Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2013

« Quand j’ai lu Albert Camus »… Abd Al Malik…

THEATRE abd-al-malik.jpg

Merci, Abd Al Malik…

Hier soir j’ai assisté à l’hommage rendu à Camus par un lecteur intense… Abd Al Malik. Triomphe. Les spectateurs présents ont senti, compris, l’authenticité de la démarche, le lien entre cet homme jeune, pur produit de notre réalité contemporaine, qu’il transcende dans la création, dans l’écriture, et l’auteur magnifique où il se reconnaît. Il révèle comment, lui, il est concerné, comment, lui, il a été transformé par une lecture. Le choc, les points communs (misère, soleil, exigence entre souffrance, désespoir, et espoir, refus, amour, mère aimée, omniprésente, père absent, trou béant du manque, et, je crois, aussi, la double identité : partage et richesse, déchirement et tension vers un absolu).

Il répète cette phrase en litanie « Quand j’ai lu Albert Camus », puis « Après avoir lu Albert Camus ». Lecture et vécu se croisent, dans une marche sur un fil ténu, où tout pourrait basculer… Et si cette rencontre ne s’était faite, où serais-je, semble-t-il dire. Figure paternelle et message d’éthique et de force. Ou comment vivre, donner du sens, comment s’échapper du risque de mourir, quand des jeunes autour de soi meurent et que tout risquait de nous entraîner encore et encore dans les mêmes dérives mortelles.

Il parle, dit-il, à partir de sa « parcelle d’humanité » (bien grande… !), de ce refus des injustices, refus de la misère quand les autres n’en sortent pas, de la mort (on guillotine encore, rappelle-t-il, dans une longue lettre qu’il adresse à Camus, lui qui lutta contre la peine de mort, pour l’abolition). On guillotine de plusieurs façons, aussi : en abandonnant, en niant, en discriminant. 

Il cite Camus, et Jacques Martial lit Camus.

Ecran. Le visage d’Albert Camus, présence forte.

Ecran. Ombre d’un corps qui danse, magnifiquement.

Musiciens. Soutiennent la voix, sont une voix.

La Méditerranée (et Gibraltar. Alger en passant par Oujda…).

Scène. Danseurs de hip hop qui expriment la même chose, qui font écho à ce qui crie. Gestes purs, souplesse extrême : corps qui se tordent, comme enchaînés, et se libèrent, mais comme s’ils se déchiraient.  

Camus, cité par Abd Al Malik, lu par Jacques Martial, parlait de cette fausse communication où la méchanceté veut se faire passer pour de l’intelligence. Entendant cela, je repensais à une critique négative de ce spectacle, lue je ne sais plus où. On reprochait au rappeur poète de trop centrer sur lui cet hommage, comme prisonnier de son ego, et on disait être gêné par la présence des danseurs de hip hop, comme si cela ne pouvait correspondre à une parole sur un auteur comme Camus. Pourquoi donc ?  Au contraire, l’hommage tire sa force de ce rapport à soi. (Je fais le lien avec le documentaire de Joël Calmettes,  « Vivre avec Camus ». Des jeunes aussi y parlent de leur expérience, et c’est bouleversant : notamment ces jeunes qui en Algérie ont trouvé le lien avec le natif frère d’âme). Ce n’est pas piège de l’ego, mais traduction vitale : l’intellect n’est pas absent, mais l’émotion passe par le corps, c’est tripal. Les mains d’Abd Al Malik en disent autant que les mots. Et le hip hop, moi j’aime ça. J’y vois un art qui défait les armures de souffrance, qui libère corps et cœurs. Corps et cœurs qui savent des douleurs et des joies (des joies parce que des douleurs…). Car « Il n’y a pas d’amour de vivre sans désespoir de vivre » répète inlassablement Abd Al Malik, avec la voix et les mains. Les applaudissements qui accueillent cet hommage sont aussi, forcément, adhésion à l'œuvre et à l'éthique de Camus. Cela corrige Sartre et autres faiseurs d'ombre... Abd Al Malik voudrait réconcilier Sartre et Camus (il le dit à un moment : espoir de paix entre les idées, mais certaines idées sont antinomiques...). Et rien ne peut effacer les paroles de  Sartre, son appel au meurtre, l'éloge de la violence (préface célèbre...).Un auteur mort ne peut revenir sur ses mots. Ce qui peut être apaisé c'est le rapport entre les vivants, capables de faire l'effort du pardon, et capables de cet effort paradoxal de la rencontre entre mémoire et oubli : devoir de mémoire, témoignages, mais effacement de ce qui excède, par le retour au présent... Non, on ne peut se réconcilier avec le choix du terrorisme, on ne peut que le refuser... C'est Kamel Daoud qui a raison sur ce point. En Algérie, en 1962, nous n'avons pas eu un Mandela, a-t-il écrit ( http://www.djazairess.com/fr/lqo/5191330 )... Mais, maintenant, nous pouvons tous tenter la même démarche : voir en l'autre une humanité pareille, se mettre à sa place... 

