Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2017

COMPLEXITÉ. Le voile inquiétant... et le voile autrement.

voile,complexité,corps,femmes,religion,islam,foi,islamisme,fondamentalisme,islamisation,pudeur,mode,hipster,mipster,idéologie,liberté,laïcité,livres,je ne suis pas diam’s,fawzia zouari,valérie toranian,neslihan çevik,derrière le voile,nahida nakadLaïque inconditionnelle, oui. Exaspérée par les injonctions des intégristes qui utilisent le voile des femmes comme marqueurs, et désirant combattre leur idéologie à visée politique, oui. MAIS je tiens au regard complexe sur des faits complexes. J’ai lu avec beaucoup d’intérêt le livre important de Fawzia Zouari, Je ne suis pas Diam’s, contre le voile, qui, dans ce qu’elle en sait de vécu, d’observé, n’a été qu’un porteur de domination et d’enfermement, ravageur, mortel. Cependant je lis aussi les analyses et témoignages qui expriment une autre perception, nuancée, incertaine. Sans être dupe des manipulations des fondamentalistes.

 

Ne soyons pas naïfs, car les islamistes ne le sont pas, eux. Stratèges dangereux, autocrates menaçants, et exécuteurs quand ils ont le pouvoir. Pervers et haineux quand ils manipulent (et infiltrent) pour y accéder. Pas dupes, de plus, des jeux d’apparence, idéologiquement, de certaines associations (cf. Lallab, qui, sous prétexte de libre choix, font passer un message de banalisation, médiateur d’une instrumentalisation idéologique).

Lire la suite

16/02/2017

CAMUS, lire et relire ses « Carnets »…

albert camus,carnets,citations,livres,fragments,philosophie,libertaireCarnets, journal de pensée, journal d’écriture… Livre de chevet, comme le Journal de Kafka. De ces livres lus et relus...

Mais là je reprends (et commente) deux citations posées sur des pages Facebook dédiées à Camus, ces pages littéraires qui font relire des fragments au hasard. Parfois c’est « Albert Camus », parfois « Albert Camus, pensée du jour ». Et j’en ajoute, en feuilletant l'ouvrage… 

...

"Pourquoi suis-je un artiste et non un philosophe ? C'est que je pense selon les mots et non selon les idées".

Lire la suite

08/03/2016

FEMMES... CONTRE LES INTEGRISMES. CONTRE les totalitarismes... SITES (féminisme, poésie).

8 mars,journée internationale des femmes,femmes,féminisme,manifeste,intégrismes,viol,violence,déni,paroles,histoire,livres,poésie,f.c.i.,femmes contre les intégrismes,quelqu’un plus tard se souviendra de nous,poètes,anthologie,sitesDeux cailloux blancs dans mon visage, 

 Dans le silence deux muets

 Ombrés encore d’un secret

 Et lourds du poids mort des images. 

 Louise de Vilmorin 

Lire la suite

14/02/2016

ILAN HALIMI, mémoire et hommage...

ilan halimi,juifs,antisémitisme,racisme,haine,clichés,barbarie,gang des barbares,torture,séquestration,assassinat,idéologie,hommages,humanisme,solidarité,mémoire,conscience,24 joursDix ans. Et, depuis, d‘autres agressions antisémites (doublées en un an d’après les dernières statistiques), et d’autres assassinats, des attentats, plus des constats inquiétants sur le maintien des clichés, la circulation de désinformations issues des théories du complot. La mémoire de ce drame atroce rend palpable la nécessité de lutter contre les idéologies de haine. Ci-dessous des articles pour vérifier nos informations, et d’autres pour y réfléchir…

Ilan Halimi, dix ans après, Le Monde, 13-02-16 : http://bit.ly/1ozvrBM 

Le calvaire d’Ilan Halimi, L’Obs, 21-01-16 : http://bit.ly/1OIA0A6 

Paris XIIème, Le Parisien, Vibrant hommage, 11-02-16 : http://bit.ly/1Tg7FWT 

Hommage, à Bagneux, le 13, ville où Ilan Halimi fut séquestré et torturé, victime de l’antisémitisme abject, des clichés sur les Juifs que le racisme diffuse, HuffingtonPost, 13-02-16 : http://huff.to/1TZXs1m 

Lire la suite

06/02/2016

LAÏCITÉ... sans adjectifs, mais en débat. RESSOURCES (textes, livres, SITES,blogs)

La laïcité, c'est la loi qui garantit le libre exercice de la foi aussi longtemps que la foi ne prétend pas dicter la loi. Nous sommes pour le primat du droit positif sur toute législation dite d'inspiration métaphysique, religieuse, transcendante.  

