qu’il rédigeait ensuite, avant qu’ils ne soient diffusés sous la forme de samizdats, Jan Patocka a vécu dramatiquement l’expérience de la ligne de front qu’il décrit dans un chapitre central des Essais hérétiques» (Le Nouvel Obs. 1983)

…………………………

ESSAIS HERETIQUES. Présentation de l’éditeur (extrait) : « Remontant aux origines de la philosophie européenne, il aborde alors les problèmes du choix, du souci de l’engagement, et de la violence. La Charte 77 dont Jan Patocka fut le premier porte-parole, trouve ici une première tentative d’expression philosophique. » Fragment d’un article (sur la page de l’éditeur), Libération, entretien avec Erika Abrams : « faut dire que, dans l’ensemble, son œuvre s’adresse plutôt à des philosophes professionnels. Ce n’est pas le cas des Essais qui peuvent toucher un bien plus vaste public. Patocka pose des questions nouvelles. »

………………………

Jan Patocka, sur Bibliomonde : http://www.bibliomonde.net/auteur/jan-patocka-1696.html  (note, biblio, et livre référencé, sur l’Europe - pensée comme horizon universel, non comme série de pays enfermés dans le retour au nationalisme)

Fiche  wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jan_Pato%C4%8Dka

23/03/2011

Algérie, terre de SPIRITUALITES. Islam, soufisme, judaïsme, christianisme. Et une grande figure de concorde : Saint Augustin …

Spiritualités... Car comment parler du pays (son actualité, sa culture : note précédente) sans évoquer cette dimension essentielle de son histoire et de son identité, dimension qui interfère avec la réalité sociale, culturelle, politique, esthétique. (Et joue un rôle important dans les destins individuels, y compris pour les exilés des diasporas diverses : Algériens berbéro-arabes, Juifs algériens, Pieds-Noirs)… Même ceux qui refusent toute légitimité à cette part des vécus de l'être, à cette part intime qui privilégie intériorité et recherche de transcendance (que ce refus soit au nom d'un athéisme militant ou d'une laïcité parfois radicale), même eux sont concernés, car ils sont rejoints par ce qui participe de cette dimension dans l'art, la poésie, la recherche du bonheur et du sens. Spiritualité laïque...

 ...........................................................................................................................................................................

Des livres peuvent faire entrer dans cette pensée, son langage, ses références, ses repères particuliers. Et des créations plastiques...

Un livre

Sur la spiritualité musulmane, expérimentée dans une vie ouverte au pluriel des cultures… L’itinéraire intérieur de quelqu’un d’ancré dans le monde…

« Eclats d'islam » (Albin Michel, 2009), de Karima Berger (née à Ténès en Algérie, doctorat sur le nationalisme, vit en France depuis 1975). Journal sur le rapport à la spiritualité, dans le cadre de la double culture, et la richesse de la rencontre d'autres spiritualité. (Comment l'islam est vécu ainsi.  « Algérienne, installée en France depuis de nombreuses années, Karima Berger livre une réflexion très émouvante sur son identité spirituelle. » http://www.laprocure.com/livres/karima-berger/eclats-islam-chroniques-un-itineraire-spirituel_9782226183194.html

Une thèse

Sur littérature et spiritualité…

« La spiritualité algérienne s’invite à l’Inalco ». Thèse du poète Yacine Benabid, « Littérature et mystique dans l’Algérie contemporaine ».  Djazairess/El Watan, 07-04-2009. http://www.djazairess.com/fr/elwatan/121904  « Exercice d'interprétation tout aussi vertical qu'horizontal du phénomène mystique dans la culture arabo-musulmane, particulièrement dans sa version maghrébo-algérienne. » (Critique moderne, théorie littéraire, herméneutique, mystique comparée, étude d’un grand auteur soufi...).

............

 Une oeuvre plastique et mystique...  Rachid Koraïchi, peintre algérien, plasticien soufi, graphiste...