Juliette Greco fut sur scène un instant.

Amnesty international proposait, dehors, à l’étage, de signer les appels d'actions en cours.

Et en sortant on pouvait se procurer des livres ou disques. Celui tiré du spectacle (L’art et la révolte), avec quelques textes, et une note de remerciement à Catherine Camus, qui encouragea l’entreprise. Le dernier livre d’Abd Al Malik n’était plus disponible là (il est en librairie) : « L’Islam au secours de la République ». (C'est toute la démarche de paix d'Abd Al Malik, en musulman proche du soufisme, soufi, même : il veut faire passer un message positif, montrer qu'il y a une autre voie en islam, et que cette voie peut coïncider avec les valeurs et réalités de la République).  

SITE officiel d'Ab Al Malikhttp://www.abdalmalik.fr/   

18/10/2013

Andalousie… Rêve, mémoire… Illusion ? Utopie ?

Je viens de lire une réflexion de  Jean Daniel, titrée « L'illusion andalouse », et publiée le 09-10-2013 dans le Nouvel Obs… Questionnement percutant. Andalousie, plurielle…  réelle, ou fantasmée. Oui, l’ombre est présente autant que la lumière. Mais beauté du rêve, quand même, d’une sagesse possible, d’une fraternité cependant tissée, et de proximités reconstruites…

Beau texte, à lire lentement et relire. Exercice de lucidité, non pour nier la possibilité de la fraternité, mais pour insister sur les pièges de ce qui l’entrave, sur ce qui fait de la haine entre les communautés une fatalité transmise par enfermement identitaire sur soi. Ignorance et mépris de l’autre, fiction de sa supériorité comme individu d’appartenance… La rencontre, souvent, se ferait par l’art, les créations croisées… et la possibilité offerte de rejoindre l’universel.

La chronique est à lire là : http://tempsreel.nouvelobs.com/jean-daniel/20131009.OBS0285/l-illusion-andalouse.html

De ce lieu, de son histoire complexe, on peut garder, je pense, ce qui effectivement demeure en héritage, si souvent, dans la culture de ceux qui ont une ascendance issue de ce rivage (ou de ceux qui, pour une raison ou une autre, sont attirés par ce qui n’est pas qu’un mirage). Le goût du partage en création (musique andalouse qui, de l’Espagne au Maghreb, et, en écho de présences, en France - Marseille, Paris - marque des identités croisées, des consciences traversées par des appartenances frontières où l’autre est aussi l’étranger que l’on porte en soi). Goût du son des langues… Parentés philosophiques : sagesses. Mystiques en miroir.

………….  

Dans le prolongement de cette lecture on pourra aborder (ou retrouver) deux ouvrages essentiels. 

De Jean Daniel, « La prison juive. Humeurs et méditations d’un témoin », poches, Odile Jacob (Autre regard sur le rapport à l’identité, une ouverture, le témoignage d’une sagesse vécue…).  Christian Makarian écrit ceci sur ce livre, dans L’Express du 27-11-2003 « Fort d'une puissante culture juive, en admiration devant l'édifice du christianisme, empathique envers l'islam, le directeur-fondateur du Nouvel Observateur propose sa propre clef, son passe personnel: pour échapper à la prison qu'il décrit, il n'y a que l'universalisme. ». La prison juive, humeurs et méditations d’un témoin,sur Decitre : http://www.decitre.fr/livres/la-prison-juive-978273811564... 

D’Amin Maalouf, « Les identités meurtrières », Livre de poche. « Ce qui fait que je suis moi-même et pas un autre, c'est que je suis ainsi à la lisière de deux pays de deux ou trois langues, de plusieurs traditions culturelles. C'est cela mon identité... ». Page éditeur, Grassethttp://www.grasset.fr/les-identites-meurtrieres-978224654... ... Decitre : http://www.decitre.fr/livres/les-identites-meurtrieres-97... .....Citations du livre sur evene.fr : http://www.evene.fr/livres/livre/amin-maalouf-les-identit... 

