Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2016

« O-Dieux ». Semblables et séparés, se penser avec le théâtre de Kheireddine Lardjam…

O-DIEUX.jpg« Je veux montrer la complexité du conflit israélo-palestien. J’ai eu l’idée de monter cette pièce à force de discuter avec des jeunes et de constater à quel point ils ne comprennent rien à ce conflit mais le mettent à toutes les sauces. Des enfants ici naissent avec l’intifada dans le sang. »  

Kheireddine Lardjam, metteur en scène, Compagnie El Ajouad. Sur ses choix de mise en scène, pour "O-Dieux", pièce de Stefano Massini...

 

Fiche... http://www.vitry94.fr/actualites/fiche/o-dieu-hors-les-mu...

SITE de la Compagnie El Ajouad... http://www.elajouad.com 

Refus du manichéisme. Une actrice, Marie-Cécile Ouakil, joue les trois rôles (admirable performance...) : une Israélienne pacifiste qui est bouleversée par un attentat, et déchirée entre des émotions et pensées contraires, une Palestinienne future kamikaze, qui est décidée à se sacrifier, mais est elle aussi traversée par des errements intérieurs, et une Américaine qui intervient avec des militaires israéliens, qui voit les deux peuples avec un certain recul un peu cynique. On voit la proximité possible des êtres et le contexte invivable par les tensions et la peur. La mort omniprésente, et finale, absurdement. Le choix de l'actrice seule en scène fait percevoir autrement l'humanité commune. Et l'installation mobile (mise en scène dépouillée) permet de figurer autant les barrages, la symbolique de l'emprisonnement dans les identités et la peur, le quotidien, les lieux des attentats, les autres suggérés et la solitude de chacun dans son destin. Juste la voix, le jeu des gestes pour représenter chaque personnage, à la fois assez différent pour qu’on comprenne et pas trop pour qu’on saisisse la force d’un questionnement qui dépasse le récit factuel mais devient question sur l’essence humaine. Qui sommes-nous? Ceux qu’une identité nationale définit? Une religion? Ou des êtres au-delà de cela qui se sont fait piéger dans des situations qui les emprisonnent dans des cadres identitaires en fait interchangeables?

A peine le bruit des sirènes (police, ambulances, secours, armée) un instant, après celui d'une musique de boîte (où des jeunes tentent de vivre une normalité apparente). Mourir, tuer, deux faces des destins... Pas de parti pris. Le conflit est vu en hauteur : pas de volonté de traduction politique (ou pire, partisane). Mais, comme l’a dit dit le metteur en scène, c’est un regard méditerranéen (donc en empathie avec ceux qui sont pris dans ce long conflit, empathie par commune matrice culturelle, celle de cette mer Méditerranée), celui de l'auteur italien et du créateur algérien, Kheireddine Lardjam, fidèle à son message d'humanisme, de fraternité. On ne nous donne pas à haïr, mais à comprendre.

Nous sommes en face de nos doubles contradictoires, enfermés dans la peur qui sépare, et pourtant si semblables. Même si le « feu » final vient d’une riposte israélienne pour éviter un attentat programmé, on ne doit pas comprendre cela comme une invitation à porter la culpabilité sur Israël seul, je pense. Le croire serait trahir le message d’humanisme. Deux des personnages meurent quand le troisième est un des soldats qui tirent, l’Américaine venue en renfort (et pour la protection de son ambassade, dit-elle à un moment). Un voile posé sur la tête pour éviter la pluie crée une confusion entre la terroriste  palestinienne (kamikaze), décrite par les renseignements, et la jeune femme israélienne. Car les identités sont brouillées, en réalité. Et donc les rôles dont on se vêt. « Feu ». Et c’est la nuit totale, d’un coup, celle de la mort qui hante toute la pièce. Mort choisie pour l’une, mais qui rate sa fin, puisqu’elle est abattue. Mort par le hasard du « mauvais endroit au mauvais moment », pour l’autre, absurdement car ce n’est pas ce dont elle a peur qui la tue, mais une peur plus large, un climat qui fait de n’importe quel autre un ennemi possible. 

Cela parle d’un conflit, mais dans la réalité du monde actuel cela parle de bien des lieux et de beaucoup de sociétés, dont la nôtre. En fait la peur est porteuse de mort. Mais comment lui échapper quand on est devant des menaces? En refusant de s’y perdre…

Volonté de ne pas accepter l’instrumentalisation du conflit israélo-palstinien, ici notamment, piège rendu possible par l’ignorance et qui produit de la haine. Contrairement à l’analyse que j’ai lue dans un article de L’Humanité qui disait que la jeune femme israélienne s’enfonce dans la haine, après le traumatisme d’un attentat, alors qu’elle était une pacifiste engagée, j’ai vu plutôt quelqu’un qui était de plus en plus habitée par la peur, la peur produisant la méfiance, la séparation. Cela peut ressembler à la haine, mais la haine c’est plus violent, viscéral, alors qu’elle continue à s’interroger, déchirée. De même la jeune palestinienne est obsédée par ce qu’elle pense sa mission, être une kamikaze quand elle aura franchi les étapes initiatiques à l’intérieur d’un cheminement de mort, mais elle aussi on la sent déchirée, même hésitante à un moment. Et elles ont les mêmes mots pour se demander si l’autre peuple envahit leur espace, cherchant (d’une certaine manière) ce qu’elles sont. Et on sent la question de l’absurdité des guerres des humains, quand d’autres solutions pourraient tout changer. Absurdité des conflits qui font se heurter des semblables, si proches, mais qui ne le savent plus, et donc si lointains. Tellement semblables que la mort leur prêtera la même identité… L’Américaine, elle, est étrangère aux deux réalités, et cela accentue la proximité, paradoxale en apparence, des deux autres.

………………………

Voir la page du théâtre de l’Aquarium sur O-Dieux, avec des précisions sur le contenu du texte de Stefano Massini.  ... http://www.theatredelaquarium.net/O-DIEU 

Texte posé lors des représentations programmées là, associées à celle d’une autre pièce, Page en construction.