Vidéo. 14 pièces sur des mystiques. "Les maîtres invisibles" : http://www.youtube.com/watch?v=0XSi4Ot-Hdo  

Autres vidéos (Deux Rives, une Mer / Espagne des trois cultures, etc.) : http://www.google.fr/search?hl=fr&biw=897&bih=389... 

Créations de Rachid Koraïchi (images Google, ample sélection) : http://www.google.fr/images?hl=fr&biw=897&bih=389...  

 Rachid Koraïchi a fait une donation importante à un hôpital parisien (des peintures données à l'hôpital La Pitié-Salpétrière :    (source La Croix, 25-01-11).

 ............................................................................................................................................................

SOCIETE et religion :

Le débat (français) sur l’islam… vu d’Algérie, sur algerie-focus, source Le Quotidien d’Oran, 18-03-11 : http://www.algerie-focus.com/2011/03/18/le-debat-sur-lislam-et-ses-multiples-facettes/  (intéressante analyse).

…………………………………………………………………………………………………………………………………………

Le SOUFISME en Algérie… Textes.

Explication, le soufisme sur un forum algérien, 2007 (et précisions sur l’opposition entre le soufisme et les courants de l’orthodoxie http://www.forum-algerie.com/islam-religions-philosophies/2470-le-soufisme-et-ces-pratiques.html  (« Aujourd'hui encore les courants les plus orthodoxes cherchent à diminuer l'influence des confréries soufies dans le monde, le soufisme étant considéré comme un instrument pour sortir du cadre d'une forme d'orthodoxie stricte et littérale. »)

Intervention de Barkahoum Ferhati (colloque de Bucarest, 2006) sur « Les femmes algérienne soufies » (Personnalité et rôle de Lalla Zeineb, occultée dans l’historiographie, avec une évocation d’ Isabelle Eberhardt, qui la connut. En introduction, réflexion sur l’utilisation, par le pouvoir, des confréries soufies, pour lutter contre le fondamentalisme religieux, l’islamisme : subventions, encouragement de la recherche, aide aux publications. Mais… dans l’oubli des femmes.). Texte complété par une riche bibliographie (dont un ouvrage de Jacques Berque et les « Notes de route » d’Isabelle Eberhardt.

Par Semmar Abderrahmane, article sur Saïd Djabelkhir, journaliste et chercheur algérien, qui étudie notamment le rôle culturel du soufisme, son influence sur la culture populaire, le langage, la philosophie, la poésie et l’art. (Il insiste aussi, dit le chroniqueur, sur la place de la tolérance dans le soufisme) : http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article4104

Riches apports… Mais, aussi, sur niarunblog, une réflexion critique, plus distancée, comme bilan d’un colloque: http://niarunblog.unblog.fr/lumieres-dislam1/6e-colloque-international-sur-le-soufisme/  (Source Liberté, 19-12-09). (Pragmatisme, pensée, femmes, et modernité).

SOUFISME algérien. Vidéo (Abd El Kader) :  http://www.dailymotion.com/video/xa1b44_lemir-abd-elkader...

Un festival et des colloques :

7ème festival international « Soufisme culture et musique »  à Annaba, décembre 2010 : http://fr.allafrica.com/stories/201012080331.html  [Présentation des conférences : culture, Histoire, dont une sur l’alchimiste algérien Ahmed Al Bûnî  (le « houroufisme » étudié en relation avec la philosophie et la psychanalyse chez Jung) et une sur la femme « chez la savante Adjm Bent El Nafiis ».]

Colloque sur le soufisme, 2009 : http://www.maliweb.net/category.php?NID=54143

Colloque sur l’islam (international) sur « Tlemcen, capitale de la culture islamique »  en février 2011 : http://fr.allafrica.com/stories/201102220561.html  (patrimoine, apports culturels, savants…). Et http://www.algerie-focus.com/2011/03/21/colloque-international-sur-lislam-au-maghreb-a-tlemcen/  21-03-11

…………………………………………………………………………………………………………………………………………

Saint Augustin. Un grand VISAGE de Souk-Ahras... visage d'Algérie, visage universel...