Pour changer de regard il faut donc développer une éthique personnelle, faite de liberté intérieure, de refus des cadres formels rigides, de recherche de la sagesse. Cela passe par la traversée des frontières mentales et des réelles frontières culturelles. Nécessité du voyage, sous une forme ou une autre, ne serait-ce que par les livres…

Clin d’œil musical à l'éthique méditerranéenne questionnant l'identité singulière pour l'ouvrir à la pluralité, cet orchestre regroupant seize pays du pourtour méditerranéen, Mediterranean Charlie OrchestraLaurent Dussutour, JournalVentilo, résume ainsi l’orientation méditerranéenne de l’orchestre, inspiré aussi par Conrad : « Le véritable sens musical proposé par le MCO est loin du sens commun, proposant un objet jazzistique non identifié, ce qui est le propre de l’esprit du genre ! Au-delà d’un « troisième courant » du jazz qui consisterait à rapprocher classique et notes bleues, c’est plus à une odyssée méditerranéenne rompant avec le tropisme transatlantique du genre que convie ce projet. » : http://www.journalventilo.fr/mediterranean-charlie-orches... 

L’orchestre a une page Facebook : https://www.facebook.com/179835852047859/videos/596901680...

...........

...Jean Daniel... Fiche wikipedia  https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Daniel 

Jean Daniel, observateur du XXème siècle, sur culture-libre  http://www.culture-libre.org/wiki/Jean_Daniel_:_Observate...

Chroniques, Jean Daniel, Obs : http://tempsreel.nouvelobs.com/journaliste/16443/jean-dan... 

...Amin Maalouf... Fiche wikipedia  https://fr.wikipedia.org/wiki/Amin_Maalouf

................... MISE à JOUR...  LIVRE... Identité et violence, d’Amartya Sen, éd. Odile Jacob : http://www.odilejacob.fr/catalogue/sciences-humaines/reli...

.................. Voir aussi, Méditerranées, film d'Olivier PY, commentaires croisés (identité, Méditerranée...)... http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2013/07/24/me... 

01/10/2011

Litanie pour juillet plusieurs fois… (Pages données au vent)

Texte modifié...

Voir : http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2015/12/18/po...

© MC San Juan

23/03/2011

Algérie, terre de SPIRITUALITES. Islam, soufisme, judaïsme, christianisme. Et une grande figure de concorde : Saint Augustin …

Spiritualités... Car comment parler du pays (son actualité, sa culture : note précédente) sans évoquer cette dimension essentielle de son histoire et de son identité, dimension qui interfère avec la réalité sociale, culturelle, politique, esthétique. (Et joue un rôle important dans les destins individuels, y compris pour les exilés des diasporas diverses : Algériens berbéro-arabes, Juifs algériens, Pieds-Noirs)… Même ceux qui refusent toute légitimité à cette part des vécus de l'être, à cette part intime qui privilégie intériorité et recherche de transcendance (que ce refus soit au nom d'un athéisme militant ou d'une laïcité parfois radicale), même eux sont concernés, car ils sont rejoints par ce qui participe de cette dimension dans l'art, la poésie, la recherche du bonheur et du sens. Spiritualité laïque...

 ...........................................................................................................................................................................

Des livres peuvent faire entrer dans cette pensée, son langage, ses références, ses repères particuliers. Et des créations plastiques...

Un livre

Sur la spiritualité musulmane, expérimentée dans une vie ouverte au pluriel des cultures… L’itinéraire intérieur de quelqu’un d’ancré dans le monde…

« Eclats d'islam » (Albin Michel, 2009), de Karima Berger (née à Ténès en Algérie, doctorat sur le nationalisme, vit en France depuis 1975). Journal sur le rapport à la spiritualité, dans le cadre de la double culture, et la richesse de la rencontre d'autres spiritualité. (Comment l'islam est vécu ainsi.  « Algérienne, installée en France depuis de nombreuses années, Karima Berger livre une réflexion très émouvante sur son identité spirituelle. » http://www.laprocure.com/livres/karima-berger/eclats-islam-chroniques-un-itineraire-spirituel_9782226183194.html

Une thèse

Sur littérature et spiritualité…

« La spiritualité algérienne s’invite à l’Inalco ». Thèse du poète Yacine Benabid, « Littérature et mystique dans l’Algérie contemporaine ».  Djazairess/El Watan, 07-04-2009. http://www.djazairess.com/fr/elwatan/121904  « Exercice d'interprétation tout aussi vertical qu'horizontal du phénomène mystique dans la culture arabo-musulmane, particulièrement dans sa version maghrébo-algérienne. » (Critique moderne, théorie littéraire, herméneutique, mystique comparée, étude d’un grand auteur soufi...).