………………………

Page en construction, justement…  Le texte est de Fabrice Melquiot, qui a pris comme sujet la personne même du metteur en scène, qui doit donc jouer son rôle, en maniant humour et émotion, recul et regard intérieur, pudeur et mise à nu. Page en construction (éd. L’Arche, 2015) est une oeuvre passionnante, qui traite de la mémoire personnelle et historique, de l’identité héritée, complexe, et de celle qui se construit, que nous construisons nous-mêmes. Comment on tente à la fois de se défaire des normes imposées, de la subjectivité qui peut trahir le réel, mais en même temps comment on maintient ses repères culturels car ils nous font tenir debout, et comment on respecte sa subjectivité libre, car elle est l’axe de notre individualité. La création a été le résultat d’un dialogue fécond, d’un regard de l’auteur sur son « personnage » qui n’en est pas un. Comme si l’auteur entrait dans les pensées secrètes du metteur en scène comédien, le révélant à lui-même, et éclairant plus que lui. Car les thèmes traités, les questions posées, sont des sujets qui nous concernent tous, et particulièrement dans cette période d’interrogations sur nos appartenances, de risques de fractures entre des pans entiers de la population. Les traces de la guerre d’Algérie (blessures et liens, mémoire familiale), la religion (entre spiritualité et culture) et les projections causées par l’ignorance. La double identité, le métissage, la transmission : ce que l’on a reçu des générations précédentes, et surtout, du père et de la mère, proches ou pas, présents ou pas, et ce qu’on va faire passer de soi à l’enfant. Appartenance à deux rives et imprégnation double des codes parfois contradictoires. Difficultés, et immense richesse. Agacements (quand on croise la bêtise ou l’agressivité). Partage et fraternité. La page qui  se construit c’est à la fois la personne et le pays qui s’invente (en tout cas dont on espère qu’il sache le faire). Espoir possible, inquiétudes. On ne cesse de naître, en fait, car l’identité n’est  pas figée, elle est un processus. Et cela concerne l’aspect psychologique et culturel, mais aussi le corps, qui est une carte à déchiffrer. Pièce d’une forte actualité : comment nous situons-nous? Nous acceptons-nous multiples et nomades, ou nous figeons-nous dans des peurs? Quel rapport entre les rives algériennes et françaises? Et quelles perspectives pour ces pays où nous vivons, ces « ici » mobiles? 

Il faut espérer que cette pièce puisse être découverte par ceux qui ne l’ont pas encore vue. Car elle nous concerne tous. Ce « je » n’est pas un étranger : il nous tend un miroir…

…...

Ces deux pièces qui font partie de la programmation 2016-2017 (voir sur le site de la compagnie) ont en commun des interrogations qui sont en fait celles, fondamentales, d’une possible bascule de conscience de l’humanité (si elle entend les questions, voit l’absurdité créée par les passions, les manipulations, et l’illusion identitaire) ou au contraire d’un risque d’embrasement, si un réveil ne se produit pas, si l’aveuglement général perdure…

27/05/2015

Andalousie ? Non : Andalousies...

Blas Infante.gifANDALOUSIE.jpgAl-Andalus.gif

Ancestrale Andalousie à l’histoire complexe, aux récits parfois contraires. Et même si la réalité est  recouverte en partie par une mythologie idéale, il reste des mémoires transmises, qui touchent à un mystère identitaire. Ce qui est passé, de génération en génération, c’est un goût musical commun à plusieurs rives, les mêmes chants, un tissage de langues, une esthétique visuelle, architecturale notamment, qui transcende les frontières. Et des visages qui se ressemblent, car les gènes, au cours des siècles, ont circulé... Emprunts biologiques nés d’amours frontières. Andalousies, dit Jacques Berque, car ce pluriel donne une direction à la fraternité que les êtres humains, malgré tout, cherchent. L’Andalousie a ceci de particulier, qu’elle reste, plus qu’une région, une patrie intérieure des exilés, longtemps après qu’ils aient raconté leurs migrations, ou leur fuite, longtemps après, chez leurs descendants. Elle se fait centre diasporique, repère. Et quand on entend chanter Marlène Samoun, pour des chants sépharades en plusieurs langues, ou qu’on entend le violon ou la voix de Rachid Brahim-Djelloul, on part dans un voyage intime, on pénètre dans les douleurs et les joies de milliers de noms (avec les nôtres peut-être), dans un passé lointain, et dans le présent si proche qu’il suffit de quelques mots en espagnol ou de quelques heures en train, pour traverser le temps... Elle est peut-être, notre Andalousie métisse, la patrie intérieure de tous les humanistes, de tous ceux qui refusent les entraves de la haine, les pièges des barrières.

Il y a aussi, dans la souterraine identité andalouse (et espagnole), la conscience marrane. Ce mot peut se lire comme une injure faite aux conversos (porcs, pour ne pas vouloir en manger), ou trouver dans l'hébreu le sens de consciences forcées (à la conversion). Car des 5% de Juifs, seuls 12% partirent. C'est ainsi que certains donnèrent des saints chrétiens, authentiques mystiques ne sachant plus leur identité religieuse familiale (car leurs parents les protégeaient en ne la leur disant pas...). Et c'est ainsi que l'Espagne andalouse s'interrogea beaucoup, après le franquisme, sur les interférences cachées de ses visages culturels et spirituels...

On peut aller plus loin dans les questions, et sentir, encore plus, le ridicule des enfermements identitaires. Zev ben Shimon Halevi (Warren Kenton), kabbaliste anglais fascinant, écrivit un roman initiatique sur l'Andalousie des mystiques, "L'Envoyé de l'Esprit", publié d'abord en anglais à Londres et à New York, puis en français en 1991. Rencontres de destins, groupes hétérogènes qui s'enseignent. Talmud, kabbale et soufisme qui se frôlent et s'interpénètrent, familles qui se croisent... Chrétiens récents aux antécédents juifs "ou" musulmans, et même juifs "et" musulmans. Cela commence par "un matin glacé du printemps de 1491". Cela finit sur une scène de mort et son contraire. On parle de "l'envoyé de ce temps". (Non le Messie final des uns ou des autres, mais le "Katub", un esprit ordinaire en apparence - singulier ou pluriel - qui supporte le monde par son feu intérieur... Que les êtres ne reconnaissent pas, ou reconnaissent, et qui meurt, comme tous, suivi par un autre.) Il y a Rachel et Avraham, Hakim et Mora, à la fin, page 239. Rachel... "Mon père était juif et ma mère maure, avant que nous devenions chrétiens.", avait-elle dit, page 100... 