Citations sur evene.fr : http://www.evene.fr/celebre/biographie/saint-augustin-66....  

Fiche wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Augustin_d'Hippone 

Colloque sur Saint Augustin, 2004, à Tizi Ouzou, « Entre platonisme et thélologie mystique » : http://www.algerie-dz.com/article149.html   (descendre sur la page après les liens publicitaires…). (Réhabilitation, réappropriation d’un penseur et mystique d’abord rejeté parce que chrétien, puis retrouvé et reconnu). « Depuis, les algériens ne cessent de redécouvrir et de s’initier aux pensées philosophiques et religieuses de ce patrimoine “algérien”, antérieur à l’histoire contemporaine de l’Algérie, en organisant et en participant à de nombreuses manifestations culturelles qui lui sont consacrées. »

Saint Augustin, « figure » chrétienne d’Algérie, dossier (intro, bio, livres, sermons, textes) :  http://www.assomption.org/Augustin/SommaireStAugustin.html

L’Olivier de Saint Augustin, à Souk-Ahras, Thagaste, sa ville de naissance, El Watan, 2006 : http://www.annabacity.net/dossiers/dossier_10_souk+ahras+-+olivier+saint+augustin.html  L’olivier entre mythe et réalité, El Watan, algerie-dz, 2004 : http://www.algerie-dz.com/article1045.html  

Un livre  ("Plaidoyer pour saint Augustin de Souk-Ahras), de Nacéra Benseddik : http://www.berberes.net/forum/viewtopic.php?f=15&t=283 

 ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Juifs d’Algérie

Sur la Kahina, reine berbère, juive (qui combattit contre les Arabes, au moment de l’invasion arabo-musulmane), à propos du quatrième colloque qui lui a été consacré, en mai 2009. Par Hakim Arabdiou, juillet 2009. http://www.gauchemip.org/spip.php?article10030 (Lire aussi la fiche wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Kahena )

Algérie, les Juifs avant l’islam : http://www.judaicultures.info/Algerie-les-Juifs-avant-l-islam.html

Juifs d’Algérie (déchirure historique) sur sefarad.org  (source le Quotidien d’Oran, 2004) : http://www.sefarad.org/publication/lm/056/html/page31.html

Le site des Juifs d’Algérie, zlabia.com : http://www.zlabia.com

.............................................................................................................................................

Chrétiens d’Algérie, la mémoire d’une Algérie plurielle. (Histoire du christianisme en Algérie, premiers siècles, Algérie avant la France, années 1830-1962, et depuis l’indépendance). Synthèse claire, surafrik.com, au 19-12-10 :  http://www.afrik.com/article1773.html

Informations. Chrétiens de Méditerranée, chrétiens d’Algérie : http://www.chretiensdelamediterranee.com

Chrétiens de Kabylie, sur algeriepyrenees.com, janvier 2011 (source El Watan) : http://www.algeriepyrenees.com/article-algerie-les-chretiens-de-kabylie-64118005.html  

Le tombeau de la Chrétienne (Tipasa) : http://www.djamila.be/Documents/tombeau.htm 

 

Moines de Tibhirine 

Moines : http://www.algeria-watch.org/farticle/sale_guerre/teissier.htm Archevêque d’Alger, 2001 (qui interprète les informations qu’il a eues comme une preuve que ce sont les islamistes qui ont assassiné les moines).

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

DIALOGUE interreligieux...

Page sur wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dialogue_interreligieux

Religions pour la Paix :  http://www.religionspourlapaix.org/

..........................................................................................................................................................................................................