Ghaleb Bencheikh, président de la Conférence mondiale des religions pour la paix.

Débat houleux, ces derniers temps. Et faits inquiétants, parallèlement. Autour des positions de l'Observatoire de la laïcité...

Cela rend nécessaire le retour sur des articles récents (polémiques, heurts, malentendus ou hypocrisies) et sur des textes récents et plus anciens, qui donnent des outils pour la  réflexion. (Suivent une mise à jour, puis des SITES, BLOGS, textes et livres, dont bibliographie du CLR...). RESSOURCES... 

(Note mise à jour, juillet 2020).

Lire la suite

22/01/2016

Papusza, poétesse tzigane. Citation, et lien vers un texte et une présentation...

bronislawa wajs,papusza,tziganes,tsiganes,poésie,poètes,génocide,terre,cultureMais terre, tu es en larmes !

criblée par la douleur.

Mais terre, ton rêve pleure ! 

Bronislawa Wajs (1908-1987), appelée Papusza, poétesse tzigane. Texte écrit pendant le génocide nazi. 

Source. Communication de Jean-Yves Potel, sur Bronislawa Wajs, dite Papusza, au colloque Roms, Tsiganes, Nomades, un malentendu européen (on trouve l'introduction du texte en ligne, pdf).

Mais depuis, lien inactif (Mise à jour, juillet 2020)...
Le même poème est lisible intégralement sur le site Fils du vent sans pays (cité dans une note sur une soirée d'hommage en avril 2018 ('Ô terre, Ô forêt, / Je suis votre fille').

Lire la suite

06/01/2016

La philosophie contre la peine de mort. Et tous LIVRES contre...

jacques derrida,derrida,séminaire,albert camus,camus,kant,peine de mort,abolition,victor hugo,hicham-stéphane afeissa,non fiction,essais,livres,philosophie,sacrifice,morale,société,idées,animaux,exécutions,arabie saoudite,iran,u.s.a.,chine,benoît peeters"Derrida déclarait à Elisabeth Roudinesco que 'tant qu’on n’aura pas déconstruit (…) le discours (…) qui prétend justifier la peine de mort de façon principielle, sans référence à la moindre utilité, on s’en tiendra à un discours abolitionniste précaire, limité, conditionné par les données empiriques, et, par essence, provisoire' " Jacques Derrida a donc élaboré, au cours de son séminaire, cette déconstruction systématique d’un discours philosophique favorable à la peine de mort, celui de Kant, pour développer une philosophie abolitionniste (Kant dont Derrida dit que sa pensée de la justice pénale se fonde sur une "morale sacrificielle" : c’est cette "pulsion sacrificielle" qu’il faut donc interroger). 

La chronique de Hicham-Stéphane Afeissa sur Non Fiction donne des clés très intéressantes pour comprendre cette démarche... http://www.nonfiction.fr/article-7875-la_folie_de_la_rais...

Lire la suite

19/12/2015

CITATIONS et... TITRES. Lecture... Lecture... Lecture... (pour soi, ou pour offrir...)

Je crois que je devine pourquoi on écrit les vrais livres. Pas pour se rendre célèbre, mais pour mieux se rendre invisible, tout en réclamant à manger le vrai noyau du monde.

Kamel Daoud, Meursault, contre-enquête 

Donc, des livres écrits pour se rendre invisible (que les auteurs le sachent ou pas), des livres pour pénétrer le sens enfoui du réel… (le sachant). Des livres sur mon chemin, en phase avec ce chemin…

Lire la suite

18/12/2015

POÈME POUR DIRE… SOUTIEN, suite. "Litanie pour juillet plusieurs fois, plusieurs fois tous les temps…"

ahsraf ayad,mohammed al ajami,mars,juillet,janvier,novembre,13-11-15,terreur,terrorisme,prison,peine de mort,dictatures,arabie saoudite,qatar,exécutions,massacres,sang,complicité,mémoire,oubli,amnésie,traumatisme,margherita guidacci,edmond jabès,abdellatif laâbi,j’atteste,jacques prévert,litanie pour juillet plusieurs fois,plusieurs fois tous les temps,poésie,poème,photographie,feu,éclair,kamel daoud,algérie,france((SOMMAIRE : photographie (cristal des mots, éclair lucide…), dédicace, exergues, poème))