Encore plus loin? Si on parle à un taoïste ou un mystique tibétain, il dira que, sans doute, dans d'autres vies que parcourut notre âme, nous avons, nous, parcouru plus que des vies. En voyageur d'identité... Juif une vie, musulman une autre, chrétien la suivante, athée cérébral une autre fois, ou avant. Agnostique, souvent, en recherche de lucidité. Méditant parfois, et sage, peut-être, ou fou. En tout cas ennemi de soi-même dans les vies d'intégrisme, d'inquisition, de fermeture communautaire, tuant son miroir ou son frère. Mais il dira aussi qu'au bout du bout du temps (qui n'est pas ce que l'on croit) on finit par prendre conscience de ce que sont les mirages de nos rivages intérieurs, et par se voir soi-même dans l'autre, sage ou fou. Car notre réalité est une mise en abyme...    

« J’appelle à des Andalousies toujours recommencées, dont nous portons en nous à la fois les décombres amoncelés et l’inlassable espérance. » Jacques Berque, né en Algérie, leçon de clôture prononcée au Collège de France, en juin 1981.

............................

LECTURES....

"El Ideal Andaluz", de Blas Infante, Sevilla, Arévalo, 1915. Réédition, Sevilla. Junta de Andalucía, 2010, centrodeestudiosandaluces.es : http://bit.ly/1KyxuOQ

"Identité andalouse", de Gabriel Martinez-Gros, Actes sud, 1997 : http://bit.ly/1AwVsqe

"Al-Andalus, 711-1492", de Pierre Guichard, Hachette/Pluriel. Sur le site Bibliomonde : http://www.bibliomonde.com/livre/andalus-711-1492-1814.html

 "Construction des identités", l’exemple de l’Andalousie. Recherche d’Ébane  Mexcin, Montpellier : http://bit.ly/1EwiBEi

.......................

Sites...

L’Andalousie par elle-même, "Así es Andalucía", andalucia.org : http://bit.ly/1RmaP9r

Fiche wikipedia (liens, dont portails): http://fr.wikipedia.org/wiki/Andalousie

.......................

Notes antérieures...

J’ai fait une mise à jour dans une note du 07-03-11, en constatant un manque étonnant (note qui était suivie d’une autre page, le 11). Multiples liens, livres et musique, sites dédiés, aussi : http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2011/03/07/andalousies.html

Autre note, complémentaire, le 11-03-11 : http://bit.ly/1GC3dfO

16/05/2015

Pause café... lectures, nuits, et lumières.

CAFE 9.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Il a mis

 

le café / Dans la tasse / Il a mis le lait / Dans la tasse de café  / Il a mis le sucre / Dans le café au lait / Avec la petite cuiller / Il a tourné / Il a bu le café au lait / Et il a reposé la tasse / Sans me parler »

Déjeuner du matin. « Paroles »

Jacques Prévert CAFE 10.jpg

Le café était déjà dans la CAFE 5.jpgCAFE 2.jpgCAFE 1.jpgtasse... car servi, et ce n'était pas le matin. Je n’ai mis ni lait ni sucre, juste de l’eau chaude, un peu...  Je ne suis pas restée silencieuse (pas trop), mais j’ai lu, beaucoup (pause café, volonté de solitude, fugue...), et regardé, beaucoup (puis photographié, un peu), les lumières, la transparence des vitres, les reflets, les ombres, le passage fugitif de formes. Je ne sais qui pleure à la fin du poème de Prévert : lui, peut-être, ou celui qui regarde et ne peut entrer, pas même pour un café. Ou n’importe qui de solitaire (mais en douleur de l’être dans un instant où il ne le voudrait pas, ou, pire, l’étant toujours, perdu dans la rue et dans sa souffrance, comme il est vrai qu’on croise des êtres dont le visage dit une tristesse comme une hantise). Prévert a cet amour des autres qui rend capable cette empathie qui fait dire je, entrer dans la conscience de l’autre, épouser ce qu’il ne sait pas dire ou ne sait pas même de lui. Dans l’amour qu’on a pour les cafés, ces lieux de concentration, où lire prend une intensité particulière (et où malgré tout des lecteurs se croisent et se parlent...) il y a sans doute une mémoire de poèmes de Prévert (inversant la tristesse en douceur de présence), et d’autres poèmes qui ne parlent pas de café mais de fenêtres ou de visages. Intertextualité de la conscience de l’instant. Précieuses pauses, pour moi, que ces parenthèses que je vole au temps, que je vole aux autres, même, si je peux, ayant un rendez-vous avec moi-même que je ne sacrifie à rien.

Parenthèses si nécessaires, de silence (même s’il y a un fond de musique - que souvent j’apprécie, critère du choix du lieu). Quand le monde fait tous ces jours un bruit de peine de mort (Indonésie, Egypte, Etats-Unis... pour ne citer que les dernières terribles informations). Un bruit de couloir de la mort (lire sur le site d’ECPM l’histoire d’Ahmed, au Maroc, qui avait été condamné à mort pour un slogan, puis gracié au bout de longues années de prison dans ce couloir de terreur, et enfin libéré : un survivant...). Un bruit de détresses en mer (Méditerranée, Asie du Sud-Est). Malgré tout, après le journal, j’ai fini « Et il dit » d’Erri de Luca (de lui je lis tout), et continué à lire Alain Vircondelet sur Marguerite Duras (ce qu’il écrit est plus que précieux, proche, d’une profondeur infinie). Etrange comme, dans nos vies, se mêlent nos joies d’instant en instant, et des désastres partagés. De même, se croisent la lecture des faits bruts, des analyses vives, et l’intime entrée dans des œuvres qui rajoutent de la magie à la réalité. C’est pour cela que j’ai noté au pluriel « lectures, nuits, et lumières ». 

© MC San Juan (TramesNomades) / Texte et photographies

CAFE 8.jpgCAFE 7.jpg

23/06/2014

Chrétiens d’orient, des associations et des sites…

Retour sur des réalités assez sombres…  Intolérance, haines… S’informer…

Association  française, L’œuvre d’Orient : http://www.oeuvre-orient.fr/  

Coordination des Chrétiens d’Orient (de divers pays) : http://chretiens-dorient-en-danger.org/  

ACAT : http://www.acatfrance.fr/    :  Association axée sur la torture (que les causes soient religieuses, idéologiques ou politiques, et quelles que soient les identités des victimes), mais dénonçant aussi les crimes concernant des chrétiens dans le monde : cf. le cas de Meriam, entre autres – articles antérieurs et la dernière nouvelle, ici  : http://www.acatfrance.fr/bonne-nouvelle/liberation-de_meriam

INFOS générales, Chrétiens de la Méditerranée : http://www.chretiensdelamediterranee.com

………………………..

Chrétiens, là ou là, autres appartenances ailleurs… Ainsi, en Chine, ce sont (aussi) les pratiquants du Falun gong qui sont victimes de crimes. 