Décryptage… ésotérique…

Don Quichotte, lu par la kabbaliste Dominique Aubier (d’origine espagnole, elle a gardé son nom français de résistante) : http://www.dominique-aubier.com/crbst_30.html  (« Don Quichotte, la réaffirmation messianique du Coran »). Février 2011.

Révolutions de la rive sud ? Une lecture très particulière (ésotérique, initiatique…), D.Aubier : http://dominiqueaubier.blogspot.com/2011/02/revolution-en-islam-algerie-tunisie.html

07/12/2010

MANIFESTE contre le viol, et PETITION à signer sur le site contreleviol.fr

logo-viol.pngAGIR contre le VIOL   ACTION permanente. 

SIGNATURES sur http://www.contreleviol.fr

Voir aussi, ci-dessous, fin de note, FILM.

  

Ce manifeste et cette pétition sont proposés par un collectif féministe contre le viol, qui a été constitué en 1985.

De nombreuses associations soutiennent cette action, dont le but est de "faire changer la honte de camp", et d'obtenir que des moyens soient vraiment donnés pour lutter efficacement contre ce fléau : moyens financiers, juridiques, de formation, d'information, etc.

L'objectif est double : présenter des revendications et provoquer une prise de conscience, pour changer les mentalités qui font que la société civile tolère encore trop souvent de tels crimes (silence ou refus des familles dans les cas d'inceste, et aveuglement ou complicité des voisinages dans des cas divers).

  

Le viol est un problème social : c'est donc la société qui doit changer ce qui le rend possible.

Il faut des procès et des jugements, mais aussi un travail de prévention (c'est une des revendications de la pétition).

  

A mon sens la prévention doit passer aussi par une attention aux dérives du langage et par leur dénonciation. On ne doit plus accepter la banalisation de certains comportements - qui ne dérangent pas certains publics (scènes de vie, forums sur la Toile, humour douteux, ou commentaires ambigus sur des violences filmées, par exemple) alors qu'ils sont complices et porteurs de la possibilité du crime.

 

A lire intégralement et signer sur le site  http://www.contreleviol.fr

Associations qui soutiennent : http://www.contreleviol.fr/associations-signataires

Femmes connues qui soutiennent : http://www.contreleviol.fr/elles-nous-soutiennent

Liste des 10 idées reçues :

http://www.contreleviol.fr/viol-en-france/10-idees-recues-sur-le-viol

Spot 1/3 de la campagne contre le viol (au bureau...) :

http://www.dailymotion.com/video/xfq4xh_spot-1-3-campagne-contre-le-viol-a-faire-tourner_news 

(Un des spots me déplaît, le 2/3 : un peu trop conforme à des clichés, assez "limite"...

Dommage.).

Divers clips ( à voir...!) : http://www.contreleviol.fr/clip-contre-le-viol 

Témoignages : http://www.contreleviol.fr/viol-en-france/temoignages  

La loi : http://www.contreleviol.fr/viol-en-france/comprendre-la-loi 

Les chiffres : http://www.contreleviol.fr/viol-en-france/les-chiffres

 

Extraits du manifeste :  

 "Chaque acte sexuel forcé est un instrument de déshumanisation."

(...)

"Le viol est un crime. Les agresseurs doivent être jugés et condamnés.
Une femme sur 10 a été violée ou le sera au cours de sa vie. Dans 8 cas sur 10, l’agresseur est connu de la victime. Le viol n’est pas une fatalité. Il est le signe d’une société profondément sexiste.
Cette réalité peut changer. Cette réalité doit changer !

Nous refusons que la peur du viol imprègne notre quotidien et nos comportements. Nous voulons être pleinement libres dans l’espace privé et dans l’espace public."

 

Extraits de la pétition, deux points sur les six mentionnés ("Nous exigeons...") :

"Des campagnes d’information et de prévention des violences sexuelles en direction du grand public notamment à l’école, dès le plus jeune âge."

 "Un jugement des crimes sexuels exclusivement en cour d’assises".