Dédicace. Aux victimes de la terreur, quelles que soient les formes, le lieu, et le moment. Refus, pour soi, pour eux. Résister c’est dire. Et particulièrement, dédicace offerte à Ahsraf Ayad, condamné en Arabie saoudite, à Mohammed Al Ajami, prisonnier au Qatar, à tous ceux qui souffrent, dans ces deux pays, de nos silences complices. Message, pour les êtres du 13-11-15 à Paris et hors de Paris, les morts et les vivants. Offert, ce poème, écrit d’abord dans la pensée d’autres drames, et repris encore et encore, à chaque blessure rappelée, en écho questionnant. Que faire des plaies du monde? Que faire des noirceurs qui nous tendent ce miroir effrayant de notre humanité?

.......... Et j’ajoute (25 février 2016), aux lignes antérieures, l’offre de cette dédicace à Kamel Daoud, grande plume algérienne, qui subit le lynchage de ceux qui se mettent du côté de la bêtise, par ignorance doublée d’hypocrisie idéologique, avec la complaisance d’esprits paresseux, ou de stratèges aveugles… 

Lire la suite

04/12/2015

"Frères et soeurs d'infortune"... en rencontre profonde d'humanité essentielle

danielle michel-chich,fraternité,solidarité,victimes,13 novembre,paris,courage,identité,vivre,vie,énergie,haine,écueil,colère,choix,algérie,benoît hopquin,annick cojean,fabienne brugère,guillaume le blancJai lu ce texte d’abord dans Marianne du 4 décembre, rubrique Journal des lecteurs. Je le retrouve en ligne sur un blog. (Je l'introduis, avec, en exergue, cette photographie qui interroge nos chaînes, nos ombres, le refus des chaînes... Mais la capacité de voir l'ombre, et donc la lumière...).

Danielle Michel-Chich, née en Algérie, qui a perdu une jambe à cinq ans en 1956 lors de l’attentat du Milk Bar, écrit aux blessés du 13 novembre. Car, si on a pensé beaucoup aux morts, absence irréversible, douleur infinie des proches, demeurent les blessés, si nombreux, dont certains le sont très gravement, et on peut se douter que des corps seront irrémédiablement atteints. Danielle Michel-Chich sait, pour le vivre, qu’on ne peut pas oublier cette atteinte, toujours présente pour rappeler le fracas terrifiant de cet instant. Terrorisme alors, terrorisme encore. Terreur telle qu’elle sidère quelque chose en soi et dans l’entourage, proche ou moins proche : communauté, concitoyens, compatriotes, et tout simplement humains, qui, même très loin, ressentent l’effet du choc, partagent. 

Lire la suite

16/11/2015

« Fluctuat nec mergitur ». Malgré les larmes et le sang...

« Fluctuat nec mergitur »

…. Locution latine comme devise de Paris….

(Il est battu par les flots mais ne sombre pas) / (Il flotte mais ne coule pas) / (Fluctuat… Il fluctue, est agité, mais…)

Quelle que soit la traduction qu’on retient, la devise, inscrite sur le blason de la ville de Paris, sous le bateau symbolique, a pris un sens très fort pour nous, Parisiens, depuis ce 13 novembre. Et c’est exactement ce qui se passe : résistance, courage, désir de vivre. « Même pas peur ». Juste résister. Et rester unis, « Ne pas finir leur travail en tombant dans les pièges de la division ».  Malgré la tristesse, grande, continuer la joie, des petites choses et des grandes. Des petites d’abord. Lire au café, en dégustant un bon breuvage chaud, et en lisant toute la presse, pour construire notre pensée CONTRE et notre pensée POUR. Contre le terrorisme et ce qui le nourrit. Pour la fraternité entre nous tous, toutes origines, toutes classes sociales, tous âges.

Lire la suite

08/11/2015

Sagesse de la distanciation...

« C’est toi-même qui doit être la tâche »

Franz Kafka, « Méditations sur le péché, la souffrance, l’espoir et le vrai chemin », « Cahiers posthumes », cité par le rabbin Yann Boissière. 

Prises de position, ou de postures, disputes idéologiques, oppositions communautaires, déplacement des conflits sur le terrain des affrontements passionnels… Instrumentalisation par les uns (ou par les autres), mauvaise foi (ou ignorance), souvent, alibi (ou calcul) pour des glissements parfois nauséabonds et dangereux… Nous sommes enfouis, sous des masses d’informations, de mots, d’images… Et dans ce qui est aussi, donc, une guerre des images, réelles (ou trafiquées). Données à voir, ou métaphoriques.