17/12/2013

« Quand j’ai lu Albert Camus »… Abd Al Malik…

THEATRE abd-al-malik.jpg

Merci, Abd Al Malik…

Hier soir j’ai assisté à l’hommage rendu à Camus par un lecteur intense… Abd Al Malik. Triomphe. Les spectateurs présents ont senti, compris, l’authenticité de la démarche, le lien entre cet homme jeune, pur produit de notre réalité contemporaine, qu’il transcende dans la création, dans l’écriture, et l’auteur magnifique où il se reconnaît. Il révèle comment, lui, il est concerné, comment, lui, il a été transformé par une lecture. Le choc, les points communs (misère, soleil, exigence entre souffrance, désespoir, et espoir, refus, amour, mère aimée, omniprésente, père absent, trou béant du manque, et, je crois, aussi, la double identité : partage et richesse, déchirement et tension vers un absolu).

Il répète cette phrase en litanie « Quand j’ai lu Albert Camus », puis « Après avoir lu Albert Camus ». Lecture et vécu se croisent, dans une marche sur un fil ténu, où tout pourrait basculer… Et si cette rencontre ne s’était faite, où serais-je, semble-t-il dire. Figure paternelle et message d’éthique et de force. Ou comment vivre, donner du sens, comment s’échapper du risque de mourir, quand des jeunes autour de soi meurent et que tout risquait de nous entraîner encore et encore dans les mêmes dérives mortelles.

Il parle, dit-il, à partir de sa « parcelle d’humanité » (bien grande… !), de ce refus des injustices, refus de la misère quand les autres n’en sortent pas, de la mort (on guillotine encore, rappelle-t-il, dans une longue lettre qu’il adresse à Camus, lui qui lutta contre la peine de mort, pour l’abolition). On guillotine de plusieurs façons, aussi : en abandonnant, en niant, en discriminant. 

Il cite Camus, et Jacques Martial lit Camus.

Ecran. Le visage d’Albert Camus, présence forte.

Ecran. Ombre d’un corps qui danse, magnifiquement.

Musiciens. Soutiennent la voix, sont une voix.

La Méditerranée (et Gibraltar. Alger en passant par Oujda…).

Scène. Danseurs de hip hop qui expriment la même chose, qui font écho à ce qui crie. Gestes purs, souplesse extrême : corps qui se tordent, comme enchaînés, et se libèrent, mais comme s’ils se déchiraient.  

Camus, cité par Abd Al Malik, lu par Jacques Martial, parlait de cette fausse communication où la méchanceté veut se faire passer pour de l’intelligence. Entendant cela, je repensais à une critique négative de ce spectacle, lue je ne sais plus où. On reprochait au rappeur poète de trop centrer sur lui cet hommage, comme prisonnier de son ego, et on disait être gêné par la présence des danseurs de hip hop, comme si cela ne pouvait correspondre à une parole sur un auteur comme Camus. Pourquoi donc ?  Au contraire, l’hommage tire sa force de ce rapport à soi. (Je fais le lien avec le documentaire de Joël Calmettes,  « Vivre avec Camus ». Des jeunes aussi y parlent de leur expérience, et c’est bouleversant : notamment ces jeunes qui en Algérie ont trouvé le lien avec le natif frère d’âme). Ce n’est pas piège de l’ego, mais traduction vitale : l’intellect n’est pas absent, mais l’émotion passe par le corps, c’est tripal. Les mains d’Abd Al Malik en disent autant que les mots. Et le hip hop, moi j’aime ça. J’y vois un art qui défait les armures de souffrance, qui libère corps et cœurs. Corps et cœurs qui savent des douleurs et des joies (des joies parce que des douleurs…). Car « Il n’y a pas d’amour de vivre sans désespoir de vivre » répète inlassablement Abd Al Malik, avec la voix et les mains. Les applaudissements qui accueillent cet hommage sont aussi, forcément, adhésion à l'œuvre et à l'éthique de Camus. Cela corrige Sartre et autres faiseurs d'ombre... Abd Al Malik voudrait réconcilier Sartre et Camus (il le dit à un moment : espoir de paix entre les idées, mais certaines idées sont antinomiques...). Et rien ne peut effacer les paroles de  Sartre, son appel au meurtre, l'éloge de la violence (préface célèbre...).Un auteur mort ne peut revenir sur ses mots. Ce qui peut être apaisé c'est le rapport entre les vivants, capables de faire l'effort du pardon, et capables de cet effort paradoxal de la rencontre entre mémoire et oubli : devoir de mémoire, témoignages, mais effacement de ce qui excède, par le retour au présent... Non, on ne peut se réconcilier avec le choix du terrorisme, on ne peut que le refuser... C'est Kamel Daoud qui a raison sur ce point. En Algérie, en 1962, nous n'avons pas eu un Mandela, a-t-il écrit ( http://www.djazairess.com/fr/lqo/5191330 )... Mais, maintenant, nous pouvons tous tenter la même démarche : voir en l'autre une humanité pareille, se mettre à sa place... 

Juliette Greco fut sur scène un instant.

Amnesty international proposait, dehors, à l’étage, de signer les appels d'actions en cours.

Et en sortant on pouvait se procurer des livres ou disques. Celui tiré du spectacle (L’art et la révolte), avec quelques textes, et une note de remerciement à Catherine Camus, qui encouragea l’entreprise. Le dernier livre d’Abd Al Malik n’était plus disponible là (il est en librairie) : « L’Islam au secours de la République ». (C'est toute la démarche de paix d'Abd Al Malik, en musulman proche du soufisme, soufi, même : il veut faire passer un message positif, montrer qu'il y a une autre voie en islam, et que cette voie peut coïncider avec les valeurs et réalités de la République).  

SITE officiel d'Ab Al Malikhttp://www.abdalmalik.fr/   

18/10/2013

Andalousie… Rêve, mémoire… Illusion ? Utopie ?

Je viens de lire une réflexion de  Jean Daniel, titrée « L'illusion andalouse », et publiée le 09-10-2013 dans le Nouvel Obs… Questionnement percutant. Andalousie, plurielle…  réelle, ou fantasmée. Oui, l’ombre est présente autant que la lumière. Mais beauté du rêve, quand même, d’une sagesse possible, d’une fraternité cependant tissée, et de proximités reconstruites…

Beau texte, à lire lentement et relire. Exercice de lucidité, non pour nier la possibilité de la fraternité, mais pour insister sur les pièges de ce qui l’entrave, sur ce qui fait de la haine entre les communautés une fatalité transmise par enfermement identitaire sur soi. Ignorance et mépris de l’autre, fiction de sa supériorité comme individu d’appartenance… La rencontre, souvent, se ferait par l’art, les créations croisées… et la possibilité offerte de rejoindre l’universel.