............

 Une oeuvre plastique et mystique...  Rachid Koraïchi, peintre algérien, plasticien soufi, graphiste...

Vidéo. 14 pièces sur des mystiques. "Les maîtres invisibles" : http://www.youtube.com/watch?v=0XSi4Ot-Hdo  

Autres vidéos (Deux Rives, une Mer / Espagne des trois cultures, etc.) : http://www.google.fr/search?hl=fr&biw=897&bih=389... 

Créations de Rachid Koraïchi (images Google, ample sélection) : http://www.google.fr/images?hl=fr&biw=897&bih=389...  

 Rachid Koraïchi a fait une donation importante à un hôpital parisien (des peintures données à l'hôpital La Pitié-Salpétrière :    (source La Croix, 25-01-11).

 ............................................................................................................................................................

SOCIETE et religion :

Le débat (français) sur l’islam… vu d’Algérie, sur algerie-focus, source Le Quotidien d’Oran, 18-03-11 : http://www.algerie-focus.com/2011/03/18/le-debat-sur-lislam-et-ses-multiples-facettes/  (intéressante analyse).

…………………………………………………………………………………………………………………………………………

Le SOUFISME en Algérie… Textes.

Explication, le soufisme sur un forum algérien, 2007 (et précisions sur l’opposition entre le soufisme et les courants de l’orthodoxie http://www.forum-algerie.com/islam-religions-philosophies/2470-le-soufisme-et-ces-pratiques.html  (« Aujourd'hui encore les courants les plus orthodoxes cherchent à diminuer l'influence des confréries soufies dans le monde, le soufisme étant considéré comme un instrument pour sortir du cadre d'une forme d'orthodoxie stricte et littérale. »)

Intervention de Barkahoum Ferhati (colloque de Bucarest, 2006) sur « Les femmes algérienne soufies » (Personnalité et rôle de Lalla Zeineb, occultée dans l’historiographie, avec une évocation d’ Isabelle Eberhardt, qui la connut. En introduction, réflexion sur l’utilisation, par le pouvoir, des confréries soufies, pour lutter contre le fondamentalisme religieux, l’islamisme : subventions, encouragement de la recherche, aide aux publications. Mais… dans l’oubli des femmes.). Texte complété par une riche bibliographie (dont un ouvrage de Jacques Berque et les « Notes de route » d’Isabelle Eberhardt.

Par Semmar Abderrahmane, article sur Saïd Djabelkhir, journaliste et chercheur algérien, qui étudie notamment le rôle culturel du soufisme, son influence sur la culture populaire, le langage, la philosophie, la poésie et l’art. (Il insiste aussi, dit le chroniqueur, sur la place de la tolérance dans le soufisme) : http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article4104

Riches apports… Mais, aussi, sur niarunblog, une réflexion critique, plus distancée, comme bilan d’un colloque: http://niarunblog.unblog.fr/lumieres-dislam1/6e-colloque-international-sur-le-soufisme/  (Source Liberté, 19-12-09). (Pragmatisme, pensée, femmes, et modernité).

SOUFISME algérien. Vidéo (Abd El Kader) :  http://www.dailymotion.com/video/xa1b44_lemir-abd-elkader...

Un festival et des colloques :

7ème festival international « Soufisme culture et musique »  à Annaba, décembre 2010 : http://fr.allafrica.com/stories/201012080331.html  [Présentation des conférences : culture, Histoire, dont une sur l’alchimiste algérien Ahmed Al Bûnî  (le « houroufisme » étudié en relation avec la philosophie et la psychanalyse chez Jung) et une sur la femme « chez la savante Adjm Bent El Nafiis ».]