Pensée et recul sur soi, pour rendre possible… "Une distanciation percutante, personnelle, sur la réalité de nos existences. Conviction, enfin, que pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même." Yann Boissière (Source, harissa. Lien devenu inactif)  

Yann Boissière, ses interventons sur Akadem... http://www.akadem.org/conferencier/Boissiere-Yann-229.php

13/10/2015

"Une bouteille à la mer", film de Thierry Binisti, le 13-10-15, sur la 3

israël,palestine,israéliens,palestiniens,gaza,films,cinéma,culture,une bouteille à la mer,humanisme,dialogue,identité,identités,thierry binistiLe film est repris sur la 3, ce soir, à 23h10. Voici l’occasion de sortir du manichéisme…  Certains critiques ont voulu absolument parler de  «bons sentiments», préférant sans doute des visions plus dures, la séparation des regards. Ce n’est pas, à mon avis, avec le goût des ressassements pessimistes qu’on peut faire évoluer les esprits, ici et ailleurs, sur l’histoire et l’actualité, qu’on parle d’Israël et de la Palestine, ou de la France et de l’Algérie (par exemple). Evidemment cela nous demande de tenter de nous échapper des certitudes, d’accepter de porter attention aux faits dérangeants, de faire un effort sur nous-mêmes pour sortir des cages identitaires qui nous emprisonnent (et cela ne veut en aucun cas trahir ses appartenances et ses ancrages : l’identité n’est pas une idéologie), et, enfin, d’avoir la force, non de renoncer à ressentir des émotions (tristesse, colère, révolte, etc.) mais de prendre le temps de les examiner en soi (car elles sont effectivement là) pour en savoir la source réelle et les transmuter… Nos pensées sont aussi des bouteilles à la mer, et le filet que nous lançons induit ce qu’il ramasse... 

Lire la suite

« Nos larmes ont la même couleur », un livre, des êtres, des rencontres...

nos larmes ont la même couleur,anne guion,bushra awad,robi damelin,livres,david grossman,izzeldin abuelaish,israël,palestine,israéliens,palestiniens,conflit,guerre,mort,douleur,dialogue,fraternité,humanisme,partage,empathie,société,politique,idéologie,pardonLe titre est très beau, il traduit la manière dont la douleur est vécue, et l’éthique des êtres qui s’engagent, malgré toute la dureté du conflit, la situation qui semble bloquée. Sortir des colères et des rages, malgré l’horreur des drames (là c’est la mort absurde de son enfant, dans un conflit qui s’éternise, avec, de part et d’autre, des chercheurs de paix et des esprits enfermés dans la logique de guerre). Parler à la place des autres, c’est impossible, manipulateur (et trop le font, qui instrumentalisent la réalité, relativement proche mais lointaine cependant, pour des enjeux douteux). Mais entrer dans la souffrance de l’autre pour comprendre qu’elle est exactement la nôtre, c’est une démarche inverse, dont sont capables, justement, des êtres pour qui la réalité n’est pas une information externe, une analyse lue dans un journal, un info entendue, mais le vécu concret, émotionnel, charnel, et pourtant pensé. Celles qui témoignent sont des mères : elles ont perdu un fils, et militent ensemble. Ce conflit, on le suit avec tristesse ou rage, en lecteur/lectrice des journaux, oreille et yeux attentifs aux paroles et images télévisuelles, aux prises de position d’associations (fort diverses, clivées), aux commentaires vus ici et là sur des forums, et très souvent fort décevants, si ce n’est fort inquiétants (tant la haine s’y greffe, au point qu’on ne sait plus si le conflit est cause ou prétexte pour certains). 

Lire la suite

19/04/2015

Huy Thiêp NGUYEN. Leçon d’écriture, leçon de liberté... "Refuser de courber l'échine..."

huy thiêp nguyen,vietnam,mon oncle hoat et autres nouvelles,livres,littérature,culture,liberté,idéologie,conscienceIl en est de la littérature comme de la Voie. Etre, c'est ne pas être; ne pas être, c'est être. "Plein" et "vide" sont des catégories de la pensée (...) si l'on considère la littérature comme une voie parmi tant d'autres, afin de se perfectionner, on ne se sera pas trop trompé... (Un maître parle dans le récit..)

Huy Thiêp NGUYEN, Mon oncle Hoat et autres nouvelles

Lire la suite