La chronique est à lire là : http://tempsreel.nouvelobs.com/jean-daniel/20131009.OBS0285/l-illusion-andalouse.html

De ce lieu, de son histoire complexe, on peut garder, je pense, ce qui effectivement demeure en héritage, si souvent, dans la culture de ceux qui ont une ascendance issue de ce rivage (ou de ceux qui, pour une raison ou une autre, sont attirés par ce qui n’est pas qu’un mirage). Le goût du partage en création (musique andalouse qui, de l’Espagne au Maghreb, et, en écho de présences, en France - Marseille, Paris - marque des identités croisées, des consciences traversées par des appartenances frontières où l’autre est aussi l’étranger que l’on porte en soi). Goût du son des langues… Parentés philosophiques : sagesses. Mystiques en miroir.

………….  

Dans le prolongement de cette lecture on pourra aborder (ou retrouver) deux ouvrages essentiels. 

De Jean Daniel, « La prison juive. Humeurs et méditations d’un témoin », poches, Odile Jacob (Autre regard sur le rapport à l’identité, une ouverture, le témoignage d’une sagesse vécue…).  Christian Makarian écrit ceci sur ce livre, dans L’Express du 27-11-2003 : « Fort d'une puissante culture juive, en admiration devant l'édifice du christianisme, empathique envers l'islam, le directeur-fondateur du Nouvel Observateur propose sa propre clef, son passe personnel: pour échapper à la prison qu'il décrit, il n'y a que l'universalisme. ». La prison juive, humeurs et méditations d’un témoin,sur Decitre : http://www.decitre.fr/livres/la-prison-juive-978273811564... 

D’Amin Maalouf, « Les identités meurtrières », Livre de poche. « Ce qui fait que je suis moi-même et pas un autre, c'est que je suis ainsi à la lisière de deux pays de deux ou trois langues, de plusieurs traditions culturelles. C'est cela mon identité... ». Page éditeur, Grassethttp://www.grasset.fr/les-identites-meurtrieres-978224654... ... Decitre : http://www.decitre.fr/livres/les-identites-meurtrieres-97... .....Citations du livre sur evene.fr : http://www.evene.fr/livres/livre/amin-maalouf-les-identit... 

Pour changer de regard il faut donc développer une éthique personnelle, faite de liberté intérieure, de refus des cadres formels rigides, de recherche de la sagesse. Cela passe par la traversée des frontières mentales et des réelles frontières culturelles. Nécessité du voyage, sous une forme ou une autre, ne serait-ce que par les livres…

Clin d’œil musical à l'éthique méditerranéenne questionnant l'identité singulière pour l'ouvrir à la pluralité, cet orchestre regroupant seize pays du pourtour méditerranéen, Mediterranean Charlie OrchestraLaurent Dussutour, JournalVentilo, résume ainsi l’orientation méditerranéenne de l’orchestre, inspiré aussi par Conrad : « Le véritable sens musical proposé par le MCO est loin du sens commun, proposant un objet jazzistique non identifié, ce qui est le propre de l’esprit du genre ! Au-delà d’un « troisième courant » du jazz qui consisterait à rapprocher classique et notes bleues, c’est plus à une odyssée méditerranéenne rompant avec le tropisme transatlantique du genre que convie ce projet. » : http://www.journalventilo.fr/mediterranean-charlie-orches... 

L’orchestre a une page Facebook : https://www.facebook.com/179835852047859/videos/596901680...

...........

...Jean Daniel... Fiche wikipedia  https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Daniel 

Jean Daniel, observateur du XXème siècle, sur culture-libre  http://www.culture-libre.org/wiki/Jean_Daniel_:_Observate...

Chroniques, Jean Daniel, Obs : http://tempsreel.nouvelobs.com/journaliste/16443/jean-dan... 

...Amin Maalouf... Fiche wikipedia  https://fr.wikipedia.org/wiki/Amin_Maalouf

................... MISE à JOUR...  LIVRE... Identité et violence, d’Amartya Sen, éd. Odile Jacob : http://www.odilejacob.fr/catalogue/sciences-humaines/reli...

.................. Voir aussi, Méditerranées, film d'Olivier PY, commentaires croisés (identité, Méditerranée...)... http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2013/07/24/me... 

.................. Andalousie / Méditerranée... Catégories et TAGS.......

17/11/2011

Arturo Pérez-Reverte (Cadix, ou la diagonale du fou) cité par Xavier Houssin, Le Monde des Livres, et Aurora Intxausti, El Pais Cultura

CADIX.jpgEl ASEDIO.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Méditerranée. « Ma vraie patrie de mémoire et d'étoiles. »

Arturo Pérez-Reverte, écrivain espagnol

Cité par Xavier Houssin, dans son article consacré à la critique du roman « El Asedio », traduit par François Maspero et publié au Seuil (2011), avec le titre français  « Cadix, la diagonale du fou ».

« Dans sa Cadix bouleversée, tout se lit à ciel ouvert. Fantastique roman à tiroirs, semé d'embûches, de filets, de traquenards, où les rues, les quartiers se déplient en un gigantesque échiquier, où les événements, les intrigues sont autant de parties à jouer. », écrit le chroniqueur dans cet article.

……………..

Autres citations de l’auteur, dans le même article :

« Je suis un lecteur qui écrit des romans. »

……………..

 « Je porte ma littérature dans mon expérience. J'ai quitté ma famille à 18 ans avec un sac au dos et j'ai passé mon temps, comme reporter, dans des pays en guerre. Dieu, le respect, la foi en l'homme, tout a été balayé. J'écris avec l'innocence que la vie m'a enlevée. »

……………..

 « Il y a des romanciers qui écrivent avec leur imagination, moi, j'écris avec mes souvenirs. Je n'ai besoin de rien d'autre pour  décrire la violence. Lorsque j'étais à Beyrouth ou à Sarajevo, j'ai vu des choses épouvantables. Mais ce sont les livres qui m'ont permis de supporter. Sans eux, cela aurait été impossible. Et toujours aujourd'hui, lorsque j'ai des doutes, des angoisses, je vais vers Montaigne, je vais vers Homère. C'est une compagnie dont je ne peux me passer. »

………………………………………………………………………………………………………………………..................................................