Colloque sur le soufisme, 2009 : http://www.maliweb.net/category.php?NID=54143

Colloque sur l’islam (international) sur « Tlemcen, capitale de la culture islamique »  en février 2011 : http://fr.allafrica.com/stories/201102220561.html  (patrimoine, apports culturels, savants…). Et http://www.algerie-focus.com/2011/03/21/colloque-international-sur-lislam-au-maghreb-a-tlemcen/  21-03-11

…………………………………………………………………………………………………………………………………………

Saint Augustin. Un grand VISAGE de Souk-Ahras... visage d'Algérie, visage universel...

Citations sur evene.fr : http://www.evene.fr/celebre/biographie/saint-augustin-66....  

Fiche wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Augustin_d'Hippone 

Colloque sur Saint Augustin, 2004, à Tizi Ouzou, « Entre platonisme et thélologie mystique » : http://www.algerie-dz.com/article149.html   (descendre sur la page après les liens publicitaires…). (Réhabilitation, réappropriation d’un penseur et mystique d’abord rejeté parce que chrétien, puis retrouvé et reconnu). « Depuis, les algériens ne cessent de redécouvrir et de s’initier aux pensées philosophiques et religieuses de ce patrimoine “algérien”, antérieur à l’histoire contemporaine de l’Algérie, en organisant et en participant à de nombreuses manifestations culturelles qui lui sont consacrées. »

Saint Augustin, « figure » chrétienne d’Algérie, dossier (intro, bio, livres, sermons, textes) :  http://www.assomption.org/Augustin/SommaireStAugustin.html

L’Olivier de Saint Augustin, à Souk-Ahras, Thagaste, sa ville de naissance, El Watan, 2006 : http://www.annabacity.net/dossiers/dossier_10_souk+ahras+-+olivier+saint+augustin.html  L’olivier entre mythe et réalité, El Watan, algerie-dz, 2004 : http://www.algerie-dz.com/article1045.html  

Un livre  ("Plaidoyer pour saint Augustin de Souk-Ahras), de Nacéra Benseddik : http://www.berberes.net/forum/viewtopic.php?f=15&t=283 

 ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Juifs d’Algérie

Sur la Kahina, reine berbère, juive (qui combattit contre les Arabes, au moment de l’invasion arabo-musulmane), à propos du quatrième colloque qui lui a été consacré, en mai 2009. Par Hakim Arabdiou, juillet 2009. http://www.gauchemip.org/spip.php?article10030 (Lire aussi la fiche wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Kahena )

Algérie, les Juifs avant l’islam : http://www.judaicultures.info/Algerie-les-Juifs-avant-l-islam.html

Juifs d’Algérie (déchirure historique) sur sefarad.org  (source le Quotidien d’Oran, 2004) : http://www.sefarad.org/publication/lm/056/html/page31.html

Le site des Juifs d’Algérie, zlabia.com : http://www.zlabia.com

.............................................................................................................................................

Chrétiens d’Algérie, la mémoire d’une Algérie plurielle. (Histoire du christianisme en Algérie, premiers siècles, Algérie avant la France, années 1830-1962, et depuis l’indépendance). Synthèse claire, surafrik.com, au 19-12-10 :  http://www.afrik.com/article1773.html

Informations. Chrétiens de Méditerranée, chrétiens d’Algérie : http://www.chretiensdelamediterranee.com

Chrétiens de Kabylie, sur algeriepyrenees.com, janvier 2011 (source El Watan) : http://www.algeriepyrenees.com/article-algerie-les-chretiens-de-kabylie-64118005.html  

Le tombeau de la Chrétienne (Tipasa) : http://www.djamila.be/Documents/tombeau.htm 

 

Moines de Tibhirine 

Moines : http://www.algeria-watch.org/farticle/sale_guerre/teissier.htm Archevêque d’Alger, 2001 (qui interprète les informations qu’il a eues comme une preuve que ce sont les islamistes qui ont assassiné les moines).

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

DIALOGUE interreligieux...

Page sur wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dialogue_interreligieux

Religions pour la Paix :  http://www.religionspourlapaix.org/

..........................................................................................................................................................................................................

Décryptage… ésotérique…

Don Quichotte, lu par la kabbaliste Dominique Aubier (d’origine espagnole, elle a gardé son nom français de résistante) : http://www.dominique-aubier.com/crbst_30.html  (« Don Quichotte, la réaffirmation messianique du Coran »). Février 2011.

Révolutions de la rive sud ? Une lecture très particulière (ésotérique, initiatique…), D.Aubier : http://dominiqueaubier.blogspot.com/2011/02/revolution-en-islam-algerie-tunisie.html