L’ARTICLE : « Cadix, la diagonale du fou », d'Arturo Pérez-Reverte : Cadix dans tous ses états, Le Monde des Livres, daté 21-10-2011 (papier), par Xavier Houssin : http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/10/20/cadix-la-diagonale-du-fou-d-arturo-perez-reverte_1590692_3260.html  (LECTURE INTEGRALE sur le SITE)

cccccccccccccccc

Le LIVRE « Cadix, la diagonale du fou », sur le site de l’éditeur : http://www.seuil.com/livre-9782021029482.htm « Cadix 1811. Joseph Bonaparte est sur le trône d’Espagne et le pays lutte contre l’occupation des armées napoléoniennes. Mais… « (…) « Cadix, ou la Diagonale du fou », narre la fin d’une époque dans une ville énigmatique et ténébreuse sous l’apparente blancheur de ses murs et de sa lumière océane. »

Sur le BLOG La Ruelle bleue : http://www.laruellebleue.com/7328/cadix-ou-la-diagonale-du-fou-arturo-perez-reverte-seuil/  « … Il revient en Andalousie en 1811 et pose son décor à Cadix, ville blanche ouverte grâce à son port sur le vaste monde, vainement assiégée et bombardée par les Français, ultime bastion de résistance de la péninsule ibérique avec sa voisine dans la baie, l’île de Léon. / Quatre trames sont tissées sur ce fond de guerre.»

REVUE de PRESSE et court extrait sur le site Le choix des libraires : http://lechoixdeslibraires.com/livre-110203-cadix-ou-la-diagonale-du-fou.htm

FICHE decitre.fr : http://www.decitre.fr/livres/Cadix-ou-la-diagonale-du-fou.aspx/9782021029482 (résumé, auteur, autres titres)

Et 2ème fiche decitre.fr pour le livre originel en espagnol, « El Asedio » (et autres titres dans la langue de l’auteur) : http://www.decitre.fr/livres/El-asedio.aspx/9788420405551

cccccccccccccccccccc

SITE officiel de l’écrivain (en espagnol) : http://www.perezreverte.com/

L’auteur cité par Aurora Intxausti, El Pais Cultura, Espagne (Article et LIENS vers d’autres pages) :

http://www.elpais.com/articulo/cultura/Arturo/Perez-Reverte/muestra/lugares/gaditanos/desarrolla/asedio/elpepucul/20100304elpepucul_5/Tes :  « La historia transcurre hace dos siglos en una ciudad en la que se conocía todo el mundo. Es una novela muy poco políticamente correcta. Muy incorrecta. Plantea temas como la tortura, el castigo y el premio y la impunidad. Todo está diluido bajo un trama en la que hay aventuras, peripecias, lances, amoríos y enigmas. »

DIAPORAMA (sur ELPAIS.COM), Cadix : http://www.elpais.com/fotogaleria/Perez/elpgal/20100221elpepucul_1/Zes/1

01/10/2011

Litanie pour juillet plusieurs fois… (Pages données au vent)

Texte modifié...

Voir : http://tramesnomades.hautetfort.com/archive/2015/12/18/po...

© MC San Juan

23/03/2011

Algérie, terre de SPIRITUALITES. Islam, soufisme, judaïsme, christianisme. Et une grande figure de concorde : Saint Augustin …

Spiritualités... Car comment parler du pays (son actualité, sa culture : note précédente) sans évoquer cette dimension essentielle de son histoire et de son identité, dimension qui interfère avec la réalité sociale, culturelle, politique, esthétique. (Et joue un rôle important dans les destins individuels, y compris pour les exilés des diasporas diverses : Algériens berbéro-arabes, Juifs algériens, Pieds-Noirs)… Même ceux qui refusent toute légitimité à cette part des vécus de l'être, à cette part intime qui privilégie intériorité et recherche de transcendance (que ce refus soit au nom d'un athéisme militant ou d'une laïcité parfois radicale), même eux sont concernés, car ils sont rejoints par ce qui participe de cette dimension dans l'art, la poésie, la recherche du bonheur et du sens. Spiritualité laïque...

 ...........................................................................................................................................................................

Des livres peuvent faire entrer dans cette pensée, son langage, ses références, ses repères particuliers. Et des créations plastiques...

Un livre

Sur la spiritualité musulmane, expérimentée dans une vie ouverte au pluriel des cultures… L’itinéraire intérieur de quelqu’un d’ancré dans le monde…

« Eclats d'islam » (Albin Michel, 2009), de Karima Berger (née à Ténès en Algérie, doctorat sur le nationalisme, vit en France depuis 1975). Journal sur le rapport à la spiritualité, dans le cadre de la double culture, et la richesse de la rencontre d'autres spiritualité. (Comment l'islam est vécu ainsi.  « Algérienne, installée en France depuis de nombreuses années, Karima Berger livre une réflexion très émouvante sur son identité spirituelle. » http://www.laprocure.com/livres/karima-berger/eclats-islam-chroniques-un-itineraire-spirituel_9782226183194.html

Une thèse

Sur littérature et spiritualité…

« La spiritualité algérienne s’invite à l’Inalco ». Thèse du poète Yacine Benabid, « Littérature et mystique dans l’Algérie contemporaine ».  Djazairess/El Watan, 07-04-2009. http://www.djazairess.com/fr/elwatan/121904  « Exercice d'interprétation tout aussi vertical qu'horizontal du phénomène mystique dans la culture arabo-musulmane, particulièrement dans sa version maghrébo-algérienne. » (Critique moderne, théorie littéraire, herméneutique, mystique comparée, étude d’un grand auteur soufi...).

............

 Une oeuvre plastique et mystique...  Rachid Koraïchi, peintre algérien, plasticien soufi, graphiste...

Vidéo. 14 pièces sur des mystiques. "Les maîtres invisibles" : http://www.youtube.com/watch?v=0XSi4Ot-Hdo  

Autres vidéos (Deux Rives, une Mer / Espagne des trois cultures, etc.) : http://www.google.fr/search?hl=fr&biw=897&bih=389... 

Créations de Rachid Koraïchi (images Google, ample sélection) : http://www.google.fr/images?hl=fr&biw=897&bih=389...  

 Rachid Koraïchi a fait une donation importante à un hôpital parisien (des peintures données à l'hôpital La Pitié-Salpétrière :    (source La Croix, 25-01-11).

 ............................................................................................................................................................

SOCIETE et religion :

Le débat (français) sur l’islam… vu d’Algérie, sur algerie-focus, source Le Quotidien d’Oran, 18-03-11 : http://www.algerie-focus.com/2011/03/18/le-debat-sur-lislam-et-ses-multiples-facettes/  (intéressante analyse).

…………………………………………………………………………………………………………………………………………

Le SOUFISME en Algérie… Textes.

Explication, le soufisme sur un forum algérien, 2007 (et précisions sur l’opposition entre le soufisme et les courants de l’orthodoxie http://www.forum-algerie.com/islam-religions-philosophies/2470-le-soufisme-et-ces-pratiques.html  (« Aujourd'hui encore les courants les plus orthodoxes cherchent à diminuer l'influence des confréries soufies dans le monde, le soufisme étant considéré comme un instrument pour sortir du cadre d'une forme d'orthodoxie stricte et littérale. »)

Intervention de Barkahoum Ferhati (colloque de Bucarest, 2006) sur « Les femmes algérienne soufies » (Personnalité et rôle de Lalla Zeineb, occultée dans l’historiographie, avec une évocation d’ Isabelle Eberhardt, qui la connut. En introduction, réflexion sur l’utilisation, par le pouvoir, des confréries soufies, pour lutter contre le fondamentalisme religieux, l’islamisme : subventions, encouragement de la recherche, aide aux publications. Mais… dans l’oubli des femmes.). Texte complété par une riche bibliographie (dont un ouvrage de Jacques Berque et les « Notes de route » d’Isabelle Eberhardt.

Par Semmar Abderrahmane, article sur Saïd Djabelkhir, journaliste et chercheur algérien, qui étudie notamment le rôle culturel du soufisme, son influence sur la culture populaire, le langage, la philosophie, la poésie et l’art. (Il insiste aussi, dit le chroniqueur, sur la place de la tolérance dans le soufisme) : http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article4104

Riches apports… Mais, aussi, sur niarunblog, une réflexion critique, plus distancée, comme bilan d’un colloque: http://niarunblog.unblog.fr/lumieres-dislam1/6e-colloque-international-sur-le-soufisme/  (Source Liberté, 19-12-09). (Pragmatisme, pensée, femmes, et modernité).

SOUFISME algérien. Vidéo (Abd El Kader) :  http://www.dailymotion.com/video/xa1b44_lemir-abd-elkader...

Un festival et des colloques :

7ème festival international « Soufisme culture et musique »  à Annaba, décembre 2010 : http://fr.allafrica.com/stories/201012080331.html  [Présentation des conférences : culture, Histoire, dont une sur l’alchimiste algérien Ahmed Al Bûnî  (le « houroufisme » étudié en relation avec la philosophie et la psychanalyse chez Jung) et une sur la femme « chez la savante Adjm Bent El Nafiis ».]

Colloque sur le soufisme, 2009 : http://www.maliweb.net/category.php?NID=54143

Colloque sur l’islam (international) sur « Tlemcen, capitale de la culture islamique »  en février 2011 : http://fr.allafrica.com/stories/201102220561.html  (patrimoine, apports culturels, savants…). Et http://www.algerie-focus.com/2011/03/21/colloque-international-sur-lislam-au-maghreb-a-tlemcen/  21-03-11

…………………………………………………………………………………………………………………………………………

Saint Augustin. Un grand VISAGE de Souk-Ahras... visage d'Algérie, visage universel...

Citations sur evene.fr : http://www.evene.fr/celebre/biographie/saint-augustin-66....  

Fiche wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Augustin_d'Hippone 

Colloque sur Saint Augustin, 2004, à Tizi Ouzou, « Entre platonisme et thélologie mystique » : http://www.algerie-dz.com/article149.html   (descendre sur la page après les liens publicitaires…). (Réhabilitation, réappropriation d’un penseur et mystique d’abord rejeté parce que chrétien, puis retrouvé et reconnu). « Depuis, les algériens ne cessent de redécouvrir et de s’initier aux pensées philosophiques et religieuses de ce patrimoine “algérien”, antérieur à l’histoire contemporaine de l’Algérie, en organisant et en participant à de nombreuses manifestations culturelles qui lui sont consacrées. »

Saint Augustin, « figure » chrétienne d’Algérie, dossier (intro, bio, livres, sermons, textes) :  http://www.assomption.org/Augustin/SommaireStAugustin.html

L’Olivier de Saint Augustin, à Souk-Ahras, Thagaste, sa ville de naissance, El Watan, 2006 : http://www.annabacity.net/dossiers/dossier_10_souk+ahras+-+olivier+saint+augustin.html  L’olivier entre mythe et réalité, El Watan, algerie-dz, 2004 : http://www.algerie-dz.com/article1045.html  

Un livre  ("Plaidoyer pour saint Augustin de Souk-Ahras), de Nacéra Benseddik : http://www.berberes.net/forum/viewtopic.php?f=15&t=283 

 ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Juifs d’Algérie

Sur la Kahina, reine berbère, juive (qui combattit contre les Arabes, au moment de l’invasion arabo-musulmane), à propos du quatrième colloque qui lui a été consacré, en mai 2009. Par Hakim Arabdiou, juillet 2009. http://www.gauchemip.org/spip.php?article10030 (Lire aussi la fiche wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Kahena )

Algérie, les Juifs avant l’islam : http://www.judaicultures.info/Algerie-les-Juifs-avant-l-islam.html

Juifs d’Algérie (déchirure historique) sur sefarad.org  (source le Quotidien d’Oran, 2004) : http://www.sefarad.org/publication/lm/056/html/page31.html

Le site des Juifs d’Algérie, zlabia.com : http://www.zlabia.com

.............................................................................................................................................

Chrétiens d’Algérie, la mémoire d’une Algérie plurielle. (Histoire du christianisme en Algérie, premiers siècles, Algérie avant la France, années 1830-1962, et depuis l’indépendance). Synthèse claire, surafrik.com, au 19-12-10 :  http://www.afrik.com/article1773.html

Informations. Chrétiens de Méditerranée, chrétiens d’Algérie : http://www.chretiensdelamediterranee.com

Chrétiens de Kabylie, sur algeriepyrenees.com, janvier 2011 (source El Watan) : http://www.algeriepyrenees.com/article-algerie-les-chretiens-de-kabylie-64118005.html  

Le tombeau de la Chrétienne (Tipasa) : http://www.djamila.be/Documents/tombeau.htm 

 

Moines de Tibhirine 

Moines : http://www.algeria-watch.org/farticle/sale_guerre/teissier.htm Archevêque d’Alger, 2001 (qui interprète les informations qu’il a eues comme une preuve que ce sont les islamistes qui ont assassiné les moines).

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

DIALOGUE interreligieux...

Page sur wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dialogue_interreligieux

Religions pour la Paix :  http://www.religionspourlapaix.org/

..........................................................................................................................................................................................................

Décryptage… ésotérique…

Don Quichotte, lu par la kabbaliste Dominique Aubier (d’origine espagnole, elle a gardé son nom français de résistante) : http://www.dominique-aubier.com/crbst_30.html  (« Don Quichotte, la réaffirmation messianique du Coran »). Février 2011.

Révolutions de la rive sud ? Une lecture très particulière (ésotérique, initiatique…), D.Aubier : http://dominiqueaubier.blogspot.com/2011/02/revolution-en-islam-algerie-tunisie.html

09/02/2011

Andrée CHEDID, POETE. 20-3-1920/6-2-2011, Le Caire/Paris. Hommage

Au coeur du coeur.jpg

« S’écoulent les mots / Qui délivrent le cri / Relais / De fièvres et d’aube / De chant et de chagrins » / (…) / « Entre le doute et la voie / Veille en ta parole ». Andrée Chedid, « Par-delà les mots », éd. Flammarion.

A peu de jours près, deux poètes meurent en même temps, deux êtres venus, l’un, d’au-delà des mers, l’autre d’au-delà des frontières : Edouard Glissant, Andrée Chedid. Tous deux pétris de cultures croisées, ouverts au monde. Tous deux écrivains majeurs, donnant à la langue une ampleur éthique, au pays une identité traversée, questionnée, enrichie.  

La qualité de  l’écriture d’Andrée Chedid a été reconnue par des auteurs comme Char, Lévis Mano (poète et éditeur), Jabès, et bien d’autres…

Poèmes, mais aussi nouvelles, romans, essais, théâtre... Et, dans l’œuvre poétique, des proses, notes brèves, entre poème et aphorisme : ainsi les textes de « Terre et poésie ». Le Printemps des poètes l’a célébrée en 2010, et dans le métro parisien on pouvait lire ce texte affiché : « Les habiles, les jongleurs de mots sont plus éloignés de la poésie que cet homme qui – sans parole aucune – se défait de sa journée, le regard levé vers un arbre, ou le cœur attentif à la voix d’un ami. »   …

On peut découvrir la poésie d’Andrée Chedid, simplement, avec un tout petit livre, une anthologie de la collection Librio : publication à l’occasion du Printemps des Poètes. « Au cœur du cœur » : les textes ont été choisis et préfacés par le poète Jean-Pierre Siméon et Matthieu Chedid, M, son petit-fils musicien. De la préface je retiendrai deux passages qui éclairent la démarche, insistent sur ce qui, profondément, nourrit l’ancrage universel de cette écriture : « La poésie chez Andrée est une philosophie de l’existence, elle fonde une éthique de la fraternité » et « Oui, il y a une rebelle dans Andrée Chedid, une objection résolue à ce qui ment, à ce qui dégrade ».

.....................................................................................................................................................................................................................

En exergue à la fiche d’evene.fr, cette citation : « Ecrire, c’est très dur, avec de grandes fenêtres de joie » http://www.evene.fr/celebre/biographie/andree-chedid-3083.php  (biographie, citations, bibliographie, hommage, lien vidéo INA, entretiens, dont un interview de Louis Chedid, son fils, le chanteur).

Site (en anglais) : http://www.andreechedid.com/

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

Hommages en ligne :

(Sur le site du Printemps des Poètesun texte de Jean-Pierre Siméon, article paru dans L’Humanité du 8 février, « Ce qui fonde à mes yeux la valeur exceptionnelle de son œuvre et qui lui assurera, je crois, une postérité plus longue qu’on imagine peut-être, c’est son enjeu éthique », et un lien avec la page dédiée du site de Guy Allix,  « Andrée était un très grand poète dont il faudra peu à peu relire l’œuvre pour l’apprécier à sa juste mesure, loin des faiseurs à la mode. »

Sur poezibao, par Bernard Mazo : http://poezibao.typepad.com/poezibao/2011/02/hommage-%C3%...

Ecrits-vains, Andrée Chedid et le pouvoir de l’écriture, par Renée Laurentine : http://ecrits-vains.com/points_de_vue/renee_laurentine01....   (« Lors d'une interview, Andrée Chedid a parlé de son œuvre comme de l'éternelle quête d'une humanité. ») et lecture du recueil « Territoires du souffle », par Renée L. aussi : http://ecrits-vains.com/recueils/chedid.htm (« Bien qu'Andrée Chedid soit aussi romancière, nouvelliste et dramaturge, la poésie reste une " source essentielle " »)

Dossier sur Terres de femmes« Les traversées poétiques d’Andrée Chedid », soirée IMA pour le Printemps des Poètes 2006, traversées très méditerranéennes, pour une méditerranéenne d’importance). Sur le même site, des textes « poèmes du jour », anthologie, et des notes. (Liens à la suite du texte sur cette page)... http://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2006/03/les_tr...

medi@terranée, journal de la Méditerranée :  http://www.mediaterranee.com/20110207168811/France/Cultur... (citation des différents hommages officiels) 

………………………………………………………………………………………………………………....................................................

Revue de presse

Télérama : « Un poème pour saluer Andrée Chedid », par Martine Laval : http://www.telerama.fr/livre/un-poeme-pour-saluer-andree-chedid,65387.php («  Elle qui écrivait « Je lutte et résiste » ne faisait qu’une seule âme avec la poésie »). Le texte cité,  est « Le Rien », « Rythmes », 2003 (« J’ai traversé le Rien / Aux jours de mon enfance /  Déchiffrant la mort »…).  

L’Express : http://www.lexpress.fr/culture/livre/andree-chedid-est-morte_959612.html  (« Dans ses romans elle parle de ce que l'Egypte lui a apporté et dresse parfois des parallélismes touchants »)

Elle : (« Andrée Chedid laisse derrière elle une vingtaine de recueils  de poèmes dont quelques-uns pour enfants ») : http://www.elle.fr/elle/Loisirs/Livres/News/La-romanciere...

Le JDD : http://www.lejdd.fr/Culture/Livres/Actualite/La-romancier...  (« Andrée Chedid rejoint le cercle des poètes disparus » / « Poétesse du ‘Double pays’ »)

…………………………………………………………………………………………………..................................

Nombreuses CITATIONS sur babelio.com : http://www.babelio.com/auteur/Andree-Chedid/5687/citations